Chicago : Histoire

Chronologie de Chicago

À la fin du XVIIe siècle, de nombreuses tribus indiennes vivent dans la région, la plus importante étant celle des Potawatomis. En 1673, les Indiens guident les Canadiens Louis Jolliet et Jacques Marquette jusqu'au lac Michigan en remontant la Chicago River. Après la guerre de l'Indépendance américaine, les États-Unis se tournent vers l'Ouest. Dans la région, le gouvernement choisit Chicago, en raison de sa position sur le lac Michigan, pour y établir une présence permanente. Fort Dearborn, sur la rive sud de la Chicago River, voit le jour en 1803.

1848

En 1848, l'Illinois & Michigan Canal s'ouvre à la circulation. Il relie les grands lacs à la Chicago River et, de ce fait, au Mississippi et à la Nouvelle-Orléans. Le Chicago Board of Trade, l'une des grandes institutions financières de la ville, se charge du commerce des céréales, désormais acheminées vers les marchés de la côte est par le canal.

1850

Les ouvriers qui ont bâti le canal s'attellent à la construction du chemin de fer. En 1850, le premier tronçon relie Chicago et Galena, dans l'Ouest de l'Illinois. La ville devient bientôt la plaque tournante du trafic ferroviaire américain.

Fin XIXe siècle

La guerre civile profite à la ville, comme aux autres villes du Nord. La production d'acier et de machines-outils se développe. En 1865, l'Union Stockyards, regroupant les différents abattoirs de la ville, ouvre ses portes. Le réseau ferroviaire dont dispose Chicago et la mise au point de wagons réfrigérés permettant l'expédition de la viande à New York assurent le développement de ce secteur. Au début du XXe siècle, Chicago compte 2 millions d'habitants.

Années 1920

La Prohibition, décrétée en 1920, qui interdit la consommation d'alcool, trouve peu de soutien à Chicago où les nombreux immigrés allemands et irlandais ne sont pas prêts à renoncer à leur verre de bière. La pègre locale, sous la conduite du gangster Al Capone, réalise des fortunes grâce à la vente d'alcool en contrebande et vaut à la ville une réputation sulfureuse.

1933-1976

En 1933, Ed Kelly est élu maire. Il renforce le Parti démocrate dans la ville et met sur pied la légendaire "machine" qui va contrôler la politique locale pendant le demi-siècle à venir. Les politiciens distribuent des milliers d'emplois municipaux à ceux qui ne comptent pas leurs efforts pour que leurs bienfaiteurs soient réélus. La "machine" tourne à plein régime après l'élection de Richard J. Daley en 1955. Celui-ci est réélu maire cinq fois et décède en 1976 alors qu'il est encore en fonction. Aucun maire avant lui n'aura si bien maîtrisé les rouages d'une machine électorale et dominé la ville comme il l'a fait.

Années 1970

En 1971, le dernier abattoir de Chicago ferme ses portes. Usines et aciéries ont déjà quitté la ville pour la banlieue ou pour le Sud des États-Unis, où les taxes et la main-d'œuvre sont moins coûteuses. Une décennie de crise économique sape la base industrielle de la ville. En 1974, dans le quartier du Loop, Sears Tower, le gratte-ciel alors le plus haut du monde, amorce la création de milliers d'emplois dans la finance, les professions libérales et d'autres branches tertiaires. Un an plus tard, le centre commercial de Water Tower Place, dans le centre-ville, ouvre ses portes. L'environnement urbain est devenu attractif en soi.

1982-1987

À l'automne 1982, l'afro-américain Harold Washington est élu maire de Chicago. Les troubles politiques et sociaux qui agitent la ville jusqu'en 1987 ont des relents racistes, mais le refus de la vieille garde démocrate de céder tout pouvoir au maire réformiste est à l'origine des problèmes. Lorsque Washington disparaît en 1987, le vent a tourné et son équipe commence à prendre goût au système qu'elle a naguère combattu.

1989

Richard M. Daley, le fils de Richard J. Daley, est élu maire de la ville en 1989. À l'image de son père, il possède un redoutable sens de la politique locale, tout en faisant preuve d'une aptitude plus grande à rassembler et d'orientations plus éclairées. Les parcs de la ville sont aujourd'hui plus propres et plus sûrs qu'avant, et les écoles – jusqu'à peu les pires du pays – sont en nette amélioration. Une nouvelle génération de professionnels découvre les joies de la vie urbaine, qui se révèle dans une scène sociale et culturelle trépidante. Des milliards de dollars ont été investis dans les différents quartiers de la ville et grâce à son économie diversifiée, Chicago a mieux su faire face à la récession économique des années 1990 que d'autres villes américaines.

1991-2003

Il a été réélu maire en 1991, 1995, 1999 et 2003.

2006

La ville a presque définitivement fait oublier sa mauvaise réputation, héritée de la période agitée de la prohibition des années 1930. En 2006, elle ne faisait plus partie de la liste des 25 villes américaines les moins sûres.

2007

L’ambition de Richard M. Daley est de favoriser la protection de l’environnement tout en maintenant Chicago parmi les métropoles mondiales les plus influentes. Les récents aménagements et les projets marquent cette ambition. La superficie des espaces verts est étendue et le centre de la ville est rendu plus sûr la nuit. Le dernier projet en date est la Chicago Spire : les travaux ont commencé en juin 2007 et devaient s'achever en 2012. Le gratte-ciel devait alors être le plus haut du continent américain avec 150 étages et 609 m de hauteur. Le projet a été stoppé suite à la crise, aucune date de reprise n'est annoncé pour l'instant.

2012

Le 23e sommet de l'OTAN se tien à Chicago les 20 et 21 mai. 

Articles récents