1. Accueil
  2. Magazine
  3. Best of
  4. Best of Europe 2016 : la Dordogne en 4ème position
Best of

Best of Europe 2016 : la Dordogne en 4ème position

Texte par

Alexis Averbuck

Mis à jour le : 9 décembre 2016

Carte

Connue pour ses magnifiques châteaux, son art rupestre et ses paysages verdoyants, la Dordogne jouit également d’un riche patrimoine culinaire. Découvrir sa gastronomie est un excellent moyen d’aborder la campagne française. Truffes et noix, bon vin, fruits et légumes frais : les trésors gastronomiques de la région se déclinent à l’infini. Si vous aimez les couleurs, l’animation et les odeurs des marchés français, la Dordogne sera pour vous un vrai paradis. Découverte de ce département classé en 4ème position de notre Best of Europe 2016

Au cœur des marchés

Sur les places pavées et le long des ruelles sinueuses du Périgord (l’autre nom de la Dordogne), les producteurs locaux installent leurs étals chargés de cèpes, de châtaignes, de terrines et confits de canard, de foie gras, de noix et même de truffes noires. Flânez parmi les fromages odorants, les pots de miel crémeux et les monceaux d’asperges, de fraises et autres produits de saison. L’été, les marchés nocturnes sont tout aussi fabuleux : munis de vos propres assiettes et couverts, vous pourrez vous installer à une table et dîner sous les étoiles.
Chaque village a son jour de marché. Outre celui du samedi, prisé des touristes, la petite ville de Sarlat-la-Canéda accueille l’été un marché nocturne (le jeudi). Les ruelles des villages médiévaux vibrent au rythme de marchés d’exception, comme le dimanche à Issigeac. Dans les bastides, villages fortifiés chargés d’histoire, les marchés se tiennent souvent sous des halles couvertes, comme à Monpazier (le jeudi) et Beaumont-du-Périgord (le lundi soir en été).

Tables d’exception

La Dordogne mérite un savoir-faire culinaire digne de ses savoureux produits. Rien d’étonnant à ce que la région compte d’excellentes adresses, notamment plusieurs restaurants étoilés comme Le Vieux Logis, où le chef Vincent Arnould élabore une cuisine périgourdine des plus raffinées. Sur les hauteurs de Trémolat, à l’Auberge Les Truffières, douillette et bon enfant, Yanick et son fils Aurélien transforment les produits de leur ferme en spécialités authentiques comme le tourin à l’ail, une soupe riche et aromatique.
Les petits villages abritent eux aussi des adresses uniques : cuisine de saison de première fraîcheur au Petit Paris, à Daglan, ou mets délicats concoctés par Valérie et Jean-Marc Réal au Saint Martial (Saint-Martial-de-Nabirat)… À la Villa Laetitia à Bergerac, deuxième ville du département, les classiques proposés en plat du jour sont servis dans une salle aux tons crème. Si vous êtes prêt à faire des folies (truffes, homard, noix de Saint-Jacques), optez pour Le Grand Bleu, à Sarlat-la-Canéda, ou pour L’Essentiel à Périgueux, où le chef Eric Vidal vous réserve des plats à base d’agneau, de porc et de canard d’origine locale.

Dégustation de vins du cru

Moins connue (et plus abordable) que le Bordelais et le Saint-Émilionnais, la région de Bergerac est néanmoins un incontournable pour les amateurs de vin. Les vignobles qui entourent la ville produisent des rouges corsés, des blancs odorants et des rosés fruités. Avec 13 AOC (Appellations d’Origine Contrôlée) et plus de 1 200 producteurs, vous n’aurez que l’embarras du choix. À Bergerac, la Maison des Vins constitue un bon point de départ pour s’offrir une dégustation, se procurer une carte de la route des vins ou organiser une visite de vignobles. Plusieurs domaines du Bergeracois sont ouverts au public, notamment le prestigieux Château de Tiregand, réputé pour son Pécharmant. Le Monbazillac, liquoreux se mariant à merveille avec les pâtés et fromages de Dordogne, est à déguster au somptueux Château de Monbazillac, ou au Château Montdoyen, une exploitation familiale qui produit aussi d’excellents vins blancs.
Le moment venu d’acheter quelques bouteilles, rendez-vous chez le grand caviste Julien de Savignac. La boutique principale située au Bugue offre un choix inouï, allant du vin en vrac peu coûteux (on remplit soi-même sa cruche) aux millésimes rares dont le prix peut atteindre plusieurs milliers d’euros. Ne manquez pas de déguster de l’eau de noix, liqueur de fabrication artisanale en vente dans certains magasins, notamment à la Distillerie du Périgord de Sarlat.

Au pays des truffes

La Dordogne a beau être réputée pour sa gastronomie, pour certains connaisseurs, rien n’égale la truffe noire (tuber melanosporum), souvent surnommée “diamant noir” ou  “perle noire” du Périgord. La saison de la truffe s’étend principalement de décembre à février. On en trouve alors partout au menu ainsi que sur les marchés aux truffes, notamment à Périgueux (marchés au gras), à Brantôme (le vendredi matin) et à Sarlat-la-Canéda (le samedi matin). Les grands chefs de la région s’approvisionnent quant à eux au petit marché aux truffes de Sainte-Alvère (le lundi matin), à 35 km au sud de Périgueux, où les fameux champignons odorants, pesés sous la halle du marché, sont parfois vendus 1 000 euros le kilo.
La chasse à la truffe est une affaire de chance, de discernement et d’expérience durement acquise. Tout un art. Des chiens (et parfois des cochons) truffiers participent à l’opération. Le spécialiste Edouard Aynaud propose des visites de sa truffière (la Truffière de Péchalifour, juste au nord de Saint-Cyprien) et une dégustation du précieux champignon lors d’un pique-nique.

Que faire en Dordogne une fois rassasié ?

Des châteaux chargés d’histoire

Les forteresses millénaires de la région trônent dans un décor pittoresque. Le Château de Beynac et le Château de Castelnaud semblent ainsi se toiser, perchés de part et d’autre des eaux vert émeraude de la Dordogne. Non loin, le château des Milandes, majestueuse demeure de la célèbre artiste de music-hall Joséphine Baker, est ouvert aux visiteurs.

Art rupestre dans la vallée de la Vézère

Dans le nord de la Dordogne, la Vézère serpente paisiblement le long de prairies verdoyantes, à travers une minuscule vallée où se dressent des falaises calcaires percées de dizaines de cavernes. À l’intérieur se cachent des sites préhistoriques très bien conservés, connus dans le monde entier. Réalisées pour la plupart entre 15 000 et 10 000 av. J.-C., les incroyables peintures, gravures et sculptures rupestres qu’elles renferment constituent la plus importante concentration de vestiges de l’âge de pierre d’Europe. Les principales grottes se trouvent aux abords de la ville des Eyzies-de-Tayac-Sireuil, qui abrite l’excellent Musée National de Préhistoire. Les grottes les plus impressionnantes sont celles de Font de Gaume, Combarelles, Rouffignac
et Lascaux II (cette dernière est une reconstitution de la fameuse grotte de Lascaux, désormais fermée au public).

Croisière sur les rivières de Dordogne

Pour profiter des magnifiques paysages périgourdins, embarquez sur une gabarre traditionnelle, bateau en bois à fond plat utilisé localement pour le transport de marchandises. D’avril à octobre, des gabarres voguent entre Bergerac, Brantôme, Beaulieu-sur-Dordogne et La Roque-Gageac. La Roque-Gageac compte plusieurs agences proposant des croisières, notamment Gabarres Caminade, Gabarres Norbert et Gabarres de Beynac. Si vous préférez dépenser les calories accumulées pendant votre séjour, certaines agences louent aussi des canoës et des kayaks, comme Canoë Vacances (La Roque Gageac) et Canoës Vallée Vézère (Les Eyzies).
 


Paramètres des cookies