1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. De Singapour à Bangkok : le plus beau voyage en train d’Asie du Sud-Est ?
Idées de voyage

De Singapour à Bangkok : le plus beau voyage en train d’Asie du Sud-Est ?

Texte par

Simon Richmond (traduit de l'anglais par Vincent Guilluy)

Mis à jour le : 3 février 2020

Carte

Gares grandioses de l’époque coloniale et campagne tropicale luxuriante font partie des atouts de ce voyage ferroviaire de 1 800 km entre Singapour et Bangkok – sans doute l’un des plus beau d’Asie du Sud-Est. L’inconvénient ? La seule liaison directe entre les deux villes est le luxueux Eastern and Oriental Express, qui coûte 5 000 $ pour un forfait de deux nuits.

Mais en changeant de train et en passant une nuit soit à Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie, soit dans la charmante ville d’Ipoh, au milieu de la péninsule, on peut faire ce voyage classique pour 67 $ US seulement. Voici comment l’organiser vous-même.

Étape 1 : de Singapour à Johor Bahru

Quand Singapour se sépara de la Malaisie en 1965, les chemins de fer nationaux malaisiens, KTMB, gardèrent le contrôle du couloir qu’empruntait la ligne le long de la chaussée surélevée reliant Johor Bahru à Tanjong Pagar, la gare de Singapour. En 2010, les deux voisisns s’accordèrent sur un échange de territoires et la gare de Singapour fut déplacée dans Woodlands, au nord de l’île.
À Singapour, l’ancienne gare de Tanjong Pagar, protégée en tant que monument national, est un élégant bâtiment de 1932, superbement dessiné par l’architecte serbe D. S. Petrovitch, avec des ornements à la fois Art déco et néoclassiques. Le lieu est actuellement restauré pour devenir la station Cantonment MRT de la Circle Line, et devrait rouvrir en 2025. Par-dessus les palissades du chantier, on peut apercevoir les sculptures de la façade de la gare représentant l’agriculture, l’industrie, le commerce et les transports.
Fonctionnelle, la gare de Woodland Train Checkpoint (ou Woodlands CIQ) n’a rien d’aussi beau, et l’interdiction d’y prendre des photos n’est pas une grande frustration. Le court trajet de cinq minutes (via la chaussée surélevée de 1,5 km) vers Johor Bahru ne coûte que 5 SGD (dollars singapouriens). Évitez les week-ends et vous devriez passer facilement les contrôles douaniers de Woodlands. La navette de KTMB semble d’une originalité vieillotte et un peu miteuse après les trains singapouriens modernes de MRT. Mais les employés sont sympathiques et posent volontiers pour la photo.

1.jpg

Un moine regarde par la fenêtre d’un train, en Thaïlande

Étape 2 : de Johor Bharu à Kuala Lumpur

Singapour peut être cher ; Johor Bahru est meilleur marché et c’est l’idéal pour passer la première nuit de ce voyage si votre budget est limité. Réservez au Replacement Lodge & Kitchen, dans une des anciennes shophouses (boutiques avec une résidence au-dessus) rénovées de Jln Dhoby. Cela vous permettra aussi de goûter aux excellentes cuisines de rue de Johor Bahru ou de visiter les cafés tendance de son quartier historique.
L’ancienne gare Art déco de Johor Bahru, datant des années 1930 (censée être un musée mais fermée, en réalité) est dans l’ombre immense de Johor Bahru Sentral, ouverte en 2010 dans le cadre du programme actuel d’amélioration des chemins de fer malaisiens. La ligne n’est pas encore électrifiée jusqu’à Johor Bahru : vous voyagerez donc durant les 192 premiers kilomètres, jusqu’à Gemas, dans un des plus vieux trains de KTMB. Emportez des vêtements chauds car la climatisation dans ces trains (et même dans les trains ETS plus modernes qui remontent la péninsule) est réglée sur « glacial ».
Le train pour Gemas qui part à 9h15 arrive à 13h30, ce qui laisse le temps de se dégourdir les jambes dans cette petite ville-carrefour, et de déjeuner avant de prendre le train ETS de 15h10 vers Kuala Lumpur (arrivée à 17h34). Ce train continue vers Ipoh (arrivée à 20h17) si vous préférez passer la nuit à Ipoh qu’à Kuala Lumpur. Sur cette portion, les plantations de palmiers à huile qui défilent sont monotones. Mais il y a de jolies montagnes couvertes de jungle aux alentours de Seremban, 70 km au sud-est de Kuala Lumpur.

2.jpg

Ipoh, en Malaisie, est une belle étape entre Kuala Lumpur et Bangkok

Étape 3 : de Kuala Lumpur à Padang Besar

Kuala Lumpur Sentral est le grand nœud de transports de la ville, mais tous les trains ETS longue distance allant vers le nord s’arrêtent encore à l’ancienne gare de Kuala Lumpur. Cette merveille architecturale de 1910, dessinée par Arthur Benison Hubback, a quelques traits moghols et maures, notamment des arches en forme de trou de serrure et des badguirs (tours attrape-vent). Commencer l’étape suivante ici s’avère plus intéressant, ne serait-ce que pour voir le bâtiment de près. Si vous passez la nuit à Kuala Lumpur, l’élégance coloniale du Majestic Hotel, en face, vaut la dépense.
Les trains malaisiens d’ETS sont élégants, avec des wagons-bars proposant en-cas et boissons. Dans chaque voiture, on projette en boucle sur des écrans un film (Minions, par exemple), mais heureusement avec des sous-titres plutôt qu’avec le son à fond. Le paysage au nord de la frontière est plus varié, avec de spectaculaires sommets calcaires et des rizières verdoyantes. À Ipoh, on peut admirer une autre gare grandiose dessinée par Hubback, datant de 1917. Comme celle de Kuala Lumpur, elle abritait un hôtel. Celle-ci est plus européenne, avec des loggias et une porte cochère en face de laquelle se trouve un joli parc.

3.jpg

La gare Hualamphong à Bangkok : terminus de votre voyage vers le nord

Étape 4 : train de nuit pour Bangkok

De Kuala Lumpur à Padang Besar, il y a à peine six heures de train : Si vous prenez celui de 7h, vous pourrez faire halte à Ipoh et vous aurez trois heures pour visiter sa vieille ville, avec du street art inventif et une gamme merveilleuse de spécialités culinaires telles que poulet aux pousses de haricots et à la crème de soja. Attention : ne traînez pas trop avant de poursuivre vers la frontière, car vous devrez être à Padang Besar à 16h pour passer la douane et prendre le train de nuit pour Bangkok.
La Thaïlande a un fuseau horaire de retard sur la Malaisie, donc le train qui est à 17h selon la Thaïlande quitte Padang Besar en Malaisie à 18h. On peut en général acheter les billets à Padang Besar (sinon réservez en ligne) ; optez pour les couchettes du bas, qui sont plus larges. Les deux wagons-lits, avec leur charme rétro, sont reliés à un train allant à Bangkok à Hat Yai, une heure après le départ. À partir de Hat Yai, il y a un wagon restaurant, mais on peut aussi vous servir dans votre voiture, et de nombreux vendeurs ambulants montent dans le train à divers arrêts en chemin.

4.jpg

“En voiture !” : le train pour Bangkok est un train de nuit, avec couchettes

À votre réveil le lendemain, le train devrait passer par la station balnéaire de Hua Hin. Quelques heures plus tard – en général en retard sur l’horaire prévu – l’immense capitale thaïlandaise apparaît. En entrant dans la ville, vous passerez devant la coque vide de la nouvelle gare de Bangkok, Sue, en construction. Une fois achevée, elle remplacera l’épatant teminus néo-Renaissance de Hualamphong, datant de 1916, dont la grande verrière en arche marque la fin du voyage.
Avant de partir, visitez le petit musée du Chemin de fer thaïlandais, à l’entrée de la gare située au 4, Rama Rd. On y verra une imitation de wagon de luxe dans lequel on pourra prendre un selfie – qui a dit que les voyages en train avaient perdu leur romantisme ?

Guide de voyage

Du camping au bateau stop en passant par l'échange de maison, un guide Lonely Planet avec des centaines de conseils pour préparer son départ de façon astucieuse, économique et novatrice

Paramètres des cookies