1. Accueil
  2. Magazine
  3. Où partir ?
  4. Les meilleures destinations à faire en février
Où partir ?

Les meilleures destinations à faire en février

Mis à jour le : 8 novembre 2019

Carte

Vous n'étiez pas inspirés par nos idées de voyage pour partir en janvier ? Ou vous attendiez simplement les vacances de février pour pouvoir partir ? Ne vous inquiétez pas, une multitude de destinations s'offrent à vous pour profiter de ces congés. Nous vous avons sélectionné ici nos 10 pays ou régions fétiches pour partir à cette période de l'année, que ce soit pour leur calme, leur surprenante nature, leurs bons plans ou leur climat. 

1. Ibiza, Espagne

Pourquoi en février ? Pour une remise en forme sous un climat doux.
En février, Ibiza est aux antipodes de l’image fêtarde qui s’attache d’ordinaire aux Baléares. Connue pour son clubbing frénétique l’été, l’île présente une atmosphère bien plus calme hors saison, idéale pour un séjour de détox. Avant d’oublier les bonnes résolutions du début d’année, mettez le cap sur cette destination de bien-être, qui jouit de températures hivernales plutôt clémentes (10-16°C). On y trouve des villas spécialisées dans les vacances saines, souvent proches de sentiers où courir et faire du vélo. Parmi les prestations proposées, des séances avec un coach de fitness et des cours de cuisine minceur avec des chefs créatifs. Il existe aussi des centres de yoga fonctionnant toute l’année. Sinon, rien n’empêche de faire de l’exercice tout seul : les pinèdes, les jolies criques, les falaises escarpées et les villages blancs forment un cadre idéal pour la randonnée et la pratique du yoga en plein air. Sans compter la beauté des amandiers en fleurs en février.

S’organiser : si vous voulez vous évader vraiment, mieux vaut louer une villa isolée. La ville d’Ibiza vaut une visite, une grande partie des restaurants restent ouverts et sont remplis de gens du cru.
À savoir : nombre de bars et presque toutes les discothèques ferment d’octobre à mai.

adobestock_137797418.jpeg

Profitez de la basse saison pour découvrir la nature d'Ibiza

2. La République Dominicaine

Pourquoi en février ? Pour la planche à voile, les baleines et le soleil.
Occupant l’est de l’île d’Hispaniola (Haïti couvre la partie ouest), la République dominicaine est assez vaste et variée pour satisfaire tous les goûts. Elle compte des hébergements pour routards dans des villages de pêcheurs, des retraites haut de gamme où passer sa lune de miel et des établissements à formules tout compris parfaits pour les familles. Le pays abrite le plus haut sommet des Caraïbes – le Pico Duarte (3 098 m) – et l’une des plus vieilles villes caribéennes, Saint-Domingue, et il a vu naître une danse, le merengue. En février, le temps sec permet de découvrir tous ces aspects. C’est aussi la meilleure période pour la planche à voile dans la station balnéaire animée de Cabarete. Et des milliers de baleines à bosse viennent se reproduire dans la baie de Samaná.

S’organiser : vous pouvez passer quelques jours à profiter de la plage, puis rallier Samaná et des rivages plus isolés, continuer vers le nord-ouest jusqu’à Cabarete, puis mettre le cap au sud vers les montagnes à Jarabacoa, avant de découvrir le patrimoine colonial de Saint- Domingue.
À savoir : les principaux aéroports se situent à Saint-Domingue (Sud), Puerto Plata (Nord) et Punta Cana (Est).

adobestock_213972554.jpeg

Los Haitises National Park, République Dominicaine

3. Le Nord de l'île du Sud, en Nouvelle-Zélande

Pourquoi en février ? Pour apprécier les délices de la région sans la foule.
Février est l’un des mois les plus chauds de l’année (20-30°C), et, à cette date, les Néo-Zélandais ne sont plus en vacances : la période est donc propice pour visiter les lieux habituellement très fréquentés durant l’été austral, comme le parc national Abel Tasman – rien de tel que de marcher, faire du kayak et camper sur le sable doré et les promontoires boisés au calme et par un temps ensoleillé. C’est aussi un bon moment pour faire à vélo la tournée des quelque 150 caves de la région viticole de Marlborough : les vignes sont chargées de raisins (les vendanges ont lieu entre mars et mai). Blenheim accueille le Marlborough Food and Wine Festival, qui présente les produits du terroir : fruits (cerises, fraises, abricots), fromage de Kaikoura, palourdes de la Cloudy Bay, morue bleue et moules vertes des Marlborough Sounds. Les gourmets apprécieront aussi les restaurants des domaines viticoles. Enfin, des croisières attireront les amateurs de pêche.


S’organiser : on peut combiner des activités dans le parc national Abel Tasman, la découverte de la ville très arty de Nelson, des dégustations de vin à Marlborough et l’observation des baleines à Kaikoura.
À savoir : le ferry en provenance de l’île du Nord accoste à Picton, 100 km à l’est de Nelson et 30 km au nord de Blenheim.

adobestock_73874452.jpeg

Kaikoura Beach, île du Sud, Nouvelle-Zélande

4. Le Ladakh, en Inde

Pourquoi en février ? Pour les léopards des neiges et le trekking dans la glace.
Brrrrrrr : Il fait frisquet en cette saison sur les hauteurs himalayennes du nord-ouest de l’Inde (autour de -6°C en journée)… Mais braver le froid promet quelques expériences hors du commun. Le parc national Hemis, qui abrite un monastère vieux de 400 ans, est aussi l’un des rares endroits de la planète où le furtif léopard des neiges se laisse parfois surprendre. Durant la saison des amours – qui culmine en février –, ces grands félins des montagnes descendent dans les vallées pour trouver des partenaires, et il est plus facile de les observer. Pour les sportifs, le trek du Chadar est un parcours ardu qui débute près de Leh et emprunte le cours gelé du Zanskar, seule façon d’accéder aux villages d’altitude en hiver. Février correspond au moment où la glace est la plus stable. Le froid est glacial, mais les montagnes enneigées composent un tableau saisissant.
S’organiser : prenez l’avion pour Leh. À 10 km au sud se trouve Hemis, d’où des treks guidés dans la vallée de Tarbuns offrent parfois la chance de voir des léopards. Le trek  du Chadar part de Chilling, à 65 km de Leh, et dure 6 jours.
À savoir : Leh étant perchée à 3 500 m, pensez à bien vous hydrater pour favoriser l’acclimatation.

adobestock_108171438.jpeg

A très haute altitude, dans le parc national Hemis, à l’extrême nord de l'Inde

5. Wyoming, USA

Pourquoi en février ? Pour le ski ébouriffant et les sources chaudes.
Les skieurs et les adeptes du snowboard apprécieront la station de Jackson Hole, que l’on surnomme “The Big One”, pour son relief abrupt et son excellente poudreuse (plus sèche et épaisse en janvier-février). On y trouve des pistes pour débutants, mais l’endroit convient mieux aux skieurs de niveau intermédiaire et pro. Plus au nord, le parc national de Yellowstone se vide en hiver. Ses routes ferment et il s’explore en autoneige, à motoneige, à ski ou en raquettes. Geysers et sources chaudes fument dans l’air glacé, attirant les animaux en quête de chaleur. Les loups gris ressortent d’ailleurs davantage sur le manteau neigeux, et leurs traces sont plus faciles à suivre – une excursion guidée dans la Lamar Valley vous permettra peut-être d’en apercevoir.

S’organiser : Jackson Hole est prisé des skieurs expérimentés, tandis que la station voisine de Snow King convient mieux aux débutants. Une belle route mène vers le nord et Yellowstone ; les rangers proposent des circuits gratuits. Des formules de séjour existent, dédiées à la faune ou aux sports d’hiver.
À savoir : l’aéroport de Jackson Hole se trouve à 12 km au nord de Jackson et à 90 km au sud de l’entrée sud de Yellowstone.

adobestock_109475278.jpg

Yellowstone National Park

6. Côte de l'océan Indien, Kenya

Pourquoi en février ? Pour la chaleur et les eaux splendides.
Le pays est si célèbre pour sa faune qu’on en oublierait presque son littoral. Le rivage kenyan de l’océan Indien abrite pourtant des plages de premier ordre, avec sable blanc, palmiers et eaux cristallines. Les dhows de pêcheurs et les kangas multicolores des femmes ajoutent une touche pittoresque et photogénique. La côte swahilie a son identité bien à elle, avec les maisons arabes de Mombasa et les spécialités de curries de poisson parfumés. La plupart des hôtels restent discrets et suffisamment espacés pour préserver l’atmosphère de rêve. Côté snorkeling et plongée, les fonds marins sont spectaculaires, surtout en janvier-février quand le temps chaud et sec va de pair avec une visibilité maximum. Les requins-baleines passent également par là au cours de leur migration (fév-avr et sept-oct).
S’organiser : ne manquez sous aucun prétexte la visite de la vieille ville de Mombasa et de Fort Jesus. Si vous ralliez Mombasa par voie terrestre depuis Nairobi, vous pourrez en chemin faire un safari à Tsavo. Au sud de Mombasa, la plage de Diani est très agréable. Watamu et Malindi, 120 km au nord, sont protégés par des parcs nationaux marins.
À savoir : renseignez-vous sur les conditions de sécurité – la côte au nord de Malindi peut être déconseillée aux voyageurs.

adobestock_200499552.jpeg

Miser sur la beauté et la tranquillité des côtes kényanes, comme ici sur la plage de Diani.

7. Le Sud du Portugal

Pourquoi en février ? Pour les prix attractifs, le temps agréable et les arbres en fleurs.
L’hiver est bref et rarement rigoureux dans l’extrême sud-ouest de l’Europe. S’il ne fait pas assez chaud pour la baignade sur les plages tranquilles de l’Algarve, au sud, ni sur celles plus sauvages de l’Alentejo, à l’ouest, ces côtes pittoresques qui reçoivent alors peu de touristes offrent un cadre propice à la promenade et au VTT. Hors saison, vous bénéficierez également de prix plus bas, ce qui n’est pas peu dire dans une région déjà bon marché (une bière coûte moins de 2 euros). Les températures sont douces (16°C en moyenne), le printemps est précoce et les amandiers fleurissent déjà, embellissant la campagne. Le moment est idéal pour visiter l’arrière-pays où règne l’été une chaleur souvent étouffante, notamment le village fortifié de Monsaraz, la ville médiévale et Renaissance d’Évora et les plaines plantées de chênes-lièges.

S’organiser : il y a des aéroports à Lisbonne et Faro. On peut choisir un joli point de chute – on trouve des quintas (fermes) reconverties d’un excellent rapport qualité/prix – et se balader en voiture, à vélo ou à pied.
À savoir : goûtez le caldo verde, une soupe au chou roborative généralement accompagnée d’une saucisse de porc et de pain de maïs.

adobestock_186384790.jpeg

Vue aérienne depuis l'église du village de Monsaraz, au Portugal

8. Donsol, Philippines

Pourquoi en février ? Pour le temps splendide et les requins-baleines.
Plus grands poissons du monde, les requins-baleines peuvent mesurer jusqu’à 13 m de long. Donsol, un village côtier au bout de l’île de Luzon, figure parmi les meilleurs endroits de la planète pour les observer de près. Durant la période propice, qui court de février à mai, on peut parfois voir simultanément une dizaine d’individus. De nombreux tour-opérateurs respectueux de la nature organisent des sorties de snorkeling en bateau permettant de nager parmi les requins-baleines, inoffensifs pour l’homme. Comme on est en plein milieu de la saison sèche, on peut en profiter pour explorer plus avant les Philippines, dont les quelque 7 000 îles offrent l’embarras du choix.

S’organiser : Legazpi, près de Donsol, se rallie en avion depuis Manille. Après avoir vu les requins-baleines, on peut voler vers le sud pour une dose de culture à Cebu,
les Chocolate Hills et la faune de Bohol, et les plages éblouissantes de Panglao.
À savoir : avant une excursion d’observation des requins-baleines, on explique aux participants le comportement à adopter.

adobestock_109314263.jpeg

Nager parmi les requins-baleines, le rêve non ?

9. Gold Coast, Australie

Pourquoi en février ? Pour les sports nautiques et les parcs naturels.
Cette côte sablonneuse du sud du Queensland, longue de 35 km, est l’une des zones les plus construites d’Australie : tours d’habitation, parcs à thème, centres commerciaux… Pour autant, on peut y passer du bon temps. En février, la chaleur encore estivale incite à lézarder sur la plage. L’eau est à 25°C et exempte de méduses. Il s’agit par ailleurs d’une période hors vacances scolaires, plus calme. Vous aurez probablement de la pluie, mais rien qui vous empêche de nager, surfer ou de dévaler les toboggans de Wet’n’Wild. Après cette ambiance balnéaire un peu clinquante, direction l’intérieur des terres. Les parcs nationaux de Springbrook et de Lamington, abritent une nature luxuriante ponctuée de cascades. Ici, la fraîcheur s’avère idéale pour des marches à travers les ravins remplis de fougères et la forêt tempérée humide. À Springbrook, ne manquez pas le spectacle nocturne de millions de vers luisants au Natural Bridge : leur luminescence augmente durant les mois plus chauds et humides (déc-mars).

S’organiser : en 7 jours, alternez plages, parcs d’attractions et découverte de l’arrière-pays.
À savoir : des trains circulent entre l’aéroport de Brisbane et la Gold Coast (1 heure 30).

istock-shannonstent-gold_coast.jpg

Plage de sable blanc sur la Gold Coast en Australie

10. Honduras

Pourquoi en février ? Pour faire de la plongée à petit prix, par temps de rêve.
Apprendre la plongée – respirer sous l’eau, maîtriser sa flottabilité et explorer un autre univers – est une expérience exaltante. En la matière, les Islas de la Bayía au Honduras, et notamment Utila et Roatán, sont des lieux formidables. Ces îles comptent de nombreuses écoles, parmi les moins chères de la planète. L’archipel offre en outre un décor paradisiaque, avec ses plages de sable blanc et fin et ses eaux cristallines (meilleure visibilité de février à juin). Sa faune marine exceptionnelle comprend toute l’année des espèces telles que dauphins, tortues à écailles, grandes raies et requins de récif, et de février à mai des requins-baleines.

S’organiser : Arrivée en avion ou ferry à Roatán. Un stage PADI Open Water dure environ 4 jours. Le climat sec et frais de février convient aussi pour visiter des sites comme les ruines mayas de Copán et le parc national du Pico Bonito.
À savoir : la plupart des vols internationaux à destination du Honduras arrivent à San Pedro Sula.

adobestock_117555950.jpeg

Vue sur Roatán, la plus grande des îles de la baie du Honduras


Paramètres des cookies