Ende à FLORES!

Portrait d'anonyme
marcodurano
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 2 années 8 mois
  • Réponse(s) : 0

Ayant récemment effectué un séjour à FLORES, je vous écrit pour rectifier quelques informations qui me semblent datées ou erronées et signaler quelques manques regrettables!

Parlons d’abord de ENDE, située sur la route « touristique » entre Bajawa et Moni; elle sert en général d’étape entre ces deux villes et peu de touriste y reste, or c’est, à mon goût une des villes les plus agréables de Flores pour une étape prolongée, avec une population accueillante, des hôtels de bon rapport qualité-prix (contrairement à la majorité des villes de Flores!), d’excellents (et peu onéreux) restaurants…et de nombreux sites remarquables dans les environs!

Restaurants: vous recommandez à juste titre Sari Rasa, restaurant et patron exceptionnels! La carte est limitée mais la qualité est là, le patron est volubile, interessant et passionné (il parle très bien anglais), les prix sont sympathiques. Beaucoup plus de choix au très bon et populaire « Roda Baru » dont vous parlez également. Par contre, l’autre  restaurant cité (Rumah Makan) a fermé ses portes.

Hotel: vous ne parlez pas de l’hôtel Ikhlas (Jl Ahmad Yani), bon marché, propre, les meilleures chambres - climatisées (75 000 Rps) sont disposées autour d’un patio fleuri, les murs de l’espace commun sont tapissés de très bonnes cartes des environs et de toute l’Indonésie, le patron peut, s’il est là, vous donner toutes sortes d’informations sur la ville et la région (mais, à part lui, personne ne parle anglais), et, cerise sur le gâteau, il est situé à 2 pas de Sari Rasa ( une vingtaine de mètres en s’éloignant de la ville, de l’autre côté de la route) - et n’est pas loin du Rota Baru. Sur la même route, en se dirigeant vers le centre-ville, coté gauche, se trouve un loueur - bon marché, prix négociables - de petites (ou grosse!) motos. Seules ombres au tableau: les moustiques (mais ils sont présents dans toute la ville)!

Les environs:

  • Gunung Iya: un superbe volcan (de l’avis général un des plus spectaculaires de Flores, malgré sa faible altitude - 657 m) dont l’ascension est relativement aisée (à condition bien sûr de respecter les précautions habituelles: ne pas partir trop tard, ne pas tenter l’ascension par temps de brouillard ou de pluie, prévoir vêtements chauds et lampe frontale - le temps peut vite changer); un sentier démarre au niveau des carrières qui extraient la roche volcanique (spectaculaires!), après les fumantes décharges publiques (apocalyptiques!), au bout d’une piste montante caillouteuse et peu praticable (si on vient en moto-taxi, il y a des chances qu’il renonce à grimper les dernières centaines de mètres, qu’on devra alors gravir à pied, les ouvriers des carrières vous indiqueront le début du sentier), elle même au bout d’une petite route, au sud de la ville. Le sentier vous emmène en moins de 1 heure et demi au bord du cratère éteint, après avoir traversé une petite forêt de pins: partir sur la droite pour arriver au bord du cratère actif (à une dizaine de minutes): attention, les parois sont verticales et toute chute est sans espoir de retour! Les meilleurs vues sont obtenues en suivant le bord du cratère sur la droite, le plus loin qu’il est possible (attention! Le terrain est de plus en plus pentu et instable…) :  le cratère fumant, plein de fumerolles et de couleurs soufrées, de roches torturées, de falaises effondrées, d’à pics vertigineux ressemble vraiment aux portes de l’enfer! Les vues sur la côte valent également le coup.

      Nul besoin de permis, un guide peut être utile mais pas indispensable. On accède au début du sentier (ou presque…) en une quinzaine de minutes en moto à partir du centre ville - que ce soit une moto de location ou un moto-taxi, ils sont nombreux dans la ville (environ 20 000 Rps le trajet) - on peut aussi y aller à pied, le volcan n’est situé qu’à 5 kms de la ville.

Pas très loin, plus près de la ville, plus facile, on peut aussi escalader Gunung Meja, un volcan éteint, il parait qu’on y jouit d’une belle vue.

  • Wolotopo: il s’agit d’un village traditionnel Lio avec ses grandes maisons familiales, aux entrées encadrées par des  paires de seins en bois - la maison symbolise le corps féminin, au centre se trouve suspendu une curieuse sculpture en bois symbolisant le coeur et le foie - on la nourrit de lait en certaines cérémonies. Un maison carrée en bois abrite les os des ancêtres, on y voit un cheval sculpté dans un bateau, on voit des tombeaux en pierre, la vue sur l’Océan et les vertes collines environnantes est superbe, les environs sont parsemés de plantations de bananes, de café, de cacao, il y a un joli pont suspendu , un immense banyan au centre du village…Wolopoto est réputé aussi pour ses fins tissages d’Ikat. Vous serez probablement invité à boire un bon café, ou un thé et à visiter l’intérieur d’une maison (un don de 20 000 Rps est attendu paraît-il, personnellement, j’avais été invité par un originaire du village avec qui j’avais sympathisé en ville, je l’ai juste vu glisser discrètement un billet entre les mains de la vieille qui nous a accueillis). 

 Wolopoto se trouve sur une colline, à 12 kms à l’Est de la ville (25 mns en moto), on y parvient par une agréable route secondaire serpentant au bord de la mer, d’un coté les vertes collines très boisées, de l’autre l’océan et une succession de très jolies plages de sable noir, volcanique, et de belles vues sur la péninsule abritant les monts Iya et Meja, le trajet est un plaisir.

  • Vous avez surement déjà aperçu, dans des hôtels de Bali et d’autres lieux touristiques d’Indonésie, en décoration, ces galets bleus, bleus pastel et autres nuances de bleu, quelquefois rosés: et bien, ils viennent de Flores, plus exactement de « Blue stones Beach », et des plages et falaises environnantes, les falaises bleues…
  • Les 25 kms qui séparent Ende de ces plages aux galets bleus (très fréquentées par les citadins d’Ende le week-end) constituent une jolie balade en moto (on peut aussi y aller en bus) , sur une route sinueuse, le long de la côte, au Nord-Ouest de la ville, entre mer, collines, forêts, plantation de café, de cacao, petits village de pêcheurs, belles vues sur les volcans…Il s’agit en fait de la route principale de Flores, direction Bajawa.
  • Les galets bleus constituent une importante source de revenu pour la population, ils sont exportés depuis des siècles dans les autres îles indonésiennes, et la ressource semble inépuisable (il n’est qu’à voir les filons de galets bleus incrustés dans les falaises, d’un très joli bleu pâle elles aussi).
Portrait d'anonyme
webmaster
  • En ligne
  • Paris, France
  • Membre depuis :
  • 8 années 2 mois
  • Réponse(s) : 1

Le jeu 18 juin 2020 à 10:54

Bonjour Marco,

Merci beaucoup pour votre message. Il est très important pour nous d'avoir le retour de nos lecteurs ! Je le signale de suite à nos équipes éditoriales afin qu'ils vérifient tout cela lors de la prochaine réédition. 

J'espère que vous avez tout de même bien profité de votre voyage.

Belle journée à vous, 

Le Webmaster 

Portrait d'anonyme
nampla
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 9 mois
  • Réponse(s) : 1

Le dim 12 juil 2020 à 18:20

Bonjour,

Entièrement d'accord avec toi sur l'intérêt de Ende qui mérite bien plus que la simple étape de transit rapide entre 2 bus qu'en font la plupart des voyageurs.
Toujours à Florès on pourrait aussi en dire autant de Moni et de ses alentours qui pour un voyageur un peu curieux ne vaut  pas seulement que pour le Kelimutu.

Quant à ton "obsession" (humour) de suivre et relever à la lettre ce qui est écrit dans un guide, même remarque que ce que je t'ai déjà écrit sur le sujet dans ton topic sur Bajawa: laisse-le de temps en temps sur ta table de nuit lorsque tu sors de ta chambre d'hotel.
En plus tu te baladera + léger, parce que le guide LP sur l'indo, il est bien, mais niveau poids, hein, merci bien, si t'es maréchal-ferrant tu peux aussi t'en servir d'enclume!...

Paramètres des cookies