Hôtels et hébergements en Indonésie

Se loger en Indonésie

L'Indonésie possède un large pannel d’hébergements, allant de la pièce rudimentaire, dotée d’un simple matelas, à la chambre très luxueuse d’un cinq-étoiles. Bien que les tarifs varient considérablement d’un endroit à l’autre de l’archipel, le pays offre l’un des meilleurs rapports qualité/prix de l’Asie du Sud-Est. 
Les lieux touristiques comptent d’innombrables hôtels et restaurants abordables, et Bali regroupe les meilleurs établissements pour tous les budgets. Les tarifs n’augmentent pas vraiment dans les régions excentrées, où les établissements sont souvent d’un moindre confort.
Hormis dans quelques hôtels affichant des prix fixes, les tarifs sont souvent négociables, surtout en période creuse et dans les hôtels de catégories moyenne et supérieure : des réductions de 10 à 50 y sont souvent consenties à la réception ou lors d’une réservation en ligne.
La catégorie “petits budgets” regroupe les chambres avec ventilateur des losmen (hôtels basiques, souvent tenus en famille) ou des hôtels rudimentaires, avec un lit et un mandi (sdb à l’indonésienne) collectif – excepté dans les villes comme Jakarta et Jogjakarta où les chambres disposent généralement d’un mandi privatif. La catégorie moyenne désigne généralement un hôtel, et vous pouvez espérer une sdb à l’occidentale ou un mandi privatifs, des lits plus confortables avec quelques meubles, la climatisation et la TV. Le niveau de confort varie considérablement d’un établissement à l’autre. La catégorie supérieure est une version plus confortable de la précédente, avec des intérieurs plus récents et la TV sat. Les complexes touristiques de Bali sont aussi luxueux que ceux des grandes enseignes mondiales. Les chambres des hôtels et des ensembles touristiques commentées dans ce guide disposent d’une sdb sauf mention contraire. 
Tous les hôtels appliquent une taxe gouvernementale de 10%, mais de nombreux établissements bon marché l’ignorent ou l’incluent dans le tarif de la chambre. Les hôtels de catégories moyenne et haut de gamme appliquent un supplément de 21 (le plus plus), sans l’indiquer dans leur tarif – mieux vaut se renseigner en arrivant pour éviter des malentendus au moment du règlement.
Des chaînes d’hôtels économiques (Citihub, Fave, Grandmas, Ibis Style, Tune et Whiz) se multiplient dans les grandes villes et à Bali. Avec leurs couleurs vives, leurs intérieurs de style Ikéa et leurs équipements modernes (clim, Wi-Fi, etc.), elles sont un gage de fiabilité à défaut d’authenticité.

Réservation en ligne

Pour les hôtels, en particulier ceux de catégories moyenne et supérieure, on trouve souvent de meilleures offres sur Internet. Certains établissements proposent des tarifs préférentiels sur leur site Internet et quantité d’autres travaillent avec des agences et des revendeurs pour louer leurs chambres à des tarifs réduits.
Outre les principaux sites de voyages sur Internet, les sites suivants affichent des prix intéressants à Java, Bali et dans d’autres îles touristiques :
Asia Rooms (www.asiarooms.com)
Agoda (www.agoda.com)
Bali Discovery (www.balidiscovery.com)

Auberges de jeunesse

L’Indonésie possède peu d’auberges de jeunesse, car les hôtels bon marché abondent. Jakarta possède quelques hébergements en dortoir et une poignée d’auberges de jeunesse existent ici et là. Toutefois, même les plus économes des voyageurs pourront arpenter l’Indonésie sans avoir besoin d’y passer la nuit. 

Camping

Les jeunes Indonésiens campent souvent dans les parcs nationaux, mais les terrains bien équipés avec électricité sont rares. En dehors des parcs, les villageois considèrent les campeurs comme des excentriques.  Certains grands treks au Kalimantan et en Papouasie nécessitent de dormir à la belle étoile. 
Un “sac à viande” ou un sarong suffiront dans les plaines ; en revanche, ne partez pas en altitude sans matériel approprié. Il peut pleuvoir toute l’année, le soir ou la nuit, dans les régions montagneuses, ce qui est dangereux pour les campeurs inexpérimentés ou mal équipés. Prévoyez aussi une moustiquaire afin de vous protéger des insectes et autres bestioles nocturnes.

Séjourner dans un village

En Indonésie, il est souvent possible de loger dans des villages. Si le hameau ne possède aucun hôtel, renseignez-vous auprès du kepala desa (chef du village), généralement très hospitalier et amical, qui ne vous proposera pas seulement un toit mais aussi le repas (et souvent chez lui !). Vous ne disposerez pas toujours d’une chambre, mais vous aurez au moins un lit. 
Ce logement est payant ; comptez le même prix qu’un losmen bon marché (50 000 Rp à Java). Parfois, le kepala desa suggère un montant, mais le terserah (“à votre guise”) est généralement de rigueur, et la proposition doit venir de vous. Si la maison du chef du village fait office d’hôtel de fortune, les visiteurs sont reçus en grande pompe et souvent autour d’un repas préparé à leur intention. Pensez à offrir un ou deux cadeaux à vos hôtes (cigarettes, photographies ou petits souvenirs de votre pays…). Les séjours chez l’habitant sont une excellente occasion de rencontrer des familles et de découvrir la vie quotidienne des Indonésiens tout en faisant travailler l’économie locale.
Les bourgs qui jalonnent les sentiers de randonnée de la vallée du Baliem possèdent souvent des maisons d’hôtes destinées aux touristes. À défaut, il est possible de dormir dans la maison d’un instituteur, dans une école ou dans un bâtiment administratif (comptez 80 000-120 000 Rp, sans repas). Dans les îles Raja Ampat, des hébergements chez l’habitant ont récemment vu le jour dans plusieurs bourgs (300 000-500 000 Rp par personne, repas inclus).
Dans les lieux où aucun hébergement n’est possible, adressez-vous au poste de police ou à n’importe quel bureau vaguement officiel. Les plantations de palmiers à huile disposent ainsi de logements pour leurs employés de passage – si vous êtes hébergé là, faites preuve de courtoisie et évitez de parler de la protection des forêts tropicales... 

Villas et longs séjours

De luxueuses villas constituent un hébergement très prisé à Bali, avec un bémol : le coût écologique de leur consommation d’eau et de leur emplacement au milieu des rizières. Plusieurs demeures, qui semblent sorties d’un magazine d’architecture intérieure, disposent de piscines, d’une vue et d’un accès à la plage, entre autres, sans oublier les services d’un cuisinier et/ou d’un chauffeur.
Les tarifs vont de 200 $US la nuit (ou moins) pour une villa “basique” à 1 200 $US la nuit (et plus) pour une propriété tropicale. Des promotions sont disponibles, surtout en basse saison. Partager le logement à plusieurs couples permet aussi d’avoir un prix plus abordable. Pour des séjours plus longs, les bonnes affaires commencent à 800 $US par mois (voir le site du Bali Advertiser www.baliadvertiser.biz). Si vous aimez la sobriété, il est possible de louer des bungalows au milieu des rizières à Ubud pour 300 $US par mois
Voici quelques agences :
Bali Discovery (www.balidiscovery.com)
Bali Private Villas (0361 316 6455 ; www.baliprivatevillas.com)
Bali Tropical Villas (0361 732 083 ; www.bali-tropical-villas.com
Bali Villas (0361 703 060 ; www.balivillas.com)
Avant de louer une villa, posez-vous les questions suivantes :

  • À quelle distance de la plage et des commerces se trouve la maison ?
  • Est-ce qu’un service de chauffeur ou une voiture est inclus ?
  • S’il y a un cuisinier, les repas sont-ils compris dans le prix ?
  • Y a-t-il un service de blanchisserie ?
Mis à jour le : 6 juin 2018
Paramètres des cookies