Hôtels et hébergements au Québec

Se loger au Québec

 

Saisons au Québec

La haute saison est en été et culmine aux mois de juillet et août, mais sa durée varie selon les régions. Ainsi, en Gaspésie où beaucoup d’établissements ne sont ouverts qu’en saison estivale, les mois de juin et septembre sont souvent considérés basse saison. Dans le cas des établissements ouverts à l’année, on voit parfois apparaître une “moyenne saison”. Le système n’est en aucun cas standardisé. En règle générale, compter une différence de prix d’environ 20% entre la basse et la haute saison.

Auberges de jeunesse

Le réseau des auberges de jeunesse du Québec se partage presque entièrement entre Hostelling International (www.hihostels.com) et Backpackers Hostels (1-888-920-0044 ; www.backpackers.ca). Les auberges sont bien tenues, confortables, dotées souvent de literies de qualité et réservent un excellent accueil. Elles sont ouvertes à tous et constituent l’hébergement le moins onéreux. Les auberges Backpackers ne nécessitent aucune adhésion.
Le prix d’une nuit en dortoir tourne autour de 25 $, davantage si vous n’êtes pas membre (pour le réseau HI). Pour une chambre privée, le tarif peut avoisiner 65 $ – un gîte peut alors se révéler meilleur marché (d’autant plus si vous voyagez à deux) car il comprend généralement le petit-déjeuner.
Les auberges proposent une cuisine et des salles de bains communes. La plupart servent des petits déjeuners pour moins de 5 $, parfois même inclus dans le prix, quelquefois un dîner pour seulement 10 $. Seul problème : les places sont rares de juin à septembre et pendant les vacances d’hiver, tout particulièrement à Montréal, à Québec, en Gaspésie ou dans les Laurentides. Téléphonez plusieurs jours, voire plusieurs semaines à l’avance.
Certaines auberges organisent des activités de plein air (canot, escalade, ski de fond ou raquettes). D’autres proposent des excursions guidées en ville.
 
 

Camping au Québec

Il existe des terrains de camping – nationaux, provinciaux ou privés – dans tout le Québec. Les campings des parcs nationaux et provinciaux, comme ceux des réserves fauniques, sont situés pour la plupart dans des cadres superbes, calmes et soigneusement entretenus. Leur emplacement permet de profiter de l'environnement, d'une rivière ou d'un lac. Le canot-camping est une pratique courante : il consiste à descendre les rivières en canot (canoë) et à passer la nuit dans des sites aménagés. Une formule « prêt-à-camper » aussi appelée glamping (camping glamour), s'est récemment développée pour les personnes qui veulent découvrir les joies du camping. La formule (autour de 100–110 $/nuit) comprend la location de l'emplacement, et d’une tente tout équipée type tente-roulotte, tente-chalet (Huttopia et Hékipia, dans les parcs nationaux) ou encore une yourte, pouvant accueillir jusqu'à 4 ou 6 personnes, tout le nécessaire pour la préparation des repas (poêle extérieur, petit frigo, vaisselle…) ainsi que les services : électricité, eau et accès à un bloc sanitaire.
Plusieurs catégories d'emplacements de camping sont répertoriées dans les parcs. Les campings « rustiques » ne possèdent ni eau, ni électricité, seules des toilettes sèches sont disponibles à proximité (le prix de l'emplacement se situe autour de 20–24 $). Les campings aménagés sans services, ou « semi- rustiques », disposent, à proximité, d'un bloc sanitaire avec toilettes et douches, ainsi que, souvent, d'un point d'eau (autour de 26 $). Puis, les catégories s'échelonnent entre un service (point d'eau ou prise électrique ; autour de 32 $), deux services (point d'eau et prise électrique ; autour de 35 $) et trois services (une sortie pour la vidange en plus ; autour de 38 $). Attention, en plus du prix de l'emplacement, vous devrez vous acquitter du droit d'entrée quotidien dans les parcs. En outre, des frais de réservation (5,32 $ plus taxes) vous seront réclamés.
Les campings privés proposent en général moins de sites aux campeurs mais un vaste choix d'emplacements pour ceux qui voyagent en caravane ou « mobile home ». Ils sont souvent très confortables et offrent davantage de services (buanderie, épicerie, aire de jeux pour enfants, piscines, etc.). Les tarifs des campings privés ne sont pas toujours supérieurs à ceux des campings des parcs provinciaux ou nationaux ; tout dépend de la région dans laquelle vous vous trouvez.
Les dates d'ouverture et de fermeture des campings varient en fonction de leur situation géographique. En général, la saison s'échelonne de la mi-mai à début septembre, voire fin septembre. Certains restent accessibles l'hiver. Les nuits sont fraîches dès le 15 août. Pensez à vous munir d'un bon duvet. Pour ceux qui se déplacent en voiture ou en caravane, il est conseillé d'utiliser les aires de repos et de pique- nique qui bordent les routes. Consultez également le site Camping Québec (www.campingquebec.com) qui recence la plupart des campings de la province.
 
 

Chalets et refuges

Les parcs nationaux, provinciaux et les réserves fauniques disposent en toute saison de chalets pouvant loger 2, 4, 6 ou 8 personnes, voire plus. Certains, dits rustiques, ne sont que de simples refuges (leur coût par personne est généralement autour de 22 $). L’hiver, ils possèdent des réserves de bois. Les chalets aménagés, très convenables, disposent d’un coin cuisine, de toilettes et d’une salle de douche. Bien situés, ils sont parfois accessibles en voiture mais le plus généralement à pied ou en ski de fond l’hiver. Le tarif peut aller jusqu’à 150 $/nuit, selon la capacité du chalet et la saison.
 
 

Chambres d'hôte au Québec

Comparables aux Bed & Breakfast anglo-saxons, les chambres d’hôte constituent une excellente formule au Québec. Il s’agit de chambres chez des particuliers, en ville ou à la campagne, dotées d’une salle de bains privative ou commune. Les chambres d’hôte sont assez disparates, mais en règle générale, les déceptions sont rares : la gentillesse des propriétaires met les chambres d’hôte au rang des bonnes adresses et elles offrent une exceptionnelle occasion de goûter l’hospitalité québécoise à un tarif raisonnable (de 65/75 $ à 120/145 $ en moyenne pour une simple/double).
La plupart des chambres sont non-fumeurs. Des tarifs préférentiels sont généralement consentis pour des séjours de plus de trois jours. Les chambres d’hôte affichent souvent complet les week-ends pendant la période estivale et ferment fréquemment de novembre à la mi-mai. Le prix comprend parfois les taxes et inclut toujours le petit-déjeuner. Les cartes de crédit sont en général acceptées. La très grande majorité des chambres d’hôte ont pignon sur Web sur les sites de Gîtes Canada (www.gitescanada. com) et Gîtes et auberges du Passant (www.giteetaubergedupassant.com).
 
 

Hôtels au Québec

Les établissements peu onéreux ne sont pas légion au Québec. Bien qu’il existe une grande variété d’hôtels, la plupart font partie de chaînes internationales conçues pour une clientèle de gens d’affaires, surtout lorsqu’on s’écarte des grandes villes. À l’exception de certaines adresses à Montréal et à Québec, ils manquent souvent de charme. Certains hôtels de luxe déçoivent par leur décoration trop standardisée.
Les prix varient en fonction du standing et vont en général de 80/90 $ à 130/145 $ et plus, pour une simple/double, sans les taxes et le petit-déjeuner.
 
 

Motels

Les motels fleurissent essentiellement le long des sorties d’autoroute ou sur les grandes artères qui mènent au coeur des grandes villes. À défaut d’avoir du caractère, la plupart sont simples et propres. Leurs prix varient de 65 à 90 $ la chambre, pour une ou deux personnes.
Dans certaines régions, tels l’Abitibi-Témiscamingue ou le Bas-Saint-Laurent, ils offrent généralement un bon rapport qualité/prix. En été, la plupart augmentent leurs tarifs. En dehors de cette période, il vous sera parfois possible de négocier. Les régions les moins visitées ne sont pas forcément celles qui pratiquent les tarifs les plus modestes. En raison d’une importante clientèle de commerciaux, certains motels affichent complet en semaine et pratiquent alors des prix plus élevés que le week-end. Certains proposent des suites, avec un coin salon, voire un coin cuisine. Le petit-déjeuner n’est jamais compris.
 
 

Universités et collèges

Nombre d’universités ou de Cégep (lycées québécois – Collèges d’enseignement général et professionnel) louent des lits, des chambres, voire des appartements allant du studio au quatre pièces pendant les mois d’été, de juin à août. Ces chambres sont ouvertes à tous, et les prix sont inférieurs à ceux des chambres d’hôte et des auberges. Une réduction est par ailleurs généralement accordée aux étudiants.
Il est préférable de réserver. L’accès aux autres équipements des campus, tels que piscine, terrains de tennis, golf, est souvent autorisé aux invités.

Dormir chez l’habitant

Que diriez-vous de passer la nuit chez un Québécois ? Si cela vous tente, rejoignez l’un des “réseaux d’hospitalité” organisant ce type de séjour. L’inscription auprès des organismes suivants est gratuite.
Couch Surfing (www. couchsurfing.com)
Hospitality Club (www. hospitalityclub.org)