1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées week-end
  4. 12 lieux à visiter à Turin
Idées week-end

12 lieux à visiter à Turin

Texte par

Sara Viola Cabras

Mis à jour le : 21 octobre 2018

Carte

Colonie romaine, coeur du duché de Savoie, première capitale d’Italie, ville industrielle. S’il a toujours été facile de décrire les rôles successifs du chef-lieu piémontais au cours des siècles, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ville de culture, de grandes métamorphoses architecturales et urbaines, Turin vit des trésors du passé mais a su les revisiter pour les transposer au monde contemporain, si bien que le New York Times l’a classée parmi les 52 destinations incontournables en 2016. Rien d’étonnant à cela, vous allez comprendre...

1. Les musées royaux

Le Palazzo Reale, l’Armeria, la Biblioteca Reale, le Museo Archeologico, la Galleria Sabauda et le Palazzo Chiablese, symboles indiscutables du pouvoir, de l’histoire et de la culture turinoise au fil des siècles, ont enfin été rénovés, complétés, réunis et ouverts au public. Achetez un billet combiné et bon voyage à la cour en vous imaginant en compagnie de rois et de reines ou en prenant la pose pour un selfie moderne dans le cadre charmant des Giardini Reali.

adobestock_41296027.jpeg

Dans les jardins de la Villa della Regina

2. Mole Antonelliana et Museo Nazionale del Cinema

Édifice phare de Turin, la Mole Antonelliana marie patrimoine historique et musée contemporain, cinéma et arts, site touristique et lieu profondément ancré dans la culture de la ville. Au musée national du Cinéma, niché au coeur de l’édifice, partez pour un surprenant voyage dans l’histoire du cinéma, qui vous conduira des lanternes magiques aux stars d’Hollywwod, des appareils et boîtes d’optique aux premiers films des frères Lumière.

fotolia_19488383_subscription_monthly_m.jpg

Vue sur Turin et la Mole Antonelliana

3. Museo Egizio

Six années de travaux, une rénovation d’orfèvre qui a rendu ce vieux musée moderne et agréable, et une belle muséographie signée Dante Ferretti : les pharaons seraient satisfaits ! Les Turinois le sont aussi, fiers d’accueillir le deuxième musée égyptien du monde après celui du Caire, tout comme les visiteurs, qui s’émerveillent devant une momie parfaitement conservée ou s’émeuvent de la perfection artistique d’une décoration ou du raffinement d’un trousseau funéraire. L’égyptologue Jean-François Champollion avait raison : “La route pour Memphis et Thèbes passe par Turin”.

4. Porta Palazzo et le Balôn

Avec son millier d’étals, ses pavillons, ses allées, Porta Palazzo serait le plus grand marché d’Europe. Le matin, du lundi au samedi, la Piazza della Repubblica où il se déploie offre un voyage gustatif, olfactif et multiculturel dans le Turin authentique. À côté, le Borgo Dora accueille chaque samedi matin le marché aux puces du Balôn et, le deuxième dimanche du mois, son grand frère le Gran Balôn. Et même si vous n’avez pas d’achats à faire, entrez au Centro Palatino pour admirer les anciennes glacières.

adobestock_211555671.jpeg

Marché de Porta Palazzo

5. Palazzo Madama

La filiation millénaire de ce palais se lit à travers la superposition de ses styles architecturaux tel un récit visuel de l’histoire de Turin. Porte orientale d’accès à Augusta Taurinorum à l’époque romaine, château fortifié au Moyen Âge, résidence des princes d’Acaja, il doit son nom à Christine de France, la “Madame Royale”, qui y vécut dès 1620, avant qu’une seconde “Madame Royale”, Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie-Nemours, s’y installe en 1675. Siège du premier Sénat subalpin, ce palais a toujours été un point de repère, devenant aujourd’hui un centre culturel et artistique.

adobestock_82097808.jpeg

Palazzo Madama

6. Chiesa di San Lorenzo et Duomo di San Giovanni

Ces deux églises ont bien des différences : l’une est baroque, l’autre Renaissance ; l’une se veut triomphante et fastueuse, l’autre sobre et dépouillée. Mais elles ont d’importants points communs : leur proximité géographique, n’étant séparées que par le Palazzo Chiablese et une partie de la Piazza San Giovanni ; la griffe unique de Guarino Guarini et le Saint Suaire à l’histoire mystérieuse.

adobestock_70158150.jpeg

Chiesa di San Lorenzo

7. Quadrilatero Romano

Répondant au surnom de “Quadrilatère”, ce dédale de petites rues perpendiculaires, à la forte densité d’habitations, de magasins, d’ateliers, de bars et de restaurants, est la survivance bien visible du camp militaire du Ier siècle avant J.-C., sur lequel fut fondée Julia Augusta Taurinorum. Ce plan géométrique a influencé le développement urbain rectiligne de la ville. Imaginez que vous passez sous les portes antiques du castrum (il n’en reste qu’une) et découvrez comment tout a commencé.

8. Le Parco del Valentino

Poumon vert de la ville, le parc le plus grand et le plus fréquenté de Turin est un trésor qu’il faut apprécier en se promenant du pont Umberto I jusqu’au pont suivant, à vélo le long du fleuve, en visitant le Castello et le Borgo Medievale, en s’allongeant dans l’herbe ou en méditant sous les arbres. Les Turinois viennent profiter de l’air frais de ce parc royal (transformé en jardin public entre 1854 et 1864, puis agrandi en 1871 vers le sud jusqu’au pont Isabella) et de ses 55 ha dessinés par le paysagiste français du XIXe siècle Jean-Pierre Barillet-Deschamps.

adobestock_46914131.jpeg

Le pont Umberto I

9. La GAM 

Dotée d’une collection permanente parmi les plus anciennes et importantes d’Italie comprenant 47 000 oeuvres (exposées et conservées), et proposant des expositions temporaires pour lesquelles on vient de loin, la Galerie d’art moderne et contemporain de Turin est bien plus qu’un musée. C’est un pilier de l’histoire des musées de la ville (elle a plus de 150 ans !) et un symbole d’innovation en matière de gestion et d’appréciation de l’art : elle encourage l’étude, la formation et la vulgarisation à travers des cours, des rencontres et des projets inédits.

10. Villa della Regina

Lieu de villégiature par excellence de la maison de Savoie, avec la ville pour décor, cette villa nichée dans la colline était à l’origine une vigne du prince cardinal Maurizio et de la princesse Ludovica. Elle est devenue la résidence de princes et de reines jusqu’au XIXe siècle. Après des années de restauration, elle a aujourd’hui retrouvé toute sa splendeur. Visitez la demeure, qui abrite encore une partie de l’ameublement et des décors d’époque, et perdez-vous dans les inoubliables jardins à l’italienne, entre les fontaines, les escaliers, les points de vue panoramiques et les espaces mis en culture.

adobestock_53409304.jpeg

La Villa della Regina depuis ses jardins

11. Reggia di Venaria Reale

Pas plus tard qu’en 1990, la municipalité voulait détruire ce merveilleux palais pour y construire des habitations à loyers modérés. Heureusement, des voix s’élevèrent à l’unanimité pour s’opposer au projet. La Reggia di Venaria, l’un des trésors historiques et artistiques les plus précieux d’Italie, a retrouvé sa splendeur passée grâce à de colossaux travaux de restauration. Ils ont duré près de dix ans et ont porté sur la résidence royale et ses abords.

12. Castello di Rivoli et Museo d’Arte Contemporanea

Le château de Rivoli est un mariage heureux entre le passé et le présent, une greffe réussie entre l’art contemporain et un édifice ancien aussi riche que précieux. La collection permanente a besoin des moulures, des fissures et de la lumière des salles que la restauration a préservées et mises en valeur. Certains détails de la restauration restent surprenants (après 32 ans !). Dans l’ascenseur, observez le plafond peint de nuages. Et si vous en avez le courage, faites quelques pas sur le vertigineux sol transparent du balcon panoramique, en surplomb des remparts du château.
Le musée propose des visites guidées gratuites axées sur l’histoire et l’architecture ou sur les collections et les expositions.

adobestock_40292742.jpeg

Château de Rivoli




Paramètres des cookies