Philippines : Histoire

Présentation et histoire des Philippines

 

Préhistoire et Antiquité

L'archipel est peuplé par vagues successives en provenance du continent asiatique, d'Indonésie et de Malaisie.

1100

Les Chinois installent des comptoirs sur les côtes de Luzon.

1380

Arrivée des musulmans dans l'archipel des Sulu. En un siècle, l'islam s'établit une puissante sphère d'influence.

1521

Magellan revendique l'archipel au nom de l'Espagne. Il est tué par un chef local.

1543

Le pays reçoit son nom en l'honneur de Philippe II d'Espagne.

1565

Les Espagnols pérennisent leur occupation.

1571

Tout l'archipel, à l'exception des Sulu, islamiques, est sous domination espagnole. Manille devient la capitale de Las Islas Filipinas.

XIXe siècle

Le sentiment national philippin, et la résistance, se développent.

1896

Une insurrection nationaliste éclate. L'écrivain José Rizal, l'un des fondateurs du mouvement d'indépendance, est fusillé.

1898

À l'issue de la guerre hispano-américaine, durant laquelle les Philippins combattent aux côtés des Américains, les États-Unis s'emparent de l'archipel. L'opposition nationaliste conteste la domination américaine.

1935

Manuel Quezón devient le premier président du Commonwealth des Philippines, étape transitoire avant l'indépendance.

1941-1942

Le Japon occupe l'archipel.

1944-1945

Les États-Unis envahissent de nouveau le pays.

1946

L'indépendance est proclamée.

1965

Ferdinand Marcos est élu président de la République des Philippines.

1972

Marcos instaure la loi martiale. Son régime est la cible des guérillas communiste et islamiste. Il est accusé de fraude électorale. Début de l'insurrection musulmane dans le Sud.

1983

L'assassinat du leader de l'opposition, Benigno “Ninoy” Aquino, soulève une vague de manifestations à l'encontre du gouvernement.

1986

Corazón Aquino, la veuve de Benigno, remporte les élections, après la naissance du mouvement People Power (défiant le pouvoir militaire du régime de Marcos) dans les rues de Manille. Marcos doit s'exiler. Les libertés démocratiques sont rétablies. Corazón Aquino doit faire face à plusieurs tentatives de coups d'État.

1989

Ferdinand Marcos meurt en exil.

1991

Éruption gigantesque du mont Pinatubo ; des millions de tonnes de cendres volcaniques sont ejectées. Les États-Unis s'engagent à évacuer leurs dernières bases militaires.

1992

Le secrétaire à la Défense Fidel Ramos devient président de la République.

1996

Le gouvernement signe un accord de paix avec le Front de libération nationale moro (MNLF), qui a abouti à l’établissement d’une Région autonome dans la partie musulmane de Mindanao (ARMM), qui comprend toutes les régions à majorité musulmane.

1998

Joseph Estrada, ancienne vedette du petit écran, succède à Fidel Ramos à la tête du pays.

2000

Une nouvelle vague de violence secoue le Sud musulman. Suite à l'arrêt par les militaires des négociations de paix, le Front de libération islamique moro (MILF), devenu le principal groupe séparatiste musulman, relance l'offensive. Dix-neuf étrangers et deux Philippins sont pris en otage en avril dans l'île de Sipadan par la guérilla islamiste Abbu Sayyaf et retenus dans l'île de Jolo.

2001

Le 20 janvier, un soulèvement populaire écarte du pouvoir le président Joseph Estrada, accusé d'avoir trempé dans une affaire d'escroquerie. Gloria Macapagal-Arroyo (GMA) devient présidente de la République des Philippines. Malgré sa volonté de redynamiser le niveau social et économique du pays, elle doit faire face à une anarchie croissante. Un cessez-le-feu est déclaré, mais des périodes de violence et de bombardements sévissent toujours dans l’ARMM.

2002

À la suite de l'arrestation à Manille d'un Indonésien du groupe Jemaah Islamiyah et dans le cadre de la lutte anti-terroriste, les conseillers américains aident l'armée philippine à lutter contre le groupe Abou Sayyaf et contre l'implantation de groupes liés au réseau Al-Qaida dans le sud de l'archipel.

2004

En 2004, Gloria Macapagal-Arroyo se présente à un second mandat et l’emporte, malgré des suspicions de fraudes électorales. Les Philippines sont fortement touchées en novembre par la tempête tropicale Winnie et en décembre par un typhon.

2005

La guérilla persiste et trois attentats frappent le pays en février, dont un à Manille.

2006

La présidente philippine Gloria Macapagal-Arroyo signe un décret sur l’abolition de la peine de mort. Le 1er décembre, des coulées de boue consécutives aux pluies du typhon Durian ensevelissent un millier de personnes au pied du volcan Mayon.

2007

Le 23 janvier, le gouvernement annonce la mort du chef du groupe islamiste Abou Sayyaf, Khadaffy Janjalani, lors d'un accrochage militaire, en septembre 2006, sur l'île de Jolo.

2008

En août 2008, le cessez-le-feu prend fin. Une flambée de violence frappe l’ARMM, les rebelles du MILF attaquant ouvertement l’armée dans certaines parties de Mindanao.

2009

Le 15 janvier, une équipe du Comité international de la Croix Rouge (CICR), qui assurait une mission médicale, est enlevée sur l’île de Jolo.

2010

Les élections présidentielles de mai portent Benigno Aquino III au pouvoir, fils de l'ancienne présidente Corazon Aquino. Il succède ainsi à Gloria Arroyo.
 

2013

Le MILF assiège la ville de Zamboanga, à Mindanao, durant 3 semaines. Les combats qui s’ensuivent avec l’armée philippine entraînent le déplacement de 100 000 personnes. 
En novembre, le super typhon Yolanda (appelé aussi Haiyan) traverse la partie centrale des Visayas, faisant, selon les estimations, 15 000 à 25 000 victimes et dévastant le littoral. 

Mis à jour le : 9 juillet 2018

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le compagnon des voyageurs au long cours en Asie du Sud-Est, à glisser dans tous les sacs à dos avant le départ.
 

Paramètres des cookies