1. Accueil
  2. Magazine
  3. Sports et activités
  4. Où surfer les plus grosses vagues ?
Sports et activités

Où surfer les plus grosses vagues ?

Mis à jour le : 16 décembre 2016

Carte

Attention, ne venez pas ici pour apprendre le surf. Ici, vous allez surfer sur les breaks les plus grands et les plus palpitants au monde et connaître les sensations de votre vie.

1. Teahupo'o (Tahiti)

Si vous arrivez à surfer un de ces rouleaux turquoise sans tomber sur un récif aiguisé des eaux peu profondes, vous vous retrouverez probablement en couverture d'un magazine de surf. Filmé en 2010, le spectaculaire ride de Laird Hamilton a ajouté à la célébrité du spot, surnommé la « vague la plus dangereuse du monde ». Ce maître du surf a dû frémir sur sa planche avant de se lancer. La conquête de Teahupo'o (Tahiti) est à vos risques et périls.
On accède au break depuis “the end of the road”, qui est littéralement la fin de la route du village.

2. Dungeons, Hout Bay (Afrique du Sud)

Près du Cap, cette vague féroce est de longue date un site de rides sauvages. Chaque année, en juillet ou en août en fonction de la houle, l'événement Red Bull Big Wave Africa en accroît davantage la réputation planétaire. En tant que non-compétiteur, vous apprécierez les frissons que procure une vague incroyablement agitée, mais votre sort dépendra des multiples récifs et des conditions météo. Ces vagues étant glaciales, n'oubliez pas votre combinaison. Ah oui : les requins apprécient eux aussi ce récif, mais principalement pour les gros phoques qui peuplent ses eaux.
Atterrissez au Cap, louez un voiture pour rallier Hout Bay, puis prenez un bateau.

3. Puerto escondido, Oaxaca (Mexique)

Rejoignez le flot de surfeurs qui se retrouvent dans ce paradis pour contempler l'un des meilleurs beach breaks au monde. Le vent soufflant constamment au large, vous pourrez manger des tacos de poisson et faire une sieste sans laisser passer les tubes les plus profonds, qui viennent se fracasser bruyamment au pied du bar. Les vagues sont parfois rapides et impitoyables mais l'eau est chaude, et la ville est un repaire touristique accueillant entre deux sessions.
La saison des pluies dure généralement de mai à octobre, offrant les plus grosses vagues sur toute la longueur de la plage.

4. Jaws, Maui, Hawaii (États-Unis)

Certains viennent à Maui (Hawaii) pour les lei (couronnes de fleurs) et les luau (dîners-spectacles traditionnels) ; vous viendrez pour la fantastique poussée d'adrénaline de Jaws (« Les Mâchoires »). Considéré par les chasseurs de grosses vagues comme un break sans pareil, ce tonitruant reef break est devenu un haut lieu du surf tracté. Les meilleurs jours, sa rapidité et sa puissance n'ont d'égale que sa grandeur : certains surfeurs ont surfé des murs de plus de 18 m de haut. Les plus grosses vagues apparaissent entre décembre et février, saison où l'Australien Mark Visser a surfé Jaws en pleine nuit en 2011.
Pour avoir un aperçu du break sans vous mouiller, garez-vous en haut des falaises de Peahi et participez à l’unisson des ”ooh !” et aux “aah !” de la foule devant le spectacle des meilleurs surfeurs. 

5. Shipstern Bluff, Tasmanie (Australie)

Autrefois un secret jalousement gardé par la communauté des surfeurs tasmaniens, ce promontoire rencontrant l'océan au pied de falaises hautes de 200 m est aujourd'hui une destination prisée des surfeurs de grosses vagues les plus audacieux et talentueux. Si vous domptez un seul de ces célèbres rouleaux, vous ferez partie de ces happy few capables de survivre à un redoutable break grondant. Non seulement vous devrez ramer dans le froid vivifiant et insidieux des eaux tasmaniennes, mais vous devrez aussi garder un œil sur les gros requins blancs tout en évoluant au milieu des nombreux rochers tranchants.
Isolé, Shipstern n’est accessible qu’à pied ou en bateau, mais Port Arthur, à proximité, est une des destinations touristiques les plus prisées de Tasmanie

6. Nazaré (Portugal)

Vous – oui, vous – pouvez dompter ce break. Certes, le pro Garrett McNamara y a surfé la plus grosse vague au monde, un terrifiant mur d'eau de 23 m qui lui a valu un record au Guinness. Mais des vagues comme celles-ci, Nazaré n'en voit pas tous les jours, même avec son profond canyon sous-marin qui draine à grande vitesse d'énormes quantités d'eau vers le rivage. Lors de journées moins mémorables, ce break est constant, facile d'accès et uniquement tapissé de sable mou. Pour les mordus de grosses vagues, l'hiver est la saison idéale, mais même en été, il n'y a pas foule dans cet ancien village de pêcheurs.
Une remise à niveau vous tente avant de gagner les déferlantes ? Nazaré (Portugal) compte plus d’une dizaine d’écoles de surf.

7. Mullaghmore Head (Irlande)

Les connaisseurs ne railleront pas les spots de surf irlandais, dont le rugissant reef break à la pointe du petit village de Mullaghmore est la quintessence. À la fin de l'hiver et au début du printemps, la météo orageuse engendre des parois d'une quinzaine de mètres ; vous serez chanceux si vous les surfez… et reconnaissant si vous survivez. Vents forts, surfaces agitées et pluie aveuglante sont des obstacles, mais les longs et profonds tubes vous mettront en condition. De plus, une pinte de Guinness vous attendra toujours à la fin de votre journée dans l'eau.
Entre 2 observations de breaks, admirez le château de Classiebawn (Irlande), perché sur une falaise à proximité.

8. Belharra (France)

Ce reef break à 2 km au large des côtes basques s'anime au rythme du surf quelques jours par an en hiver seulement : les houles des tempêtes atlantiques viennent alors s'abattre sur ce récif peu profond, donnant naissance à des vagues parmi les plus grosses d'Europe. Accédez-y en bateau ou en jet-ski et préparez-vous à rivaliser avec des surfeurs parmi les plus téméraires, sans parler des chasseurs de grosses vagues étrangers venus s'attaquer à ce monstre rugissant.
Pour des vagues plus douces et plus adaptées au commun des mortels, mieux vaut opter pour la Grande Plage de Biarritz.

9. Isla Todos Santos (Mexique)

À ne pas confondre avec la ville touristique homonyme au sud de la Basse-Californie : Todos Santos ne propose ni école de surf ni margaritas sur la plage : désertique et escarpée, cette île située à 19 km au large d'Ensanada (au nord de la Basse-Californie) s'enorgueillit d'un beau break : « Killers » prend son élan dans des canyons sous-marins avant de déferler sur le récif à proximité. Ses parois peuvent atteindre 15 m. Pas de panique : vous pourrez toujours ralentir le rythme en vous dirigeant vers un des plus petits breaks de l'île, si votre ego est prêt à surfer une vague du nom de « Chickens ».
Les pêcheurs d’Ensanada ayant l’habitude de transporter des surfeurs, vous pourrez embarquer sur un bateau.

10. Nelscott Reef, Lincoln city, Oregon (États-Unis)

Sur cette bande littorale du nord-ouest du Pacifique, on gagne en bateau ou en jet-ski un break spectaculaire, à environ 800 m du rivage. Vous pouvez y aller en ramant sur votre planche (les meilleurs surfeurs ont été nombreux à le faire), mais peut-être préférerez-vous économiser votre énergie pour la houle, qui produit des vagues parmi les plus grandes de la planète. Si la côte de l'Oregon offre un éventail de vagues fantastiques, Nelscott est fait pour les amateurs de sensations fortes en quête de défis.
La compétition annuelle de surf Nelscott Reef Big Wave Classic est annoncée 72 heures à l’avance seulement, lorsqu’on attend des vagues d’au moins 9 m de haut.


Paramètres des cookies