Angleterre : Environnement

Géographie

L'Angleterre est la plus grande des trois régions qui constituent la Grande-Bretagne. Elle partage ses frontières avec l'Écosse, au nord, avec le pays de Galles, à l'ouest, et n'est distante de la France que de 29 km au point le plus étroit de la Manche. Son relief, en grande partie plat ou légèrement vallonné, s'élève au nord avec la chaîne calcaire des Pennines et à l'ouest avec le massif du Cumberland, dont les sommets arrondis encadrent le Lake District. Au sud des Pennines s'étendent les régions densément peuplées des Midlands tandis que la péninsule du sud-ouest, réputée pour son élevage laitier et sa côte très découpée, est occupée par un plateau hérissé de petits massifs granitiques. Le bassin de Londres forme un ensemble de plaines et de collines alternées dans lequel s'est implantée l'industrie et où se sont développées la plupart des grandes villes, au premier plan desquelles l'agglomération londonienne.

Faune et flore

Autrefois presque entièrement boisée, l'Angleterre ne possède plus aujourd'hui que la deuxième plus petite superficie de forêt d'Europe (après l'Irlande). Les conifères, dont les gouvernements ont favorisé la plantation depuis le début du siècle, ont acidifié le sol et détruit les anciennes tourbières. Parmi les arbres les plus courants, on rencontre des espèces telles que chênes, ormes, châtaigniers, tilleuls, frênes et hêtres. Au printemps, la campagne anglaise se couvre de fleurs (perce-neige, jonquilles, campanules, primevères, boutons d'or, coucous) tandis que plusieurs variétés de bruyères fleurissent dans les landes.
Les parcs nationaux anglais couvrent environ 7% du territoire. Ils sont situés dans les régions du Dartmoor, de l'Exmoor, du Lake District, du Peak District, du val d'York, des North York Moors, de la New Forest, des Broads et du Northumberland. Même si elles n'ont rien de sauvage, ces réserves, pour la plupart privées, offrent de beaux paysages.
Le pays abrite une importante population de cervidés, parmi lesquels le cerf élaphe, le plus grand mammifère local, mais aussi des daims et des chevreuils. On aperçoit également des renards, des blaireaux et des hérissons. L'écureuil gris d'Amérique supplante peu à peu l'espèce locale, plus petite. Si l'on rencontre partout des lapins, les petits rongeurs tels que la musaraigne, le rat des champs et le campagnol d'eau sont moins courants. Unique serpent venimeux, la vipère est rare et protégée. Les Britanniques sont de grands amateurs d'ornithologie, mais si le nombre et la diversité des espèces côtières ne semblent pas menacés, on ne peut pas en dire autant des autres oiseaux : certaines espèces encore abondantes il y a seulement vingt-cinq ans sont actuellement en train de disparaître suite à la destruction de leur habitat.

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le guide Lonely Planet qui va à l’essentiel, pour découvrir le meilleur de l'Angleterre et du Pays de Galles