Boston : Histoire

Chronologie de Boston

 

1620

Les premiers puritains fuyant les persécutions religieuses dans leur pays, la Grande-Bretagne, débarquent en Amérique à bord du Mayflower en 1620. Ils fondent une petite colonie à l’emplacement de l’actuelle ville de Plymouth.
 
 

1630

Une flottille conduite par le vaisseau-amiral Arbella entreprend la périlleuse traversée de l’Atlantique avec à son bord 700 puritains. À leur arrivée en Nouvelle-Angleterre, ils établissent la colonie de la Baie du Massachusetts. John Winthrop en sera le premier gouverneur. Les colons cherchent à bâtir une “société chrétienne pure”, radicalement différente de la société aristocratique anglaise, dans laquelle la vertu et les effort personnels priment.
 
 

1635-1704

Boston se développe rapidement et devient un grand centre intellectuel. La Latin Public School est créée en 1635. C’est aujourd’hui encore une institution (privée) réservée à l’élite. Un an plus tard, le Harvard College (aujourd'hui Harvard University) ouvre ses portes à Cambridge, près de Boston. En 1653, Boston se dote d'une bibliothèque municipale et, en 1704, le premier journal américain, The Boston News Letter, paraît.
 
 

XVIIIe siècle

La côte de la Nouvelle-Angleterre bénéficie de nombreux ports naturels (Essex, Plymouth, Providence, Salem), mais c'est Boston qui jouit de la meilleure situation. Dès le début du XVIIIe siècle, cette dernière s'affirme comme la première ville de la Nouvelle-Angleterre. Elle l'est encore à ce jour.
 
 

1770-1776

La prospérité de la ville n'échappe pas à Londres. Lorsque le roi George III et le Parlement anglais décident d'imposer plus lourdement les colonies, c'est Boston qui est la première frappée. Et c'est Boston qui va la première résister. En 1770, une première révolte contre les nouvelles taxes est durement réprimée, c’est le Massacre de Boston. En 1773, les colons détruisent la cargaison de thé d’un navire britannique, c’est la célèbre Boston Tea Party. Ce dernier événement provoquera la guerre de l’Indépendance américaine. Deux ans plus tard, la bataille de Bunker Hill sera décisive pour les colons. Le 17 mars 1776, la Grande-Bretagne quitte Boston et la déclaration d’Indépendance est signée le 4 juillet 1776.
 
 

Fin XVIIIe-Début XIXe siècle

Au lendemain de l'Indépendance, la décision de la Grande-Bretagne de couper l'accès des ports de son Empire aux navires américains porte un coup à l'économie de la ville. Mais Boston développe de nouvelles relations commerciales et connaît bientôt un boom économique grâce à ses chantiers navals ainsi qu'à ses manufactures de textiles et de chaussures. Les grandes familles de la ville s'installent à Beacon Hill et les marais de Back Bay sont asséchés pour gagner de l'espace. Ces mêmes familles encouragent les arts et la culture. Conservateurs et traditionalistes, les Bostoniens n'en soutiennent pas moins fermement l'idéal américain de liberté, l'abolition de l'esclavage et les activités de l'Underground Railroad (réseau clandestin qui aidait les esclaves fugitifs à gagner les États non esclavagistes).
 
 

Fin XIXe siècle

À la fin du XIXe siècle, Boston est éclipsée par d'autres villes portuaires et par l'expansion vers l'Ouest américain. Les manufactures de textiles et de chaussures, qui font la richesse de la Nouvelle-Angleterre, sont déplacées dans le Sud où la main-d'œuvre est moins chère. Malgré la concurrence de New York, Boston reste un foyer intellectuel et culturel de premier ordre. La ville accueille de nombreux écrivains (Ralph Waldo Emerson, Henry David Thoreau, Nathaniel Hawthorne, Henry Longfellow, Henry James, etc.).
 
 

Début XXe siècle

Fuyant la famine due à la crise de la pomme de terre, des milliers d'immigrants irlandais débarquent aux Etats-Unis, en premier lieu à Boston. Ces nouveaux arrivés modifient le profil socio-économique de la ville. Ils sont bientôt suivis par des immigrants venus d'Italie, de Turquie et du Portugal.
 
 

1918-1960

L'entre-deux-guerres est une période de crise pour la ville. En septembre 1919, une grande grève touche la police de Boston. Le 23 août 1927, les anarchistes italiens Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti sont exécutés. Après la Seconde Guerre mondiale, les usines ferment et les entreprises vont s’établir dans le Sud du pays où la main-d’œuvre est meilleur marché. La crise économique s'accompagne d'une crise sociale.
 
 

Années 1970-1990

Boston connaît un renouveau économique dans les années 1970, d'abord avec le développement de ses activités financières. Ses universités attirent par ailleurs des dizaines de milliers d’étudiants et des fonds très importants sont investis par le gouvernement dans la recherche. L’agglomération devient le deuxième pôle américain pour les hautes technologies (informatique, biotechnologies), derrière la Silicon Valley californienne.
 
 

1993

Thomas Menino est élu maire de Boston. Cet Italo-américain est le premier non-Irlandais à occuper ce poste depuis 1984.
 
 

1995

Début de l’énorme chantier, surnommé le “Big Dig”, visant à enterrer la Central Artery, une grosse route qui traversait le cœur de Boston. Les travaux dureront quinze ans mais changeront radicalement l'aspect de la ville (et la vie de ses habitants).
 
 

2004

Le premier mariage légal entre deux personnes du même sexe est célébré dans le quartier de Cambridge.
 
 

2009

Thomas Menino est réélu aux élections municipales, pour la première fois dans l'histoire de la ville un maire effectue 5 mandats consécutifs.
 

Articles récents