Réunion

  1. Accueil
  2. France
  3. Réunion
  4. Les Incontournables

Réunion : Les Incontournables

Les cirques

Cilaos, Mafate, Salazie… Dessinant les feuilles d'un trèfle au cœur de l'île, qui doit à leurs paysages son inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 2010, les trois cirques sont des mondes à part. Refuges de ceux qui recherchent la quiétude, paradis des amateurs de randonnée et témoins des traditions les plus anciennes de l'île, ces enclaves vertes sont incontestablement les points forts de La Réunion.

Le Piton de la Fournaise

Dressé au sud de l'île, le piton de la Fournaise rappelle que La Réunion doit sa naissance au volcanisme. Particulièrement actif, mais ne menaçant que très exceptionnellement les populations, ce volcan-spectacle fait figure de gentil dragon. Avant d'arriver au cratère, la route forestière qui y mène traverse la somptueuse plaine des Sables et ses paysages lunaires. Un moment fort d'un séjour sur l'île !

Le littoral

D'un côté une côte à dominante sèche, peu ventée et bordée de plages ombragées de filaos qui font le bonheur des amateurs de farniente et de sports nautiques (p. 78). De l'autre un littoral exposé aux alizés, au visage plus rude et verdoyant, qui séduit les amoureux de nature brute. Choisir l'une ou l'autre n'est pas la question : nul ne peut prétendre connaître La Réunion sans avoir vu ses deux façades maritimes, qui ont chacune leurs charmes.

Randonner sur le volcan....

Ça n'est pas un hasard si le Grand Raid, la célèbre course en montagne réunionnaise, commence en s'élançant vers le volcan. Les paysages minéraux du piton de la Fournaise offrent en effet de très belles possibilités de randonnées. La plus classique rejoint le bord du cratère depuis le Pas de Bellecombe. D'autres, moins fréquentées, descendent jusqu'à la mer, traversant une étonnante succession de paysages et de végétation

...et dans les cirques

Aussi verdoyants que les abords du volcan sont minéraux, les cirques de Cilaos, Mafate et Salazie offrent un espace d'exception pour pratiquer l'activité reine de l'île : la randonnée. Chaque année, des milliers de visiteurs s'élancent sur les innombrables sentiers qui les sillonnent, découvrant au passage le mode de vie particulier de ces espaces à part. Au centre, le piton des Neiges, point culminant de l'île, est également un beau terrain de jeu pour les randonneurs.

Saint-Denis

Si elle soulève rarement d'emblée l'enthousiasme des nouveaux venus, qui lui préfèrent souvent les attraits de la côte ouest, la première ville de l'île a néanmoins un charme bien à elle. On le découvre en laissant le temps filer avec la course du soleil sur le Barachois, en découvrant ses vestiges historiques, en musardant dans les allées du jardin de l'État. Avec ses sites religieux, ses marchés et ses quartiers populaires, Saint-Denis est également une excellente introduction aux particularismes de l'île

Surf et kitesurf

Connaissez-vous la "gauche" de Saint-Leu ? Cette vague devenue célèbre a fait la réputation de la ville auprès des surfeurs. De Boucan-Canot à Trois-Bassins en passant par Roches-Noires, l'île compte cependant nombre d'autres spots appréciés des surfeurs et bodyboardeurs. Les aficionados du "kite", de plus en plus nombreux, trouveront également d'excellentes conditions le long de la côte ouest.

Piton Maïdo

À 2 200 m d'altitude sur les hauteurs de la côte ouest, le nom du piton Maïdo résonne comme une promesse aux oreilles des visiteurs. Ce promontoire accessible en voiture, par une belle route sinueuse traversant une forêt de cryptomerias, réserve en effet un exceptionnel panorama sur le cirque de Mafate et ses îlets. L'occasion d'embrasser d'un coup d'œil – si les nuages le permettent ! – ce cirque volcanique autrement accessible uniquement à pied. Les vététistes y ont également leurs habitudes.

Le Grand Brûlé

Au sud de l'île, les coulées de lave sont les témoins statufiés des colères du piton de la Fournaise. Passé Saint-Philippe, le littoral garde en effet de nombreuses traces des éruptions les plus récentes du volcan. Basalte noir s'étendant jusqu'à la mer, langues de lave encore fumantes pour certaines… le paysage rappelle certains des épisodes les plus "chauds" de l'histoire
de l'île, comme l'éruption de 2007, qui coupa la RN2.

Canyoning
et sports d'eau vive

Un relief escarpé, des ravines, des cascades, des bassins… l'île a toutes les clefs en main pour
séduire les amateurs de canyoning
et de sports en eau vive. Les premiers trouveront leur bonheur dans les
cirques de Cilaos et de Salazie, les seconds autour de Saint-Benoît, qui concentre les
clubs proposant rafting, hydrospeed, randonnée aquatique et cano-raft.

Parapente à Saint-Leu

Les parapentistes ne tarissent pas d'éloges sur les conditions offertes par cette station de l'ouest de l'île : beauté du cadre, spot protégé du vent par le relief, conditions permettant de voler quasiment 300 jours par an… Le site est idéal pour un baptême, en tandem avec un moniteur, mais les confirmés y trouveront également leur compte.

Conservatoire botanique national de Mascarin

Sur les hauteurs de la côte ouest, ce conservatoire national aménagé sur l'ancien domaine d'une grande famille locale rassemble une impressionnante collection d'espèces de l'océan Indien, réparties en plusieurs collections thématiques. Les amateurs de flore en reviennent ébahis, les néophytes sont séduits par la beauté des lieux.

Baignade dans les bassins

Leurs noms sont évocateurs : cascade Niagara près de Sainte-Suzanne, cascade Biberon dans les hautes plaines, Bassin la Paix et Bassin la Mer aux portes de Bras-Panon, Bassin Bleu, anse des Cascades… Havres de fraîcheur, les bassins et cascades de l'île, souvent dissimulés au détour des champs de canne, font la joie des amateurs de pique-nique et de baignades… revigorantes.

Saint-Gilles-les-Bains

Principale station balnéaire de l'île, Saint-Gilles-les-Bains attire les foules grâce à
son cocktail savamment dosé de plages, d'activités et de bars-restaurants. Un rien m'as-tu-vu pour les uns, résolument décontractée et trendy pour les autres, la localité est l'épicentre de la façade maritime de l'Ouest réunionnais, à moins d'une heure de Saint-Denis.

Le paradis
des fruits

Outre les délicieux ananas Victoria, bananes et noix de coco, qui poussent toute l'année, chaque saison apporte son lot de vitamines. Décembre et janvier est la saison des litchis, mangues et papayes, ces deux derniers étant souvent présents jusqu'en février. Les fruits de la passion font leur apparition en mars et avril. Quant au goyaviers, petits et goûteux fruits rouges, on les trouve surtout en mai et juin.

Les marchés

Fenêtre sur la vie quotidienne des habitants de l'île, les marchés de La Réunion sont également un excellente introduction à la goûteuse et originale gastronomie locale et à ses produits de prédilection, au carrefour des traditions culinaires métropolitaine, indienne, chinoise et créole. Le plus célèbre, et le plus animé, est sans conteste celui qui se tient chaque vendredi et samedi matin à Saint-Paul, dans une joyeuse cacophonie.

L'Ermitage-les-Bains

Plage familiale par excellence, L'Ermitage-les-Bains dispose d'un atout maître : une longue série de filaos qui dispensent une ombre bienvenue en bordure du littoral. Plage paisible, elle a les faveurs des amateurs de pique-nique, qui s'y précipitent chaque week-end. Une tradition familiale créole…

Sucre, rhum et distilleries

Tourisme industriel ? Pas seulement. Car à La Réunion, le sucre c'est aussi une culture,
une histoire, un patrimoine. Au fil de la visite des distilleries de l'île,
et de ses deux gigantesques sucreries encore en activité, vous apprendrez tout
sur la fabrication de l'alcool et du sucre de canne, filière qui a modelé le destin économique de
La Réunion et s'ouvre à de nouveaux débouchés. Une part non négligeable de l'électricité consommée sur l'île provient en effet de la canne à sucre.

Cirque de Mafate

Un must pour les randonneurs ! Au cœur de la montagne réunionnaise, le cirque de Mafate ne se laisse approcher qu'à pied ou en hélicoptère. Aucune route ne mène en effet dans cette vaste cuvette bordée de sommets et de remparts montagneux, où habitent quelques centaines d'habitants. Rares sont ceux qui regrettent les efforts nécessaires pour s'y rendre, tant ils sont compensés par la quiétude des lieux et la beauté des paysages.

Vanille

En 1841, un jeune esclave de La Réunion, Edmond Albius, découvrait le procédé permettant de poliniser manuellement la vanille, donnant ses lettre de noblesse à la vanille dite "Bourbon". La production a depuis connu des hauts et des bas, mais la vanille réunionnaise reste l'une des plus appréciées auprès des connaisseurs. Plusieurs sites, notamment dans l'est de l'île, permettent de découvrir cette délicate orchidée qu'est Vanilla planifolia.

L'observatoire des tortues Kelonia

Aux portes de Saint-Leu, l'observatoire des tortues marines Kelonia est entièrement dédié à ces sympathiques représentants du règne animal et à leur conservation. Cet espace moderne doté d'un bel aquarium remporte un franc succès tant auprès des enfants que des adultes, qui y apprendront à mieux connaître ces animaux protégés.

Les cérémonies tamoules

Colorées et festives, les cérémonies tamoules révèlent une étonnante facette de la culture réunionnaise et de son melting pot. Durant le Teemeedee, les fidèles marchent sur des braises incandescentes, tandis que les pénitents célébrant le Cavadee se percent la langue et les joues avec des aiguilles. Quant à Divapali, la fête de la lumière, elle se déroule à la lumière de centaines de bougies, allumées afin d'éclairer le retour d'exil de Rama…

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Paramètres des cookies