Cahors et le bas Quercy

Paysages ruraux, châteaux de contes de fées, villages perchés et déambulation dans le vignoble… ces deux itinéraires révèlent tous les attraits du bas Quercy.

À ne pas manquer

  1. Le château de Bonaguil Une succession de routes secondaires sinueuses mène à ce château qui émerge comme une apparition au-dessus de la végétation, au détour d’un virage. Véritable château fort de roman, Bonaguil a été bâti en épisodes successifs à partir du XIIIe siècle, époque où il se limitait à une simple tour carrée. Il fut complété au XVe siècle pour devenir une massive place forte, hérissée de tours défensives, percée de meurtrières et dotée de pas moins de sept ponts-levis. L’édifice à vocation indéniablement militaire mais néanmoins harmonieux que l’on découvre aujourd’hui est le fruit d’aménagements du XVIIIe siècle, qui le virent perdre une part de ses aspects défensifs en le dotant d’une esplanade et d’appartements seigneuriaux. L’histoire de cette forteresse qui connut les vissicitudes des guerres de Religion et des familles nobles qui s’y succédèrent n’était pas finie : il fut pillé et en partie détruit à la Révolution, puis laissé à l’abandon. Il a finalement été acquis par la commune de Fumel en 1860, classé Monument historique, en partie restauré et enfin ouvert à la visite. Cette dernière, qui se déroule en suivant un utile plan de visite distribué à l’entrée, permet de découvrir toutes les facettes de la forteresse, à commencer par la barbacane, l’entrée principale dotée de murs de 4 m d’épaisseur, le pigeonnier et les différents ouvrages militaires, notamment une étonnante chicane, mais aussi la tour carrée d’origine et le donjon. La forteresse, qui fait autant le bonheur des enfants que de leurs parents, est très fréquentée en saison. Deux parkings gratuits sont ouverts au public. Pour améliorer la circulation, mieux vaut se garer en bas (au premier grand parking que vous croiserez) et monter au château à pied (quelques centaines de mètres).
  2. Najac et son château Située dans l’Aveyron, aux confins du Quercy, la forteresse juchée au-dessus de la rue principale du village est une apparition, véritable image de conte médiéval. Son histoire débute vers 1100, lorsque les puissants comtes de Toulouse choisissent le bourg de Najac comme site défensif du bas Rouergue. Le lieu, constitué d’un haut éperon rocheux, est en effet tout désigné pour ce rôle, et une première tour carrée y est érigée. À la mort du dernier des comtes de Toulouse, en 1249, la population ne voit pas d’un bon œil l’arrivée du nouveau maître des lieux, Alphonse de Poitiers, le propre frère de Saint Louis. Il répondra à la menace du soulèvement avec un coup de génie, en faisant édifier entre 1253 et 1260 cette impressionnante forteresse, afin, certes, de protéger la région, notamment contre les Anglais, mais aussi et surtout d’impressionner les populations par ses dimensions et d’asseoir au passage son pouvoir. Les meilleures techniques de l’architecture défensive militaire de l’époque atteignent leur apogée dans la construction de ce château qui semble posé par miracle sur l’éperon de roche. Il possède un donjon de près de 40 m de haut et des archères hautes d’environ 7 m, une caractéristique quasi unique au monde. La forteresse est presque impossible à prendre, mais prévoit de nombreuses solutions de repli si malgré tout des adversaires parvenaient à pénétrer à l’intérieur. De fait, personne n’osera jamais s’y attaquer… Après les décennies de rivalité franco-anglaise et les guerres de Religion, le château servit de prison pour les Templiers et les croquants, puis fut laissé à l’abandon à la Révolution. Il servit ensuite de carrière de pierre pour bâtir des maisons dans la région. Rénovée à la fin du XIXe siècle par les membres d’une famille de notables locaux, la forteresse fut classée Monument historique en 1925, puis ouverte à la visite.
Mis à jour le : 4 juillet 2017

À voir à faire en Dordogne et Lot

  • Cloître de la cathédrale

    gothique flamboyant

    C’est l’autre joyau de la cathédrale Saint-Étienne. Sur la droite du chœur, une modeste porte en...

    Lire la suite
  • Vestiges du fort seigneurial

    point de vue

    Perpétuant la règle non écrite selon laquelle une visite doit toujours commencer par le point le plus...

    Lire la suite
  • Vieux Cahors

    ruelles et patrimoine

    Entre le Lot et le bd Gambetta – l’artère commerçante principale de la ville –, les ruelles du...

    Lire la suite
  • Bourg médiéval

    balade

    Les ruelles de Saint-Cirq appellent à une jolie balade, en descendant depuis la place du Sombral,...

    Lire la suite
  • Place François-Mitterrand

    esplanade

    Épicentre de la ville moderne, cette vaste esplanade baptisée en l’honneur de l'ancien président de...

    Lire la suite
  • Église

    patrimoine religieux

    Le village doit une large part de sa photogénie à la puissante silhouette de son église, édifiée...

    Lire la suite
  • Musée de Cahors Henri-Martin

    peinture

    Installé dans l’austère ancien palais épiscopal, le musée présente les œuvres du peintre...

    Lire la suite
  • Musée Rignault

    collection d’art

    Acquise et restaurée en 1922 par Émile-Joseph Rignault (1874-1962), peintre montmartrois et...

    Lire la suite
  • Mont Saint-Cyr

    point de vue

    Une visite de la ville ne peut être complète sans monter jusqu'à ce panorama qui embrasse toute la...

    Lire la suite
  • Ville médiévale

    patrimoine

    La ville incite à une flânerie au fil de ses ruelles, de préférence en commençant par le haut du...

    Lire la suite
  • Église de Russac

    patrimoine religieux

    En pleine campagne, cette émouvante petite église romane du XIIe siècle, vraisemblablement bâtie à...

    Lire la suite
  • Tour-donjon

    patrimoine médiéval

    Haute de 24 m, cette tour carrée érigée au XIIe siècle est la principale curiosité du village,...

    Lire la suite
  • Moulin de Boisse

    moulin à vent

    C'est l’un des trois moulins des abords du bourg (les deux autres sont privés) : il dresse ses...

    Lire la suite
  • Ville médiévale

    patrimoine

    La place des Cornières, bordée d’arcades et de maisons du XVe au XVIIIe siècle, est le cœur du...

    Lire la suite
  • Flaugnac

    village

    Posé comme en équilibre sur un promontoire dominant la vallée de la Lupte, ce minuscle hameau aurait...

    Lire la suite
  • Église Saint-Barthélemy

    patrimoine religieux

    Dans un angle de la place des Cornières, elle présente un clocher carré surplombant des façades des...

    Lire la suite
  • Ville médiévale

    patrimoine

    La vieille ville appelle à une balade. Non loin de l’office du tourisme (commencez par y prendre un...

    Lire la suite
  • Marché aux truffes

    gastronomie

    Au-delà de ses ruelles, de ses maisons de pierre claire et de son église, Lalbenque attire...

    Lire la suite
  • Pont Valentré

    ouvrage d’art médiéval

    Véritable emblème de la ville, ce pont de pierre claire surmonté de trois hautes tours carrées...

    Lire la suite
  • Roc d’Anglars

    panorama

    À ne pas rater, ce panorama révèle le plus beau point de vue qui soit sur le village de...

    Lire la suite
  • Château de Cieurac

    renaissance

    Précédé d’un beau moulin à vent, ce château initialement bâti au XVe siècle se dresse à 4 km...

    Lire la suite
  • Cathédrale Saint-Étienne

    patrimoine religieux

    Au cœur des ruelles du vieux Cahors, cette cathédrale romane bâtie au XIIe siècle se distingue par...

    Lire la suite
  • Grotte du Bosc

    grotte à concrétions

    À 3,5 km de Saint-Antonin par la D75 en direction d’Espinas, cette grotte creusée par une rivière...

    Lire la suite
  • Collégiale Saint-Martin

    église et tapisseries

    À défaut d’être très impressionnante vue de l’extérieur – l’ensemble est assez...

    Lire la suite
Paramètres des cookies