1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. France : top 10 des villes et villages fortifiés
France

France : top 10 des villes et villages fortifiés

Mis à jour le : 9 janvier 2017

Carte

Remparts crénelés, fortifications complexes, enceintes doubles, voire triples… Vous vous sentirez assurément à l'abri dans ces lieux dont l'architecture, elle aussi, a été bien protégée.
 

1. Larressingle (Gers)

La « petite Carcassonne » du Gers dresse fièrement ses remparts érigés à l'initiative des abbés de Condom, au XIIIe siècle, au milieu des champs et des vignes. Ceinturée de remparts à créneaux et de courtines, Larressingle regroupe un château-donjon, une église à deux nefs et des maisons à pierre dorée qui ont conservé fenêtres à meneaux et portes arquées. À l'abandon au début du XXe siècle, le village, qui constitue un exemple rare de place forte médiévale quasiment intacte, fut rénové en plusieurs étapes grâce à un comité de mécènes de Boston.
Un camp d'initiation aux techniques de la guerre de siège s'installe l'été à proximité des remparts (http://larressingle.free.fr).


 
 

2. Bastides du Sud-Ouest (Lot-et-Garonne)

Le sud-ouest de la France fut le terrain d'expansion privilégié des bastides, ou « villes neuves », construites ex nihilo entre 1222 et 1373, souvent reconnaissables à leur plan en damier, avec une place centrale ornée d'une halle couverte. Leur essor correspond à une phase de croissance économique et urbaine exceptionnelle. Dans le Lot-et-Garonne, Monpazier et Monflanquin sont les plus célèbres et les mieux conservées. Cette dernière était considérée par l'architecte Eugène Viollet-le-Duc comme une référence architecturale.
Le nombre de créations de bastides est évalué entre 350 et 400 dans le sud-ouest de la France.


 
 

3. Gourdon (Alpes-Maritimes)

Perchée sur un à-pic vertigineux au-dessus de la vallée du Loup, à 760 m d'altitude, cette forteresse, construite au XIIe siècle sur un castrum existant par les comtes de Provence, marquait la frontière entre le comté de Vintimille et la France. Même s'il ne se visite plus, son château, cerné par quatre tours, reste célèbre pour ses jardins suspendus dessinés par le jardinier André Le Nôtre. Depuis la place Victoria – souvenir d'une visite de la reine en 1891 –, à laquelle on accède par un lacis de ruelles, on découvre un panorama exceptionnel de Nice à Mandelieu.
Des visites guidées des jardins sont possibles (www.chateau-gourdon.com).
 
 

4. Carcassonne (Aude)

La cité de Carcassonne, prestigieuse ville médiévale fortifiée, dont la construction débuta au XIIe siècle à l'initiative des vicomtes de la maison Trencavel, fut annexée au domaine royal après la croisade albigeoise. Les travaux de fortification se poursuivirent tout au long du XIIIe siècle. Ses deux rangées de remparts crénelés, où sont aménagées meurtrières et archières, ses 16 tours, son château comtal et la basilique Saint-Nazaire, célèbre pour la beauté de ses rosaces, n'auront aucun mal à vous transporter à l'époque médiévale.
Le chanteur Stephan Eicher a choisi l'atmosphère paisible de l'hôtel de la Cité pour enregistrer son album Carcassonne sorti en 1993.


 
 

5. Pérouges (Ain)

Magnifique cité médiévale située au nord-est de Lyon, Pérouges se dresse au sommet d'une colline dominant la plaine du Rhône. Avec sa double enceinte de remparts, ses vieilles demeures et ses maisons d'artisans et de marchands des XVe et XVIe siècles, elle offre une véritable plongée dans le Moyen Âge. L'entrée principale de Pérouges se fait par la porte d'En-Haut. Outre la balade à travers les étroites ruelles pavées, visitez le musée du Vieux Pérouges et le jardin moyenâgeux (hortulus), tous les deux situés dans la Maison du Prince (résidence des ducs de Savoie).
Pour une pause gourmande, attablez-vous à l'Hostellerie du Vieux Pérouges (www.hostelleriedeperouges.com) au cœur du village, comme Bill Clinton en 1996.


 
 

6. Briançon (Hautes-Alpes)

Sa situation géographique exceptionnelle, au cœur du massif alpin, à l'intersection de cinq vallées, fit de Briançon un carrefour d'échanges commerciaux et culturels dès le Moyen Âge. Après son passage en 1692, Vauban décida de faire de la ville une place forte, par crainte d'une invasion savoyarde. L'immense chantier de construction des fortifications de la ville s'étala de 1692 à 1734. La ville haute, exemple exceptionnel d'architecture défensive adapté à une topographie de montagne, est encore aujourd'hui surnommée la « cité Vauban ».
L'office du tourisme de Briançon propose des visites patrimoniales sur les traces de Vauban (www.ot-briancon.fr).


 
 

7. Ville close de Concarneau (Finistère)

Cité dans la cité et berceau historique de Concarneau, la ville close est bâtie au beau milieu du port, sur une île de 350 m de long sur 100 m de large. Les remparts de cet ensemble fortifié ont été construits au XVIe siècle puis modifiés par Vauban au XVIIe siècle. L'ouvrage défensif est surplombé par un beffroi coiffé d'une girouette en forme de navire, le symbole de la ville. On accède à son entrée principale via la place Jean-Jaurès, mais à son extrémité opposée, la porte du Passage donne accès au bac, qui permet de rejoindre, à la dérobée, les quartiers est de Concarneau.
Ne manquez pas le Festival des filets bleus (www.festivaldesfiletsbleus.fr), l'une des fêtes traditionnelles les plus célèbres de Bretagne, le dernier week-end d'août.


 
 

8. Neuf-Brisach (Haut-Rhin)

Un plan de rues quadrillé au cordeau, avec une gigantesque place d'armes centrale, une triple fortification en étoile à huit branches, le tout datant du début du XVIIIe siècle… Pas de doute ! Neuf-Brisach est du Vauban tout craché. La place forte, édifiée rapidement de 1697 à 1708, fut même considérée comme la réalisation majeure du commissaire général de Louis XIV et a valu à cette petite ville tranquille d'être classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 2008. Indifférents à ce raffut historique, les moutons, l'été, tondent l'herbe dans les douves.
Neuf-Brisach, entre Colmar et Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), est un haut lieu du tourisme écologique et de l'habitat passif (www.tourisme-paysdebrisach.com).
 
 

9. Dinan (Côtes-d'Armor)

Point de rencontre entre la Rance maritime et la Rance fluviale, Dinan jouit d'une position stratégique. La ville a la particularité, en plus de ne pas s'être construite dans la vallée mais sur la colline, d'être cernée par 3 km de remparts, les plus longs et parmi les mieux préservés de Bretagne. Le nom même de Dinan vient de « din » ou « dun », signifiant forteresse. Et si la ville venait tout de même à être assiégée, vous pourrez toujours fuir par les eaux, en empruntant son lacis de ruelles filant jusqu'au port, au creux de la vallée.
Ne manquez pas la fête des Remparts qui, tous les 2 ans en juillet, célèbre magistralement le Dinan médiéval.


 
 

10. Villefranche-de-Conflent (Pyrénées-Orientales)

Verrou stratégique dès le haut Moyen Âge, le bourg de Villefranche-de-Conflent, au fond du défilé de la Têt, a toujours vécu derrière d'épais remparts. Son système défensif atteignit son apogée avec les travaux de Vauban, qui lui valent d'être inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Le fort Libéria qui le surplombe et la grotte casematée sont des chefs-d'œuvre de l'architecture militaire. Construite en marbre rose, cette place forte royale dressée contre les Espagnols est devenue un musée en plein air, mais à l'époque de la Révolution, les habitants se considéraient comme otages de leurs défenseurs et ont tout saccagé. Pour les remparts, l'ennemi était dans les murs autant qu'à l'extérieur.
Le clou de la visite : l'escalier souterrain des « mille marches » construit sous Napoléon III, qui relie le village au fort Libéria.


Paramètres des cookies