Tunisie : Histoire

Vers 200 000 av. J.-C.

Premières traces d'implantation humaine découvertes près de la ville-oasis de Kebili.

814 av. J.-C.

Fondation d'Utique et de Carthage par les Phéniciens. Ces derniers établissent une série de ports le long de la côte nord-africaine, dont Hadrumetum (Sousse) et Hyppo Diarrhytus (Bizerte).

Ve siècle av. J.-C.

Carthage devient la principale puissance de la Méditerranée occidentale, menaçant la Grèce, puis Rome.

264-146 av. J.-C.

Les guerres puniques qui l'opposent à Rome aboutissent à la destruction de Carthage. Le pays devient la province romaine d'Afrique.

193-235

Le règne des empereurs Sévères inaugure une période de grande prospérité économique.

IIIe-IVe siècles

Essor du christianisme, notamment sous l'impulsion de saint Augustin, natif du pays.

429-533

Occupation vandale.

533

Domination byzantine sur la région.

669-705

Conquête arabe et fondation de Kairouan, résidence des gouverneurs omeyyades.

909

Les Fatimides prennent le pouvoir et conquièrent l'Égypte.

1229-1574

Sous la dynastie de Hafsides, Tunis se développe grâce au commerce avec les nations chrétiennes.

1535

Charles Quint prend brièvement le pays que l'Espagne dispute aux Turcs.

1574

La Tunisie est rattachée à l'Empire ottoman.

1881

Le traité du Bardo instaure un protectorat français sur la Tunisie.

1920

Création du Destour.

1934

Création du Néo-Destour dirigé par Habib Bourguiba qui revendique l'indépendance.

1942-1943

Occupation allemande.

1956

Indépendance de la Tunisie.

1957-1987

Président de la République, Bourguiba laïcise la société tunisienne.

1987

Bourguiba est destitué par son Premier ministre Zine el-Abidine ben Ali pour "raison de santé". Ce dernier dirige toujours le pays d'une main de fer, réprimant toute opposition politique.

1999

Réélection de Ben Ali pour un troisième mandat présidentiel avec plus de 99% des suffrages. Mohamed Ghannouchi est nommé premier ministre le 17 novembre 1999.

2000

Mort de Bourguiba. Grèves de la faim de journalistes pour protester contre les entraves à la liberté de la presse.

2001

L'opposition se renforce. En mars, à l'occasion du 45e anniversaire de l'indépendance, une centaine d'intellectuels et de personnalités signent un "manifeste des démocrates progressistes".

2002

La Tunisie approuve par référendum une prochaine réforme de la Constitution, portant sur le renouvellement illimité des candidatures à la présidence de la République et le report de 70 à 75 ans de l'âge limite pour accéder à cette fonction.

2004

Le président Zine Al Abidine Ben Ali est réélu en octobre pour un quatrième mandat, avec 94,5% des voix.

2005

En juillet, une seconde Chambre, la Chambre des Conseillers, est installée selon le modèle du Sénat français.

2006

Le pays célèbre le cinquantenaire de son indépendance. Dès la fin de l'année, diverses organisations proches du pouvoir lancent des appels au président afin qu'il présente sa candidature à l'élection présidentielle de 2009.

2007

En deux semaines, deux fusillades ont eu lieu près de Tunis entre les forces de sécurité tunisiennes et un groupe dont les revendications sont encore inconnues.

2008

En mai 2008, le magazine Forbes estime la fortune personnelle du président à 5 milliards de dollars.

2009

L’interdiction des partis politiques même modérément islamistes et le musellement de l’opposition officielle débouchent sur la réélection de Ben Ali avec 89,6% des suffrages.

2011

Une révolte populaire débutée à Sidi Bouzid le 17 décembre 2010 (un jeune diplômé sans emploi s’immole par le feu) chasse le président Zine El Abidine Ben Ali du pouvoir le 15 janvier.
Les libertés fondamentales (presse, parti politique…) sont rétablies dans le pays. Le président par intérim, Fouad Mebazaa, et le gouvernement s’engagent à organiser des élections dans un délai de 6 mois.

Le 23 octobre, le parti islamiste Ennahda remporte les premières élections organisées en Tunisie avec 41,47% des suffrages, obtenant 90 sièges sur 217. Les Tunisiens sont désormais appelés à voter pour élire les membres de la future assemblée constituante qui, en plus de rédiger la nouvelle constitution, mettra en place l'exécutif.

2013

Des élections législatives et présidentielles doivent être organisées en mars.

Articles récents