1. Accueil
  2. Magazine
  3. Sports et activités
  4. Où skier sans se ruiner ? Le top des stations bon marché d'Europe
Sports et activités

Où skier sans se ruiner ? Le top des stations bon marché d'Europe

Texte par

Anita Isalska (traduit de l'anglais par Yann Champion)

Mis à jour le : 7 octobre 2020

Carte

Tous les skieurs le savent : rien n’est plus effrayant qu’un à-pic montagneux verglacé, si ce n’est le prix des séjours à la montagne. Dans les grandes stations de ski européennes, le forfait d’une semaine frise souvent les 300 euros et il peut même parfois atteindre des sommets encore plus vertigineux. Ajoutez à cela les frais d’hébergement et les prix mirobolants que peuvent atteindre un hamburger caoutchouteux ou une bière insipide et vous aurez de quoi décourager tout rêve de poudreuse...

Pourtant, ce n’est pas une fatalité ! Nous avons sillonné le continent européen à la recherche du Graal des sports d’hiver : des stations de ski à taille humaine, où le forfait de ski pour six jours coûte moins de 200 euros en haute saison. Ces huit paradis hivernaux disposent en outre d’hébergements et de restaurants qui ne vous laisseront pas sur la paille et, cerise sur le gâteau, vous y trouverez suffisamment de curiosités culturelles pour vous occuper les jours où vous ne chausserez pas les skis.

Laissez donc de côté vos craintes financières de côté et partez tout schuss vers ces pistes abordables.

antonia-chekrakchieva-rl84cpa3jug-unsplash.jpg

Les tarifs peu élevés de Borovets attirent de nombreux fêtards, mais la station compte également d’excellentes pistes (encore faut-il parvenir à se remettre de ses nuits endiablées !)

 

Borovets, Bulgarie

Borovets fait la joie des skieurs depuis la fin du XIXe siècle. Entourés de forêts d’arbres à feuilles persistantes, ses 58 km de pistes (essentiellement bleues et rouges) zèbrent les flancs de la montagne la plus imposante de Bulgarie, le mont Moussala (2 925 m), à une altitude de 2 560 m.
Cela ne plaira pas à tout le monde, mais Borovets est parfois prise d’assaut par des groupes de jeunes fêtards (enterrements de vie de garçon ou de jeune fille), que l’on voit dévaler les pentes avant d’envahir les bars et night-clubs de la station. Vous pouvez les suivre pour profiter de bières bon marché, mais méfiez-vous des promotions sur le rakia (eau-de-vie à base de fruits particulièrement forte). Les hébergements bon marché sont généralement des hôtels sans charme, mais il est difficile de s’en plaindre lorsqu’on ne débourse que 300 euros environ pour un séjour d’une semaine dans une chambre double confortable. Pour tout dire, les tarifs sont si abordables que pour beaucoup, le principal inconvénient de Borovets est que l’on a tendance à abuser des tire-fesses, d’où des engourdissements mal placés (un inconfort vite oublié compte tenu de la qualité des pistes et des tarifs de la station).

  • Forfait remontées mécaniques en haute saison : 300 lv (153 euros ) pour 6 jours.

  • Comment s’y rendre : À seulement 1 heure 30 de Sofia, la capitale. Le prix du transfert entre l’aéroport et Borovets commence à 12 euros  (sans supplément pour le transport des skis). Le trajet en bus jusqu’à Samokov puis en navette est encore moins cher.

 

500pxrf_123724669.jpg

Vogel est moins vaste que certaines autres stations réputées d’Europe, mais les tarifs pratiqués y sont aussi considérablement moins élevés.

 

Vogel, Slovénie

À l’ombre du mythique mont Triglav, en Slovénie, que les premiers Slaves croyaient être la demeure d’une divinité à trois têtes, se cache la modeste station de ski de Vogel. Avec ses 22 km de pistes bleues (pour débutants) et rouges, elle ne joue pas dans la cour des grands d’Europe, d’autant que la neige n’est pas garantie, mais Vogel est très bon marché et jouit d’une vue inoubliable sur les Alpes juliennes.

Certaines pensions ferment leurs portes l’hiver, mais les tarifs à Ukanc, au pied des remontées mécaniques, tournent autour des 50 euros  la chambre double par nuit (Ribčev Laz compte d’autres options). À votre arrivée, vous n’aurez pas à payer le transport si votre pension participe au programme de navettes de la vallée de Bohinj. Les alentour abritent en outre des merveilles naturelles facilement accessibles en voiture, comme le lac de Bohinj (40 minutes) et le sublime lac de Bled (1 heure), encore plus enchanteur sous une fine couche de neige.
 

  • Forfait remontées mécaniques en haute saison : 153 euros  pour 6 jours.

  • Comment s’y rendre : À 1 heure 30 de voiture de l’aéroport de Ljubljana, mais vous pouvez réduire le coût en prenant le train jusqu’à Bohinjska Bistrica.

 

istock-519717672.jpg

Bien que donnant accès à un domaine skiable gigantesque, le joli village de Sauze d'Oulx a su conserver un charme intimiste

Sauze d’Oulx, Italie

À cheval sur la frontière franco-italienne, le monumental (440 km) domaine skiable de la Via Lattea (Voie lactée) est sillonné d’une multitude de pistes abritées et bordées d’arbres. La majorité d’entre elles se trouvent en Italie et se rejoignent facilement au départ de Sauze d’Oulx. Deux tiers des pistes étant rouges, elle est plutôt destinée aux skieurs de niveau intermédiaire. L’avantage est que, compte tenu de la taille de la station, il y a toujours quelque chose à voir loin des foules.

Bien qu’il s’agisse aujourd’hui d’une machine bien huilée du secteur des sports d’hiver, Sauze d’Oulx est parvenue à préserver le charme de son village : les rues pavées sont bordées de trattorias où des vins du Piémont viennent accompagner un lapin à la polenta, des légumes frits et autres spécialités du nord de l’Italie. Les appartements indépendants offrent le meilleur rapport qualité/prix, les séjours d’une semaine près du télésiège de Clotes coûtant moins de 600 euros .
 

  • Forfait remontées mécaniques en haute saison : 196 euros  pour 6 jours (Via Lattea côté italien).

  • Comment s’y rendre : Le transfert en bus entre l’aéroport de Turin et Sauze d’Oulx (1 heure 30) coûte environ 38 euros . Le trajet en bus jusqu’à Porta Nuova puis en train jusqu’à la station d’Oulx revient moitié moins cher.

 

ostap-senyuk-sw4bthmsgqg-unsplash.jpg

Des pistes de haute altitude et une dose de culture slovaque vous attendent sur les pentes de Jasná

Jasná Nízke Tatry, Slovaquie

Hauts sommets et bas prix sont au rendez-vous dans la plus vaste station de ski de Slovaquie. Jasná offre en effet un réseau de pistes de 49 km qui parcourent les flancs du mont Chopok (2 024 m), avec une vingtaine de remontées mécaniques rapides, des canons à neige sur plus de la moitié du domaine, une zone de ski freeride et la possibilité de skier en nocturne.

Jasná étant aussi au cœur de la culture montagnarde slovaque, les visiteurs pourront se délecter de récits, au coin du feu, sur les héros populaires locaux tout en dégustant de roboratifs plats de berger. La cuisine locale s’adapte parfaitement au budget des skieurs peu fortunés : un billet de 10 euros suffira amplement pour s’offrir une généreuse portion de bryndzové halušky, le plat national (sorte de petits gnocchis au fromage de brebis et au lard), et deux bières Zlatý Bažant. Vlkolínec, à seulement 45 minutes de route, est un hameau féérique du XIVe siècle perché à flanc de colline.
 

  • Forfait remontées mécaniques en haute saison : à partir de 136 euros  pour 6 jours (via Gopass).

  • Comment s’y rendre : Des vols bon marché atterrissent à l’aéroport de Poprad-Tatras. De là, le trajet en train et en bus (via Liptovský Mikuláš) coûte moins de 10 euros .

 

istock-689151238.jpg

Les magnifiques églises romanes de la Vall de Boí sont une destination idéale pour une sortie culturelle après une longue journée à dévaler les pistes

 

Boí Taüll, Espagne

Boí Taüll est située à 2 020 m d’altitude... à son point le plus bas. Vous y trouverez certaines des pistes les plus élevées des Pyrénées, parcourant une station de ski familiale, peu fréquentée et orientée au nord – élément essentiel pour profiter d’une neige qui tient longtemps. Toutefois, mieux vaut prévoir son séjour assez tôt si l’on souhaite obtenir un appartement ou une chambre en hostal (pension) à moins de 450 euros  la semaine.

C’est une station très agréable, avec 45 km de pistes principalement rouges et noires. Une fois en bas des pistes, les spécialités catalanes revigorantes, comme les escargots épicés et les trinxat (hachis de pommes de terre et de chou), font oublier la morsure du froid avant une délicieuse crêpe bon marché, dégoulinante de chocolat, chez Ca la Pepa. La richesse architecturale de la région permet aussi un grand nombre de visites peu onéreuses après le ski, notamment les fresques mondialement connues qui ornent les neuf églises romanes classées par l’Unesco de la Vall de Boí.
 

  • Forfait remontées mécaniques en haute saison : 175 euros  pour 6 jours.

  • Comment s’y rendre : Par la route, il est plus rapide de rejoindre la station depuis l’aéroport de Toulouse-Blagnac que depuis les aéroports de Gérone ou Barcelone-El Prat. En bus, faites une correspondance à Vielha pour gagner Taüll.

 

zima59-97c2292df11c.jpg

Un plongeon dans la piscine thermale extérieure de l’établissement Terma Bania est un moyen idéal de soulager les courbatures dues au ski

Białka Tatrzańska, Pologne

Plus grande station de sports d’hiver de Pologne, Białka Tatrzańska est un savoureux cocktail de pistes de ski pour débutants, d’hospitalité et de vues sur les Carpates. Kotelnica, Bania et Kaniówka forment un unique domaine skiable interconnecté (18 km de pistes au total), idéal pour les skieurs encore hésitants. Une fois trouvé votre équilibre, votre forfait vous donnera accès aux stations voisines, où des descentes plus difficiles vous attendront.
Les chambres particulières, souvent décorées de meubles en bois sculpté et de dentelles de grand-mères, sont très abordables, à environ 170 PLN (40 euros ), tarif qui inclut généralement un petit déjeuner gargantuesque. Côté cuisine, les plats traditionnels, comme les pierogi (raviolis) et le żurek (soupe aigre), coûtent moins de 15 PLN (3,50 euros ). La Żubrówka (vodka à l’herbe du bison) est, elle, souvent généreusement offerte. Moins susceptible de vous empêcher de retourner faire du ski le lendemain matin, Terma Bania dispose d’une piscine extérieure à l’eau très chaude, avec vue sur les Tatras.
 

  • Forfait remontées mécaniques en haute saison : Comptez 510 PLN (112 euros ) pour le forfait Tatry Super Ski Pass de 6 jours, valable dans toutes les stations.

  • Comment s’y rendre : Les navettes privées au départ de l’aéroport de Cracovie offrent un bon rapport qualité/prix pour les groupes (95 euros  pour 4 personnes). Les bus publics depuis la gare ferroviaire de Kraków Główny (2 heures) sont extrêmement bon marché (PLN 18, 4 euros ).

 

sandra-grunewald-niogq79mep4-unsplash.jpg

Grâce (en partie) aux canons à neige, les pistes de Sudelfeld–Bayrischzell restent enneigées toute la saison

Sudelfeld–Bayrischzell, Allemagne

En comparaison avec les immenses stations autrichiennes, Sudelfeld–Bayrischzell, avec ses 31 km de pistes reste modeste, tout comme les prix pratiqués. Un séjour d’une semaine dans une pension douillette coûte environ 500 euros  par semaine (une économie significative par rapport aux grandes stations situées de l’autre côté de la frontière) et permet d’accéder à un grand choix de pistes rouges et de zones de hors-pistes parfaites pour les skieurs expérimentés. Les personnes souhaitant diminuer encore un peu plus leurs dépenses pourront opter pour un hébergement de style dortoir, comme on en trouve à la Jugendherberge, où un lit et le petit-déjeuner reviennent au prix modique de 24,40 euros  la nuit.

Les plats de viande bavarois ne sont pas donnés, mais plusieurs spécialités locales bon marché, comme la currywurst ou la flammekueche, permettent d’économiser suffisamment pour goûter en outre une ou deux Weissbier, dont la mousse blanche rappelle les pistes de la station, blanches durant toute la saison grâce aux canons à neige.
 

  • Forfait remontées mécaniques en haute saison : 210 euros  pour 6 jours.

  • Comment s’y rendre : Des trains réguliers (20 euros , 1 heure 30) rallient Bayrischzell depuis la gare centrale de Munich (München Hauptbahnhof), qui est très bien desservie.

 

pizza-1317699_640.jpg

Quoi de mieux pour achever une journée parfaite sur les pistes qu’une authentique pizza italienne ?

Val Cenis, France

Pourquoi se ruiner dans le très glamour Val d’Isère alors que les Alpes françaises peuvent s’offrir à vous moyennant un tout petit prix ? Les cinq villages de Val Cenis donnent accès à 125 km de pistes délicieuses. Les débutants pourront s’aventurer loin, avec des pistes bleues allant du village jusqu’au sommet de la station (à une altitude vertigineuse de 2 800 m), ainsi qu’une multitude de pistes rouges et quelques pistes noires.

Les appartements pour 4 à 6 personnes coûtent en général autour de 450 euros  par semaine, soit le montant à payer par personne pour un lit en auberge avec un balcon donnant sur les Alpes. Ajoutons que la frontière italienne se trouve à quelques schuss seulement, ce qui signifie que vous pourrez déguster des pizzas authentiques et délicieuses à des tarifs raisonnables. Que demander de plus ?
 

  • Forfait remontées mécaniques en haute saison : 161 euros  pour 6 jours.

  • Comment s’y rendre : Les aéroports de Turin, Grenoble et Chambéry se trouvent tous à moins de 2 heures de route. En bus, la gare TGV de Modane est située à 45 minutes de la vallée (à partir de 13 euros ).

 
 


Paramètres des cookies