Pérou : Histoire

Chronologie du Pérou

XIIe siècle av. J.-C.

Vivant en nomades, de la chasse et de la cueillette de fruits, les premiers habitants du Pérou s'abritent dans les grottes de la région côtière.

IVe siècle av. J.-C.

Les cultures : coton, courge, haricot, piment rouge, apparaissent. Des civilisations plus évoluées, telles celle de Chavín, introduisent l'agriculture, le tissage et, dans la foulée, la religion. Ils disparaissent mystérieusement au IIIe siècle av. J.-C. Leur succèdent des cultures marquantes, notamment Salinar, Nazca et Huari.

XVe siècle

Les Incas ont bâti, dès les premières années, un vaste empire englobant une grande partie du territoire, et dont l'influence s'étend jusqu'en Colombie et au Chili.

1526-1572

Le conquistador espagnol, Francisco Pizarro, explore les régions côtières du Pérou, ébloui par les richesses des Incas. De retour d'Espagne, où il se procure de l'argent, il soumet, rançonne puis exécute l'empereur inca Atahualpa en 1533. Il fonde la ville de Lima en 1535, avant d'être assassiné six ans plus tard. Une rébellion, menée par le dernier dirigeant inca, Manco Inca, échoue et il est décapité en 1572.

XVIIe-XVIIIe siècles

S'instaure une paix durable qui permet à Lima de devenir le centre économique et social des pays andins. Toutefois, l'exploitation par les colonisateurs des Amérindiens conduit ces derniers à la révolte en 1780, sous la conduite de l'empereur autoproclamé Tupac Amaru II. Après une défaite rapide, la plupart des chefs de la rébellion sont exécutés.

1824

Jusqu'à cette date, le Pérou accepte de se soumettre à l'Espagne, avant sa libération par des "étrangers" : le Vénézuélien Simón Bolívar et l'Argentin José de San Martín.

1866

Le Pérou gagne une brève bataille contre l'Espagne.

1879-1883

Le pays subit une défaite par le Chili lors de la guerre du Pacifique. Il y perd les rentables champs de nitrate au nord du désert d'Atacama.

1941-1942

Le Pérou et l'Équateur se disputent leur frontière. En dépit du traité de Rio de Janeiro, l'Équateur n'accepte pas la décision d'attribuer au Pérou le nord du fleuve Marañón.

1965-1989

Inspirée de Cuba, la guérilla menée par l'Armée nationale de Libération n'est pas un succès, mais elle est suivie d'autres rebéllions de plus en plus violentes, dont celles du Sentier lumineux et du MRTA (Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru).

1990

Élection pour 5 ans du président Alberto Fujimori, fils d'immigrés japonais, surnommé "El Chino".

1993

Approbation d'une nouvelle Constitution autorisant la réélection du président pour deux périodes consécutives. L'inflation, galopante, est ramenée à moins de 20%, préfigurant une période de stabilité monétaire. Les chefs des opposants au régime sont réduits au silence.

1995

Fujimori est réélu.

1995-1999

Toujours confronté à la pauvreté et à une démographie, non maîtrisée, source permanente de déstabilisation intérieure, le régime présidentiel réussit néanmoins à réglementer strictement sa politique économique, d'où une embellie et un afflux de capitaux, nationaux et internationaux.

2000

Impliqué dans des affaires de corruption et de vente d'armes, le président Fujimori doit faire face au mécontentement populaire. Il démissionne et s'enfuie à l'étranger.

2001

Alejandro Toledo, économiste centriste formé aux États-Unis et d'origine indigène, est élu à la présidence, avec pour objectif de clarifier le système judiciaire, de relancer l'économie et de lutter contre la grande pauvreté.

2002

Attentat devant l'ambassade américaine à Lima trois jours avant l'arrivée du président George W. Bush, premier chef d'État américain à effectuer une visite officielle au Pérou.

2005

Une crise politique secoue le pays et provoque la démission du Premier ministre. L'ancien commandant de l'armée, Antauro Humala, tente alors un putsch mais la tentative échoue, faisant des morts et des blessés.

2006

Le 28 juillet, Alan Garcia Perez succède à Alejandro Toledo à la tête du pays. Les élections régionales, provinciales et municipales de novembre 2006 ont, entre temps, consacré la déroute de l’ensemble des partis "nationaux" (dont le parti présidentiel, qui ne conserve que 3 régions sur 12) au profit de mouvements "régionaux" ou "indépendants" qui emportent la grande majorité des régions et des provinces.

2007

En 2007, malgré la mise en œuvre de grands chantiers de développement (Sierra exportatrice, Choc des investissements, Eau pour tous...) et la mise en place d’une réforme du système éducatif, l’agitation sociale, aux causes multiples, s’est renforcée. Le violent séisme du 15 août (plus de 500 morts et des milliers de sans abris) va également poser des problèmes de reconstruction et entraîner de fortes dépenses, malgré l’aide internationale.

2008

L’agitation sociale reprend en 2008, où diverses protestations paysannes dans les Andes font 9 morts et de nombreux blessés (février). À cette occasion, le gouvernement confirme sa ligne dure en matière de répression, s'attirant de nombreuses critiques au Congrès et de la part des défenseurs des droits de l’Homme. Le Pérou assure la présidence de l’APEC en 2008 et abrite le sommet en novembre, avec l’ambition de consolider un front commun des États latino-américains riverains du Pacifique.

 

Articles récents

Guide de voyage Pérou

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Pérou