1. Accueil
  2. Magazine
  3. Où partir ?
  4. Nos idées de voyage pour partir en août
Où partir ?

Nos idées de voyage pour partir en août

Mis à jour le : 8 novembre 2019

Carte

Pour vous, pas question de partir en juillet ?  Vous préférez le mois d'août ? Destinations bon marché, spots de plongée,  observations de faune et flores exceptionnelles, îles paradisiaques et... pistes de ski !!! Vous aurez l'embarras du choix dans notre top des destinations pour voyager en août. 

1. Sofia, Bulgarie

Pourquoi en août ? Pour les vestiges romains et les randonnées.
L’empereur Constantin adorait cette ville, qu’il surnommait “ma Rome”. Aujourd’hui encore, Sofia a de quoi séduire, avec son mélange de basiliques romaines, mosquées ottomanes, églises surmontées de bulbes, demeures Art nouveau et mastodontes soviétiques. Cette cité cosmopolite se distingue aussi par ses bars et restaurants animés ; en août, profitez des terrasses avec vue sur le mont Vitosha. Combinant des  influences turques, grecques et balkaniques, Sofia est un pont entre l’Est et l’Ouest. En dépit d’une modernisation galopante, elle reste incroyablement bon marché, surtout pour la nourriture, des généreux banitsa (feuilletés au fromage) aux plats traditionnels plus sophistiqués. Certains vins rouges bulgares, en particulier le Mavrud, sont excellents.

S’organiser : l’aéroport se situe au sud-est de la ville. Le métro partant du Terminal 2 est le moyen le plus rapide de gagner le centre. Après avoir exploré la ville, gagnez Boyana en minibus pour admirer les fresques du XIIIe siècle de l’église, puis Aleko pour une randonnée sur le mont Vitosha. 
À savoir : préférez les taxis officiels (la compagnie O.K-Supertrans est fiable).

adobestock_215828683.jpeg

Vue sur la cathédrale de Sofia, Bulgarie

2. Ko Samui, Thaïlande

Pourquoi en août ? Pour les meilleures vacances à la plage en Thaïlande à cette saison.
Mauvaise nouvelle pour les voyageurs qui aimeraient profiter du soleil thaïlandais en août : la majeure partie du pays est sous la pluie. À l’exception de Ko Samui. Cette superbe île du golfe de Thaïlande, qui remplit presque tous les critères du paradis tropical – sable fin ourlé de palmiers, nourriture exquise, large éventail d’hébergements, et au choix, soirées enfiévrées ou nuits paisibles – profite d’un temps relativement sec (mais très chaud) en août. Si vous parvenez à décoller de la plage, les excursions à la journée au parc national maritime d’Ang Thong offrent de fantastiques possibilités de snorkeling et de kayak, au milieu des îlots vert émeraude émergeant d’une mer chaude couleur de jade.

S’organiser : des vols directs desservent Ko Samui depuis des villes accueillant des liaisons intercontinentales, notamment Bangkok, Singapour, Kuala Lumpur et Hong Kong. Également des ferries depuis les ports du continent, dont Don Sak. Il ne vous restera qu’à choisir votre côte et votre plage. 
À savoir : l’entrée du parc national maritime d’Ang Thong n’est pas toujours comprise dans les circuits. Le parc est fermé en novembre et décembre.

adobestock_67910704_2.jpeg

Vue sur le Parc national d'Ang Thong, l'une des merveilles de Ko Samui

3. Snowy Mountains, Australie

Pour en août ? Pour skier et profiter de confortables auberges.
Les stations de ski les plus animées d’Australie se trouvent dans les Snowy Mountains, au sud-est du pays. Les plus connues sont celles du parc national de Kosciuszko, autour du pic du même nom (2 228 m). Vous y découvrirez de jolis villages alpins, de fabuleuses adresses pour les soirées après-ski et, en août particulièrement, beaucoup de neige. À Perisher, la plus grande station, 47 remontées desservent 13 km2. Thredbo est une ravissante bourgade à l’atmosphère européenne, avec une piste de 3,7 km (Supertrail), tandis que Charlotte Pass (1 765 m, la plus haute station d’Australie), accessible uniquement à motoneige, est idéale pour le ski de randonnée. Il y a des pistes pour les snowboardeurs et skieurs de tous niveaux, des parcours en forêt, on peut faire de la raquette et du ski de fond et les événements sont nombreux.

S’organiser : l’aéroport le plus proche se trouve à Canberra, à 209 km ; des bus réguliers desservent Thredbo depuis Sydney et Canberra. La voiture est le meilleur moyen d’arriver jusqu’ici et de se déplacer dans le secteur. 
À savoir : l’entrée du parc national du Kosciuszko coûte 29 $A par jour et par véhicule ou 11,45/3,60 $A par adulte/enfant.

adobestock_100955728.jpeg

Parc national de Kosciuszko, Australie

4. L'archipel des Tonga

Pourquoi en août ? Pour le chant des baleines à bosse.
Le sublime archipel des Tonga, dans le Pacifique Sud, accueille différentes catégories de visiteurs passionnés. Les surfeurs, qui viennent affronter des rouleaux de 3 m de haut et les vagues déferlant sur des récifs au large, les pêcheurs bien décidés à taquiner le makaire bleu et enfin les fans de plage, prêts à dénicher un petit coin de paradis immaculé parmi plus de 170 îles. Parmi les fidèles visiteurs de Tonga, les baleines à bosse partent de l’Antarctique et arrivent chaque année entre juillet et septembre pour mettre bas. C’est l’un des rares endroits de la planète où il est possible de nager avec ces créatures mélodieuses – choisissez un prestataire responsable et assurez-vous de ne pas perturber les jeunes familles. Avec des  raies manta, des dauphins, des tortues et une incroyable variété d’espèces marines, Tonga est fantastique pour la plongée et le snorkeling. Le kayak est un excellent moyen d’explorer les îles et atolls. Côté culture, vous découvrirez d’énormes trilithes et des tombeaux royaux autour de Mu’a. Les habitants sont chaleureux et décontractés.

S’organiser : l’aéroport des Tonga, à Nuku’alofa, accueille des vols directs depuis Auckland, Fidji et Sydney. Nombreuses correspondances.
À savoir : les connaisseurs apprécient beaucoup les environs des îles Ha’apai.

adobestock_209188696.jpeg

L'une des merveilles d'un voyage aux Tonga ? L'observation des baleines à bosse !

5. Ombrie, Italie

Pourquoi en août ? Pour la splendide campagne du centre de l’Italie.
Soyons honnête : août en Italie est un mois très fréquenté, notamment par les Italiens eux-mêmes, quasiment tous en vacances à cette période. Mais, en choisissant le bon endroit, un séjour dans ce pays peut être un pur bonheur. Ainsi, l’Ombrie, paisible voisine de la Toscane, a comme elle des collines ondulantes, des villes entourées de murailles médiévales, des joyaux artistiques, de bons vins et de la bonne chère, avec bien moins de visiteurs. Éminemment italiens, les agriturismi – en général des chambres ou appartements indépendants, avec cuisine et souvent piscine, dans des fermes en activité – offrent des bases parfaites pour les couples, amis ou familles. Au programme, amphithéâtres romains, fresques, palais et basiliques de Spolète, Gubbio et Assise, dégustation de truffes de Norcia, de vin blanc d’Orvieto et de chocolats à Pérouse.

S’organiser : Pérouse, capitale provinciale de l’Ombrie, accueille des vols internationaux, tout comme Rome, Florence et Ancône, toutes à courte distance en train ou voiture. Un véhicule est essentiel pour explorer la région. Différents sites Internet donnent des coordonnées d’agriturismi ; essayez  www.agriturismo.it.
À savoir : début août, les villes les plus populaires comme Assise, Spolète et Orvieto seront noires de monde, et certains restaurants risquent d’être fermés

adobestock_175588471.jpeg

La région de l'Ombrie n'a rien à envier à sa voisine, la Toscane.

6.  Masai-Mara, Kenya

Pourquoi en août ? Pour voir des hardes de gnous traverser la rivière.
Quand des centaines de milliers de gnous parviennent à une rivière, ils se retrouvent comme coincés dans un entonnoir. Lorsqu’ils se jettent à l’eau et luttent pour échapper aux crocodiles affamés, la tension est à son comble. Autour du mois d’août, la migration circulaire de quelque 1,5 million de gnous bleus, escortés de zèbres et de gazelles de Thomson, atteint la Mara, qui coule à travers la réserve nationale du Masai-Mara, au Kenya. On assiste alors au spectacle des traversées de masse, qui font le régal des lions et crocodiles.

S’organiser : la plupart des visiteurs qui participent à un safari atterrissent sur l’une des pistes de la réserve, mais il est assez simple de venir en voiture depuis Nairobi. Les lodges et camps à l’ouest et au nord-ouest de la réserve, près du confl uent des rivières Mara et Talek, sont pratiques pour assister aux traversées. 
À savoir : séjourner dans une réserve privée au nord ou à l’est de la Mara peut offrir un cadre plus intime pour observer les animaux. On peut aussi choisir le nord du Serengeti, en Tanzanie, près de la Grumeti. Elle est généralement franchie en juin, mais on ne peut jamais prévoir avec certitude le moment des traversées.

adobestock_5681.jpeg

La migration des gnous bleus et des zèbres offre un véritable spectacle en août au Kenya

7. Nouvelle-Ecosse, Canada

Pourquoi en août ? Pour la mer, les musiciens de rue et les myrtilles.
Le meilleur de la Nouvelle-Écosse ? Se promener au bord de la mer, dans les embruns, le bruit des vagues et le tintement des mâts, tout en dévorant un sandwich au homard. Une expérience particulièrement agréable en août, quand la chaleur permet de profiter du grand air. Commencez par le front de mer de la capitale, Halifax, avec ses  cahutes de restauration, ses excellents musées et son formidable festival de spectacles de rue (fin juillet/début août). Continuez jusqu’au sublime littoral de Lunenburg (classé au patrimoine mondial de l’Unesco) et Peggy’s Cove. Dans la baie de Fundy, rorquals, baleines de Minke et baleines à bosse évoluent de juin à septembre. Fundy s’enorgueillit aussi des plus grandes marées de la planète, à apprécier en kayak ou en savourant un repas raffiné les pieds dans le sable. Autre plaisir : les exquises myrtilles sauvages, privilège du mois d’août.

S’organiser : si vous avez 1 semaine, partez de Halifax et roulez le long de South Shore (Lunenberg), puis direction nord jusqu’à la baie de Fundy et est le long de la vallée d’Annapolis. Avec 1 semaine de plus, continuez vers l’est jusqu’au cap Breton.
À savoir : des ferries relient la NouvelleÉcosse à des ports de Terre-Neuve, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-PrinceÉdouard et du Maine (États-Unis).

adobestock_119559331.jpeg

Peggy's Cove, Nouvelle-Ecosse, Canada

8. Equateur 

Pourquoi en août ? Pour gravir des volcans, s’enfoncer dans la forêt luviale et arpenter les marchés.
Le meilleur de l’Amérique du Sud dans un mouchoir de poche : architecture coloniale à Quito et à Cuenca, vestiges incas à Ingapirca, marchés indiens d’Otavalo, de Saquisilí et de Zumbahua, cônes splendides (dont celui du Cotopaxi, parfait) de l’Avenue des volcans, et faune abondante de l’Amazonie, des Galápagos et des forêts de nuages du Nord. En août, les montagnes et la forêt humide sont plus sèches : c’est un bon moment pour découvrir les trésors culturels du pays, partir à l’assaut des volcans et descendre des rivières en raft. Cerise sur le gâteau, l’Équateur est une destination bon marché (hébergement d’un excellent rapport qualité/prix).

S’organiser : de la capitale, Quito, cap au nord pour observer les colibris irisés de la forêt de nuages de Mindo et explorer le marché d’Otavalo (arrêtez-vous en route pour poser un pied de chaque côté de l’équateur). Ensuite, repartez vers le sud pour gravir le Cotopaxi ou le Chimborazo, vous baigner dans les eaux thermales de Baños, explorer les ruines incas d’Ingapirca et admirer les joyaux historiques de Cuenca. Puis prenez un avion jusqu’au coeur de l’Amazonie pour séjourner dans un merveilleux écolodge géré par une communauté, le long du Napo.
À savoir : les croisières aux Galápagos sont moins plaisantes en août (mer agitée, ciel gris).

adobestock_90507243_1.jpeg

Bain de verdure, de faune et de flore en Equateur !

9. L'Islande

Pourquoi en août ? Pour les paysages irréels de l’intérieur du pays.
Pour entraîner ses astronautes aux conditions lunaires, la NASA les envoyait en Islande. Vous comprendrez vite pourquoi en découvrant les paysages désolés de l’intérieur de l’île. Ces terres arides et hostiles subissent un climat rigoureux quasiment toute l’année. Août est le meilleur moment – presque le seul, en fait – pour explorer ces champs de lave, cratères volcaniques et rochers déchiquetés. Quelques routes historiques sillonnent les montagnes de l’arrière-pays, créant des raccourcis entre le Nord et le Sud ; certains tronçons sont accessibles uniquement aux 4x4 les plus robustes. La récompense : des panoramas fascinants et singuliers, comme les eaux turquoise et chaudes du lac Víti dans l’immense caldeira d’Askja, le volcan Herdubreid (surnommé la “Reine des montagnes”) et les étranges formations des grottes de glace des Kverkfjöll. De belles randonnées attendent les plus courageux.

S’organiser : à Reykjavík, louez un gros 4x4 et faites le plein de victuailles – on ne trouve pas grand-chose à l’intérieur des terres… La route la moins exigeante est celle de Kjölur, dont les ponts franchissent des rivières plutôt que des fjords. Un bus régulier l’emprunte en été.
À savoir : les nombreux refuges sont pris d’assaut en été et affi chent vite complet.

istock-dietermeyrl-islande.jpg

La montagne Kirkjufell dans la Péninsule de Snaefellsness

10. Madagascar

Pourquoi en août ? Pour le temps frais et sec.
La “Grande Île rouge” est l’un des plus beaux réservoirs de vie animale de la planète : on y trouve facétieux lémuriens, sifakas danseurs, sublimes oiseaux, mystérieux aye-aye, caméléons aux yeux globuleux, fosas pareils à des chats, scarabées girafes et toutes sortes  d’espèces incroyables. Sec et relativement frais, le mois d’août est parfait pour découvrir cette diversité naturelle et explorer les forêts épineuses, les formations rocheuses acérées (tsingy) et les plages de rêve. C’est également la saison pour observer les baleines à bosse qui longent l’île Sainte-Marie, au large de la côte est, et pour assister aux cérémonies du famadihana (retournement des morts), organisées en l’honneur des défunts.

S’organiser : Madagascar est grande – presque la superficie de la France – et les routes sont souvent en mauvais état. Privilégiez un séjour de 15 jours et des déplacements en avion. L’itinéraire classique commence dans la capitale, Antananarivo (Tana) et peut i nclure le parc national d’Andasibe-Mantadia, la réserve de Berenty, la plage d’Ifaty et le parc national d’Isalo dans le Sud. On regagne ensuite Tana direction nord via la forêt humide du parc national de Ranomafana.
À savoir : en août, il peut faire froid dans les montagnes. C’est aussi la haute saison : réservez bien à l’avance.

 


Guide de voyage

Le guide indispensable pour partir au bon moment

Paramètres des cookies