1. Accueil
  2. Magazine
  3. Randonnée
  4. Slovénie : l'ascension du mont Triglav
Randonnée

Slovénie : l'ascension du mont Triglav

Mis à jour le : 20 décembre 2016

Carte

L’ascension du mont Triglav est mythique pour les Slovènes, si bien que si vous la réalisez en tant que visiteur étranger, vous aurez droit au respect éternel des habitants... Tout pour mener à bien ce projet lors de votre voyage en Slovénie

Le Triglavski Narodni Park

Niché au cœur de la Slovénie, le Triglavski Narodni Park est l’une des plus grandes réserves nationales d’Europe. Il offre un paysage vierge et spectaculaire de montagnes rocheuses – dont le fameux mont Triglav (2 864 m), le plus haut du pays –, de gorges, de ravins, de canyons, de grottes, de rivières, de ruisseaux, de forêt primaire et de prairies alpines. L’eau y a créé un des plus grands réseaux karstiques des Alpes avec de nombreuses gorges, grottes et dolines.
C’est l’une des destinations favorites des Slovènes le week-end pour randonner, parcourir la montagne à VTT, pêcher ou se lancer sur les rapides en eaux vives. Les principaux points d’accès sont : Bohinj, Kranjska Gora et, dans la région voisine, Trenta.

Ascension du mont Triglav : mode d'emploi

Le sommet de 2 864 m en roche calcaire nommé Triglav (“trois têtes”) est une source d’inspiration et de dévotion pour les Slovènes depuis plus d’un millénaire. Les premiers Slaves croyaient que la montagne abritait une divinité à trois têtes qui régnait sur le ciel, la terre et les enfers. C’est en 1778 qu’un alpiniste autrichien et ses trois guides slovènes réussirent à en vaincre le sommet en partant de Bohinj. Sous le règne des Habsbourg, tout Slovène qui se respectait considérait le “pèlerinage” au Triglav comme la confirmation de son identité ethnique. Une tradition toujours d’actualité, puisqu’un Slovène se doit d’effectuer l’ascension au moins une fois dans sa vie.
Vous aussi, vous pouvez faire l’ascension du plus haut sommet du pays, en étant bien conscient que le Triglav n’est pas une promenade de santé ! Outre la difficulté du parcours, l’une des principales sources de danger tient à l’intense fréquentation par beau temps. À l’approche du sommet, des dizaines de personnes sont amenées à se croiser, et à jouer des coudes, le long de l’étroite crête rocheuse.
N’envisagez cette ascension que bien entraîné, sûr de vous, pas sujet au vertige et accompagné d’un guide, même si vous avez de l’expérience en alpinisme. Outre le fait qu’il connaît les voies et leur état, un guide saura trouver une place en refuge et organiser les transports. Adressez-vous à 3glav Adventures à Bled, ou à Alpinsport à Bohinj, ou réservez un guide auprès de l’Association alpine de Slovénie (Planinka Zveza Slovenije ou PZS ; www.pzs.si).
Si la liste du matériel indispensable peut sembler évidente, il est bon de la rappeler : bonnes chaussures de marche, vêtements chauds (même en été), chapeau, gants, vêtement de pluie, carte, boussole, sifflet, lampe frontale, trousse de premiers secours et provisions d’urgence.
Le mont Triglav est inaccessible de mi- ou fin octobre à début juin. En été, c’est en juin et pendant la première quinzaine de juillet qu’il pleut le plus ; les créneaux préférables sont fin juillet, août et surtout septembre ou début octobre. Plaques de neige et névés subsistent en altitude dans les ravins jusqu’à fin juillet, et la météo peut être imprévisible à partir de 1 500 m, avec des amplitudes thermiques pouvant atteindre 20°C et des orages violents sortant de nulle part.

Au sommet du mont Triglav

Il existe au moins 20 trajets différents pour parvenir au sommet du mont Triglav, à 2 864 m. Chaque itinéraire a ses avantages et ses inconvénients et le niveau de difficulté varie de l’un à l’autre. Pour les treks, vous devrez généralement prévoir de passer une à deux nuits en montagne. Voici deux itinéraires appréciés des marcheurs, l’un partant du lac de Bled, l’autre du lac de Bohinj.

Itinéraire 1 : au départ du lac de Bled 

Ce trajet, le plus court, part de Rudno Polje (1) (1 347 m), sur le plateau de Pokljuka, à 18 km au sud-ouest de Bled. Les chevronnés pourront faire l’aller-retour en moins de 12 heures, les autres feront halte pour la nuit. Bien balisé, l’itinéraire fait cheminer sous le Viševnik (2) (2 050 m) pour passer le col du Studor (3) (1 892 m) puis contourner les contreforts du Tosc (2 275 m). Après 3 heures de marche, vous arriverez au refuge Vodnikov Dom na Velem Polju (4) (1 817 m). Reposez-vous jusqu’au matin suivant ou bien poursuivez votre chemin pour atteindre 2 heures plus tard le Dom Planika pod Triglavom (5) (2 401 m). De là, progressez pendant une heure le long de la crête en vous aidant des pitons et câbles en place jusqu’au sommet du mont Triglav (6).

Itinéraire 2 : au départ du lac de Bohinj 

Plus long (prévoir 3 jours), ce parcours démarre à proximité de la cascade de la Savica (1), à l’ouest du lac de Bohinj. Le sentier zigzague le long de l’escarpé pic de Komarca (2) (1 340 m), découvrant une superbe vue sur le lac. Après 4 heures de marche au nord des cascades, vous atteindrez le Koca pri Triglavskih Jezerih (3) (1 685 m), où vous passerez votre première nuit. Le 2e jour, longez la vallée vers le nord, puis obliquez au nord-est en direction du désertique plateau de Hribarice (4) (2 358 m). Descendez ensuite vers le col de Dolic (5) (2 164 m) et le refuge de Tržaška Koca na Dolicu (6) (2 151 m). 
À 1 heure 30 au nord-est se trouve un refuge souvent bondé, le Dom Planika pod Triglavom (7), qui nécessite de réserver. Depuis ce dernier refuge, une bonne heure vous sépare du sommet du Triglav (8).
 
Vous trouverez de bonnes cartes de randonnée dans les offices du tourisme. Kartografija (www.kartografija.si) publie l’excellente carte 1/50 000 Tourist Map of the Triglav National Park (9,50 €), facilement disponible. L’Association alpine de Slovénie dispose également de très bonnes cartes. 
 
Photo : 29 cm


Paramètres des cookies