1. Accueil
  2. Magazine
  3. Où partir ?
  4. Où partir en Europe en octobre ?
Où partir ?

Où partir en Europe en octobre ?

Mis à jour le : 8 septembre 2020

Carte

Et pourquoi ne pas partir en octobre ? Les derniers vacanciers de septembre ont repris, les vacances de Toussaint ne sont pas encore là... Le Vieux Continent garde une miriades de merveilles à explorer, que ce soit côté nature, gastronomie ou citytrips... Voici nos 10 coups de coeur pour partir en Europe au mois d'octobre, avec la promesse d'un voyage hors des sentiers battus. 

Monténégro

Pourquoi en octobre ?  Pour explorer les hauteurs. Ne rangez pas trop vite vos chaussures de marche.
Dans les spectaculaires montagnes du Monténégro, sous ces latitudes méridionales, il fait bon randonner jusqu’en novembre. Inscrit au Patrimoine mondial, le parc national de Durmitor abrite les plus hauts sommets, sombres et dentelés (48 dépassent les 2 000 m), ponctués de forêts de pins, de vertes prairies et de lacs glaciaires étincelants et peuplés d’une faune variée (des oiseaux aux ours). Arpentez aussi les sommets et les forêts primaires du parc national de Biogradska Gora. Sur la côte, les monts Orjen et Lovćen offrent une superbe vue sur l’Adriatique – en chemin, baignez-vous dans la mer azur, agréable jusqu’à la fin octobre sans l’inconvénient de la foule. En une semaine, vous pouvez faire l’ascension du Rumija, sur la côte sud, explorer les monts Kučka Krajina près de la capitale Podgorica, admirer les couleurs d’automne du mont Bjelasica, au Biogradska Gora, et entreprendre divers itinéraires dans le Durmitor, notamment l’ascension du Bobotov Kuk (2 523 m), point culminant du pays.

S’organiser : Podgorica et Dubrovnik (Croatie) sont les aéroports les plus pratiques. Un ferry hebdomadaire relie Bari (Italie) à Bar (Monténégro) en octobre (et plus fréquemment l’été).
À savoir : l’ascension du Bobotov Kuk est ardue mais peu technique, même si la dernière étape est équipée de cordes fixes.

shant-dem-24gpyncoupk-unsplash.jpg

Parc national de Durmitor , Montenegro

Belgrade, Serbie

Pourquoi en octobre ? Pour faire la fête à la mode des Balkans.
New York ne dort jamais ? Belgrade non plus. C’est tous les jours vendredi dans la capitale serbe… un goût de la fête qui remonte à la guerre des Balkans, dans les années 1990 : les habitants se sont tournés vers la musique et l’hédonisme pour garder le moral. En octobre, la scène nocturne migre des splavovi (clubs flottants) aux discothèques du centre. Certaines en ont pour tous les goûts – house, techno, turbo folk, R’n’B, pop, rock, trance, jazz… Si rien de tout cela ne vous va, proftez du BEMUS (Belgrade Music Festival), créé en 1969 ; plus ancien événement musical de Serbie, il accueille des grands noms du classique. En journée, vous ne serez pas oisif : explorez la forteresse de Belgrade, le Stari Grad (vieille ville) et les rives du Danube, admirez les œuvres du Musée national et le quartier créatif revitalisé de Savamala, et faites une cure d’histoire au musée de la Yougoslavie et au mausolée de Tito.

S’organiser : prévoyez deux ou trois jours. Le centre se parcourt aisément à pied, mais l’emblématique tram 2, qui date de l’époque de la Tchécoslovaquie, effectue une boucle de 8 km autour de la vieille ville, traversant plusieurs quartiers intéressants.
À savoir : les kafanas, cafés-tavernes traditionnels, ouvrent tôt et ferment tard.

ryan-klaus-wlmy98uylie-unsplash.jpg

Zermatt, Suisse

Zermatt, Suisse

Pourquoi en octobre ?  Pour randonner jusqu’au bout et skier avant tout le monde.
Dans la station alpine de Zermatt, presque trop jolie, octobre est un entre-deux, mais l’aventure est toujours au rendez-vous. D’abord, on peut skier toute l’année : le Matterhorn Glacier Paradise possède les plus hautes remontées mécaniques d’Europe, 21 km de pistes, 14 pistes d’entraînement (les stars du ski international s’y préparent pour l’hiver), un snowpark pour le ski acrobatique et un canon à neige fonctionnant même par temps chaud. La vue sur l’emblématique Cervin est époustouflante. De mi-octobre à fin novembre, profitez du test de skis − les pistes sont calmes et vous pourrez essayer les derniers modèles. Autre avantage d’octobre : les 400 km de sentiers encore praticables. Marchez sous les arbres dorés sur un itinéraire forestier, comme le sentier des mélèzes. Sinon, optez pour une randonnée en crampons sur le Breithorn (jusqu’à la mi-octobre).

S’organiser : avec un peu de chance, vous aurez de la neige en automne, mais pas forcément. Zermatt est belle avec ou sans. Partagez votre temps entre Zermatt et Saas Fee, où la saison de ski dure dix mois (les pistes ouvrent mi-juillet).
À savoir : en été/automne, les pistes de ski ferment à midi.

wonsung-jang-bptz_kics2e-unsplash.jpg

Le Douro traversant Porto

Porto et le Douro, Portugal

Pourquoi en octobre ?  Pour s’enivrer de la beauté du Douro lors d’une croisière automnale.
La vallée du Douro est un haut lieu de la viticulture. Ses paysages de vignes sont d’une beauté unique et c’est une des plus anciennes régions vinicoles au monde. En descendant le Douro, vous dégusterez d’excellents crus tout en admirant des scènes bucoliques au fl de l’eau. Une vision particulièrement réjouissante à l’automne, quand le soleil est encore chaud et que les vignes chargées de raisin virent au doré. Vous croiserez des rabelos (navires marchands traditionnels), des villages couverts d’azulejos et des quintas (exploitations viticoles) proposant des dégustations. À flanc de colline, à l’embouchure du Douro, la ville historique de Porto, fondée par les Romains, est la deuxième du pays. Le vieux quartier de La Ribeira, aux ruelles étroites, est incontournable ; Nova de Gaia, sur l’autre rive, est réputé pour ses caves de porto.

S’organiser : restez quelques jours à Porto, puis faites une croisière d’une semaine sur le fleuve jusqu’à Vega de Terron, à la frontière espagnole (à 2 heures de route de Salamanque).
À savoir : les meilleurs sites de la région ne sont pas au bord du Douro ; des trajets depuis les embarcadères sont à prévoir. Un train dessert également la vallée.

reno-laithienne-_xauck4ktho-unsplash.jpg

Cathédrale de Reims

Champagne, France

Pourquoi en octobre ?  Pour déguster des bulles chez les petits producteurs.
Pour un automne pétillant, cap sur la Champagne. Cette région tapissée de vignes est fabuleuse en octobre, surtout pour combiner dégustations de grandes marques – Dom Pérignon, Krug, Taittinger – et caves de petits producteurs. En octobre, les vendanges touchent à leur fn ; les petits vignerons indépendants pourront vous faire visiter leur domaine. L’automne est déjà bien installé et les vignes prennent de jolis reflets rouille et or. En Champagne, il existe cinq grands terroirs. Pour la montagne de Reims, qui produit des champagnes corsés, la ville historique de Reims (dotée d’une cathédrale et d’une basilique magnifques) est une bonne base. Au sud, depuis Épernay, nichée à flanc de coteau parmi les vignes, empruntez l’avenue de Champagne et explorez la vallée de la Marne et la côte des Blancs dédiée au chardonnay. Enfn, séjournez à Troyes, capitale historique de la Champagne, pour accéder aux vignobles moins connus de l’Aube et de la côte de Sézanne.

S’organiser : Reims est à 45 minutes de train de Paris ; Épernay est un peu plus au sud. Se rendre en voiture de cave en cave n’est pas l’idéal ; commandez des taxis ou optez pour un circuit guidé.
À savoir : prenez un solide petit-déjeuner – les dégustations peuvent commencer dès 10h et vous risquez de boire toute la journée. Pensez à réserver les visites de caves et les dégustations.

joan-oger-zolutnelduu-unsplash.jpg

La Plaza de España de Seville

Séville, Espagne

Pourquoi en octobre ? Pour voir les sites phares de Séville sous le soleil.
Vous avez dit “automne” ? Beaucoup de métropoles d’Europe seraient fières d’un climat si doux en plein été : en octobre, la température à Séville peut atteindre 26°C. Le mois est idéal pour faire du tourisme : la canicule est terminée mais il fait assez chaud pour flâner en tee-shirt au bord du Guadalquivir et faire la tournée des bars à tapas le soir. Il y a beaucoup à voir. D’abord, le Real Alcázar, éblouissant palais royal de style mudéjar entouré de somptueux jardins, puis la plus grande cathédrale gothique du monde et son immense beffroi (la Giralda), sans oublier la Casa de Pilatos couverte d’azulejos et les excellents musées. Au Museo del Baile Flamenco, vous saurez tout sur cette danse fougueuse et flamboyante et pourrez assister à un spectacle.

S’organiser : promenez-vous d’un quartier à l’autre. Le Barrio de Santa Cruz (quartier juif) est un dédale de ruelles médiévales. À l’ouest, El Arenal, au bord de l’eau, compte de nombreux bars animés. Les rues étroites et les places d’El Centro sont bordées de boutiques, tandis qu’au nord, l’Alameda de Hércules, un des quartiers les plus tendance, regorge de bars et cafés chics. La pittoresque Triana est réputée pour son flamenco et ses azulejos.
À savoir : le vélo est une bonne solution. La ville dispose d’un vaste système de vélos en libre-service, Sevici, et d’environ 130 km de pistes cyclables bien signalisées.

mert-kahveci-betkc3wioz8-unsplash.jpg

La ville d'Alanya, de l'autre côté de la baie d'Antalya, en Turquie

Çıralı, Turquie

Pourquoi en octobre ? Pour lézarder et observer les bébés tortues.
En octobre, Çıralı est une destination de plage enviable. Dans cette vaste baie intégrée au parc national d’Olympos Beydağları, l’air se maintient à 26°C et l’eau à environ 25°C, alors que les arbres à l’orée de la plage commencent à jaunir. La zone étant protégée, l’urbanisation est minime et la faune et la flore abondent − près de 865 espèces de plantes, 72 espèces d’oiseaux et une multitude de mammifères comme le lynx, le caracal et le loup. C’est aussi une importante zone de nidification des tortues caouannes – à partir de mai, ces créatures marines menacées viennent pondre sur la plage de sable et de galets. Les œufs éclosent en septembre/octobre ; en vous levant à l’aube, vous verrez peut-être les nouveau-nés se ruer vers la mer. La faible affluence est aussi idéale pour s’aventurer sur la Voie lycienne, visiter le site antique d’Olympos, et s’émerveiller face aux flammes naturelles jaillissant des rochers du mont Chimère.  

S’organiser : l’aéroport d’Antalya est à 100 km. Des bus desservent la Çıralı Junction.
À savoir : les nids de tortue sont protégés par des cages : ne touchez à rien. Des bénévoles les surveillent. Pour tenter d’apercevoir les bébés tortues, convenez d’une visite avec eux.

Gozo, Malte

Pourquoi en octobre ? Pour plonger dans une mer encore chaude.
Au large des îles de Gozo et Comino, dans l’archipel maltais, se cache un merveilleux site de plongée d’Europe. Que l’on plonge sur des récifs peu profonds ou des tombants plus techniques, l’univers subaquatique est divers et coloré. Rien qu’à Gozo, on trouve plus de 80 sites. En général, la visibilité est excellente – de 20 à 70 m – et la topographie sous-marine (faite de grottes, cheminées, tunnels, parois et épaves) incroyable à explorer. La mer est encore chaude en octobre (environ 23°C) et les orages d’hiver ne guettent pas encore. Les débutants trouveront quantité d’écoles où se former et les plongeurs confirmés pourront explorer des sites à leur mesure, comme Booming Cave, Double Arch et plusieurs épaves datant principalement des deux guerres mondiales. Le site le plus prisé est l’impressionnant Blue Hole, une profonde cuvette rocheuse abritée, accessible depuis le rivage. La vie marine y abonde : bancs de barracudas scintillants, mérous, seiches et congres, mais aussi araignées de mer, poissons perroquets méditerranéens et pyrosomes géants bioluminescents.

S’organiser : les plus de dix ans peuvent suivre une initiation d’une journée. Comptez quatre jours pour le stage PADI Scuba Diver. Explorez aussi l’intérieur de  Gozo, notamment ses villages traditionnels et les temples de Ġgantija vieux de 5 500 ans.
À savoir : la traversée en ferry Malte-Gozo dure 25 minutes.

carl-borg-dumuursq_ai-unsplash.jpg

Sur Gozo, petite sœur de Malte

Guernesey, îles Anglo-Normandes

Pourquoi en octobre ?  Pour se délecter d’histoire et de produits locaux.
Proche de la France mais typiquement britannique, la ravissante Guernesey – deuxième île Anglo-Normande par la taille – offre un condensé d’histoire inattendu. Sa position stratégique l’a plongée au cœur de plusieurs grands événements. Outre une côte bordée de criques, de baies et de plages alléchantes, elle abrite la forteresse de Castle Cornet, vieille de 800 ans, et des tours Martello (gauche) Amsterdam en robe automnale ; (droite) St Peter Port, Guernesey construites pour se prémunir d’une invasion napoléonienne, puis réinvesties par l’occupant allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. Octobre est agréable pour visiter : les ruelles et les “Ruettes tranquilles” (encore plus étroites) de Guernesey se vident et les températures restent douces pour les îles Britanniques. Flânez dans les rues de style Regency de St Peter Port, visitez la belle Hauteville House (conçue par Victor Hugo pendant son exil) et le dolmen de Dehus du néolithique (vers 3500 av. J.-C.). Prenez le temps de goûter les produits locaux, surtout pendant Tennerfest (oct à début nov) − les restaurants de l’île proposent alors des menus abordables.

S’organiser : Guernesey a un aéroport. Liaisons en ferry toute l’année avec le Royaume-Uni, Jersey et la France. Pour circuler, prenez le bus ou le vélo.
À savoir : la livre sterling est valable à Guernesey, mais les livres guernesiaises ne sont pas acceptées au Royaume-Uni. 
 



Guide de voyage

Le guide indispensable pour partir au bon moment

Paramètres des cookies