Sri Lanka : Histoire

Chronologie du Sri Lanka

 

VIe-Ve siècles av. J.-C.

Arrivée des premiers Cinghalais, probablement originaires du nord de l'Inde, qui remplacent progressivement la population aborigène, les Veddha, aujourd'hui presque disparue.

IVe siècle av. J.-C.

Essor du royaume cinghalais d'Anuradhapura. Mahinda, fils du grand empereur bouddhiste Ashoka, propagera sur l'île l'enseignement du Bouddha.

XIe siècle

Le roi Vijayabahu Ier abandonne Anuradhapura et choisit Polonnaruwa pour capitale.

1505

Débarquement à Colombo du Portugais Lourenço de Almeida, qui acquiert un monopole sur le négoce des épices et de la cannelle. Le Portugal finit par conquérir la totalité de l'île, excepté la zone montagneuse de la région de Kandy.

1658

Les Hollandais, sollicités par Kandy chassent les Portugais et s'installent sur l'île.

1796

Arrivée des Anglais, qui parviendront en 1815 à annexer le royaume de Kandy.

1802

Ceylan devient colonie de la Couronne.

1948

L'île obtient le statut de dominion indépendant au sein du Commonwealth britannique. Le premier gouvernement indépendant est formé par D.S. Senanayake, chef de l'United National Party (UNP).

1971

L'état d'urgence est imposé sur les territoires des Tamouls, qui se heurtent à des lois discriminantes et revendiquent un État indépendant, Eelam, au nord et à l'est.

1983

Après le massacre d'une patrouille de l'armée par les "Tigres" tamouls sécessionnistes, les Cinghalais tuent, incendient et pillent pendant plusieurs jours. De nos jours, les conflits perdurent, malgré l'espoir que soit trouvée une solution politique. On a estimé le nombre de victimes de cette guerre à 50 000 morts et 1,1 million de personnes déplacées.

1987

Accord de paix entre Tamouls et Cinghalais sous l'égide de l'Inde.

1995

L'armée cinghalaise investit la capitale régionale, fief des tamouls, Jaffna.

1999

En mars à Colombo, plusieurs milliers de manifestants réclament une issue politique à la guerre entre forces gouvernementales et séparatistes tamouls. La présidente Chandrika Kumaratunga dépose devant le Parlement un projet de réforme constitutionnelle visant à fédéraliser l'État et à prendre en compte une partie des revendications de la minorité tamoule. La réforme n'obtient pas la majorité, mais n'est pas abandonnée. Réélection de Chandrika Kumaratunga à la tête de l'État.

2000

L'Alliance populaire (au pouvoir) remporte une majorité relative aux élections législatives et doit s'allier à des petits partis représentant les minorités musulmane et tamoule. Le parti des nationalistes révolutionnaires cinghalais s'engage dans la voie parlementaire et obtient 6% des voix.

2001

Débuts de négociations de paix sous l'égide de la Norvège.

2002

Cinquième cessez-le-feu en 18 ans de guerre. En septembre, le gouvernement lève l'interdiction visant le mouvement des Tigres libérateurs de l'Eelam tamoul (LTTE). Les pourparlers de paix organisés en Thaïlande, sous médiation norvégienne, entre le gouvernement et les Tigres, sont marqués la déclaration du LTTE qui annonce combattre désormais pour une autonomie régionale au Sri Lanka et non pour un État séparé.

2003

Les représentants des Tigres annoncent qu'ils se retirent du volet consacré au désarmement dans les discussions de paix engagées avec le gouvernement. Néanmoins, le chef des négociateurs précise que le LTTE ne se retire pas du processus de paix.

2004

Le tsunami du 26 décembre fait 30 000 morts et 4 000 disparus à Sri Lanka, et près de 260 000 familles ont été déplacées. Le LTTE a été fortement touché par le raz-de-marée et a perdu une grande partie de son équipement militaire. Après avoir refusé l'aide nationale pour la reconstruction du territoire sous contrôle du LTTE, le gouvernement a peur que l'aide financière ne serve au réarmement du LTTE.

2005

Le conflit entre le LTTE et le gouvernement reprend avec l'assassinat du ministre des Affaires étrangères en août. Le gouvernement sri-lankais declare l'état d'urgence. Les élections présidentielles, en novembre, voient la victoire de l'ancien Premier ministre Mahinda Rajapakse. Au lendemain de son élection le nouveau président demande une refonte du processus de paix avec le LTTE et durcit le dialogue avec le mouvement.

2006

Les tensions se sont exacerbées entre la rebellion tamoule et le gouvernement ; attentats et combats continuent de faire des victimes dans les deux camps.

2009

Le 19 mai, le conflit entre l’armée et les séparatistes tamouls s’achève, le gouvernement reprend le contrôle du territoire. Depuis lors, plus aucun acte terroriste n'a été recensé.

2010

Ratnasiri Wickremanayake est remplacé par Disanayaka Mudiyanselage Jayaratne au poste de Premier ministre en avril.

2013

Censée mettre en valeur le pays sous la présidence de Mahinda Rajapaksa, la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth attise les protestations contre les violations des droits de l’homme.

2015

Malgré sa stature d’homme fort du Sri Lanka, Mahinda Rajapaksa n’est pas réélu. Maithripala Sirisena, son ancien lieutenant, est élu président.

2016

Un rapport des Nations unies montre que les violations des droits de l’homme à l’encontre de la population tamoule n’ont pas cessé ; des groupes paramilitaires continueraient à régler des comptes datant de la guerre.

Mis à jour le : 23 mai 2018
evaneos

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable au Sri Lanka