Martinique : Histoire

Chronologie de la Martinique

De 0 à 650

Installation des communautés villageoises du delta de l'Orénoque.

De 650 à 950

Premières migrations caraïbes en provenance du bassin de l'Amazone.

15 juin 1502

Lors de son quatrième voyage dans les Caraïbes, Christophe Colomb débarque en Martinique.

1626

Création de la compagnie de Saint Christophe, regroupant marchands normands et corsaires, qui deviendra en 1635 et sous le patronage de Richelieu, la Compagnie des îles d'Amérique.

1635

La Martinique devient une colonie française.

1636

Autorisation de l'esclavage sur le territoire des Antilles françaises.

Vers 1650

La Compagnie des îles d'Amérique en difficulté vend la Martinique au gouverneur du Parquet.

1664

La Compagnie des Indes occidentales, fondée par Colbert, rachète la Martinique à son propriétaire.

1674

La Compagnie est dissoute et la Martinique comme les Antilles deviennent colonies françaises.

1685

Colbert conçoit le Code noir qui définit les relations entre maîtres et esclaves et qui divise la société entre trois groupes (blancs libres, noirs esclaves et affranchis mulâtres ou noirs libres).

Jusqu'à la Révolution française

La Martinique domine politiquement et surtout commercialement la Guadeloupe.

1794-1815

Les Anglais gouvernent l'île. Maintien du système esclavagiste.

1815

La Martinique revient définitivement à la France.

27 avril 1848

Abolition de l'esclavage.

8 mars 1902

L'éruption du volcan de la montagne Pelée provoque la disparition de la ville de Saint-Pierre et de ses 30 000 habitants.

De 1940 à 1943

La Martinique est soumise comme toutes les Antilles françaises au pouvoir autoritaire d'un haut commissaire du gouvernement de Vichy, l'amiral Robert.

1946

La Martinique devient un département français d'Outre-mer (DOM). Pour la première fois, elle est représentée à l'Assemblée nationale et au Sénat.

1958

Par référendum, les Martiniquais choisissent l'intégration à la communauté française plutôt que l'indépendance.

1974

La Martinique est promue au rang de région.

1983

Création du Conseil régional de la Martinique.

1998

Alfred Marie-Jeanne est élu président du Conseil Régional

2000

L'Assemblée nationale adopte la Loi d'orientation pour l'outre-mer (LOUM) qui institue dans les DOM un "congrès" aux pouvoirs limités.

2001

Maire de Fort-de-France depuis 47 ans, Aimé Césaire (87 ans), poéte-apôtre de la "négritude", laisse la place à Serge Létchimy, du Parti progressiste martiniquais (PPM), qu'il a fondé. Le député indépendantiste et président du Conseil régional Alfred Marie-Jeanne remporte 39% des voix aux élections municipales.

2004

Après plusieurs années de baisse de fréquentation, un plan de relance du tourisme est adopté. Yves Dassonville, 24e préfet de la Martinique, remplace Michel Cadot.

2006

L'Union européenne met fin à son soutien à la banane antillaise.

2008

Comme en France, le temps est à la protestation ; ce sont les professeurs martiniquais qui font entendre leurs voix. L'année est également marquée par le décès d'Aimé Césaire. Des obsèques nationales lui ont été rendues le 20 avril 2008 à Fort-de-France, en présence du chef de l'État. Un grand discours a été prononcé par Pierre Aliker, son ancien premier adjoint à la mairie de Fort-de-France, âgé de 101 ans.

2009

En février, la Martinique entame une grève générale pour protester contre la vie chère et les bas salaires. Cette grève s'est étendue sur plus d'un mois jusqu'à ce que syndicats, patrons et gouvernement arrivent à un compromis.

2010

Lors des élections régionales qui se sont tenues en mars, Serge Letchimy devient président du Conseil régional.

2011

Le 10 janvier, les électeurs de Martinique et de Guyane se sont prononcés par référendum contre l'autonomie accrue de leurs départements.

Mis à jour le : 26 mai 2014
evaneos

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Toutes les clés pour découvrir la Martinique le temps d'un petit voyage