1. Accueil
  2. Magazine
  3. Astuces voyage
  4. Circuler en Écosse : notre guide pour explorer lochs, vallées et îles
Astuces voyage

Circuler en Écosse : notre guide pour explorer lochs, vallées et îles

Mis à jour le : 21 septembre 2022

Carte

En Écosse, les distances sont petites mais les paysages sont immenses. Un itinéraire qui semble se compter en minutes sur la carte peut prendre en réalité des heures si on prend en compte les vallées, les lochs (lacs) et les montagnes qui le bordent. Et n’oubliez pas qu’une bonne partie de l’Écosse, non continentale, se trouve au milieu des eaux agitées de la mer du Nord et de l’Atlantique.

De ce fait, le temps est la chose la plus importante à considérer lorsqu’on prévoit un voyage en Écosse. Pour une brève visite, ne cherchez pas à parcourir trop de kilomètres et réservez vos trajets en train ou en ferry bien à l’avance, afin de ne pas être surpris par la faible fréquence des dessertes dans les régions les plus isolées.

Circuler en Écosse peut être cher si l’on compare au reste de l’Europe. Malgré un très bon réseau de trains, bus et ferries, le plus simple reste de voyager avec son propre véhicule, surtout si vous voulez vous écarter des circuits touristiques classiques “tartans et shortbreads”. Mais cela peut s’avérer coûteux si vous prévoyez de stationner dans les grandes villes ou d’embarquer avec votre voiture sur un ferry.

Traveline Scotland est une bonne source de renseignements, avec les horaires mis à jour de tous les moyens de transports, y compris les ferries et les avions vers les îles.

jack-anstey-xvoyx7l9ocy-unsplash.jpg

En Écosse, il y a des lignes de chemin de fer incroyablement pittoresques

Le train est un moyen simple de circuler d’une grande ville à l’autre

Le réseau ferré écossais est dense et relie toutes les villes importantes mais sa carte ne couvre pas tout le pays : il y a des vides importants dans les Highlands et les Southern Uplands, où il vous faudra passer par la route – souvent en prenant des bus locaux.

Autre difficulté : le gouvernement écossais a décidé de faire de Scotrail – la compagnie nationale des chemins de fer – une entreprise publique. À l’heure où nous écrivons, les trains fonctionnent avec des horaires réduits et beaucoup de liaisons s’arrêtent en début de soirée, même entre les grandes villes. On espère que le service redeviendra complet une fois les difficultés de la transition aplanies.

La West Highland line qui relie Glasgow à Fort William et Mallaig, ainsi que celle reliant Inverness à Kyle of Lochalsh sont deux des lignes les plus pittoresques au monde. Le site Internet de ScotRail est une bonne source de renseignements pour tout ce qui est itinéraires, tarifs et horaires.

Les bus desservent presque toutes les localités, mais pas toujours très fréquemment

Le réseau de bus écossais couvre presque tout le pays. Mais dans les régions les plus rurales, les horaires sont faits pour les besoins des habitants du cru, pour les amener à l’école ou dans les boutiques de la ville voisine, par exemple, et ne sont pas forcément commodes pour les touristes.

Souvent, les bus vont dans les bourgs ou les villes plus importantes le matin et reviennent vers les villages plus excentrés en fin d’après-midi, ce qui n’est pas pratique si on projette une excursion d’une journée. Les dessertes locales en bus sont particulièrement rares dans les îles. Le dernier postbus (bus postal), moyen de transport rustique où un van emmenait des passagers en plus du courrier, a cessé de fonctionner en 2017.

Il existe plusieurs compagnies de bus dans toute l’Écosse : National Express et Megabus proposent des liaisons longues distances vers l’Angleterre ; en Écosse même, Scottish Citylink offre un bon réseau de bus confortables entre les grandes villes. Hors des grands axes, vous devrez prendre des bus locaux, la plupart du temps moins fréquents : leurs principales compagnies se nomment FirstStagecoach et Lothian Buses.

brian-taylor-3bzbwlavjdi-unsplash.jpg

Emprunter les routes secondaires est souvent gage d’un road trip plus intéressant

Prenez votre voiture ou votre moto pour un maximum de flexibilité

Les routes écossaises sont en général bien entretenues et, moins encombrées que les routes anglaises, elles permettent plus facilement d’admirer les jolis paysages. Mais on n’y plaisante pas avec les limites de vitesse et le taux d’alcoolémie au volant : les pièges sont fréquents, ne dépassez pas la vitesse autorisée.

Un permis de conduire délivré hors du Royaume-Uni est valable 12 mois à partir de la date de votre entrée dans le pays, et il faut avoir au moins 21 ans pour pouvoir louer une voiture – avec des surcoûts et des restrictions pour les moins de 26 ans.

Vérifiez que vous êtes convenablement assuré, conduisez bien à gauche et n’oubliez pas les limites de vitesse locales. Si votre road trip comprend le Royaume-Uni et la République d’Irlande, des car-ferries entre l’Écosse et l’Irlande du Nord vous permettent de faire une boucle vers le sud et de traverser la République d'Irlande avant de reprendre un ferry vers le pays de Galles et l’Angleterre puis de remonter vers l’Écosse. Vérifiez que votre assurance couvre bien la traversée d’un pays de l’UE avant de rentrer vers le Royaume-Uni.

Les autoroutes (signalées d’un “M”) à séparateur central, gratuites, se trouvent essentiellement dans le sud et le centre de l’Écosse. Elles se font absentes au nord de Perth. Sur les routes nationales (“A”), à quatre ou deux voies, on peut parfois être ralenti par des camions lents ou des caravanes – l’A9 entre Perth et Inverness, par exemple, est notoirement encombrée.

Les routes secondaires (signalées d’un “B”) ou plus petites encore (sans lettre) sont souvent plus tranquilles et plus intéressantes même si, dans les Highlands et dans les îles, on risque de croiser des moutons errant sur la chaussée (faites particulièrement attention aux agneaux, au printemps). Il peut parfois être difficile de conduire, l’hiver : ayez dans votre voiture de quoi manger, de l’eau et des couvertures en cas de blocage des routes ou de panne.

Le carburant y  sensiblement au même prix que dans le reste de l’Europe occidentale. Le prix tend à monter quand on s’éloigne des grandes villes, jusqu’à 10 % de plus dans les régions plus isolées, où les stations-service sont moins fréquentes et parfois fermées le dimanche. Sur les îles, faites le plein à chaque fois que vous en avez l’occasion.

Conseils pour louer une voiture : Les car-ferries entre deux îles peuvent coûter cher. Si vous projetez de visiter les Hébrides extérieures, les Orcades (Orkney) ou les îles Shetland, il sera souvent moins cher de louer une voiture à l’arrivée sur ces îles plutôt que de payer pour embarquer une voiture à bord du ferry.

eilis-garvey-5yba7jr1piq-unsplash.jpg

Il y a toutes sortes de ferries en Écosse ; leurs horaires sont très variables selon la saison

Des ferries pour traverser les lochs et aller aux îles

Les ferries de Caledonian MacBrayne (CalMac) desservent la côte ouest et toutes les îles du nord et de l’ouest du pays ; des ferries locaux plus petits relient les Hébrides intérieures à la grande île.

Les bateaux de Northlink Ferries relient Aberdeen et Scrabster (près de Thurso) aux Orcades, les Orcades aux Shetland et Aberdeen aux Shetland. Des ferries de passagers plus orientés vers le tourisme traversent certains des plus grands lochs d’Écosse, comme le Loch Lomond.

Pratiques, les billets Hopscotch de CalMac ne sont plus proposés actuellement mais la compagnie vend des billets inter-îles prégroupés sur son site Internet, où on trouvera aussi les horaires complets des ferries. N’oubliez pas que les dessertes sont notablement réduites l’hiver.

Le prix des billets est bien moins cher pour les passagers à pied que pour les voitures : pensez peut-être à louer une voiture une fois arrivé aux îles plutôt que de traverser avec la vôtre.

Conseils pour circuler en ferry : Si vous avez envie de parcourir les îles à vélo, les passagers à pied peuvent embarquer leur cycle gratuitement, ce qui est très utile pour explorer les petites îles en prenant le ferry. Sur la plupart des lignes, les enfants de moins de cinq ans voyagent gratuitement, les 5-15 ans paient demi-tarif.

Des vols intérieurs desservent les îles les plus éloignées

La plupart des vols intérieurs écossais visent une clientèle d’affaires ou sont un lien vital pour les habitants des îles les plus éloignées. L’avion est un moyen onéreux de parcourir ces distances relativement courtes, à la fois pour votre porte-monnaie et pour l’environnement, mais il peut s’envisager si vous manquez de temps et que vous voulez visitez les Hébrides extérieures, les Orcades ou les Shetland. Avec une durée d’une minute à peine, le vol entre Westray et Papa Westray, aux Orcades, est le vol régulier le plus court du monde.

La principale compagnie intérieure écossaise s’appelle Loganair. Elle relie Glasgow, Édimbourg, Aberdeen et Inverness à de nombreuses destinations moins importantes dans tout le pays. Elle propose aussi des vols inter-îles aux Orcades. Hebridean Air Services relie l’aérodrome de Connel, près d’Oban, aux îles de Coll, Tiree, Colonsay et Islay.

istock-1225232089.jpg

Si on en a le temps, le vélo est un des meilleurs moyens de visiter l’Écosse

Le vélo est idéal pour explorer les îles

L’Écosse est peu étendue et il est tout à fait possible de la visiter à vélo si vous avez du temps – et de l’endurance ! De fait, il est moins cher de visiter les îles en vélo qu’en voiture (à cause des tarifs des ferries), et c’est un moyen de transport mieux adapté aux courtes distances et au rythme de la vie là-bas. Il suffit d’être prêt à affronter des vents et une météo contraires, et d’accepter la présence constantes des moucherons, au printemps et en été.

VisitScotland vous renseignera utilement sur la location de vélos, et Sustrans donne le détail des itinéraires qui font partie du National Cycle Network de tout le Royaume-Uni. S’étirant sur 200 miles (320 km), passant par dix îles battues par les vents entre Vatersay et le Butt of Lewis, la Hebridean Way est un grand classique du cyclotourisme.

Les pass transports écossais permettent de faire de belles économies à bord des trains, bus et ferries

Malgré le nombre de compagnies présentes dans les transports en commun écossais, il existe quelques pass pratiques permettant de voyager en transports en commun. Le Spirit of Scotland pass de Scotrail permet aux passagers à pied de prendre gratuitement et sans restrictions trains, bus et ferries, soit pour 4 jours de voyage durant une période de 8 jours consécutifs (149 £), soit pour 8 jours de voyage durant une période de 15 jours (189 £). Scotrail propose aussi divers autres pass pour prendre le train dans toute l’Écosse ou dans des régions spécifiques, ainsi que des pass combinant trains et bus ou trains et ferries.

Les cartes de réduction sur les chemins de fer valables dans le reste du Royaume-Uni le sont aussi en Écosse, avec diverses options offrant des réductions allant jusqu’à un tiers du tarif normal, généralement pour un montant de 30 £ (37 $US) par an – une bonne affaire si vous prenez souvent le train ou si vous faites un long voyage.

Et si le généreux système du gouvernement écossais à destination des jeunes pour leur permettre de voyager gratuitement n’est ouvert qu’aux résidents écossais, les visiteurs peuvent obtenir des réductions grâce aux railcards pour les 16-25 ans et pour les 26-30 ans. Il existe aussi une Senior Railcard pour les plus de 60 ans. Pour celles et ceux qui voyagent avec des enfants, la carte Family & Friends est un investissement judicieux. Toutes les cartes citées ci-dessus sont valable pour les trains de tout le Royaume-Uni et pas seulement pour l’Écosse.

Plusieurs compagnies de bus proposent leurs propres pass. Celui de Stagecoach, le Megarider, donne droit à des réductions d’au moins 40 % comparé au tarif d’un billet acheté le jour même – il est valable pour 7 ou 28 jours consécutifs, et couvre des régions spécifiques du pays. Citylink propose un Explorer Pass qui permet de voyager sans restriction à bord de ses bus pendant 3 jours sur une période de 5 jours consécutifs, 5 jours sur une période de 10 jours consécutifs ou 8 jours sur une période de 16 jours consécutifs.

Les transports accessibles en Écosse

Les voyageurs en situation de handicap apprendront que l’Écosse peut être à la fois extrêmement accessible et très compliquée pour certains déplacements. Pour les voyageurs à mobilité réduite, les choses sont plus faciles dans les plus grandes villes, où bus et trains locaux sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant, où il y a des plans inclinés sur les trottoirs et à l’entrée des bâtiments, et où la plupart des installations sont pratiques.

Dans tout le pays, les grands sites touristiques sont adaptés aux personnes à mobilité réduite, même si les bâtiments historiques et les sites antiques peuvent être plus difficiles à visiter pour les moins mobiles. Les montagnes et les collines peuvent être un gros problème pour circuler, même dans le centre d’Édimbourg. Mais on fait de plus en plus d’efforts pour rendre la campagne plus accessible, et il y a des sentiers de découverte de la nature accessibles aux fauteuils roulants dans certains endroits.

Hors des grandes villes, les bus les plus récents sont en général accessibles aux personnes en fauteuil, mais il vaut mieux s’en assurer avant de partir. Les gares ferroviaires les plus anciennes sont en cours de modernisation pour devenir plus accessibles et les voyageurs en situation de handicap peuvent obtenir une assistance en en faisant la demande au moins une heure avant le départ du train – consultez le site Internet de Scotrail pour plus de détails.

La Disabled Persons Railcard offre des réductions sur les trains aux personnes éligibles et à leur guide. Les ferries proposent une assistance à l’embarquement aux personnes en situation de handicap dans les ports où du personnel est présent, et les plus grands navires disposent en général de toilettes et de cabines accessibles.

Sur les sites touristiques, il y a en général des places de parking réservées proches de l’entrée pour les conducteurs en situation de handicap. Beaucoup d’endroits tels que les billetteries sont équipées de boucles d’induction pour les malentendants ; cherchez le symbole affichant une grande oreille. VisitScotland donne des renseignements sur les transports, les hébergements accessibles ou la location de fauteuils roulants de plage.

Pourquoi j’adore les ferries écossais

S’il s’agit de prendre un bateau en Écosse, plus il est petit, mieux c’est. Les petits ferries desservant les îles éloignées des Shetland et des Orcades sont à peine plus grands que des bateaux de pêche, et arriver par la mer sur ces petites îles battues par les vagues vous donne envie d’enfiler un pull de laine et de renoncer au monde moderne pour vivre de poisson salé au milieu des embruns. Guettez les phoques qui se balancent à proximité des jetées, ils vous tiendront compagnie durant vos longues attentes contemplatives du prochain ferry.