-->
  1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. 10 expériences incontournables pour découvrir la Bretagne
France

10 expériences incontournables pour découvrir la Bretagne

Mis à jour le : 8 mars 2021

Carte

Degemer mat e Breizh (Bienvenue en Bretagne) ! L’interminable bras de fer entre mer et terre compose ici une marqueterie d’atmosphères et de paysages vibrant sous la lumière océane. Un kaléidoscope toujours changeant, qui confère à la région une beauté sauvage. On vous emmène pour un tour de la région, afin de vous proposer les meilleures expériences qui vous feront découvrir l'âme des bretons.
 

1. Les villes d’art et d’histoire

Du château des ducs de Bretagne à Nantes aux ruelles médiévales de Dinan, en passant par les remparts de Vannes, les témoins architecturaux d’une histoire millénaire ne manquent pas en Bretagne. La région compte 8 villes labellisées “Villes d’art et d’histoire” : Concarneau, Dinan, Fougères, Nantes, Quimper, Rennes, Vannes et Vitré. Mais il existe aussi de nombreuses autres villes historiques qui sont autant d’invitations à un voyage dans le temps et l’espace.

  • Nantes. Le musée d’Arts de Nantes et le château des ducs de Bretagne sont les pierres angulaires du patrimoine nantais. Mais la cité ducale excelle aussi à convertir des sites industriels en lieux de culture et de vie.
  • Rennes. La capitale historique de la Bretagne, dotée d’un riche patrimoine (façades à pans de bois, parlement de Bretagne…), séduit également  par sa vie culturelle dynamique… et sa scène nocturne joyeuse !
  • Vannes. Avec ses remparts, ses places médiévales et ses maisons à pans de bois, Vannes n’a pas usurpé son titre de “ville d’art et d’histoire”. Tournée vers la mer, elle prend un air de station balnéaire en été.
  • Dinan. Un petit port surplombant l’estuaire de la Rance, des demeures médiévales, une histoire commerciale remontant à l’an mille : Dinan offre un concentré des charmes des villes historiques bretonnes.

pedro-lastra-5g8djvtyrya-unsplash.jpg

Dinan et son petit port surplombant l’estuaire de la Rance

2. Les paysages sauvages

Les côtes sauvages bretonnes jouent une partie de bras de fer avec les flots, et lancent leurs pointes rocheuses tels des doigts vengeurs vers les vastes étendues écumeuses. Battues par les vents, bordées tour à tour de falaises et de criques, elles vous invitent à partir sur les sentiers pour humer l’air du large et à faire le plein d’énergie à grands coups d’air iodé. Ne résistez pas à leur appel ! Voici quelques lieux à explorer...

  • La côte sauvage de Quiberon. Langue de terre retenue par un fil au continent, la presqu’île de Quiberon présente un double visage : une façade abritée et ponctuée de plages ; un versant ouest bordé de falaises, livré aux colères de l’océan.
  • Le cap Fréhel et Fort La Latte. Pointé vers le nord entre Saint-Malo et Saint-Brieuc, le cap Fréhel est un site grandiose : une avancée de terre venteuse et couverte de lande, suspendue 70 m au-dessus d’une mer émeraude. Le superbe fort La Latte est accessible par un sentier.
  • Le cap Sizun et la pointe du Raz. La mythique pointe du Raz forme l’extrémité du très sauvage cap Sizun. Imaginez un éperon rocheux aux contours ciselés s'avançant dans des flots écumeux. Un paysage âpre et minéral.
  • La presqu’île de Crozon. Les amoureux de terres ultimes, de falaises écorchées, d’à-pics vertigineux, de plages sublimes et de landes multicolores trouveront leur bonheur dans cette presqu’île, dont l’extrémité ressemble à un trident fendant la mer d’Iroise.

elise-goy-5tiy1cowmv0-unsplash_1.jpg

L'Arche De Port Blanc Roche Percée, à Saint-Pierre-Quiberon

3. Mettre le cap sur les îles bretonnes

Les îles bretonnes reflètent la diversité des paysages continentaux de la région. Douces et fleuries, comme Bréhat ou l’île aux Moines, terres de contrastes, comme Belle-Île-en-Mer, où Dame Nature n’a pas ménagé ses efforts, associées à des légendes, gardées par des phares mythiques… Toutes sont enveloppées d’une forte insularité et partout la magie opère, quelle que soit la saison. La traversée qui y mène est souvent vivifiante… surtout par gros temps ! Parmi nos coups de coeur, il y a... 

  • Belle-Île-en Mer. On raconte que, dans les temps anciens, elle se serait échappée du golfe du Morbihan… Entre des paysages de campagne, de douces plages et des chaos rocheux, de jolis villages et ports, et une citadelle de Vauban, Belle-Île a bien des charmes.
  • Les îles du golfe du Morbihan. Le golfe du Morbihan est parsemé d’une cinquantaine d’îles et d’îlots. L’île aux Moines et ses jardins exubérants, Arz ou Gavrinis et ses vestiges mégalithiques… Autant de joyaux à découvrir à quelques encablures du continent.
  • Ouessant. “Qui voit Ouessant voit son sang”, dit le dicton, en référence à ses récifs. Plus grande île de la mer d’Iroise, cette terre de marins au long cours, balisée par cinq phares, séduit les amoureux d'une nature vierge.
  • Bréhat. Bréhat tient beaucoup de son charme botanique au Gulf Stream, le fameux courant chaud venu de l’Atlantique. C’est à lui qu’elle doit son microclimat, qui lui vaut son surnom d’île aux fleurs ».

sebastien-eevaavqpeme-unsplash_1.jpg

Belle-Île-en Mer, la bien nommée !

4. Partir à l’assaut des remparts

Le passé tumultueux de la Bretagne a conduit très tôt à l’édification de remparts pour contrer les invasions (Vikings, Anglais, Normands…) et contrôler l’accès du Duché face aux visées expansionnistes du royaume franc. Des pans entiers de ces appareils défensifs devenus inutiles furent démolis au XIXe siècle. Leurs vestiges constituent un formidable patrimoine architectural et historique, qui n’a plus guère à craindre que les assauts des visiteurs. Parmi eux :

  • Le Mont-Saint-Michel. Breton ? Normand ? Une certitude : le Mont-Saint-Michel est unique. Ce décor qui évolue au gré des mouvements des nuages, de la mer et du sable a séduit les moines, qui y bâtirent une abbaye contre vents et marées.
  • Fougères. Elle fut la plus importante des “portes” fortifiées qui contrôlaient l’accès au duché de Bretagne au Moyen Âge. La ville basse, au pied du château, forme un riche témoignage de l’histoire de l’architecture militaire.
  • Concarneau. Dans ce grand port de pêche, les infrastructures portuaires côtoient les remparts de l’admirable ville close, élevés pour protéger la cité au XVIe siècle. Concarneau offre aussi une agréable façade balnéaire.
  • Saint-Malo. Ville natale de Surcouf et de Jacques Cartier, Saint-Malo a connu la prospérité grâce à la mer. Les remparts de la ville intra-muros, les ruelles et la vue sur le large par-delà la tombe de Chateaubriand ont gardé leur magie.

adobestock_236730730.jpeg

Les remparts de Concarneau

5. Aller voir les géants de pierre

Dans la lande, au bout d’un sentier forestier, sur une île… Des mégalithes sont disséminés dans toute la Bretagne. On sait que les dolmens étaient des sépultures collectives. En revanche, la signification des menhirs fait l’objet de débats. Étaient-ils des symboles de fécondité ou des représentations de divinités ? Servaient-ils de délimitation territoriale, de calendrier ? La question est bien loin d’être tranchée. Mais ça ne nous empêche pas d'aller les admirer, par exemple :

  • Les alignements de Carnac. C’est entre la presqu’île de Quiberon et le golfe du Morbihan que l’on trouve la plus grande concentration de mégalithes du monde. Ceux de Carnac, avec plus de 40 ha d’alignements, sont les plus impressionnants. Une plongée dans une histoire vieille de 6 000 ans, complétée par l’excellent musée de Préhistoire.
  • La Roche-aux-fées. Bien des légendes auréolent ce dolmen du néolithique, à 30 km au sud-est de Rennes. Il forme une impressionnante allée couverte : 19,5 m de long, 4 m de large et pas moins de 41 blocs de schiste pourpre. Sa construction reste un mystère…
  • Le cairn de Gavrinis. La technique, le style, la qualité de construction, la beauté de ce monument orné de splendides gravures représentant haches, arcs et flèches, chevrons, crosses ou serpents sont sans équivalent. Sur l'île de Gavrinis, au sud de Larmor-Baden.
  • Les alignements de Kerzerho. Ce vaste ensemble constitué de près de 200 menhirs s’étire sur 2 km, avec une disposition semblable à celle du site de Carnac. Il comprend plusieurs menhirs de très grande taille : les “géants d’Erdeven”.

bertrand-borie-pzjvmqg6ges-unsplash.jpg

Les alignements de Carnac

6. Prendre la vague

Avec des centaines de kilomètres de côtes découpées et de vastes plages aux orientations différentes, exposées à tous les vents, la Bretagne est (aussi) un paradis de la glisse. E-foil ou wing foil, paddle électrique… Les innovations sont permanentes et les possibilités, innombrables. À chacun sa manière de se laisser griser par la sensation de glisser sur l’eau. De nombreux prestataires de qualité seront au rendez-vous pour vous guider dans vos découvertes.

  • Surf à la pointe de la Torche. Dans la baie d’Audierne, la plage qui se déploie au pied de cet éperon rocheux est un haut lieu de la glisse en Bretagne. En toute saison, les surfeurs s’élancent sur leurs planches pour profiter des vagues régulières. Un spectacle particulièrement impressionnant en hiver, qui a la faveur des plus expérimentés.
  • Voile légère dans le Goëlo ou le Trégor. L’aventure est à quelques mètres du rivage : en Optimist pour les bambins, en dériveur ou en catamaran pour les plus grands. À Paimpol, Saint-Quay-Portrieux, Binic… D’innombrables écoles apprennent à tirer des bords.
  • Kayak de mer au large de la presqu’île de Crozon. Le kayak de mer, qui se pratique facilement en famille, permet d’atteindre des sites inaccessibles par voie terrestre et d’explorer le relief côtier. Un conseil : par une mer calme, optez pour un modèle à fond transparent !
  • Kitesurf à Quiberon. Un sport qui mêle les sensations liées à la glisse et au vol, ça vous tente ? Avec un vent régulier et de longues plages de sable sans obstacles, la presqu’île de Quiberon est un spot de choix pour tenter l’expérience !

surf-plage-de-la-palue-c-ilona-madec.jpg

Surf sur la plage de la Palue à Crozon

7. Se régaler à la mode bretonne

Terre de saveurs iodées et de maraîchage, la Bretagne a des allures de pays de cocagne. On y mange bien, et bon ! Le poisson, vendu directement dans les criées, et les fruits de mer, présents en abondance, tiennent le haut du pavé culinaire. Il y a bien sûr aussi les crêpes et les galettes, qui font figure de véritables symboles régionaux. Et le beurre, employé largement pour la confection de pâtisseries gourmandes et généreuses... Allez, petit coup d'oeil au menu : 
La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint-Brieuc. Mais comment reconnaître dans votre assiette la fameuse coquille, reine de la baie de Saint-Brieuc ?  Elle doit être de teinte blanche.  Elle est en effet pêchée en dehors de la période de reproduction, quand le corail disparaît.
Le beurre salé. Indissociable des pâtisseries bretonnes, le beurre salé rehausse ici toutes les saveurs : celles des fruits de mer, mais aussi celles des fraises ! Et, sans lui, pas de salidou, le délicieux caramel de Quiberon.
Le Kouign-Amann de Douarnenez. Ah, le kouign-amann ! Le fameux “gâteau au beurre” breton, doré et caramélisé. Si on le trouve partout en Bretagne, c’est bel et bien Douarnenez qui l’a vu naître. Il se déguste de préférence tiède, pour révéler tous ses arômes.
Les algues et plantes marines. Les chefs bretons sont de plus en plus nombreux à utiliser des algues et des plantes marines, fraîches, séchées ou en pickles. D’autant qu’elles sont excellentes pour la santé. Goûtez par exemple la salicorne ou le fenouil de mer.

adobestock_224903678.jpeg

Le Kouign-Amann, le fameux "gâteau au beurre" breton

8. Partir sur les sentiers

Des milliers de kilomètres de chemins balisés se déroulent sur le littoral, dans les forêts et dans les campagnes bretonnes. Que ce soit pour de courtes escapades ou un voyage au long cours, la marche est une belle manière de partir à la découverte du patrimoine naturel, culturel et historique de la région, avec un sentiment grisant de liberté. Alors, glissez dans votre sac quelques douceurs bretonnes, et à vos chaussures !

  • Le sentier des Douaniers. Le GR®34 s’étire le long du littoral breton sur près de 2 000 km, entre le Mont-Saint-Michel et Saint-Nazaire. Un parcours chargé d'histoire, qui sent bon le grand large, avec une belle diversité de reliefs et de paysages.
  • La réserve naturelle régionale Marais de Brière. Le GR® de Pays Tour de Brière court sur 68 km dans la bucolique Brière, riche d’un fabuleux patrimoine naturel, culturel et paysager. Des randonnées à la découverte de la faune et de la flore sont également proposées.
  • Les monts d’Arrée, d’histoire en légendes. Landes austères et tourbières, éperons de schiste noir et dômes gréseux : les monts d’Arrée évoquent l’Écosse ou l’Irlande. De nombreux sentiers balisés ont été aménagés dans ce territoire faiblement peuplé, ponctué de villages de tradition agricole ancienne, qui abrite la forêt de Huelgoat et son chaos géologique, enveloppés de légendes.

adobestock_322299166.jpeg

Les monts d’Arrée évoquent les paysages de l’Écosse ou l’Irlande

9. Rencontrer la faune et la flore

 Que vous soyez du genre à craquer devant les macareux moines, superstars des oiseaux de mer, à explorer les fonds sous-marins le cœur battant ou à traquer la rareté botanique dans les espaces protégés, la Bretagne vous réserve de belles découvertes, grâce à un patrimoine naturel préservé. De nombreuses sorties thématiques sont proposées, mais vous pourrez aussi vous laisser aller à la flânerie et à la contemplation : les sources d’émerveillement sont infinies.

  • Le Parc naturel marin d’Iroise. La mer d’Iroise, tant redoutée par les marins, voit s’épanouir une riche vie marine, avec notamment un immense champ d’algues, et une profusion de poissons et de crustacés qui attirent grands dauphins et phoques gris. Des sorties en mer sont proposées.
  • L’archipel des Sept-Îles. Plutôt que sept, on en compte cinq, plus deux îlots, au large de Perros-Guirec. Mais qu’importe. Cet archipel forme une réserve ornithologique d’une importance majeure, avec des fous de Bassan, des macareux, des goélands, des cormorans huppés, des puffins des Anglais…
  • L’archipel des Glénan. Connus pour la voile, les Glénan se distinguent aussi par leurs fonds sous-marins, offrant une bonne visibilité. Au programme : grottes, failles et tombants, forêts de laminaires et prairies sous-marines.
  • La réserve naturelle du Venec. Bruyère, ajoncs, petits chênes verts, mais aussi sphaignes, mousses, droseras… La tourbière du Venec présente une belle diversité botanique. Sa faune est non moins remarquable, avec des loutres et une colonie de castors à proximité.

louis-renaudineau-swmhweoa3ja-unsplash.jpg

Le phare de Saint-Nazaire

10. Se rêver en marin

Une traversée vers Ouessant ou l’île de Sein achèvera peut-être de vous convaincre – ou pas – que vous êtes fait pour le grand large. Mais même sur la terre ferme, vous pourrez humer les embruns dans cette Bretagne ouverte sur le monde par tous ses ports, pays de corsaires et d’explorateurs, et plus encore de pêcheurs, qui a donné de nombreux romans maritimes, et reste une source inépuisable d’inspiration et de fascination.

  • Ploubazlanec. Entre Paimpol et la pointe de l’Arcouest, Ploubazlanec évoque l’histoire des terre-neuvas et des Islandais, qui partaient jadis pour pêcher la morue. Son charmant petit port de Loguivy-de-la-Mer a été immortalisé dans les années 1960 par une chanson, devenue un classique des chants marins.
  • Saint-Nazaire. L’aventure des lignes transatlantiques a changé à jamais l’histoire de la ville. Les mythiques Chantiers de l’Atlantique se visitent, tout comme la Base sous-marine, construite entre 1941 et 1944, et reconvertie en lieu muséographique et culturel.
  • Le port-musée de Douarnenez. Douarnenez regarde vers le large, et cultive le souvenir de l’épopée de la pêche à la sardine qui a fait sa prospérité. Mais son port-musée s’intéresse aussi à d’autres cultures, avec une vaste collection de maquettes et d’embarcations.
  • La Cité de la voile Éric Tabarly. Pas besoin de céder à l’appel du large pour s’embarquer ici à bord d’un trimaran de course. Ce centre d’exposition multimédia vous propulsera d’emblée au cœur du sujet.