1. Accueil
  2. Magazine
  3. Où partir ?
  4. Où partir en Europe en novembre ?
Où partir ?

Où partir en Europe en novembre ?

Mis à jour le : 9 septembre 2020

Carte

Que ce soit pour faire le plein de vitamine D avant l'hiver, ou pour visiter des régions loin des foules, novembre est une période idéale pour voyager en Europe. Direction le sud pour profiter des derniers rayons de soleil, le nord et l'est pour une boufée d'air pur dans les grands espaces, à moins que vous ne préfériez découvrir des villes insolites, pleines de charme et oubliées des voyageurs à cette saison. Il y en a pour tous les goûts, alors il n'y a pas d'excuses : partez à l'aventure ! 

Rotterdam (Pays-Bas)

Pourquoi en novembre ? Pour découvrir la ville de l’innovation. Après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Rotterdam, plus grand port d’Europe, fut reconstruite avec un regard tourné vers le futur. Le résultat ? Une ville moderne à l’architecture novatrice. Rotterdam ne subit pas d’épisodes climatiques extrêmes et novembre convient aussi bien qu’un autre mois pour explorer la scène artistique et la culture des cafés. Commencez par un circuit guidé dédié à l’architecture pour découvrir les édifces emblématiques, de l’usine Van Nelle, au style moderniste, au De Rotterdam réalisé par Rem Koolhaas en 2013, une “ville verticale” de trois tours reliées entre elles. Autre incontournable : le Markthal, une immense halle abritant un marché couvert. Les gourmets apprécieront aussi la Fenix Food Factory, un ancien entrepôt transformé en marché débordant de café torréfé sur place, de gaufres et de bières artisanales. Pour une soirée animée, rendez-vous dans Witte de Withstraat, la principale “rue de la soif”.

S’organiser : prévoyez trois jours. Pour faire des économies, achetez une carte de transport OV Chipkaart, valable dans les tramways, métros, bus et navettes fuviales.

À savoir : ne manquez pas les tableaux des grands maîtres, Bosch, Brueghel, Rubens et Rembrandt, au Museum Boijmans Van Beuningen.

miles-vanderlooven-t-j22ysial8-unsplash.jpg

Le pont Erasme à Rotterdam : emblème de la ville

Dordogne (France)

Pourquoi en novembre ? Pour explorer cette ravissante région par des routes désertes, à la saison des marchés aux truffes. Empreinte d’une longue et riche histoire et traversée par la Garonne qui serpente entre villes perchées et châteaux de pierre blonde, la Dordogne attire la foule en été… Un séjour en novembre a donc des avantages. Si la météo peut être capricieuse, les routes sont alors désertes, ce qui facilitera les trajets. Certains sites sont fermés pour l’hiver, mais la plupart des châteaux – comme Castelnaud, posé sur un rocher, et Beynac, parfaitement conservé – restent ouverts, tout comme les sites de Lascaux et de Font-de-Gaume, deux grottes de la vallée de la Vézère, dont les œuvres pariétales dévoilent un pan de l’histoire de l’humanité. En ville, les bons restaurants assurent aussi le service. Haut lieu de la gastronomie, Sarlat est immanquable. Toute l’année, ses marchés mettent à l’honneur les produits régionaux, champignons, noix et canard. Et fin novembre, commencent les marchés aux truffes, le diamant noir du Périgord. Visitez l’écomusée de la Truffe à Sorges :  on peut goûter des truffes à tout moment et assister à une démonstration de chasse à la truffe durant la saison de la récolte (qui débute en novembre/décembre).

S’organiser : rejoignez Périgueux en train avant de louer une voiture, si vous ne venez pas avec votre propre véhicule.

À savoir : les hôtels encore ouverts baissent souvent leurs tarifs. Si vous louez un gîte, demandez si le chauffage est inclus.

istock-1125789878.jpg

Le château de Castelnaud et son village médiéval

Cork (Irlande)

Pourquoi en novembre ? Pour célébrer l’art de vivre à l’irlandaise. La deuxième ville d’Irlande s’enorgueillit d’une histoire passionnante et d’un emplacement privilégié, sur une île de la rivière Lee, mais la plupart des visiteurs viennent pour le craic, l’art de vivre irlandais. Cork est une ville libérale, cosmopolite et décomplexée, avec une importante population étudiante qui participe du dynamisme ambiant. Cette modernité va de pair avec un amour de la musique traditionnelle, jouée dans les théâtres, les clubs et les bars partout en ville. On reprend des forces grâce à la cuisine locale, l’une des meilleures du pays, et à d’excellents produits locaux – bœuf, laitages, poisson et fruits de mer. Flânez dans l’English Market (marché anglais), officiellement en activité depuis 1788 et repérez les spécialités : le drisheen (boudin), les œufs brouillés au beurre et le battlebord (poisson séché et salé). La météo est imprévisible en novembre, mais peu importe quand on assiste à un concert bien au chaud dans un pub. C’est aussi le mois du Cork Film Festival, qui se déroule durant dix jours, avec une programmation éclectique de films nationaux et internationaux.

S’organiser : l’aéroport de Cork est à 8 km de la ville. Dublin est à 3 heures de bus.

À savoir : commandez une Murphy’s ou une Beamish, les stouts (bières brunes) brassées localement.

istock-1065518576.jpg

Le mythique English Market, une expérience à ne manquer sous aucun prétexte

Chypre

Pourquoi en novembre ? Pour un cocktail “soleil, surf et visites”. Le sud de Chypre s’accroche à l’été plus longtemps que le reste de l’Europe ; même en novembre, le mercure voisine 20°C. Avec très peu de monde et des prix bas, la période est idéale… si vous aimez le calme. Explorez d’abord la capitale, Nicosie (Lefkosia), avec son centre historique, ses musées, ses cafés et la ligne verte qui la coupe en deux (traversez le no man’s land pour visiter le côté grec au sud et le côté turc au nord). Ensuite, cap sur les montagnes : les Troödos auront revêtu leurs couleurs de la fin d’automne et il ne fera pas trop chaud pour randonner. Vous découvrirez aussi des églises et des monastères ornés de fresques et des villages traditionnels. Cap sur le littoral, enfin : les vagues impétueuses de la baie de Pissouri près de Lemesos pour surfer, les plages de sable près des ruines antiques de Kourion, perchées sur une falaise, ou la péninsule rocheuse du parc national du cap Greco, à longer en kayak. Si vous pouvez, ajoutez la visite des lacs salés d’Akrotiri ou Larnaka, où l’on observe des flamants roses de novembre au printemps.

S’organiser : Larnaka est le principal aéroport. Louer une voiture est le plus pratique pour se déplacer. Prévoyez une semaine pour explorer l’île.

À savoir : pour parcourir les deux secteurs, grec et turc, mieux vaut louer une voiture différente de chaque côté de la frontière.

istock-1153072354.jpg

Les ruines de la cité antique de Kourion, perchée sur une falaise

Český Krumlov (République tchèque)

Pourquoi en novembre ? Pour assister aux prémices des festivités de Noël sans la foule. Prague est si jolie… mais bondée toute l’année. Novembre, qui coïncide avec le début officiel de l’hiver, est l’un des mois les plus tranquilles pour explorer cette charmante capitale. Pour une ambiance plus paisible encore, misez sur Český Krumlov. Au cœur de la campagne de la Bohême, cette ville inscrite au patrimoine de l’Unesco est une sorte de Prague miniature, avec sa place de la Vieille-Ville, son architecture gothique, Renaissance et baroque, et son imposant château du XIIIe siècle, tous regroupés le long des berges de la Vltava. Český Krumlov reçoit aussi son lot de touristes, mais beaucoup sont rebutés par le climat de novembre. Le froid peut être très mordant, avec du givre sur les carreaux des fenêtres et parfois de la neige sur les collines environnantes. Pour profiter du meilleur point de vue, grimpez dans la tour du château, qui reste accessible même durant la fermeture hivernale du château. Baladez-vous dans le centre historique et arrêtez-vous dans des tavernes pour déguster des plats revigorants – soupes, goulasch, raviolis. Si vous avez le temps, combinez Český Krumlov et la proche České Budějovice, avec sa grand-place et son dédale de ruelles.

S’organiser : Český Krumlov est à 180 km au sud de Prague, soit trois heures de bus.

À savoir : le hockey sur glace est l’un des sports les plus populaires en République tchèque. La saison s’étend de septembre à mars – essayez d’assister à un match à la Budvar Arena de České Budějovice.

vlad-kiselov-ggjoejbtqmg-unsplash.jpg

La charmante ville de Český Krumlov, traversée par la Vltava

Estrémadure (Espagne)

Pourquoi en novembre ? Pour observer des nuées d’oiseaux. Avec ses conditions climatiques extrêmes, l’Estrémadure est réservée aux plus courageux en été. Mieux vaut attendre l’automne pour s’aventurer dans ces terres sauvages au cœur de l’Espagne : le mercure ne dépassera pas 15°C et les oiseaux seront de retour en nombre. L’Estrémadure est l’un des plus importants sites d’hivernage du pays – des espèces comme la grande outarde, le ganga unibande et de nombreux vanneaux, alouettes ou pluviers dorés affluent vers ses plaines ondoyantes. Novembre est aussi un mois idéal pour apercevoir l’aigle ibérique au plumage doré et l’aigle de Bonelli, qui planent au-dessus des vallées rocheuses striant les forêts aux couleurs automnales. Vous serez émerveillé par le rassemblement de grues cendrées sur les terres agricoles. Les réservoirs artificiels de la région abritent des myriades de canards, tandis que le parc naturel de Monfragüe est un site excellent pour admirer des vautours fauves, d’autres rapaces et des loutres.

S’organiser : les aéroports les plus pratiques sont ceux de Madrid, Lisbonne et Séville. La ville de Trujillo, berceau du conquistador Francisco Pizarro, est une bonne base ; prévoyez un peu de temps pour explorer son château médiéval.

À savoir : au printemps et en été, l’observation des oiseaux est aussi possible à Trujillo, plusieurs espèces (martinets, cigognes blanches et faucons crécerelles, notamment) venant nicher dans la ville.

istock-626497602.jpg

Le parc national de Monfragüe est un lieu idéal pour observer les oiseaux

Pembrokeshire (Pays de Galles)

Pourquoi en novembre ? Pour sauter dans les remous. Activité à haut potentiel d’adrénaline, le coastering – activité consistant à escalader des falaises, nager dans des failles, explorer des grottes et plonger dans les vagues – aurait été inventé le long de la côte sud-ouest du Pays de Galles, ce qui en fait l’endroit idéal pour une initiation ! Situé au sein du parc national côtier du Pembrokeshire, ce littoral compte assez de criques, de rochers escarpés, de précipices et de plages désertes pour rassasier votre soif d’aventures. En hiver, les paysages sont encore plus époustouflants car les vagues de l’Atlantique s’écrasent sur le rivage, créant des masses d’eau tourbillonnantes. Certes, un matériel plus robuste est nécessaire – combinaisons épaisses, chaussons, cagoules et gants en Néoprène –, mais une expédition avec un guide expérimenté est la garantie de sensations fortes inoubliables. La période invite aussi à des randonnées revigorantes. Un sentier national épouse le littoral du Pembrokeshire sur 299 km ; sur le tronçon autour des falaises de Cemaes Head et de la Marloes Peninsula, vous aurez peut-être la chance de voir des phoques gris avec leurs petits.

S’organiser : Tenby, St Davids, Fishguard et Newport sont de bonnes bases. La plupart des bus desservant la côte circulent en hiver (avec des horaires restreints) ce qui facilite les randonnées linéaires.

À savoir : le coastering peut être pratiqué par tout le monde, à partir de huit ans, même ceux qui ne savent pas nager – des gilets de flottaison sont fournis.

istock-1154936588.jpg

Empruntez le sentier côtier pour en prendre plein la vue

Highlands (Écosse)

Pourquoi en novembre ? Pour avoir les Highlands pour vous seul. La brume, la lande rougeoyant dans la lumière de l’aube et peut-être le brame d’un cerf : les matins de la fin de l’automne ont du caractère dans les Highlands. En novembre, vous assisterez à la fin de la période des amours pour les cerfs élaphes, durant laquelle les mâles s’affrontent en entrechoquant leurs ramures. Que vous soyez en 4x4 ou à pied, ce spectacle ajoute un relief supplémentaire aux paysages déjà époustouflants de lochs, de vallons et de landes. Sachez aussi que des festivités sont organisées à la fin du mois – le 30 novembre, on célèbre saint Andrew, le patron de l’Écosse. Le temps est frais, mais la saison touristique touche à sa fin et les visites sont plus tranquilles : Stirling, château d’Eilean Donan, Glen Coe, Fort William. Réchauffez-vous avec un doigt de whisky et régalez-vous de mets de saison : huîtres et homards, mais aussi faisan, grouse et autre gibier.

S’organiser : prenez un vol jusqu’à Inverness pour effectuer une boucle dans le nord de l’Écosse. À vous les fabuleux paysages de lochs et de châteaux. Ajoutez une sortie d’observation dans la nature, par exemple dans les vallons du Lochaber, près de Fort William, ou les collines autour du Loch Torridon.

À savoir : novembre marque le début du frai du saumon.

joe-gardner-dxxspf_qnkw-unsplash.jpg

Glencoe : des paysages uniques

Tenerife (Îles Canaries)

Pourquoi en novembre ? Pour lézarder et marcher sous le soleil. Depuis longtemps, Tenerife accueille les amateurs de soleil tout au long de l’année. En novembre, la température moyenne en journée est de 24°C : à cette période, c’est l’un des seuls endroits en Europe où l’on puisse envisager un séjour à la plage. En outre, vous profiterez de tarifs moins élevés. Les complexes touristiques sont installés dans le Sud ; privilégiez le Nord, par exemple la ville historique de Puerto de la Cruz ou les plages autour de Los Gigantes et Puerto de Santiago, à l’ouest. La météo est idéale aussi pour la randonnée. Culminant à 3 718 m, le mont Teide est le plus haut sommet d’Espagne et le troisième plus grand volcan du monde ; comptez 5 heures de marche difficile (ou un court trajet en téléphérique) pour atteindre le sommet enneigé. L’île dispose d’un large éventail de sentiers – ils sillonnent les forêts de pins au nord-ouest, longent les crêtes au milieu des lauriers dans le massif d’Anaga et traversent les gorges de Masca – et d’excellentes infrastructures pour les marcheurs, avec un bon réseau de bus et pléthore d’hébergements.
 

S’organiser : Tenerife possède deux aéroports internationaux. Pour la randonnée, séjournez à Puerto de la Cruz.

À savoir : les microclimats varient beaucoup, d’une vallée à l’autre. Si la météo ne vous convient pas, déplacez-vous de quelques kilomètres pour trouver le soleil.

istock-616016346.jpg

Le rocher Roque Cinchado, le mont Teide en arrière-plan

Athènes (Grèce)

Pourquoi en novembre ? Pour courir le marathon ou flâner parmi les vestiges antiques. De nombreux monuments à Athènes remontent à l’âge d’or de la ville antique, le Ve siècle av. J.-C. Une part de l’histoire de l’humanité a ses racines ici, ce qui n’empêche pas la capitale grecque de revendiquer une bonne dose de modernité. En novembre, il fait assez frais, avec des températures allant de 10 à 18°C – un temps bien plus clément pour les visites que la fournaise estivale. Parmi les incontournables figurent l’Acropole et son musée avant-gardiste, le temple de Zeus et l’Agora, berceau de la démocratie. Pour un émerveillement plus actuel, visitez le Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos, conçu par Renzo Piano, qui abrite l’Opéra national grec et un parc avec vue sur la Méditerranée. Toutefois, c’est en explorant les quartiers d’Athènes que vous vous amuserez le plus : les ruelles colorées de Pláka, les tavernes de Monastiráki ou l’ambiance survoltée de Psyrrí le soir venu. Ne manquez pas l’ascension de la colline du Lycabette au coucher du soleil (à pied ou en funiculaire) pour l’un des plus beaux points de vue sur la ville.

S’organiser : prévoyez au moins trois jours. Il est facile d’explorer le centre à pied, mais de préférence le matin : hors saison, beaucoup de sites ferment dès le début d’après-midi.

À savoir : en 490 av. J.- C., Phidippidès courut de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire de l’armée grecque sur les Perses. Aujourd’hui, le marathon d’Athènes suit le même parcours, début novembre.

istock-544736946.jpg

Le merveilleux quartier du Pláka, au pied de l'Acropole

Guide de voyage

Le guide indispensable pour partir au bon moment

Paramètres des cookies