Andalousie : Les Incontournables

Le meilleur de l'Andalousie

Alhambra

Que dire ? Si les bâtisseurs nasrides de l’Alhambra ont démontré quelque chose, c’est bien que l’art et l’architecture sont infiniment plus éloquents que les mots, pour peu que l’on dispose du talent et de la vision nécessaires. Perchée sur une colline, avec la Sierra Nevada saupoudrée de neige en arrièreplan, l’imposante citadelle mauresque de Grenade éblouit les visiteurs depuis près de 1 000 ans. La raison à cela ? Un parfait équilibre entre le geste de l’architecte et l’environnement naturel. Oubliez la foule et les files d’attente : il s’agit là d’un pèlerinage fondamental.

Cathédrale de Séville et Alcázar

Les bâtisseurs de la cathédrale de Séville, au XIII e siècle, voulurent édifier une église si grande que les générations futures les traiteraient de fous. Le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont réussi. Seule une poignée d’architectes aussi géniaux qu’illuminés auraient pu construire un chef-d’oeuvre gothique aussi gigantesque. Plus subtil et d’une beauté plus sophistiquée, l’Alcázar, véritable manifeste d’architecture mudéjare, sert toujours de palais à la famille royale espagnole. Les deux édifices se font face, de part et d’autre de la Plaza del Triunfo.

Ronda

Pour visualiser Ronda, pensez à l’adjectif “rugueux”. Comme les imposantes montagnes de la Serranía de Ronda qui encerclent la ville, perchée au bord de falaises vertigineuses. Comme son histoire belliqueuse, pleine de bandits, de contrebandiers, de guerriers et de rebelles. Comme la corrida, car c’est ici, sous la conduite implacable des familles Romero et Ordóñez, que s’est développée l’école espagnole moderne. Enfin, comme Ernest Hemingway ou Orson Welles, deux personnalités rugueuses elles aussi, qui ont tissé des liens forts avec ce lieu. Sortez vos chaussures de randonnée et partez à l’assaut de cette cité.

Mosquée de Cordoue

Église, mosquée, puis de nouveau église, la Mezquita de Cordoue illustre l’évolution des architectures musulmane et occidentale sur plus de 1 000 ans. Parmi ses caractéristiques les plus novatrices, d’antiques arcs en fer à cheval, un mihrab (niche de prière) sophistiqué et une véritable “forêt” constituée de 856 colonnes, dont beaucoup proviennent de vestiges romains. L’envergure de la Grande Mosquée reflète la puissance passée de Cordoue, cité la plus raffinée de l’Europe du Xe siècle. Elle inspira des édifices plus remarquables encore, notamment à Séville et à Grenade.

Dégustation de xérès

Le xérès ou “sherry” a souvent l’image d’une boisson pour vieilles dames anglaises discutant de problèmes capillaires à l’heure du déjeuner dominical. Les amateurs de vin ne s’arrêteront pas à ce cliché. Ici, dans les vignes ensoleillées de la province de Cadix, le vin blanc fortifié est produit depuis l’époque phénicienne pour le grand bonheur de tous, de Christophe Colomb à Francis Drake. Pour humer son arôme boisé, rendez-vous dans le fameux “triangle du xérès”, composé des villes de Jerez de la Frontera, El Puerto de Santa María et Sanlúcar de Barrameda.

Sierra Nevada et Las Alpujarras

La neige est rarissime en Andalousie, ce qui donne une touche encore plus exotique à la Sierra Nevada (littéralement “montagnes enneigées”), chaîne montagneuse qui sert de majestueuse toile de fond à l’une des villes les plus saisissantes d’Espagne, la mauresque Grenade. Entre autres perles rares, on citera aussi l’unique station de ski d’Andalousie. La partie la moins élevée, appelée Las Alpujarras, est émaillée de villages pittoresques réputés pour leur artisanat ancestral et la fertilité de leurs terres.

Flamenco

Comme toutes les grandes musiques, le flamenco possède ce don de chasser le spleen et de toucher l’âme. Comme si, en charriant la douleur de générations d’êtres errants, une porte s’entrouvrait sur un univers secret peuplé de fantômes. La culture flamenca peut aussi révéler un visage incroyablement gai, drôle et ironique. Seule condition absolue : il faut l’écouter “en live”, de préférence en son fief, le triangle Séville-Jerez de la Frontera-Cadix.

Cabo de Gata

Pour emporter un beau souvenir de la côte, telle qu’elle était avant que les complexes hôteliers monstres ne s’invitent sur la Costa del Sol, venez découvrir Cabo de Gata, dans la province d’Almería : une portion de littoral sauvage et déchiqueté où les bateaux rapportent encore leur pêche quotidienne et les falaises se découpent sur l’azur de la Méditerranée. Riche en créatures ailées et en végétation rase, cette zone parmi les plus sèches d’Europe est aussi une zone protégée. Oubliez donc la voiture ; ici, le vélo et la marche sont les modes de transport privilégiés.

Cadix

Les Gaditanos (habitants de Cadix) sont les plus farceurs des Espagnols. Et dans cette ville de barrios (quartiers) antiques, qui accueille le plus grand carnaval du pays, on ne prend jamais rien trop au sérieux. Même la variété de flamenco locale, l’alegrías, est d’une gaieté inhabituelle. Posée comme un grand navire sédentaire sur une péninsule s’avançant dans l’Atlantique, Cadix s’enorgueillit également de la promenade de mer la plus romantique de la région, d’immenses plages et d’un nombre incroyable de sites gratuits.

Parque Nacional de Doñana

Véritable “îlot” de biodiversité situé dans le delta du Río Guadalquivir, le Parque Nacional de Doñana est l’une des zones humides les plus importantes d’Europe et l’un des deux parcs nationaux d’Andalousie. La région, propice à de multiples excursions en pleine nature, est une escale prisée des oiseaux aquatiques migrateurs et le territoire du lynx ibérique, une espèce rare. Pionnier de la gestion environnementale, le parc a montré la voie dans la façon de faire cohabiter richesses naturelles et exigences touristiques et agricoles.

Plages de la Costa de la Luz

Les habitués de la Costa del Sol n’ont probablement jamais entendu parler de Barbate, de Zahara de los Atunes ou d’El Palmar. Le versant atlantique de la côte andalouse, moins connu, est également plus sauvage et venteux que les plages méditerranéennes du sud. Il est aussi moins fréquenté. Sur la Costa de la Luz, on dénombre bien moins de vacanciers sur la plage que d’amateurs de planche à voile, de balade à cheval et de randonnée, même si les vastes étendues de sable doré ne manquent pas.

Semana Santa à Séville

Seuls les Sevillanos (habitants de Séville) pouvaient s’emparer des thèmes du chagrin et de la mort et en faire un spectacle aussi saisissant. Si de nombreuses villes dans le monde célèbrent la Semaine sainte catholique, aucune ne s’y prête avec autant d’intensité qu’à Séville. Voyez ces processions immémoriales, emmenées par les hermanadades (confréries ; la plus ancienne date de 1340), transporter ces chars richement décorés à travers les rues de la ville, dans une atmosphère empreinte d’émotion et d’intensité religieuse.

Joyaux Renaissance de Baeza et Úbeda

Ces deux villes méconnues, posées au milieu des oliveraies de la province de Jaén, semblent plus italiennes qu’espagnoles. Cette impression s’explique par une architecture Renaissance intacte. Remodelés par des urbanistes au XVIe siècle, leurs palais monumentaux et leurs édifices publics symétriques introduisirent les idées de la Renaissance en Espagne, avant qu’elles ne gagnent l’Amérique latine. En 2003, Baeza et Úbeda ont été classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

La visite des villages blancs

Difficile de déterminer quel est le plus beau village, ils sont tous formidables. Lorsqu’on insiste, la majorité des visiteurs ont tendance à énumérer les clichés : site fabuleux, vieille ville soporifique, luxueux parador et passé frontalier explosif. Les plus beaux échantillons sont disséminés dans toute la région, avec deux secteurs de concentration majeurs : l’un à l’est de la province de Cadix, l’autre dans la zone montagneuse des Alpujarras. Visitez-les à vélo, à pied, en voiture ou en bus.

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l’Andalousie