Albanie : Histoire

Les Albanais appellent leur pays Shqipëria et font remonter leurs racines aux anciennes tribus Illyriennes. Les Illyriens ont occupé les Balkans de l'Ouest au cours du IIème millénaire av. J.-C. Ils ont construit d'imposantes cités fortifiées, ont maîtrisé l'exploitation de l'argent et du cuivre, et sont passé maîtres dans l'art de la navigation sur la Mediterranée. Les Grecs sont arrivés au VIIème siècle av. J.-C. pour établir des colonies indépendantes à Epidamnos (Durrës), Apollonia et Butrint. Ils ont établi un commerce pacifique avec les Illyriens qui se sont répartis en Etats tribaux au cours du IVème siècle av. J.-C.
Inévitablement, le royaume Illyrien des Ardiaei, basé à Shkodra, entra en conflit avec Rome qui envoya une flotte de 200 vaisseaux conte la Reine Teuta en 229 av. J.-C. Après une longue guerre, le contrôle romain s'étendit sur la totalité des Balkans en 167 av. J.-C.
Sous la domination romaine, l'Illyrie vécut prospère et en paix, les Illyriens préservèrent leur langue et leur tradition malgré le joug romain. Au cours des siècles, la population remplaça lentement ses dieux par la foi chrétienne. La principale route commerciale entre Rome et Constantinople, la Via Egnatia, partait du port de Durrës.
Lorsque l'empire romain fut divisé en deux en 395 ap. J.-C., Illyria se retrouva dans l'Empire de l'est, connu plus tard sous le nom d'Empire Byzantin. Trois des premiers empereurs byzantins étaient d'origine illyrienne (Anastase, Justin Ier et Justinien Ier). Des invasions de peuples migrants (Visigoths, Huns, Ostrogoths et Slaves) ont perduré aux Vème et VIème siècles.
L'Albanie fut annexée à la Serbie en 1344, mais après la défaite de la Serbie par les Turcs en 1389, la région entière s'est retrouvée en proie aux attaques ottamanes. Les Véniciens occupèrent quelques villes côtières et, entre 1443 et 1468, le héros national Skanderbeg (Gjergj Kastrioti) a mené la résistance albanaise contre les Turcs, de son château à Kruja. Il gagna toutes les batailles qu'il mena contre les Turcs, et même le Sultan Mehmet-Fatih, conquérant de Constantinople, ne parvint pas à prendre Kruja. Après la mort de Skanderbeg, les Ottomans firent plier la résistance albanaise et prirent le contrôle du pays en 1479, 26 ans après la chute de Constantinople.
La domination ottomane dura 400 ans. Les citoyens musulmans étaient favorisés et exemptés du système janissaire par lequel chaque famille chrétienne devait abandonner un de ses fils pour qu'il soit converti à l'Islam et serve dans l'armée. Par conséquent, beaucoup d'Albanais embrassèrent la foi islamique.
En 1878, la Ligue albanaise de Prizren dans l'actuel Kosovo commença à se battre pour l'autonomie mais elle fut réprimée par l'armée turque en 1881. De nouvelles révoltes entre 1910 et 1912 se sont soldés par une proclamation d'indépendance et la formation d'un gouvernement provisoire mené par Ismail Qemali à Vlora en 1912. Ces derniers furent grandement compromis lorsque le Kosovo (environ 1/3 de l'Albanie) fut cédé à la Serbie en 1913.
Avec l'éclatement de la Première Guerre Mondiale, l'Albanie fut occupée successivement par les armées de Grèce, de Serbie, de France, d'Italie et d'Autriche-Hongrie.
En 1920, la capitale fut déplacée de Durrës à Tirana, moins vulnérable. Un gouvernement républicain, sous la direction du prêtre orthodoxe Fan Noli, aida à stabiliser le pays. Mais il fut renversé en 1924 par le ministre de l'intérieur Ahmed Bey Zogu qui se proclama roi Zogu Ier en 1928.
En 1939, la collaboration de Zogu avec l'Italie se retourna contre lui lorsque Mussolini ordonna l'invasion de l'Albanie en avril. Zogu s'enfuit pour Londres avec une partie du trésor albanais qui lui permit de louer un étage entier au Ritz de Londres.
Le 8 novembre 1941, le Parti Communiste albanais fut fondé avec à sa tête Enver Hoxha qui garda ce siège jusqu'à sa mort en 1985. Les communistes menèrent la résistance contre les Italiens et, après 1943, contre les Allemands.
En juillet 1946, la République populaire d'Albanie fut proclamée et en 1948, elle tourna le dos à la Yougoslavie pour s'allier directement à l'URSS avec laquelle elle collabora étroitement jusqu'en 1960 avant de se tourner vers la Chine.
Entre 1966 et 1967, l'Albanie connue une révolution culturelle sur le modèle de la Chine : l'agriculture fut entièrement collectivisée et la religion interdite. A la suite de l'invasion de la Tchécoslovaquie par l'URSS en 1968, l'Albanie quitta le pacte de Varsovie et se lança dans une politique d'auto-défense. A la mort de Mao Zedong en 1976, l'Albanie perdit ses relations priviligiées avec la Chine et se retrouva sans alliés. L'économie fut dévastée et les pénuries alimentaires devirent plus régulières.
A la mort de Hoxha en 1985, son associé Ramiz Alia prit la tête de l'Etat et ouvrit l'Albanie au tourisme, tout en réduisant les restrictions. En 1990, suite à une vague de protestations, le gouvernement autorisa les partis d'opposition.
En 1992, les élections mirent fin à 47 ans de régime communiste et l'Albanie s'ouvrit au monde et au commerce ce qui entraina une vague de contrebande. Le port de Vlora devint une plaque tournante de l'immigration illégale.
En 1996 et 1999, l'Albanie a du faire face à deux crises, l'une économique avec l'effondrement de son système bancaire, et l'autre humaine due à l'afflux de Kosovars fuyant la crise en Serbie. Cet afflux eut un aspect positif sur l'économie et renforça les liens entre l'Albanie et le Kosovo.
Ces dix dernières années, l'Albanie a subit un boum économique ce qui lui a permit de développer ses infrastructures. En 2008, elle a même réussi à échapper à la crise et sa croissance continue. En 2009 elle a rejoint l'OTAN et attend d'entrer dans l'Union Européenne.

 

evaneos

Articles récents