Noirmoutier et l’île d’Yeu

Bien que différentes, l’île d’Yeu et Noirmoutier réunissent tous les ingrédients de la fascination insulaire. Hors saison, elles sont presque désertes, ce qui réjouit les amateurs de tranquillité et permet de les découvrir à son rythme. Dès les beaux jours, des dizaines de milliers de touristes viennent profiter de leurs superbes plages de sable fin et des côtes sauvages sculptées par l’océan, tout en s’adonnant au plaisir de pédaler à loisir dans les forêts de pins odorants. L’île d’Yeu surgit sur l’horizon, en haute mer ; Noirmoutier est reliée au continent par un pont. La seconde est plus fréquentée. Destination de gourmets, l’île vous révélera tous les secrets de la récolte du sel, et l’architecture balnéaire du bois de la Chaise vous transportera au début du siècle dernier. L’île d’Yeu vous rappellera la Bretagne, avec ses criques rocheuses, et sa lande. Sur l’une comme sur l’autre, vous pourrez pratiquer tous les sports nautiques, et trouverez toujours un petit coin presque isolé pour vous détendre, même au cœur de l’été. Notez enfin que sur les deux îles, la vie est plutôt chère.

À ne pas manquer

  1. Marais salants Vous ne pourrez pas les rater : un tiers de l’île est recouvert de marais salants, principalement sur les communes de L’Épine et de Noirmoutier-en-l’Île. Qu’il est agréable de flâner à vélo ou à pied entre les bassins et de contempler les camaïeux aquatiques et les reflets des cristaux de sel à la surface. Pour découvrir le difficile métier de saunier récoltant, sachez que l’office du tourisme recense des visites gratuites proposées par des professionnels comme le Marais Mounet (%06 01 71 17 50 ; www.seldenoirmoutier.com ; rte de Noirmoutier, l’Épine ; hjuil-août tlj). Coup de cœur également pour L’Hippobus (%02 51 35 71 65 ; htlj juil-août sauf sam, départ 14h30 et 16h devant le château de Noirmoutier-en-l’Île ; tarif adulte/enfant/-3 ans 9/5 €/gratuit), une carriole menée par deux percherons et Hervé, un saunier qui vous fait découvrir son marais en une heure. Les Angibauds (%06 18 01 06 08 ; sur la D95 entre Noirmoutier-en-l’Île et L’Épine ; htlj juin-sept, 9h-19h, visite gratuite avec plateau dégustation à 17h, ou bien sur rdv mars-oct, visite à l’atelier l’hiver également) de Cathy Guérin et David Guillet, vendent au détail le sel sous toutes ses formes, mais aussi de la salicorne et du vinaigre de salicorne.
  2. Passage du Gois Long corridor de 4,2 km reliant l’île de Noirmoutier au continent, le passage du Gois ne peut être emprunté que deux fois par jour à marée basse, sur une période de 2 à 5 heures suivant la force de la marée. Ce passage naturel, signalé par Vauban en 1689, s’est créé sur de hauts fonds au point de rencontre de deux courants contraires charriant sable et vase dans la baie de Bourgneuf. Certaines parties du Gois ont été pavées dans les années 1930, les autres sont goudronnées. Quand la mer se retire, ouvrant le passage, la lumière avec ses jeux de reflets est vraiment sublime. Au loin commencent à se détacher les silhouettes de pêcheurs à pied en quête de coques et de palourdes. Le ballet des épuisettes commence alors… Lors des grands coefficients de marée, la mer peut recouvrir la chaussée jusqu’à une hauteur de 4 m (contre 1 m 30 lors des petits coefficients) ! Désireux de capter la magie du site, photographes et artistes du dimanche sillonnent aussi les lieux. Mais quand la mer commence à remonter, il faut déguerpir ! Lors des grandes marées, l’eau arrive à pas d’homme. C’est aussi ici que se déroulent les célèbres Foulées du Gois.
Mis à jour le : 4 juillet 2017