Tahiti : Histoire

 

2000-1000 ans av. J.-C.

Premières migrations en provenance d'Asie du Sud-Est. Par vagues successives, tous les archipels sont peu à peu habités. Les populations de la Polynésie française partagent donc avec les Hawaiiens et les Maoris de Nouvelle-Zélande des ancêtres communs et parlent une langue commune, le maohi.

1567-1595

L'explorateur Alvaro de Mendaña de Neira découvre les îles Salomon, puis les Marquises en 1595.

XVIIIe siècle

Les Hollandais découvrent en 1722 les îles de la Société. Samuel Wallis est le premier Européen à visiter Tahiti, suivi un an plus tard, en 1768, par Bougainville, qui revendique Tahiti au nom de la France. Thomas Cook y débarque à son tour en 1769.

1790

Arrivée des baleiniers et des négociants australiens, qui encouragent la prostitution et l'alcool, suivis peu après par des missionnaires de la London Missionary Society (LMS). La population tahitienne, malade, va rapidement décroître.

1841

Les Français prennent le pouvoir à Papeete. À la fin du siècle, les cinq archipels tomberont dans l'escarcelle française, prenant en 1903 le nom d' "Établissements français d'Océanie".

1957

Les EFO deviennent officiellement la Polynésie française. L'année suivante, 65% des Polynésiens manifesteront leur volonté de rester liés à la France.

1963

Avec l'implantation du Centre d'expérimentation du Pacifique (CEP) à Mururoa et Fangataufa, la Polynésie entre de plain-pied dans l'ère nucléaire, ce qui va bouleverser profondément ses structures socio-économiques.

1984

La Polynésie obtient un statut d'autonomie interne, modifié en 1990 et élargi en 1996.

1993

Signature, par l'État français et le Territoire, du Pacte de Progrès.

1996

Fin des essais nucléaires français et démantèlement des installations.

2001

Progression des indépendantistes aux élections municipales.

2004

La Polynésie française devient le premier pays d'outre-mer. Gaston Flosse est battu par une coalition d'indépendantistes et d'autonomistes, menés par Oscar Temaru mais à la faveur des manœuvres politiques, il revient au pouvoir en octobre.

2005

Nouvelle défaite de Gaston Flosse lors d'élections territoriales partielles. Oscar Temaru redevient président de la Polynésie.

2006

À la suite des propos indépendantistes tenus par Oscar Temaru, plusieurs ministres donnent leur démission. Le 11 décembre, une motion de censure est déposée contre le gouvernement, Oscar Temaru est destitué et le 27 décembre, Gaston Tong Sang est élu président de la Polynésie française.

2007

Pour faire chuter son ancien allié, Flosse démarche son adversaire de toujours Oscar Temaru : cette coalition fait voter une motion de censure qui entraîne la chute de Tong Sang le 31 août 2007. Suite à cela, il créé le 1er octobre son propre parti : le O Porinetia To Tatou Ai'a ou Polynésie, notre patrie.

Février 2008

Leur liste arrive en tête du 1er tour des élections territoriales dans toutes les circonscriptions, devant la coalition indépendantiste de l'UPLD menée par le Tavini Huiraatira d'Oscar Temaru et devant surtout le Tahoeraa de Gaston Flosse. Le 10 février 2008, lors du second tour, les Polynésiens envoient 27 élus To Tatou Ai'a (parti soutenant Gaston Tong Sang), 10 élus Tahoeraa (parti du sénateur UMP, Gaston Flosse) et 20 élus de l'UPLD (parti soutenant l'indépendantiste, Oscar Temaru) dans la nouvelle Assemblée de Polynésie française. Gaston Tong Sang est battu par Gaston Flosse au cours d'une séance à rebondissements du 23 février 2008 au cours de laquelle ce dernier est redevenu président de la Polynésie française avec 29 voix contre 27. Gaston Flosse bénéficie donc d'une alliance avec l'UPLD d'Oscar Temaru, laquelle avait fortement critiqué le Tahoeraa lors des dernières élections territoriales. Cette alliance, désavouée par Paris, vaut à Gaston Flosse d'être exclu de l'UMP et à Gaston Tong Sang d'être reconnu comme le nouveau secrétaire territorial de la fédération locale du parti de la droite nationale.

Avril 2008

Le 10 avril 2008, Gaston Tung Sang et son groupe du To Tatou Ai'a déposent une motion de défiance à l'égard du gouvernement Flosse et prévoyant, si elle est votée, l'élection de Tong Sang à la présidence. Celle-ci est votée par 29 élus de l'Assemblée de Polynésie française sur 57 le 15 avril : Gaston Tong Sang revient ainsi à la tête de l'exécutif local mais il dispose alors tout juste de la majorité relative.

2009

Gaston Tong Sang démissionne en février afin d'éviter une motion de défiance dans laquelle Gaston Flosse (autonomistes), Oscar Temaru (indépendantistes) et le Rautahi se sont alliés. Le 12 février, Oscar Temaru est élu pour la 4e fois président de la Polynésie Française. En novembre, Gaston Tong Sang est reélu à la présidence de la Polynésie Française.
 

Mis à jour le : 1 août 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable à Tahiti et en Polynésie…

Paramètres des cookies