Québec : Histoire

Chronologie du Québec

Vers 30 000 av. J.-C.

Arrivée des premiers Asiatiques, ancêtres des Amérindiens, par la Béringie, qui reliait alors la Sibérie et l'Alaska.

Vers 11 000 av. J.-C.

La fonte des glaces permet aux groupes amérindiens de se répandre dans l'ensemble de l'Amérique du Nord.

Vers 3000 av. J.-C.

Un autre groupe asiatique, ancêtre des Inuits, arrive de Sibérie et parvient au Québec.

1534

Jacques Cartier arrive dans le golfe du Saint-Laurent et prend possession du territoire au nom du roi de France.

1608

Fondation de la ville de Québec par Samuel de Champlain.

1642

Fondation de Ville-Marie, future Montréal.

1663

La Nouvelle-France devient une colonie française.

1713

Avec le traité d'Utrecht qui cède à l'Angleterre plusieurs terres de l'est du Canada, le territoire de la Nouvelle-France se réduit aux rives du Saint-Laurent.

1759

Défaite des Français dans la bataille des plaines d'Abraham et reddition de la ville de Québec.

1760

La colonie française devient britannique.

1867

Le 1er juillet, création du Canada qui réunit au sein de la même Confédération : le Québec, l'Ontario, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

1876

Adoption de la loi sur les Indiens par le gouvernement fédéral et création des réserves.

1914

L'entrée en guerre du Canada aux côtés de la Grande-Bretagne provoque un conflit entre francophones et anglophones au sujet de la conscription.

1939

En septembre, le Canada entre en guerre aux côtés des Alliés.

1948

Le drapeau fleurdelisé devient le drapeau officiel du Québec.

1960

Début de la Révolution tranquille et de la mise en œuvre d'importantes réformes sociales.

1963

Début des actions terroristes du Front de libération du Québec (FLQ), qui dureront sept ans.

1967

Exposition universelle de Montréal. En juillet, le général de Gaulle prononce, du balcon de l'hôtel de ville, la phrase "Vive le Québec libre !".

1970

Début de la “Crise d'octobre”, qui éclate après l'enlèvement et l'assassinat du ministre du Travail, Pierre Laporte, par le FLQ.

1976

Jeux olympiques de Montréal. Victoire du parti indépendantiste (Parti québécois), dirigé par René Lévesque et adoption, l'année suivante, de la loi 101, qui fait du français la seule langue officielle du Québec.

1980

Échec des indépendantistes au premier référendum sur la souveraineté, rejetée par 60% des Québécois.

1987

L'accord du lac Meech, signé par tous les Premiers ministres des provinces canadiennes, le 3 juin, reconnaît la spécificité du Québec (accord non ratifié et annulé en 1990).

1990

Crise d'Oka : les Mohawks de Kanesatake et Kahnawake refusent la construction d'un terrain de golf sur l'une de leurs terres sacrées. Ils bloquent le pont Mercier à Montréal et s'opposent aux forces de l'ordre. La construction du terrain de golf sera abandonnée.

1995

Au second référendum sur la souveraineté, 50,6% seulement des Québécois disent non.

1998

Les élections de novembre reconduisent Lucien Bouchard (Parti québécois) au poste de Premier ministre.

2001

Devant le fléchissement du vote souverainiste aux élections fédérales de novembre, Lucien Bouchard démissionne. Il est remplacé par Bernard Landry, du même parti.

2003

Le Parti québécois est battu par le Parti libéral, dirigé par Jean Charest, qui devient Premier ministre de la province.

2004

Scandale : la presse révèle que neuf fois plus d'argent a été utilisé pour promouvoir le "non" au référendum de 1995 sur l'indépendance du Québec. Les résultats du référendum sont remis en cause.

2008

Jean Charest, élu à la tête d'un gouvernement minoritaire en 2007, est réélu en majorité aux élections déclenchées en décembre 2008. Le Parti québécois, principal parti d'opposition, est dirigé par Pauline Marois.

mai 2012

“Printemps érable” : un mouvement étudiant d’ampleur inégalée mobilise la province. Plus de 250 000 personnes descendent dans la rue, donnant lieu à l’une des plus grosses manifestations de l’histoire du Québec.

septembre 2012

Le mouvement populaire provoque des élections anticipées dont le Parti québécois (PQ) sort vainqueur avec à sa tête la toute première femme Premier ministre, Pauline Marois. 

2014

Aux élections subséquentes, les Québécois surprennent en redonnant le pouvoir aux libéraux. Un projet de loi identitaire controversé est à la source de ce revirement de position des Québécois. 

2015

Au fédéral, le Parti libéral de Justin Trudeau, jeune politicien québécois et fils d’ancien Premier ministre, remporte les élections et promet un changement à l’issue d’une décennie de règne des Conservateurs. 

 

Articles récents