1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Au grand air du Reeks District, dans le sud-ouest de l’Irlande
Idées de voyage

Au grand air du Reeks District, dans le sud-ouest de l’Irlande

Texte par

Anne-Marie McCarthy - Auteure Lonely Planet

Mis à jour le : 21 mai 2019

Carte

Profiter des rouleaux qui battent à marée haute des plages de sable blanc, entreprendre une ascension, avec un dernier effort pour arriver au point culminant du pays, prendre le temps d’admirer les panoramas épiques et terminer la journée dans le confort douillet d’un pub… Si cela représente pour vous le week-end au grand air idéal, vous devriez peut-être commencer à organiser votre visite du Reeks District.

Cette partie du comté de Kerry qui entoure la ville de Killorglin est une belle destination pour ceux qui veulent admirer les paysages mondialement réputés de la région tout en évitant les nombreux touristes de Killarney. Si celle-ci mérite sa popularité, en haute saison, les visiteurs en quête d’“authenticité irlandaise” sont légion. Les Reeks à l’inverse, moins fréquentés et plus naturels, se prêtent mieux à l’aventure.

L’ivresse des sommets

La région vient d’être rebaptisée par l’office du tourisme local et tire maintenant son nom des MacGillycuddy’s Reeks, une très belle chaîne de montagnes et de crêtes qui s’étire sur 19 km et comprend les trois plus hauts sommets de l’île. Les Reeks dominent l’horizon mais leurs points de vue spectaculaires se méritent, et il faut faire l’ascension d’un de leurs 27 sommets.
Les aventuriers visent surtout le Carrauntoohil qui, avec 1 040 m, est le point culminant de l’Irlande. Si on ne peut le comparer aux géants de l’Himalaya, on peut en faire l’ascension et en revenir en une journée, et il est accessible à la plupart des gens en bonne forme et relativement bien préparés. Comme dans toute randonnée difficile, envisagez de prendre un guide pour la journée si l’orientation n’est pas votre fort.

irlande.jpg

Le plus haut sommet d’Irlande, le Carrauntoohil, est un défi pour les grimpeurs

Devil’s Ladder, la voie la plus courte, était jusqu’à récemment la plus empruntée. Mais cette échelle du diable est un ravin abrupt plein de pierres instables qui peut être dangereux, d’autant plus qu’il est fréquenté. Brother O’Shea’s Gully est une voie plus sûre et plus pittoresque, qui passe par des chutes d’eau et par le plus haut lac du pays, elle est cependant par endroits assez aérienne. Une fois au sommet, revenez par le même chemin ou par une des autres voies recommandées : les autres itinéraires peuvent être dangereux. Le plus simple et le plus sûr est d’y grimper via un tour-opérateur. Le site Kerry Mountain Rescue vous donnera les dernières informations sur les itinéraires.

Plus facile mais tout aussi belle, l’ascension de Purple Mountain vous fait passer par le célèbre Gap of Dunloe. Si vous n’avez pas une journée entière à passer dans les montagnes ou que votre mobilité est réduite, Strickeen est accessible en trois heures seulement, avec une pente relativement douce tout le long. Elle offre quand même une vue superbe sur les lacs environnants. Et si vous voulez y mettre les mains, on peut faire de l’escalade en divers endroits des Reeks.

Océans, rivières et lacs

irlande_2.jpg

Inch Beach, au bord de l’océan Atlantique, est un des plus beaux sites du Reeks District

Quand vous serez prêt à redescendre au niveau de la mer, deux des plus belles plages du pays arborant le label “Drapeau bleu” vous attendent au Reeks District. Inch Beach est une plage de sable s’étendant sur cinq kilomètres entre Dingle Peninsula et Castlemaine Harbour. Vedette de nombreuses publicités touristiques, c’est un des paysages marins les plus pittoresques même si, comme la plupart des plages irlandaises, il vous faudra un peu de chance pour la découvrir par une radieuse journée ensoleillée. Les vents potentiellement forts en font un haut lieu du surf, avec des vagues régulières tout au long de l’année. Deux agences, Offshore Surf School et Kingdom Waves, proposent des cours de surf et louent aussi planches et combinaisons (il vous en faudra probablement une complète, quelle que soit la saison) si vous voulez surfer seul.
Rossbeigh Strand est de l’autre côté de Castlemaine Harbour. Contrairement à Inch, les véhicules y sont interdits sur le sable, ce qui permet aux promeneurs et à ceux qui prennent le soleil (croisons les doigts !) de se détendre et d’en profiter. Le surf y est aussi très pratiqué, et notamment le kite-surf, car il est possible de parcourir les sept kilomètres entre les deux plages sur une planche. Le sable ferme et plat à marée basse en fait aussi un terrain d’équitation très apprécié : tout près, Burke’s Beach Riding vous propose des chevaux doux et calmes pour des sorties allant d’une heure de balade sur la plage à une journée complète, pour traverser fermes, montagnes et vallées.

irlande_3.jpg

Les grandes plages de sable de Rossbeigh sont idéales pour l’équitation – avec une belle vue

Si vous préférez l’eau douce, essayez d’explorer les rivières et les lacs des environs. Wild SUP tours organise des excursions en paddle sur le lac Caragh et la Laune, qui sont de bons moyens d’observer les oiseaux et d’admirer les montagnes alentour. On peut aussi descendre en kayak la rivière qui passe par les lacs de Killarney et par Killorglin, ou s’arrêter pour pêcher le saumon ou la truite – muni d’un permis de pêche.

Vie de village

Avec sa diversité de bars et de restaurants, Killorglin est une base idéale. À 15 minutes de voiture du pied du Carrauntoohil, la nature sauvage qui fait la réputation du comté de Kerry est à votre porte, et vous n’aurez pas à renoncer aux délices de la gastronomie. Vous avez le choix entre plusieurs excellents restaurants : les produits de la mer locaux sont en vedette chez Jacks’ Coastguard Restaurant ou Bianconi ; Très apprécié, le Sol y Sombra sert d’excellentes tapas ; sinon, essayez les pâtes artisanales de Giovannelli. Il y a aussi de nombreux pubs à visiter pour une tournée nocturne, mais notez que certains n’acceptent que les espèces.
Pour un vrai dépaysement, consultez le calendrier festif avant de réserver votre séjour. La Puck Fair, qui a lieu chaque année en août, le plus connu des festivals locaux, est véritablement unique. Elle trouve probablement son origine dans les anciennes fêtes celtes célébrant le début des moissons, même si d’autres légendes veulent qu’elle commémore l’époque où une chèvre prévint fortuitement la ville de l’arrivée de l’armée d’Oliver Cromwell, qui pillait les environs. Quoiqu’il en soit, durant un long week-end, une chèvre sauvage est couronnée reine de la ville, et les pubs ouvrent 21 heures durant pour fêter l’événement. La vieille coutume ne plaît pas à tout le monde : la chèvre est enfermée pendant trois jours dans une cage, pleine de nourriture mais suspendue, ce que certains dénoncent comme du mauvais traitement. D’autres soulignent que chez les chèvres de montagne, le vertige n’existe pas, que l’animal est surveillé par un vétérinaire, bien nourri, et rendu à sa montagne ensuite. Si cela vous déplaît, vous pouvez à tout autre moment apprécier la statue que la ville a érigée en l’honneur de “King Puck”.

irlande_4.jpg

Prenez part à la craic (fête) à Killorglin, lors de sa célèbre Puck Fair

Autre date à cocher dans le calendrier, le K-Fest, qui occupe début juin des bâtiments abandonnés pour en faire des galeries d’art temporaires, avec des spectacles de danse, de spoken word et de musique. Et depuis peu, la ville a fait d’une ancienne coutume un vrai festival, avec le Biddy’s Day. À la période d’Imbolc, fête irlandaise païenne du printemps, des groupes font passer d’une maison à l’autre une poupée de paille, Brídeóg (du nom d’une divinité païenne devenue ensuite la sainte Brigid/Brigitte chrétienne), afin d’apporter bonne fortune, prospérité et fertilité pour l’année qui vient. La ville accueille maintenant un festival durant toute la journée, début février, avec une parade nocturne.

Bon à savoir

L’aéroport de Kerry est idéalement situé pour se rendre dans le Reeks District, et sa petite taille permet de ne pas devoir attendre à la douane ou pour récupérer ses bagages, mais les dessertes sont peu nombreuses. Les Reeks sont aussi à deux heures de route des aéroports de Cork et de Shannon, avec plus de correspondances, ou à quatre heures de Dublin. On peut aussi y venir en train depuis Cork ou Dublin.
Comme souvent dans l’Irlande rurale, la location d’un véhicule offre plus de liberté car les transports en commun ne desservent pas toute la région. Mais il existe des circuits organisés et des taxis ou alors – pour poursuivre sur le thème sportif – on peut louer des vélos ou s’inscrire à un circuit organisé à vélo. Si vous pensez profiter de ce terrain d’aventures de plein air irlandaises nouvellement rebaptisé, n’oubliez pas de prendre des vêtements pour toute saison, quelle que soit la période.



Guide de voyage

Le guide qui va à l'essentiel, pour découvrir le meilleur de l’Irlande

Paramètres des cookies