1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. 10 idées de voyage hors saison
Idées de voyage

10 idées de voyage hors saison

Mis à jour le : 16 février 2018

Carte

Voyagez moins cher et évitez la foule en vous rendant dans les plus beaux coins du monde quand personne d'autre n'y est. Voici 10 destinations pour des vacances hors saison.

1. Un automne grec

Si la météo printanière est aléatoire en Grèce, les mois de septembre et d'octobre réservent de belles surprises aux amateurs de sports, notamment dans les îles. Il n'y a pas de meilleure période pour profiter des spots de windsurf : Hrysi Akti sur Paros (Cyclades) et Vassiliki sur Leucade (îles Ioniennes) comptent parmi les meilleures plages pour la planche à voile. Mykonos, Naxos, Ios, Samos… les sites réputés ne manquent pas et l'eau y affiche encore de belles températures. L'arrière-saison est également idéale pour la randonnée, dans les collines d'Andros (Cyclades) ou les oliveraies de Skopélos (Sporades), quand les rayons du soleil sont toujours chauds mais moins menaçants.
Les mois d’automne permettent aussi de bénéficier de meilleurs tarifs sur un vol Paris-Athènes.

santorin.jpg

La Grèce

2. Saison des ouragans aux îles abc (Antilles Néerlandaises)

Les ouragans sont un sérieux problème dans les paradisiaques Caraïbes où, entre juin et novembre, les eaux chaudes tant prisées des touristes attirent des tempêtes. Chaque île subit en général au moins une alerte météo par an, et est directement touchée tous les 5 à 10 ans. Cependant, celles des Caraïbes méridionales, situées en dehors de l'Hurricane Alley (« allée des ouragans »), ne connaissent presque jamais de tempêtes : avec leur architecture coloniale colorée, leurs splendides plages et leurs superbes sites de plongée, Aruba, Bonaire et Curaçao sont d'excellentes destinations estivales.
>>> Les trois îles ont des aéroports internationaux et leurs langues officielles sont le néerlandais, l’anglais et le papiamento.

tobago.jpg

Les îles

3. Saison des pluies, chutes d'iguazú (Brésil/Argentine)

Le mot Iguazú provient du guarani i (« eau ») et kuasu (« grand ») : les grandes eaux, certes, mais elles sont plus grandes à certains moments qu'à d'autres. À cheval entre le Brésil et l'Argentine, ces 275 cascades de 80 m de haut et 3 km de large jaillissent en pleine jungle, déversant 6 500 m3 d'eau/seconde lors de leur pic annuel. Mais lors du pic d'affluence touristique (saison sèche d'avril à juin), ce débit se réduit parfois à un filet. Vous verrez les chutes dans toute leur fougueuse splendeur pendant la saison humide, entre décembre et février : pensez seulement à emporter votre imperméable.
Si le côté argentin offre des vues rapprochées plus variées, le côté brésilien a l’avantage du panorama.

4. Lac Baïkal sous la glace (Russie)

Le lac Baïkal est en Sibérie : un nom à faire grelotter les plus emmitouflés. Il n'est donc pas étonnant que cette incommensurable étendue bleue soit majoritairement visitée en été. Mais l'hiver, quand le mercure chute, est bien plus amusant : on peut faire craquer ses pas sur cette immense flaque gelée, et voir des forêts de varech se balancer à travers son épaisse (2 m) mais transparente couche de glace. Vous pourrez parcourir cet univers de cristaux en traîneau à chiens, à skis ou en motoneige, ou encore sur un aéroglisseur pour sauter sur les vagues gelées comme sur une rampe de skate, avant de vous réchauffer dans un banya (sauna russe).
Des vols relient les principales villes de Russie à Irkoutsk et Oulan-Oude (à 65 km et 250 km de Baïkal), qui sont aussi sur la route du Transsibérien.

5. Trek pendant la mousson, Ghats occidentaux (Inde)

Mumbai (Bombay) sous la mousson ? Il faudrait être fou ! Certes, la métropole indienne n'est pas très drôle entre juin et septembre, lorsque de fortes pluies inondent les rues et propagent des maladies. Mais, à 100 km dans les terres, les monts Sahyadri (qui font partie de la chaîne des Ghats occidentaux) s'animent : un terrain de jeu rêvé. Rivières et cascades saisonnières atteignent leur débit maximal (idéal pour du rappel et du rafting), tandis que la campagne brille d'un vert vif. En outre, avec la pluie, les températures restent fraîches pour des randonnées sur de vieux sentiers, entre forteresses en ruine et logements chez l'habitant.
Le Malshej Ghat (à 154 km de Mumbai) est un site prisé des randonneurs. Les flamants roses y migrent durant la mousson.

6. L'hiver à Venise (Italie)

Un brouillard bas au bord des canaux, des ruelles désertes aux pavés brillants, une place Saint-Marc sans les touristes : à Venise en hiver, il fait froid et humide, et la ville est parfois littéralement détrempée (lors de l'aqua alta, « l'eau haute »), mais la chance de vous y perdre sans la foule vaut la peine d'enfiler vos bottes et de vous emmitoufler. Des monuments phares tels que le pont du Rialto ou les splendides Gallerie dell'Accademia vous aideront parfois à vous y retrouver, mais l'intérêt réside dans les pittoresques petites rues et les chaleureux cafés où, bien sûr, il y aura toujours une place.
Alilaguna assure des liaisons en bateau entre l’aéroport Marco Polo et la place Saint-Marc ; comptez un peu plus de 1 heure de trajet.

7. Sur les traces des loups en hiver, parc national de Yellowstone (États-Unis)

Plus de 3 millions de personnes s'entassent dans le parc national de Yellowstone en été, contre 140 000 seulement en hiver. Certes, quelques routes ferment entre décembre et mars et les températures chutent à −20°C, mais les avantages sont multiples : non seulement les sites phares sont désertés par les touristes, mais la faune et la flore y sont magnifiques. Les espèces endémiques comme l'élan, le bison ou le mouflon canadien hivernent à moindre altitude et sont visibles à plus de 1,5 km de distance sur le sol scintillant de glace. En prime, il est possible d'engager un guide naturaliste pour suivre le loup gris, aux empreintes repérables dans la neige immaculée.
Des pistes de ski de fond sont aménagées dans les zones du geyser Old Faithful, du Mammoth Country, du Canyon Country et du Roosevelt Country. Consultez le site www.nps.gov/yell.

8. Surf hivernal (Portugal)

Chic, calme, extravagante ou tape-à-l'œil : à chaque goût sa station balnéaire : le Portugal continental compte près de 950 km de côtes, et pour la plupart, elles sont idéales pour des vacances d'été. Mais l'hiver est la saison des surfeurs : les vagues de l'Atlantique sont plus grosses et constantes, les plages désertes, et il ne fait pas si froid (bien qu'une bonne combinaison soit appréciable, l'eau étant à 17°C en moyenne). Au sud, l'Algarve recèle de tranquilles spots entre Lagos et Sagres, avec un climat plus doux. Mais les vagues les plus sensationnelles déferlent plus au nord : oserez-vous braver les breaks des environs de Porto et de la Costa Verde ?
>>> L’aéroport de Faro est le plus pratique pour rejoindre l’Algarve. Porto, qui dispose d’un aéroport, est à 3 heures de train de Lisbonne. L’aéroport de Lisbonne est à 3 heures en voiture de l’Algarve.

adobestock_70128726.jpeg

Plage idyllique à Lagos, au Portugal

9. Hawaii hors saison (États-Unis)

Hawaii compte deux hautes saisons qui voient flamber les prix : le plein hiver, lorsque les voyageurs viennent fuir le froid, et le plein été, quand les familles débarquent pour les vacances. En vérité, aucune période n'est à bannir sur cet archipel volcanique, qui jouit d'un temps clément toute l'année, avec des températures moyennes de 25–30°C. Cela dit, les mois d'avril à juin ne marquent pas seulement le début de la saison sèche : ils se situent en dehors de la période juillet-novembre, plus sujette aux ouragans, et les baleines à bosse (qui s'attroupent au large de Maui à partir de décembre) s'y attardent jusqu'en mai.
Les températures chutant avec l’altitude, mieux vaut porter des vêtements appropriés pour visiter des volcans comme l’Haleakala (Maui) ou le Kilauea (la Grande Île).

10. Safari pendant la « saison verte » (Botswana)

Le Botswana n'est pas une destination de safari bon marché, mais lorsque les hordes de touristes rentrent chez eux, les voyageurs prêts à endurer un déluge font une affaire. Les mois de novembre à avril sont surnommés par euphémisme la « saison verte » (les pluies y sont fréquentes et la végétation touffue qui en résulte rend la faune et la flore plus difficiles à observer), et c'est à cette période que les hébergements affichent d'importantes promotions et que les paysages sont les plus luxuriants, attirant des myriades d'oiseaux. Beaucoup d'animaux mettent bas en cette saison : un bon guide vous montrera une foule de vifs petits, ainsi que les prédateurs rôdant à proximité, en quête d'un repas facile.
>>> Le paludisme est présent dans certaines régions, dont le delta de l’Okavango et les parcs nationaux de Moremi et de Chobe : mieux vaut prendre des mesures préventives.


Paramètres des cookies