Nouvelle-Calédonie : Histoire

Chronologie de la Nouvelle-Calédonie

 

50 000 av. J.-C

Venus d'Asie du Sud-Est, les Océaniens peuplent les îles du Pacifique occidental.

De 7 000 à 5 000 av. J.-C.

De nouveaux immigrants d'Asie du Sud-Est introduisent l'agriculture, la construction de pirogues et la poterie.

1774

L'explorateur britannique James Cook découvre Grande Terre et la baptise New Caledonia (Nouvelle-Calédonie).

1853

Napoléon III rattache Grande Terre à la France.

1864

Un pénitencier est installé dans l'île. Les condamnés servent de main-d'ouvre dans les plantations et les mines de nickel.

1878

La découverte des gisements de nickel et l'arrivée des colons européens, qui s'approprient des terres kanaks, exacerbent les tensions raciales. Un soulèvement contre le pouvoir colonial se solde par 1 200 victimes du côté kanak, et 200 du côté français.

1897

Fermeture du pénitencier. Vingt et un mille condamnés ont été déportés, dont de nombreux communards.

1946

La Nouvelle-Calédonie devient territoire d'outre-mer. La citoyenneté française est accordée aux Kanakes.

1953

Création du premier parti politique, l'Union calédonienne.

1984

Un nouveau statut ouvre la voie à l'autodétermination.

1988

En pleine campagne présidentielle française, un groupe d'extrémistes kanaks attaque une gendarmerie, plusieurs militaires sont tuées. Le GIGN (Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale) donne l'assaut dans la grotte d'Ouvéa, dans le nord du pays ou se sont retranchés les preneurs d'otages. Bilan final : 19 indépendantistes sont tués.

1987

Un référendum local, boycotté par les Kanaks, confirme le maintien du territoire au sein de la République française.

1988

Sous l'égide de Michel Rocard, Premier ministre, signature des accords de Matignon entre le leader kanak Jean-Marie Tjibaou et le représentant local du RPR, Jacques Lafleur.

1989

Assassinat de Jean-Marie Tjibaou et de son bras droit, Yeiwene, par un extrémiste kanak.

1998

Les accords de Nouméa reportent l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie au plus tôt à 2014. Inauguration du centre culturel kanak Jean-Marie Tjibaou, conçu par l'architecte italien Renzo Piano.

2008

Les deux-tiers du lagon sont inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco.

2010

Visite du Premier ministre François Fillon à Nouméa, Tiendanite et Lifou. Les deux drapeaux français et kanak, sont hissésc côté à côte au fronton des édifices publics. En septembre, la Nouvelle-Calédonie accueille le 4e Festival des arts mélanésiens.
 

2011

Du 27 août au 10 septembre, les XIVe Jeux du Pacifique (équivalent régional des Jeux Olympiques) se tiennent en Nouvelle-Calédonie, pour la troisième fois depuis leur création en 1963.

2013

Fin juillet, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault se rend à Ouvéa - la première visite sur l'île d'un chef de gouvernement depuis les Événements - et sur le site industriel de Koniambo. 

2014

En novembre, François Hollande effectue une visite éclair sur le Caillou pour réaffirmer la neutralité de l’État. 

2016

Fin avril, le Premier ministre Manuel Valls se rend en Nouvelle-Calédonie, confrontée à la crise du nickel.

 
Mis à jour le : 5 avril 2017

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Nouvelle-Calédonie

Paramètres des cookies