1. Accueil
  2. Magazine
  3. Best of
  4. Les plus belles plages d’Europe
Best of

Les plus belles plages d’Europe

Mis à jour le : 21 mars 2017

Carte

Si l’Europe peut s’enorgueillir de nombreuses plages de toute beauté, celles-ci se distinguent surtout par leur étonnante variété. Les étendues de sable baignées d’eaux scintillantes, dignes des Caraïbes, le disputent aux bandes littorales sculptées par les tempêtes et les éléments déchaînés, où se rencontrent avec fracas la terre et la mer. Rares sont les endroits dans le monde offrant aux amateurs un éventail de plages aussi foisonnant.
Que vous cherchiez un lieu où surfer (ou apprendre à surfer), une plage qui comble les désirs de toute la famille, un cadre mélancolique pour une balade en solo, ou simplement un petit coin de paradis pour étendre votre serviette, vous dénicherez ce qu’il vous faut dans notre sélection des plus belles plages d’Europe.

1. Plage de Jaz, Monténégro

Si vous avez envie de solitude, n’inscrivez pas cette destination tout en haut de votre liste. En revanche, si vous aimez les plages typiques des stations balnéaires, avec un soupçon de sports d’aventure, une pincée de culture et des fêtes à profusion, n’hésitez pas une seconde. La plage de Jaz, vaste étendue sablonneuse, est un rendez-vous incontournable sur la magnifique côte Adriatique. Cet été, Jaz accueillera encore une fois le Sea Dance Festival (13 – 15  juillet), dont l’édition inaugurale a reçu le prix de Meilleur festival de taille moyenne (Best European Medium-Sized Festival) aux European Festival Awards 2014.
Jaz a aussi un atout de choix : sa situation géographique, au sortir de Budva. Cette Dubrovnik en miniature compte une vieille ville charmante et une citadelle qui accueille durant tout le mois de juillet les représentations en plein air programmées à l’occasion du festival Théâtre dans la ville. Les amateurs de sensations fortes se feront plaisir en partant de Budva pour des excursions à la journée, avec au programme entre autres des descentes en rafting dans le canyon de la Tara, ou du parapente sur le mont Lovćen.

2. Peniche, Portugal

Le port de Peniche et la plage éponyme sont connus des surfeurs du monde entier – d’autant que cette année, la ville accueille l’une des deux seules étapes européennes du World Surf League Championship Tour, circuit professionnel organisé par la Ligue mondiale de surf (World Surf League). Toutefois, ce promontoire sauvage et accidenté, qui s’avance dans l’Atlantique à près d’une centaine de kilomètres au nord-ouest de Lisbonne, mérite la visite même si l’on n’a pas de planche de surf…
Les adeptes chevronnés du surf et du bodyboard optent pour la côte ouest, en particulier pour les “supertubos” (de grands rouleaux en forme de tubes) au large de la plage de Medão Grande. Les baies abritées du village voisin de Baleal ont quant à elles les faveurs des débutants, des vacanciers qui voyagent en famille, et plus généralement de ceux qui adorent lézarder au soleil.
Les passionnés d’histoire seront aux anges dans la vieille ville de Peniche. Elle regroupe notamment d’anciennes églises, ainsi que le fort de Peniche, construit aux XVIe et XVIIe siècles. Au XXe siècle, on y a incarcéré les prisonniers politiques, et aujourd’hui, c’est un musée. Enfin, les amateurs de plongée sous-marine pourront prendre un bateau à destination des eaux cristallines de l’archipel des Berlengas, réserve naturelle proche de la côte.

3. Plage de la Rondinara, Corse, France

Il ne faut pas un instant voir dans la baie de la Rondinara un petit paradis méconnu. En haute saison (juillet/août), une armada de yachts de luxe vient y jeter l’ancre, et le sable fin disparaît littéralement sous un océan de corps bronzés. Pour autant, la Corse veille jalousement sur ses plages magnifiques, et elle a bien raison.
À mi-chemin entre l’historique Bonifacio et la très chic Porto Vecchio, la plage de la Rondinara, située au bout d’une route quelconque proche de la nationale 198, ne fait pas exception à la règle. Grâce à une gestion attentive, l’endroit reste somptueux malgré une fréquentation intense : la bande de sable dessinant un fer à cheval parfait enserre une baie aux eaux peu profondes d’un bleu limpide, sertie comme une pierre précieuse dans un écrin composé de roches rouges et de maquis poussiéreux.
Du fait qu’elle est abritée, la baie de Rondinara est baignée de petites vagues idéalement propices à la baignade des enfants – une véritable aubaine pour les familles qui logent au camping efficacement géré installé à proximité (camping-rondinara.com). Près de la plage, les places de stationnement nombreuses facilitent l’accueil des excursionnistes d’un jour, et sur le sable, un restaurant sert repas et boissons de mai à septembre.

4. Cala Goloritzé, Sardaigne, Italie

La Sardaigne ne manque pas de plages, et de toutes sortes. Néanmoins, en matière de paysages à couper le souffle, rares sont celles qui peuvent rivaliser avec la Cala Goloritzé. Cette minuscule crique bordée d’une plage de galets blancs se tient à l’ombre de hautes falaises rocheuses couvertes d’une végétation de maquis. Elle fait partie du chapelet de plages qui ourlent le splendide littoral du golfe d’Orosei.
C’est bel et bien une plage de carte postale, mais pas de celles que l’on imagine communément, avec sable fin et palmiers de rigueur. Son charme tient en fait à son cadre spectaculaire et à ses eaux turquoise. Il n’existe que deux moyens de la rejoindre : par bateau ou à pied. La plupart des visiteurs optent pour le bateau depuis la Cala Gonone. Mais nulle expérience n’est plus mémorable que la descente à dos de mulet depuis le plateau du Golgo culminant à quelque 400 m au-dessus de la crique. Si cette expédition vous laisse quelque peu sur votre faim, vous pourrez une fois en bas vous joindre aux grimpeurs locaux qui se mesurent aux voies d’escalade de l’Aguglia, stack calcaire de 148 mètres.

5. Plage de Vík, Islande

Sable noir, brume, récits mettant en scène trolls et monstres marins : la plage de Vík (Reynisfjara en islandais) est l’antithèse de ses homologues des Caraïbes. Située à la pointe la plus méridionale de l’Islande (le lieu le plus humide du pays), cette plage volcanique battue par les vents baigne dans une ambiance surnaturelle, que ne manque pas de souligner le folklore local.
En regardant vers l’ouest, on aperçoit les Reynisdrangur (Trolls de Vík), des pitons basaltiques escarpés dont on raconte qu’ils seraient les restes pétrifiés de trois trolls islandais. À marée basse, on peut explorer à loisir des grottes de lave. Selon la légende, leurs colonnes géométriques auraient jadis servi d’abri à des créatures mythiques. Ne manquez pas non plus les macareux qui nichent sur les falaises voisines. Cette région est un paradis pour les oiseaux marins.
Le village de Vík et Reynisfjara, aisément accessibles depuis la Route circulaire, font une excellente ultime étape avant le retour à Reykjavík. Logez à l’Icelandair Hotel Vík et vous pourrez consacrer une journée supplémentaire à la découverte du Mýrdalsjökull, glacier situé à proximité.

6. Bantham Beach, Angleterre, Royaume-Uni

Les plages sauvages sont légion dans le sud-ouest de l’Angleterre, et certaines des plus belles du pays – parmi elles celles de Woolacombe, Croyde Bay et Saunton Sands – se trouvent dans le North Devon. Mais elles ont une rivale de taille au sud du comté… Bantham Beach, dans les South Hams, a absolument tout pour plaire : les surfeurs l’adorent pour la constance de ses vagues, les familles apprécient le sable, les dunes et les piscines rocheuses naturelles, et les marcheurs se délectent du paysage spectaculaire depuis le sentier côtier appelé South West Coast Path.
Aux joies de la plage s’ajoutent celles de la visite de Bigbury Bay, non loin, et du Burgh Island Hotel, élégant hôtel Art déco. Coupé du continent à marée haute, cet édifice très chic du temps jadis a accueilli des hôtes de prestige comme Agatha Christie, Noel Coward, ou encore le prince Édouard VIII et Wallis Simpson.
Bantham fait partie d’un domaine qui a appartenu à la même famille un siècle durant jusqu’à sa vente, l’année dernière, pour un montant de 11 millions de livres sterling. Le nouveau propriétaire l’a acquis au détriment du National Trust, qui s’était lui aussi porté acquéreur. Il a toutefois promis de se montrer tout aussi soucieux de la protection de la plage et du littoral que l’aurait été le NT. Espérons qu’il tiendra parole…

7. Sandwood Bay, Écosse, Royaume-Uni

Disons en préambule que malgré tous les efforts déployés par le Gulf Stream, les eaux au large du nord de l’Écosse sont très froides. Pour s’y baigner, il faut être de constitution solide ou enfiler une combinaison de plongée. Toutefois, la plage et ses joies ne se résument pas à des moments de farniente au soleil. La plage, c’est aussi le point de rencontre entre la terre et la mer, et Sandwood Bay, à la lointaine pointe septentrionale de l’Écosse, en est un exemple magnifique.
La balade jusqu’à la plage est déjà un vrai plaisir. En effet, elle est située à 6,5 km de la route la plus proche, par un chemin qui serpente à travers la lande et des dunes de sable herbeuses. Lorsqu’enfin les quelque 2 km de plage s’offrent à la vue, avec, se profilant à l’horizon, la silhouette du stack calcaire d’Am Buachaille, on a la sensation de recevoir une extraordinaire récompense. Cette vaste étendue sablonneuse est bordée de falaises. Adossée à un loch d’eau douce, elle fait face à des eaux qui s’étirent jusqu’à l’Arctique. Les récits de fantômes, d’épaves et de sirènes qui lui sont associés ajoutent une touche de merveilleux, mais la poésie et la magie de ses paysages suffisent à combler bien des promeneurs.

8. Cala Macarella, Minorque, Espagne

Les Baléares ont souvent mauvaise presse auprès des voyageurs indépendants, pour qui ces îles sont synonymes de tourisme de masse et de voyage organisé – à fuir comme la peste donc. C’est ignorer que Minorque, la timide petite sœur de Majorque, a tous les atouts pour combler la clientèle familiale : plages en pente douce, complexes hôteliers simples et tranquilles, et eaux idéalement propices à la pratique du snorkeling. Mais surtout, l’île recèle certaines des plus belles plages d’Europe.
La Cala Macarella, l’un de ces secrets bien gardés, est une crique en forme de fer à cheval, dans le coin sud-ouest de l’île. Des falaises drapées de pins et de chênes verts montent la garde autour des sables fins d’une blancheur étincelante. Pour profiter du lieu dans le silence, et en toute quiétude, arrivez tôt le matin ou attardez-vous à la tombée du jour, dans la lumière rosée du couchant. Une très belle balade sur les falaises conduit à la Cala Macarelleta. Cette crique encore plus petite et paisible mais tout aussi ravissante est le fief des amateurs de bronzage intégral.

9. Voutoumi, Antipaxos, Grèce

Une fois que l’on a vu une île grecque, on les a toutes vues… Du moins est-ce le cliché qui circule. Or, rien de tel pour bousculer cette idée reçue qu’une île à l’image d’Antipaxos. La plus petite des îles Ioniennes compte en effet des plages splendides, sans doute parmi les plus belles que vous verrez jamais.
Située immédiatement au sud de Corfou, cette bande de terre minuscule de 4 km sur 3, et dont la population à l’année ne dépasse pas les… 20 habitants, est facilement accessible. Il faut tout d’abord mettre le cap sur Paxos en hydrofoil, et de là, prendre un bateau-taxi. Véritable perle couverte de vignes, d’oliviers, de vergers et de fleurs sauvages, l’île est ourlée de plages de sable nacré que baigne une mer hésitant entre le turquoise et l’indigo. Si toutes ses plages sont des merveilles, celle de Voutoumi est particulièrement irrésistible. Après un moment de détente en toute tranquillité sur cette demi-lune de galets et de sable couleur ivoire, vous pourrez déguster calamars et bière Mythos glacée dans une taverne en surplomb de la plage. Un petit plaisir qui se mérite puisqu’il vous faudra d’abord grimper pas moins de 200 marches, mais le jeu en vaut la chandelle.

10. Isthme de Courlande, Lituanie

Séparant la mer Baltique de la lagune de Courlande qui s’étire de Lituanie jusqu’en Russie, ce cordon littoral est pareil à une longue plage sans fin. Des étendues de sable blanc à perte de vue attendent les promeneurs en quête d’une authentique échappée belle. Derrière le calme apparent, une vie foisonnante anime ce paysage. Luxuriantes forêts et prairies attirent tout un petit monde ailé, qui vaut à l’isthme de Courlande la réputation de paradis des amateurs d’ornithologie. Mais l’on peut aussi s’émerveiller du spectacle qu’offrent les plus hautes dunes mouvantes d’Europe. Pour une vue panoramique à couper le souffle sur ce site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, randonnez jusqu’au sommet de la dune de Parnidis, l’endroit parfait pour profiter des derniers rayons dorés du couchant avant que le soleil disparaisse à l’horizon.
Grâce à l’entrée de la Lituanie, il y a quelques mois, dans la zone euro, il est plus facile que jamais de voyager dans cette région du monde. Toutefois, si vous visitez l’isthme de Courlande, avancez à pas prudents, au propre comme au figuré : on peut espérer en effet qu’un tourisme écoresponsable permettra de préserver cet écosystème fragile, alors que toute autre pratique conduira à coup sûr à sa destruction.

evaneos