Lonely Planet

Mexique : Histoire

1200 av. J.-C.

La première civilisation mexicaine, celles des Olmèques, s'épanouit à proximité des côtes du golfe du Mexique.

250-900

Teotihuacán devient la capitale d'un vaste empire. Parallèlement, la civilisation maya classique – reconnue comme l'une des plus brillantes des civilisations amérindiennes – prend son essor au sud et au centre du pays.

900-1200

Les Toltèques succèdent aux Mayas et à la civilisation de Teotihuacán. Tula, siège de leur empire, est détruite, certainement par les Chichimèques, hordes de pillards venus du nord.

1200

Émergence des Aztèques. Alliés de deux autres États de la vallée, ils contrôlent la plus grande partie du centre du Mexique dès la première moitié du XIVe siècle.

1519

Le conquistador espagnol Hernán Cortés aborde la côte du golfe. L'empereur aztèque Moctezuma II Xocoyotzin, qui croit reconnaître en lui le dieu Quetzalcóatl (le serpent à plumes), l'accueille dans la capitale aztèque, Tenochtitlán (l'actuelle Mexico). L'habileté politique de Cortés lui permet de ravir peu à peu le pouvoir à Moctezuma.

1520

Profitant de l'absence de Cortés, l'un de ses lieutenants fait tuer plusieurs centaines de nobles aztèques. Tenochtitlán est détruite par les Espagnols l'année suivante.

1524

Les Espagnols sont maîtres du Mexique, qu'ils se chargent de « civiliser » et d' « évangéliser ».

1605

Le Mexique ne compte plus qu'un million d'Indiens. Ils étaient environ 25 millions lors de la conquête espagnole.

1810

Début de la révolte des Créoles (nés au Mexique de parents espagnols).

1821

Le plus haut représentant de l'Espagne au Mexique, le vice-roi Agustín de Iturbide, change de camp et déclare l'indépendance. Il se fait proclamer empereur l'année suivante.

1823

Iturbide est déposé par le général Antonio López de Santa Anna, qui proclame la République mexicaine. S'ensuit une longue période de troubles et d'instabilité politique.

1846

Les États-Unis, désireux de ravir l'actuel Texas au Mexique, répondent à la résistance de Santa Anna en prenant Mexico. Le traité de Guadalupe Hidalgo (1848) consacre la défaite de Santa Anna : le Texas, la Californie, l'Utah, le Colorado, la majeure partie du Nouveau-Mexique et de l'Arizona deviennent des États américains.

1861

Élu à la tête du pays, le libéral Benito Juárez commence par suspendre les paiements de la dette mexicaine, notamment à la France. Napoléon III répond par l'envoi d'un corps expéditionnaire qui s'empare de Mexico en 1863. La France se retire en 1867.

1877

Arrivé à la tête du pays suite à une élection contestée, Porfirio Díaz entame 33 ans de pouvoir dictatorial.

1910

Révolution à l'initiative du démocrate Francisco Madero et de « Pancho » Villa. Madero est élu président l'année suivante. Une contre-révolution s'organise en 1913 sous la direction de Felix Díaz et de Bernardo Reyes. Partagé entre révolutionnaires et contre-révolutionnaires, le pays plonge une fois encore dans le chaos sur fond de lutte pour la restitution des terres aux paysans. Les figures de Pancho Villa et d'Emiliano Zapata se détachent.

1917

La promulgation d'une constitution ne parvient pas à stopper la guerre civile. Elle fait entre 1,5 et 2 millions de morts et s'achève avec les assassinats de Carranza et de Zapata, les deux leaders opposés. La paix, à partir de 1920, est consacrée à la lente reconstruction d'un Mexique ruiné.

1968

Les Jeux olympiques de Mexico coïncident avec une vague de mécontentement de la population. La répression du mouvement estudiantin, ordonnée par le président Díaz Ordaz, cause plusieurs centaines de morts.

1985

Un tremblement de terre est responsable de la mort de plus de 10 000 personnes dans la capitale.

1988

Élection contestée de Carlos Salinas de Gortari (PRI). Il entreprend de libéraliser l'économie mexicaine et met un terme au conflit centenaire entre l'Église et l'État sur la question des biens fonciers.

1994

Entrée en vigueur de l'Alena (Accord de libre-échange nord-américain). Le 1er janvier, les paysans indiens du Chiapas – le subcommandante Marcos à leur tête – prennent les armes et créent l'armée zapatiste de libération nationale (AZLN). Ce soulèvement traduit les problèmes de l'économie mexicaine et la paupérisation croissante d'une part importante de la population du pays, aggravée par la chute du peso. Le successeur désigné de Salinas, Luis Donaldo Colosio, est assassiné la même année. Ernesto Zedillo, élu président, inscrit les réformes – politiques et économiques – à son agenda.

2000

Vicente Fox Quesada est élu président de la République. Cette victoire met fin à 71 ans de règne du parti révolutionnaire institutionnel (PRI). Il s'entoure d'une vaste coalition sociale et politique, et annonce une démocratisation du régime.

2001

En mars, la longue marche des zapatistes vers Mexico représente un grand pas vers le règlement de la question indienne.

2003

L'accord de libre-échange nord-américain entre le Mexique, le Canada et les États-Unis entre en application. Il prévoit la suppression de l'ensemble des droits de douane sur la quasi-totalité des produits agricoles échangés entre ces trois pays.

2004

Un demi-million de personnes manifestent en juin, à Mexico, pour exiger des mesures gouvernementales contre la criminalité qui ne cesse de croître.

2005

Le 21 octobre, l'ouragan Wilma touche la péninsule de Yucatán.

2006

Felipe Calderón, candidat du PAN, le parti de Vicente Fox, gagne les élections présidentielles face à Andrés Manuel López Obrador. Celui-ci dénonce une fraude dès l'annonce des résultats, qui sont néanmoins confirmés par le tribunal fédéral. López Obrador entame alors une lutte pour sa reconnaissance populaire et se fait appeler « el presidente legítimo » (le président légitime). Par ailleurs, la ville de Oaxaca est le théâtre de violents affrontements entre l'Assemblée populaire des peuples du Oaxaca (APPO) et le gouverneur en place.

2009

En avril, un nouveau type de grippe est décelé au Mexique, d’abord appelé grippe porcine, l’OMS clarifiera rapidement sa dénomination : grippe A (H1/N1). En mai, l’OMS relève l’alerte au niveau 6, ce qui correspond à une pandémie mondiale. On saura par la suite que les risques d'une pandémie ont été grandement exagérés.

2010

Le nord du pays connaît une forte violence liée au trafic de drogues. Si cette criminalité est ancienne, l'année a été marquée par une vague d'assassinats touchant notamment des élus municipaux (seize maires, au moins, ont été tués en l'espace de quelques mois).

2011

L'année 2011 reste une année noire pour la liberté des médias au Mexique avec l'assassinat de plusieurs journalistes et micro-blogueurs, qui participaient à la lutte contre les cartels de drogue en diffusant des informations sur internet. Les représailles sont sanglantes, ce qui contribue, en plus de la corruption, à l'inertie des autorités. C'est dans ce climat d'insécurité que s'annoncent les élections présidentielles en juillet 2012.

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Mexique