1. Accueil
  2. Magazine
  3. Où partir ?
  4. Où partir en Europe en janvier ?
Où partir ?

Où partir en Europe en janvier ?

Mis à jour le : 9 décembre 2020

Carte

Le mois de janvier a beau être frais en Europe, et un peu plus clément et ensoleillé dans le sud du continent, pas besoin de filer à l'autre bout du monde en cette période de l'année pour en prendre plein la vue. Des expériences inoubliables vous attendent aux quatre coins du Vieux Continent ! Citytrips, destinations très prisées désertées ou immersions nature, tout est là pour vous faire passer un séjour de rêve sans partir très loin. 

NDLR : pour le moment les restrictions dues au Covid-19 sont toujours en place. Nous vous conseillons de vous renseigner auprès des autorités compétentes pour savoir si vous pouvez partir et dans quelles conditions. 
 

Les Carpates, Roumanie

Pourquoi en janvier ? Pour un igloo à prix doux.
Visiter les Carpates roumaines en hiver, c’est comme entrer dans une carte de vœux : ici, des carrioles tirées par des chevaux filent dans des paysages de sommets immaculés et de forêts enneigées, et des cheminées fument sur les toits de bourgades médiévales. Une atmosphère de contes de fées, à laquelle contribuent les châteaux de Roumanie, mais aussi un hôtel de glace. Dans cet établissement insolite, reconstruit chaque année en décembre à partir de morceaux de glace prélevés sur le lac Bâlea, vous dormirez dans une chambre ou un igloo sous la chaleur des couvertures et des peaux de bêtes. Sur place, vous pourrez siroter du vin chaud à l’ice bar. Le tout à des prix bien plus doux que dans les ice hotels scandinaves. Pour vous réchauffer, à vous les sorties en raquettes, le ski de randonnée ou le snow tubing (bouée sur neige). À moins que vous ne partiez avec un guide repérer les traces laissées par les loups dans la neige. Non loin, les remparts et les cafés de Sibiu sont plus romantiques que jamais en hiver.

S’organiser : les aéroports les plus proches sont à Bucarest et Sibiu. Comptez une semaine sur place : deux nuits à l’Hotel of Ice, le reste entre Sibiu et Sighişoara.

À savoir : emportez des vêtements chauds, car le mercure peut descendre à -20°C en altitude au cœur de l’hiver. Autres périodes : déc-mars – Hotel of Ice ouvert, sports de neige ; avr-juin – prairies feuries ; juil-août – fortes chaleurs ; sept-nov – couleurs d’automne.

istock-1173306318.jpg

Vue sur le lac Bâlea, dans les Carpates roumaines

Fuerteventura, îles Canaries

Pourquoi en janvier ?  Pour des vacances d’hiver iodées et ensoleillées.
Les paysages volcaniques de Fuerteventura, deuxième plus grande île des Canaries, sont superbes en hiver. Pendant que toute l’Europe ou presque frissonne sous la grisaille, on jouit ici de sept heures de soleil par jour et d’une température moyenne de 21°C. Voilà qui permet de profiter des plages en plein janvier. Et quelles plages ! L’île abrite les plus grandes et les plus belles des Canaries. Au choix : les 3 km de sable de la Playa del Matorral, l’ambiance de bout du monde de Cofete ou encore les dunes à perte de vue du Parque Natural de Corralejo. Fuerteventura est aussi une vraie destination bien-être, où l’on pratique yoga, tai chi, qi gong et méditation en plein air, en s’emplissant de profondes inspirations de cette brise marine chargée en ions négatifs. Rien de tel pour un sommeil réparateur.

S’organiser : louez une voiture pour quelques virées sublimes, notamment de Betancuria à Pájara par la FV-30, entre pics volcaniques et champs de lave.

À savoir : Fuerteventura a la cote auprès des surfeurs, qui y trouvent des vagues de 2 m à 2,5 m de novembre à février. Le vent et la houle sont généralement plus marqués sur la côte ouest qu’à l’est. Autres périodes : déc-fév – douceur et forte fréquentation ; mars-juin – météo idéale ; juil-août – les plus chauds ; sept-nov – encore doux, avec des soirées plus fraîches.

alev-takil-nfkhsrg69xw-unsplash.jpg

Plage d'El Cotillo, sur l'île de Fuerteventura

Monte-Carlo, Monaco

Pourquoi en janvier ? Pour le rallye, et la côte d’Azur hors saison.
Le deuxième plus petit pays du monde est célèbre pour son Grand Prix qui fait vrombir les moteurs dans ses rues en mai. Mais une autre manifestation automobile, bien plus ancienne, s’y tient en janvier, sous un mercure oscillant en moyenne autour de 11°C. Depuis 1911, le Rallye automobile Monte-Carlo voit venir des bolides de toute l’Europe pour parcourir 1 400 km à travers la principauté et la campagne environnante, dont de périlleux tronçons dans les Hautes-Alpes drapées de neige, jusqu’à l’arrivée en grande pompe à Monaco. Et si vous n’êtes pas très moteurs, la destination est idéale pour mettre un peu de glamour dans la morosité hivernale. Les hôtels sont un chouïa moins chers – c’est autant de budget en plus à jouer au célèbre Casino. Ne manquez pas non plus le quartier du Rocher, où se trouvent le Palais princier, le Musée océanographique et le Jardin exotique.

S’organiser : les hôtels monégasques restant chers, même en hiver, Nice peut faire une bonne base. Une journée ou deux suffisent pour visiter Monaco, mais vous pouvez en profiter pour explorer la Côte d’Azur en train.

À savoir : rendez-vous au marché de la Condamine pour dénicher tous les délices de la Provence sous la halle (chauffée en hiver) et sur les étals, 365 jours par an. Autres périodes : nov-fév – temps frais, basse saison ; mars-avr et sept-oct – météo idéale ; mai –Grand Prix, affuence et vacarme ; juin-août – haute saison, fortes chaleurs.

mark-de-jong-uctp4syenic-unsplash.jpg

Prenez de la hauteur pour observer Monaco, son port, son stade, son circuit...

Cappadoce, Turquie

Pourquoi en janvier ? Pour surprendre les cheminées de fée sous la neige.
Dame Nature était sans doute d’humeur fantasque quand elle a sculpté la Cappadoce, au cœur de l’Anatolie centrale. Ici, le tuf, roche très tendre, a pris des formes exubérantes, entre ravins, plateaux et colonnes élancées. Quand quelques flocons de neige tombent, ces paysages naturels et les maisons et églises troglodytiques que l’homme y a creusés se font plus magiques encore. En janvier, hors saison touristique, vous pourrez vous loger à prix bas et visiter loin des foules : vous aurez pour vous seul, ou presque, le monastère de Keşlik, la labyrinthique cité souterraine de Kaymaklı et les églises creusées dans la roche de l’écomusée de Göreme. Avec tous ces sites souterrains et troglodytiques, il est facile de se mettre à l’abri du mauvais temps. Par temps clair cependant, ne faites pas l’impasse sur une randonnée dans la vallée d’Ihlara, avant de vous chouchouter dans la chaleur d’un hammam ou devant une délicieuse soupe de lentilles au coin d’un poêle rougeoyant. Le soir venu, vous dormirez comme un bébé dans l’un des hôtels troglodytiques qui font la réputation de la Cappadoce. 

S’organiser : deux aéroports desservent la Cappadoce, Kayseri (75 km de Göreme) et Nevşehir (40 km), tous deux à 2 heures de vol d’Istanbul.

À savoir : les vols en montgolfière sont très prisés en Cappadoce ; ils ont lieu toute l’année mais les annulations sont plus fréquentes l’hiver – prolongez votre séjour pour multiplier vos chances de décoller. Autres périodes : nov-mars – froid, un peu de neige ; avr-juin et sept-oct – douceur et soleil ; juil-août – chaleur écrasante.

giuseppe-mondi-oibcmfymdbo-unsplash.jpg

Prendre de la hauteur pour admirer les paysages incroyables de Cappadoce

Kandersteg, Suisse

Pourquoi en janvier ?  Pour une double féerie : chalets suisses et Belle Époque.
Les chalets en bois de Kandersteg, village lové dans la vallée du Kander dans l’Oberland bernois, semble sortis d’une carte postale de la Suisse d’antan. C’est encore plus vrai fin janvier, quand la petite station de ski remonte le temps pour célébrer sa semaine Belle Époque. Ces messieurs ressortent hauts-de-forme et costumes anciens, ces dames font glisser leur robe longue sur la neige tandis que passent des calèches à cheval. Les tenues rétro sont de mise jusque sur la patinoire. Au programme également, des courses de bobsleigh anciens, des jeux traditionnels et un bal comme il s’en donnait à l’aube du XXe siècle. La féerie hivernale de Kandersteg ne se limite cependant pas à cette semaine de festivités. Quelque 50 km de pistes en font un paradis pour le ski de randonnée, et on pratique aussi les raquettes, le curling, la luge, la pêche sur glace et l’escalade sur glace. Montez dans le télécabine pour rejoindre le lac d’Oeschinen, et parcourir à pied sa surface gelée. Kandersteg abrite d’excellents hôtels – choisissez le vôtre avec sauna et piscine chauffée, et un bar où vous ravigoter devant un vin chaud.

S’organiser : un séjour d’une semaine permet de s’essayer à diverses activités, mais aussi de se reposer sous le soleil des Alpes.

À savoir : Zürich est l’aéroport le plus proche. Comptez une heure de train jusqu’à Kandersteg, avec changement à Berne. Comptez 3 heures en train depuis Genève. Autres périodes : déc-avr – sports et jeux d’hiver ; mai et nov – saison intermédiaire ; juin-oct – météo douce, parfaite pour la randonnée.

dan-schiumarini-vyroe6efbgu-unsplash.jpg

Le lac d’Oeschinen gelé en hiver

Le Nord du Pays de Galles

Pourquoi en janvier ?  Pour un road-trip tranquille entre mer et patrimoine.
Mieux vaut en prendre son parti : au pays de Galles, la météo est imprévisible en toute saison. La bonne idée pour être à l’abri des éléments ? Un road-trip sur la côte Nord. Sur 120 km, de Mold, aux confins de l’Angleterre, à l’île d’Anglesey, la North Coast Way déroule côtes battues par la mer, longues plages, montagnes de la Clwydian Range et châteaux médiévaux. Le tout avec les sommets enneigés du parc de Snowdonia, au sud, pour toile de fond. En chemin, arrêtez-vous devant les maisons à colombages de Ruthin, sur le front de mer de Colwyn Bay, à Llandudno pour son charme victorien et les expos d’art contemporain du MOSTYN, et dans les châteaux de Conwy et Caernarfon. Au-dessus du détroit de Menai, un pont suspendu du XIXe siècle relie Anglesey : là vous attendent le château Beaumaris, de bons spots de surf (en particulier l’hiver) et les falaises de South Stack. Le périple s’achève sur la péninsule de Llanddwyn Island, avec les vestiges de l’église St Dwynwen : fêtée le 25 janvier, la sainte patronne des amoureux serait enterrée ici.  

S’organiser : prévoyez 4 à 6 jours de roadtrip. L’adhésion au Cadw (organisme de protection du patrimoine gallois) permet d’entrer gratuitement dans de nombreux châteaux et sites historiques.

À savoir : cet itinéraire peut être combiné avec d’autres routes. La Cambrian Way, qui croise la North Wales Way à Llandudno, fle vers le sud et Cardiff, tandis que la Coastal Way relie la péninsule de Llŷn au Pembrokeshire. Autres périodes : nov-fév – froid ; marsmai – nature épanouie ; juin-août – clément mais fréquenté ; sept-oct – agréable.

patrick-gillespie-kainhvzzicy-unsplash.jpg

 Les sommets enneigés du parc de Snowdonia, au Pays de Galles

Santorin, Grèce

Pourquoi en janvier ? Pour s’épargner les foules.
Santorin est victime de sa beauté. Cette île de rêve, tout en maisons blanches accrochées aux flancs d’un cratère qui se dresse dans une mer d’azur, illustre des millions de cartes postales… et étouffe sous le tourisme en été. L’hiver, et notamment en janvier-février, c’est tout autre chose. Les ferries sont plus rares, les bateaux de croisière absents, et le taux d’occupation tombe à 10%. Avec un peu de chance, vous serez seul, avec les insulaires, pour admirer ces fameux couchers de soleil. Évidemment, les plaisirs de la plage sont limités, avec une température moyenne de 14°C en janvier, mais déambuler ici sans les foules est un délice. Oia et surtout Fira sont les deux meilleures bases en cette saison, d’autant que, situées au bord de la caldeira, elles offrent des panoramas magnifiques. Un nombre croissant d’hôtels restent ouverts l’hiver, avec des tarifs infiniment plus abordables qu’en haute saison.

S’organiser : des ferries et des catamarans à grande vitesse assurent la liaison (8 heures environ) entre Santorin et le port du Pirée, à Athènes, toute l’année. Il y a généralement un seul départ quotidien l’hiver. Une poignée de vols internationaux atterrissent à Santorin en janvier ; Athènes est desservie en toute saison.

À savoir : en hiver, les ferries sont trop rares pour envisager un circuit inter îles ; prenez votre temps à Santorin. Autres périodes : nov-mars – temps frais, ambiance assoupie ; avr et oct – météo clémente, fréquentation plus tolérable ; mai-juin et sept – chaud et fréquenté ;  juil-août – très chaud, très fréquenté.

h-fall-jwgm_wkbl2o-unsplash.jpg

Fira, capitale de Santorin, sera toute à vous en hiver !

Riga, Lettonie

Pourquoi en janvier ? Pour admirer une beauté baltique sans la foule.
Sous un ciel bleu glacial ou dans une mélancolique grisaille, Riga vous enchantera en hiver. Si les journées sont courtes, les nuits sont longues et animées : la capitale lettone est la plus noctambule des États baltes, entre cafés cosy et bars où l’on déguste des shots de Black Balsam, le “baume noir” de Riga. Le quartier de Miera Iela est le plus branché, mais la vieille ville médiévale, tout en pavés et en flèches élancées, a un charme hivernal particulier. Autre style, même beauté du côté de la ville nouvelle : flânez sur ses boulevards, et visitez le musée d’Art nouveau pour tout savoir sur les splendides façades du quartier. Filez recharger vos batteries au marché central, installé dans d’anciens hangars à zeppelins. S’il y a suffisamment de neige, le parc de la Victoire, de l’autre côté de la Daugava, est idéal pour faire du ski de fond avec vue sur la ville. À 1 heure 15 de train, Sigulda déroule plus de pistes encore, entre pinèdes et châteaux historiques.

S’organiser : prévoyez deux jours pour la capitale, quatre pour une virée dans la campagne voisine.

À savoir : des trains relient Riga à de grandes villes dont Moscou (16 heures) et Minsk (11 heures), et les bus sont bon marché pour Tallinn et Vilnius (4 heures dans les deux cas). Des ferries traversent la Baltique jusqu’à Stockholm (18 heures). Autres périodes : nov-mars – froid mais tranquille ; avr-juin – climat doux et festivals ; juil-août – bondé ; sept-oct – temps doux à frais.

daniels-joffe-3ceuuxkonui-unsplash.jpg

Marché de Noël à Riga

Transsibérien, Russie

Pourquoi en janvier ? Pour voir la Sibérie sous ses airs les plus sibériens, depuis un train… chauffé.
Le froid est intense – attendez-vous parfois à -25°C – mais n’est-ce pas précisément tout le charme de la destination ? Les forêts de conifères et la toundra ont encore plus d’allure sous un manteau neigeux. Par Transsibérien, on désigne le plus souvent le Transmongolien, qui d’Irkoutsk part vers le sud et Oulan-Bator, la capitale de la Mongolie, avant de filer vers Pékin à travers la steppe constellée de yourtes, puis l’austère désert de Gobi. Quel que soit l’itinéraire que vous choisirez, vous passerez une grande partie du voyage en territoire sibérien, et ferez halte à Perm, Iekaterinbourg et Irkoutsk, sur les rives du lac Baïkal – le plus profond lac d’eau douce au monde, gelé et scintillant en janvier ! Apportez un bon (gros) bouquin et votre sourire pour ceux avec qui vous partagerez le wagon (et les bouteilles de vodka).

S’organiser : choisissez entre le Transsibérien Moscou-Vladivostok (sept nuits), le Transmongolien (six nuits) jusqu’à Beijing via Oulan-Bator, et le Transmandchourien (six nuits) qui rejoint Beijing via Harbin.

À savoir : outre les trains publics, propres et confortables, plusieurs compagnies privées, aussi luxueuses qu’onéreuses, font aussi ce trajet, à l’image du Golden Eagle. Autres périodes : nov-mars – glacial ; avr-mai – dégel et premières feurs ; juin-août – longues journées propices à la contemplation des paysages ; sept-oct – fréquentation moindre, temps plus doux.

mariya-tereshkova-lvyq_z7n0bc-unsplash.jpg

Le lac Baïkal est une des curiosités les plus connues que vous allez longer à bord du Transsibérien

Gand, Belgique

Pourquoi en janvier ? Pour appliquer plus facilement vos bonnes résolutions.
Avec la nouvelle année viennent les bonnes résolutions. Si parmi les vôtres il y a “réduire ma consommation de viande” et “voyager”, ne cherchez plus. Gand est réputée l’une des villes les plus “veggie-friendly” d’Europe, avec plus de restaurants végétariens par habitant que Londres ou Paris. Elle fut ainsi l’une des premières à adopter le Donderdag Veggiedag (“jeudi végétarien”) : tous les restaurants proposent ce jour-là une offre sans viande. Faites bombance à petit prix au Lekker GEC, buffet végétarien au poids, ou offrez-vous le menu dégustation 100% veggie du Vrijmoed, table gastronomique étoilée au Michelin. Vous pourrez ensuite explorer Gand, port fluvial et belle cité médiévale, mais aussi ville bien vivante. Par mauvais temps, vous trouverez refuge dans la cathédrale Saint-Bavon (pour admirer l’Adoration de l’agneau mystique, le polyptique des frères Van Eyck), devant les collections d’art contemporain du SMAK ou dans les salles du château des comtes de Flandre.

S’organiser : profitez-en pour découvrir un peu plus la Flandre, grâce aux trains vers Bruges (bière et chocolat) et Anvers (mode).
À savoir : les carnivores invétérés goûteront le waterzooi, soupe traditionnelle de poissons (brochet, carpe ou perche) additionnée d’œuf et de crème. Autres périodes : nov-mars – températures et prix au plus bas ; avr-mai – plus doux ; juin-août – mercure, fréquentation et événements au plus haut ; sept-oct – plus calme, encore doux.


 



Guide de voyage

Le livre indispensable pour voyager au bon moment

Paramètres des cookies