Angleterre : Histoire

4000 av J.-C.

Peuplée d'abord par de petits groupes de chasseurs, l'Angleterre de l'âge de pierre voit l'arrivée d'immigrants qui, vers 4000 av. J.-C., entreprennent la culture des collines de craie de la plaine de Salisbury et édifient les mystérieux cercles mégalithiques de Stonehenge et d'Avebury. Ces populations sont suivies à l'âge du bronze par les Celtes d'Europe centrale qui commencent à s'installer en 800 av. J.-C. et introduisent en Angleterre le gaélique et le britonnique (la première de ces langues est encore parlée en Ecosse, la seconde au pays de Galles).

43 av J.-C.

Débarqués en l'an 43, les Romains n'ont besoin que de sept années pour vaincre toute résistance et prendre le contrôle de la majeure partie de l'Angleterre. Les tribus écossaises et galloises se montrant plus rebelles, les Romains érigent au nord du pays le mur d'Hadrien pour repousser les razzias écossaises. La colonisation apporte au territoire une stabilité nouvelle, le dote d'un réseau de routes pavées et y introduit le christianisme.

Ve siècle

Cependant, le déclin de leur empire et le prix très élevé que leur coûte la colonisation de l'Angleterre incitent les Romains à se retirer peu à peu de ce territoire ; leur domination s'achève ainsi, sans défaite, vers 410.

VIIe-IXe siècles

Profitant de la place laissée vacante par les Romains, les Angles, les Jutes et les Saxons envahissent à leur tour l'Angleterre, refoulant ou assimilant les populations celtes. Dès le VIIe siècle, les fiefs établis par ces envahisseurs anglo-saxons, s'étant constitués en royaume, commencent à esquisser une première conscience nationale en se posant comme anglais. Vers 850, les Vikings ont déjà envahi le Nord de l'Ecosse, le Cumberland et le Lancashire tandis que les Danois pénètrent l'Est de l'Angleterre. En 871, seul le Wessex, territoire mi-saxon mi-celtique au sud de la Tamise, demeure sous le contrôle des Anglais. Toutefois, ces derniers parviennent à neutraliser la supériorité militaire des Vikings et entament un processus d'assimilation culturelle.

1066

En 1066, Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, débarque avec 12 000 hommes sur la côte sud de l'Angleterre. Après sa victoire à Hastings, il exproprie les aristocrates anglais et distribue leurs biens à ses barons, de culture et de langue françaises. Assimilés à la population locale, les Normands bâtissent en Angleterre d'imposants châteaux, y instaurent le système féodal et établissent un cadastre précis.

XIIe-XVe siècles

Au cours des siècles suivants, le pays traverse une période de troubles, marquée par les conflits monarchiques, les intrigues politiques, les révoltes et la peste. Les défaites essuyées face à la France durant la guerre de Cent Ans déclenchent la guerre civile dite des Deux-Roses : ce conflit opposant la maison d'York à la maison de Lancastre a pour principale conséquence de ruiner l'aristocratie et de souligner l'impuissance de la monarchie anglaise.

XVIe siècle

Au XVIe siècle, les problèmes matrimoniaux d'Henri VIII, qui rompt avec le catholicisme faute d'obtenir du pape l'autorisation de divorcer, aboutissent au schisme religieux qui marque la naissance de l'anglicanisme. Refusant l'autorité du pape, le roi se fait nommer par le Parlement à la tête de l'Église d'Angleterre ; dans le même temps, la Bible est traduite en anglais. En 1536, Henri disperse les ordres religieux et confisque leurs terres.

1642-1660

Le rapport de force entre la monarchie et le Parlement dégénère en guerre civile (1642-1646) : les royalistes (catholiques, traditionalistes, aristocrates et anglicans) soutiennent Charles Ier contre Cromwell et les parlementaristes protestants. La victoire de Cromwell aboutit à la mise en place d'une dictature, marquée entre autres par l'écrasement sanglant de l'Irlande catholique. En 1660, devant les excès de ce régime, le Parlement décide de rétablir la monarchie.

XVIIIe siècle

Durant la période d'expansionnisme qui suit, l'Angleterre conquiert des colonies sur la côte américaine, accorde à la Compagnie des Indes orientales le privilège du commerce à Bombay et finit par intégrer le Canada et l'Australie à sa sphère d'influence. À l'intérieur, elle accroît sa domination sur les îles Britanniques. L'empire naissant connaît cependant son premier revers en 1783, avec la déclaration d'indépendance des colonies d'Amérique.

XIXe siècle

Parallèlement, la Grande-Bretagne entame sa révolution industrielle en découvrant de nouvelles énergies, de nouveaux moyens de transport et de production : l'énergie hydraulique ou à vapeur, le train à vapeur, l'exploitation des mines de charbon, etc. entraînent des changements sociaux radicaux. Ainsi, l'apparition des premières villes industrielles dans les Midlands provoque d'importants mouvements de population. Lorsque la reine Victoria est couronnée, en 1837, le pays est devenu la première puissance mondiale. Sa flotte qui domine les océans maintient ensemble les mailles de son empire colonial tandis que ses usines dictent leur loi au commerce mondial. Sous les ministères de Gladstone et de Disraeli, les pires excès de la révolution industrielle rendent nécessaires des réformes sociales qui instaurent l'enseignement universel, la légalisation des syndicats et le droit de vote pour les hommes – les femmes devront attendre la fin de la Première Guerre mondiale.

1914-1939

En 1914, la Grande-Bretagne se laisse entraîner dans une guerre qui fait un million de victimes parmi ses soldats et élargit le fossé creusé entre les classes dominantes et la classe ouvrière. La grève générale de 1926 marque le début d'une agitation sociale qui s'amplifie durant la crise des années 30 en raison de l'inaptitude des gouvernements successifs à faire face aux problèmes posés au pays, notamment, en politique extérieure, la montée d'Hitler en Allemagne.

1939-1960

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne joue un rôle déterminant dans la victoire des Alliés. Sous le leadership de Winston Churchill, le pays surmonte le réembarquement de Dunkerque, les incessants bombardements de la Luftwaffe, la perte de Singapour et de Hong Kong pour remporter finalement la bataille d'Angleterre. Malgré l'euphorie, le pays voit bientôt ses ressources et son influence s'affaiblir tandis que l'Inde (en 1947), la Malaisie (en 1957) puis le Kenya (en 1963) proclament tour à tour leur indépendance.

Années 1960-1970

C'est seulement dans les années 60 que l'Angleterre se remet entièrement de la guerre. Le Premier ministre d'alors, le conservateur Harold Macmillan, assure d'ailleurs fièrement à ses compatriotes : "Vous n'avez jamais été aussi bien !". Dans l'effervescence du "swinging London" apparaissent les figures mythiques des Beatles, des Rolling Stones, de Mary Quant, de David Bailey et de Twiggy. Mais la mode des minijupes et les extravagances du Sergant Pepper ne sauraient faire oublier la montée de la violence en Irlande du Nord, qui entraîne un déploiement de troupes britanniques en 1969 et qui perdure depuis. Par la suite, les gouvernements britanniques et irlandais n'auront de cesse de trouver une solution pour mettre un terme au terrorisme et rétablir la paix. Dans les années 70, la crise du pétrole, l'inflation galopante, le chômage et l'antagonisme social contribuent à l'élection de Margaret Thatcher (1979) dont les Britanniques attendent un véritable miracle.

Années 1980-1990

La « Dame de fer » écrase le pouvoir syndical, privatise l'économie nationale, instaure la méritocratie, accentue les disparités sociales, et fait entrer le pays en guerre avec l'Argentine au sujet des îles Malouines. Premier ministre resté le plus longtemps en fonction durant ce siècle, Margareth Thatcher a laissé une empreinte si forte sur la vie politique du pays que, dix ans après avoir été mise en minorité au sein de son parti, son ombre plane sur tous les débats concernant les affaires intérieures. John Major, qui lui succède en 1990, ne parvient pas à rallier la nation à la cause des Conservateurs : il est battu lors des élections de mai 1997.

2000-2001

Sous le ministère de Tony Blair, l'Angleterre change. Toutefois, le pays n'est pas encore totalement sorti du tunnel car vingt ans de conservatisme ne s'effacent pas en un jour et la jubilation de la victoire a cédé la place à un rigoureux pragmatisme économique. En 2000-2001, l'épizootie de fièvre aphteuse met à l'épreuve le gouvernement, provoquant également une crise de l'agriculture et du tourisme. Cela n'empêche pas les travaillistes de remporter les élections législatives du 7 juin 2001. Si l'économie est entrée dans une phase de stabilité, l'éducation, les transports publics, l'Union européenne et l'Irlande du Nord demeurent des sujets explosifs.

2002-2003

En 2002-2003, Tony Blair se range aux côtés de George W. Bush dans la guerre en Irak, contre une partie de l'opinion anglaise. Fait exceptionnel, une manifestation rassemble un million de personnes à Londres contre l'engagement anglais dans le conflit. Au sein même du parti travailliste, les avis divergent, et trois ministres démissionnent pour exprimer leur désaccord. À cette crise politique s'ajoutent les révélations de la BBC sur un rapport qui aurait exagéré les risques liés aux armes de destruction massive irakiennes pour manipuler l'opinion. L'affaire aboutit au suicide de l'informateur de la chaîne et à la démission du directeur de la BBC.

2005

En mai 2005, réélection du 1er ministre Tony Blair à la tête du gouvernement. Londres est la cible d'attentats meurtriers le 7 juillet, au moment où la ville vient d'être choisie pour l'organisation des Jeux Olympiques de 2012.Deux semaines plus tard, toujours à Londres, d'autres tentatives ont lieu, sans faire de victimes cette fois. Le 28 juillet, l'IRA annonce la fin de la lutte armée. Présidence britannique de l'UE et du G8.

2006

En mai 2006, Tony Blair se voit contraint de remanier son gouvernement à la suite des mauvais résultats aux élections locales. Il annonce en septembre qu'il quittera le pouvoir dans l'année à venir.

2007

La Reine Elisabeth II a désigné Gordon Brown, 56 ans, au poste de Premier Ministre le 27 juin 2007, après avoir accepté la démission de Tony Blair. Cette prise de fonction s’est déroulée à la suite d’un processus de désignation interne au parti travailliste, sans élections, ce qu’autorise le système parlementaire. La législature actuelle court jusqu’en 2010. Dès sa prise de fonction, M. Brown a affirmé ses trois priorités en politique intérieure : l’éducation, la santé et le logement.

2008

L’immigration constitue un nouvel enjeu pour le gouvernement. Un plan de mesures visant à améliorer le dispositif de contrôle des frontières et des flux migratoires a été annoncé le 14 janvier 2008. Les travaillistes de Gordon Brown essuient un échec lors des élections municipales du 1er mai. Des incidents se sont produits lors du passage de la Flamme Olympique à Londres en signe de protestation contre le régime chinois ; Gordon Brown n'a pas assisté à la cérémonie d'ouverture.

2010

À la suite des élections législatives tenues en mai, David Cameron est nommé Premier ministre par la reine Elizabeth II.

2011

Le 29 avril le prince William, duc de Cambridge se marie avec Catherine Middleton. Le mariage est très médiatisé et est suivi aussi bien dans le Royaume-Uni qu'à l'étranger. 

evaneos

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le guide Lonely Planet qui va à l’essentiel, pour découvrir le meilleur de l'Angleterre et du Pays de Galles