-->
  1. Accueil
  2. Magazine
  3. Le coin des blogueurs
  4. Les meilleurs pays pour travailler à distance
Le coin des blogueurs

Les meilleurs pays pour travailler à distance

Texte par

Daniel Fahey (traduit de l'anglais par Yann Champion)

Mis à jour le : 17 décembre 2020

Carte

Que diriez-vous, juste après avoir envoyé un e-mail important, de vous étendre dans un hamac pour admirer un coucher de soleil mélangeant rouge, rose et orange ? Ou de voir des snowboarders dévaler les pistes autour de vous pendant que vous concluez un accord au téléphone ? Le télétravail (ou travail à distance) est l’un des moyens les plus simples de prolonger et multiplier vos voyages. Pour cela, nous vous proposons les pays qui s’y prêtent le mieux, au dire de plusieurs auteurs Lonely Planet.

Bien que certaines de ces destinations soient actuellement inaccessibles en raison des restrictions de voyage dues à la pandémie de COVID-19, nous prévoyons que de nombreux de pays vont rouvrir leurs frontières en 2021. C’est donc le bon moment pour imaginer où vous pourriez installer votre bureau dans les temps à venir.

mexico_-_oaxaca_3_-_c_stephanie_foden.jpg

Joel a trouvé une bonne connexion Wi-Fi et d’excellents espaces de co-working lorsqu’il a commencé à télétravailler depuis Oaxaca, au Mexique

Mexique – le choix de Joel Balsam

Cénotes, cabanas, montagnes, mezcal, temples, tacos… Le Mexique ne manque pas de merveilles pour séduire autant les voyageurs que les personnes qui sont en télétravail. Situé dans unfuseau horaire qui correspond à de nombreuses villes américaines (pratique quand on travaille pour un siège situé aux USA ou au Canada), le pays dispose d’une bonne couverture Wi-Fi et les visas touristiques sont valides six mois

Les plages du Mexique étant toujours assaillies par les visiteurs en dépit de la pandémie, mieux vaut s’éloigner des étendues sablonneuses et opter pour le corazón (cœur) culturel du pays : l’Oaxaca. Après avoir travaillé dans l’un des nombreux cafés et espaces de coworking de la ville d’Oaxaca, qui sont parfaits pour cela, j’aime m’offrir une pause en déambulant devant les églises vieilles de 500 ans et les ravissants tallers (ateliers) des artisans, puis je vais acheter de quoi déjeuner à un étal de marché pour  plonger dans l’océan culinaire de l’Oaxaca. 

Le week-end, on peut aller faire de la randonnée autour des villages hauts perchés des montagnes de la Sierra Norte et goûter un puissant mezcal. Si le Mexique a souffert du coronavirus, Oaxaca se porte plutôt bien : la ville étant actuellement en zone jaune, les bars et restaurants sont ouverts jusqu’à 23h, mais les divertissements, les musées et les sites touristiques sont interdits. Cela n’empêche pas la ville de rester un lieu merveilleux, où il fait bon flâner.

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre) : 10 000 $M (500 $US / 412 € ).
Café : 20 $M (1 $US / 0.82€). Le café est local, bio et produit à petite échelle, sans pour autant être un truc de hipsters.
Wi-Fi : La connexion va du correct au rapide dans les espaces de coworking, mais le débit est infernal partout ailleurs.
Météo : Il fait délicieusement chaud toute l’année, mais l’été peut être caniculaire dans certaines régions.

australia_-_writer_anita_isalska_skiing_perisher_two_and_a_half_hours_drive_from_canberra.jpg

Les grands espaces australiens aident Anita à trouver un juste équilibre entre vie privée et vie professionnelle

Australie – le choix d’Anita Isalska

Le sable, l’océan et le soleil n’ont pas vraiment besoin de publicité. Mais l’attrait de l’Australie pour les télétravailleurs va bien au-delà de sa beauté. Il y existe une culture de l’optimisme et de la résilience qui vous donne le sentiment d’être à votre place, même si vous vous trouvez loin de chez vous. Les Australiens savent prendre le temps de pratiquer des sports en plein air et d’aller au pub (comprenez : ils savent trouver un juste équilibre entre vie privée et professionnelle). De plus, vous y trouverez quantité d’excellents cafés où travailler. 

M’étant retrouvée coincée, entre confinement et restrictions de voyage, Canberra m’a servi de refuge. Seuls les cris des cacatoès perturbaient mes séances de travail. Je faisais des promenades en vélo à l’heure du déjeuner près du lac Burley Griffin et, le week-end, je partais marcher sur le mont Ainslie. Chou farci polonais, pâtisseries françaises, grignotages dans les établissements viticoles… je n’ai jamais fait un seul mauvais repas.

Les restrictions de voyage entre les régions ont été légèrement assouplies, mais il faudra plus de temps pour que les étrangers puissent revenir sur le continent. Actuellement, seuls les ressortissants australiens et les résidents permanents peuvent entrer dans le pays (au prix d’une longue quarantaine de 14 jours). Quand on pourra voyager plus librement et en toute sécurité, il faudra résoudre un dilemme et choisir entre Sydney, Brisbane et Perth comme basse de télétravail.

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre) : 1 500AUD (1 100 $US / 905€ ) pour un studio meublé dans le centre de Sydney ou de Perth, moins à Adélaïde ou Hobart.
Café : 4,50 AUD (3,30 $US/ 2.70€) pour un flat white bien mousseux.
Wi-Fi : Il est presque omniprésent dans les villes, mais irrégulier dans les zones isolées.
Météo : Il faut se tartiner de crème solaire la majeure partie de l’année, en particulier entre décembre et février. Entre juin et août, le temps est plus frais (et l’on peut skier dans le Victoria et en Nouvelle-Galles du Sud).

japan_-_laptop_toting_phillip_tang_at_the_canal_in_kurashiki_c_phillip_tang.jpeg

Au Japon, Phillip a pu travailler dans des villes désertées par les touristes

Japon – le choix de Phillip Tang

Le Japon révèle lentement ses charmes aux personnes qui travaillent à distance. Dans les grandes villes, telles que Tokyo, l’ambiance trépidante et étourdissante des grandes artères peut vite céder la place à un calme étonnant dès que l’on rejoint les rues secondaires. Dans la capitale, la ligne circulaire de train Yamanote file entre les gratte-ciel et la verdure du sanctuaire de Meiji, puis vous emmène à la découverte de dizaines de petits bars à whiskey ou de bars à saké sombres. Le pays accueille aussi très favorablement les dîneurs solitaires : les restaurants proposent des tables individuelles, où sont proposés des ramens et des teishoku (menus) pour une personne. 

J’aime travailler depuis de jolies petites villes peu fréquentées et faire des visites l’après-midi. À Kurashiki, j’ai souvent flâné dans le quartier historique du canal. À Saijō, j’ai visité les brasseries de saké. Trouver un endroit où je pouvais travailler plusieurs heures d’affilée s’est révélé un défi amusant. En cas de délais serrés, les konbini (magasins de proximité) ouverts 24h/24 sont pratiques, car ils offrent un endroit où s’asseoir, une connexion Wi-Fi gratuite et de délicieux bento (boîtes à déjeuner). À d’autres moments, je me faufilais dans des cybercafés, qui disposent aussi souvent de lits pour faire la sieste.

Les cafés disposant d’une terrasse sont très courus en ce moment, et il y en a un peu partout. Les gens qui ne sont pas soumis à des horaires de bureau peuvent en ce moment avoir la ville de Kyoto pour eux seuls, alors qu’elle est d’habitude remplie de touristes. Par ailleurs, les villes de montagne et celles qui bordent le littoral sont facilement accessibles grâce aux trains rapides, qui offrent des tarifs réduits et circulent toujours, malgré la pandémie. 

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre) : 100 000 ¥ (1 000 $US/ 823€) à Tokyo ; 60 000 ¥ (600 $US/495€) ailleurs.
Café : 300 ¥ (3 $US/ 2.50€), allant du simple café serré au café tendance.
Wi-Fi : Ultra-rapide dans les villes, assez lent en campagne.
Météo : Le temps est pluvieux en juin-juillet, mais le soleil brille en août.

colombia_-_danielle_dorsey_on_the_hills_above_salento_c_danielle_dorsey.jpg

Danielle a quitté son lieu de résidence à Medellín pour profiter de la biodiversité de la Colombie

Colombie – le choix de Danielle Dorsey

La Colombie a tout pour plaire : c’est le seul pays d’Amérique du Sud qui a accès au littoral caribéen et au littoral pacifique ; la vertigineuse chaîne de montagnes des Andes la traverse de part en part et un tiers de son territoire est couvert par la jungle, y compris par la forêt amazonienne à la biodiversité riche. Pas mal comme toile de fond, pour une visioconférence, non ?

La plupart du temps, j’étais installée à Medellín, la deuxième ville, très ouverte, de Colombie, et je travaillais depuis un café du quartier arboré de Laureles, une zone centrale vivant au rythme des fondas (bars qui passent de la musique colombienne traditionnelle). J’allais toujours à mon cours quotidien d’espagnol à pied, puis en soirée, je me détendais en prenant des cours de salsa en plein air. Le week-end, je partais souvent explorer le vaste Parque Arví, un parc naturel écologique et site archéologique préhispanique.

Medellín s’est un peu assoupie durant la pandémie, mais vu l’importance de la cuisine de rue, axée sur des plats copieux et bon marché, comme les arepas (gâteaux à la farine de maïs) ou les empanadas (chaussons garnis), les habitants se sont bien adaptés aux nouvelles restrictions. 

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre) : 1 276 975 COP (350 $US/ 290€).
Café : 5 475 COP (1,50 $US/ 1.25€). N’hésitez pas à faire une petite folie si vous trouvez une boutique artisanale qui propose du café local. 
Wi-Fi : Medellín et Bogotá bénéficient de connexions rapides. Ailleurs, ce n’est pas génial.
Météo : Il y a deux saisons des pluies (avr-juin et oct-déc), mais la température moyenne à Medellín est de 27°C toute l’année. Cartagena et Cali ont un climat humide et tropical ; une légère pluie tombe fréquemment sur Bogotá, en altitude.
 

indonesia_-_mark_eveleigh_working_at_his_office_in_bali_c_mark_eveleigh.jpg

Mark avait un hamac pour bureau à Bali

Indonésie – le choix de Mark Eveleigh

L’Indonésie se compose de plus de 17 500 îles, mais toutes n’offrent pas le même attrait pour qui télétravaille. Java et Bali disposent des meilleures infrastructures, avec une connexion Internet rapide et bon marché et d’excellents cafés. Selon votre personnalité, vous pourrez avoir ici une vie des plus saines et tranquilles ou vivre à 100 à l’heure si vous le souhaitez. La plupart des personnes qui télétravaillent sont attirées par deux lieux : la ville d’altitude d’Ubud, qui séduit les yogis, et Canggu, paradis des surfeurs à l’ambiance de station balnéaire tendance.

Je préfère séjourner dans l’ouest de Bali, île paradisiaque, où la brume de la jungle s’élève des vallées dès le petit matin et survole les rizières jusqu’au sommet des volcans. C’est un lieu où le rythme de vie est paisible, avec ses habitants en sarong qui se rendent dans les temples hindous superbement ornementés pour apporter de l’encens aux dieux. Quand j’y étais, je commençais généralement mes journées par un café sur la plage et les terminais avec un arak local et un soda, au même endroit. Le prix peu élevé des loyers et des connexions Internet étaient la cerise sur le gâteau. Le travail ici est régi par les marées, et je sortais tous les jours de mon bureau (mon hamac) pour des séances de surf à marée haute, à mon spot favori.

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre) : 3 millions de Rp (210 $US/ 173€).
Café : 5 000 Rp (0,35 $US / 0.30€) pour un café Kopi Bali local (Java regorge de plantations de café), mais un affogato “préparé avec amour” dans un café yogi peut coûter jusqu’à dix fois plus.
Wi-Fi : Le haut débit par fibre optique est disponible sur l’ensemble des îles, mais accéder à Internet depuis un hotspot mobile sur une carte SIM locale peut atteindre une vitesse correcte moyennant 95 000 Rp (6,50 $US / 5.40€) environ.
Météo : Il n’y a pas vraiment de mauvaise saison pour se rendre en Indonésie. Il fait chaud toute l’année, mais attendez-vous à des tempêtes courtes, mais violentes entre novembre et mars.

south_africa_2_-_meera_working_at_umkhumbi_lodge_c_meera_dattani.jpg

Meera télétravaillant dans un lodge du bush sud-africain, au milieu de la nature

Afrique du Sud – le choix de Meera Dattani

C'est la diversité des expériences et des cultures qui fait de l’Afrique du Sud l'un des meilleurs endroits pour télétravailler. Vous y trouverez (généralement) des connexions Wi-fi fiables, une cuisine de qualité, mais bon marché, un climat pouvant plaire à tous et des paysages convenant à tous les tempéraments.

J’ai emmené mon ordinateur portable dans les déserts du Cap-Nord, pris des photos de l’Atlantique depuis Paternoster et fréquenté nombre d’auberges du Cap. Mon “bureau” le plus mémorable, cependant, fut l’Umkhumbi Lodge à KwaZulu-Natal, près du Hluhluwe-iMfolozi Park. Mon bureau était à l’extérieur, dans le jardin de la famille qui m’accueillait, avec deux boas constrictors pour me tenir compagnie. Le week-end, j’allais faire des safaris en voiture, je traînais autour de Hluhluwe ou je partais vers le nord pour rejoindre la baie de Kosi près de la frontière avec le Mozambique afin de faire de la plongée.

L’Afrique du Sud a cinq niveaux de restrictions pour lutter contre la COVID. C’est actuellement le plus bas qui est appliqué : les frontières internationales sont ouvertes, mais les voyages restant impossibles pour la plupart des étrangers, les superbes plages du pays sont agréablement désertes, de même que les parcs nationaux.

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre) : R5000 ($US300 / 247€).
Café : 35 R (2,30 $US / 1.90€). Bon marché et souvent excellent.
Wi-Fi : Rapide à Durban et dans les grandes villes. Utiliser une carte SIM avec données mobiles est recommandé si vous devez en sortir.
Météo : Les étés (oct-avr) sont chauds et étouffants, mais les hivers sont doux. La côte est particulièrement chaude. Il fait plus frais dans les terres et à l’ouest.
 

georgia_2_-_c_jonathan_campion.jpg

Jonathan s’est établi à Tbilisi, en Géorgie, mais il n’a pas manqué d’explorer le reste du pays

Géorgie – le choix de Jonathan Campion

Abordable, sûre et offrant un nouveau visa pour les personnes qui télétravaillent, la Géorgie n’apparaît peut-être pas en tête des souhaits des télétravailleurs, mais ce petit pays très diversifié offre pourtant tout ce qu’un travailleur indépendant pourrait désirer. 

Avec Batoumi, station balnéaire de la mer Noire, à l’ouest, le Caucase au nord, et nombre d’autres endroits spectaculaires entre les deux, la Géorgie est un pont entre l’Europe et l’Asie qui me toujours dans un état d’esprit productif. Pour travailler, j’ai tendance à m’installer dans la capitale, Tbilisi, petite ville animée et positive, comme ses habitants, où la cuisine et le vin sont légendaires.

Les télétravailleurs cherchant à s’installer en Géorgie doivent venir d’un pays d’une liste qui en comporte 95 et gagner au moins 2 000 $US par mois (1645€). Les nouveaux arrivés devront immédiatement se mettre en quarantaine, mais il n’y a pas de confinement à proprement parler en Géorgie, même si certaines mesures ont été prises, comme l’avancée des horaires de fermeture de certains établissements tels que les restaurants ou un couvre-feu à 22h dans les grandes villes.

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre) : 1 300 GEL (400 $US / 330€).
Café : 7 GEL (2 $US / 1.65€) pour une tasse d’excellent café géorgien.
Wi-fi : Les connexions internet sont super à Tbilisi et Batoumi, mais elles manquent partout ailleurs.
Climat : Le climat de la Géorgie est particulièrement doux. Il est rare que les températures montent au-dessus de 29°C l’été ou descendent en dessous de 0°C l’hiver.
 

uae_-_dubai_1_c_gabby_beckford.jpg

Comme Gabby, vous pourriez choisir d’aller travailler à Dubaï, qui offre aux travailleurs freelances des visas de un an

Émirats arabes unis – le choix de Gabby Beckford

Perle du Moyen-Orient tournée vers l’avenir, technologiquement innovante, en constante évolution, les Émirats arabes unis sont orientés vers l’accueil des travailleurs étrangers depuis des années. Chacun des sept émirats a son propre charme et mode de vie, mais c’est Dubaï – qui a récemment lancé un nouveau visa d’un an pour les travailleurs freelance – que l’on retiendra le plus. 

Wi-fi dans toute la ville, temps ensoleillé, diversité des habitants… Dubaï est aussi régulièrement classée comme l’une des villes les plus sûres du monde. Les activités ne manquent pas : vous pouvez y faire du ski en intérieur, sauter en parachute, voire visiter un parc safari. En outre, la scène gastronomique locale peut rivaliser avec celle de n’importe quel autre pays du monde. Si vous aimez les musées, en poussant un peu plus loin, vous pourrez découvrir la collection de classe mondiale du Louvre d’Abou Dhabi, qui a ouvert ses portes en 2017.

Des précautions rigoureuses ont été mises en place pour lutter contre la COVID-19, notamment des tests PCR obligatoires réalisés 96 heures au maximum avant le vol et une possible quarantaine à l’arrivée. Cependant, les taux d’infection sont bas, ce qui fait que les restaurants et les espaces extérieurs peuvent rester ouverts. Vous trouverez donc sur place de nombreux endroits où prendre une bonne dose de vitamine D tout en travaillant. 

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre) : 6 600 AED (1 800 $US/ 1480€).
Café : 16 AED (4,50 $US / 3.70€) pour un cappuccino, mais seulement 4 AED (1,50 $US / 1.25€) pour un succulent café arabe, légèrement amer.
Wi-fi : Rapide et abondant dans tous les émirats.
Climat : Chaud et humide en été, mais prévoyez une veste, car il y a de la climatisation partout. Les hivers sont venteux, tempérés et parfaits pour aller à la plage.

beto-galetto-hn1zeipj0qc-unsplash.jpg

L’Uruguay offre des espaces de coworking abordables

Uruguay – le choix de Lola Méndez

Pour ce qui est du travail à distance, l’Uruguay offre tout ce dont ont besoin les travailleurs nomades : des formalités simples pour s’installer, de bonnes connexions Internet, des espaces de coworking abordables et des hébergements confortables. Je réside souvent dans le quartier de Punta Carretas à Montevideo. Mon café favori pour travailler est Botanico, mais plus à l’intérieur des terres, à Cordón, le Sauco café et la Casa Pastora accueillent aussi sans problème les clients qui viennent travailler avec un ordinateur portable. 

Après le travail, j’aime aller rejoindre des amis pour la merienda (encas de 18h) et, entre deux projets, je peux aller me promener sur La Rambla. Circuler en bus à travers la ville est facile et bon marché, mais, de toute façon, l’Uruguay étant le plus petit d’Amérique du Sud, il est facile de circuler en bus à travers tout le pays. Ayant enregistré moins de 5.000 cas de COVID-19, l’Uruguay n’a pas mis en place de quarantaine obligatoire. Par conséquent, les restaurants demeurent ouverts, mais même si vous ne pouvez pas bouger de votre ordinateur, il y a d’excellents restaurants qui livrent à Montevideo, comme Monana, qui fait des sushis vegans. Le week-end, j’aime aller goûter du vin à la Bodega José Ignacio, me rafraîchir dans les cascades à Lunarejo, ou aller faire du glamping à Big Bang Nature Stays.

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre) : 30.000 UYU (700 $US / 576€).
Café : 150 UYU (3,50 $US / 2.90€) pour un excellent cappuccino au lait d’amandes.
Wi-fi : Connexions rapides à Montevideo et Maldonado, et disponibles dans la plupart des grandes villes. En dehors, cela reste possible en achetant une carte SIM avec Internet (données mobiles).
Climat : Chaud et humide de décembre à mars. Froid de juin à septembre.
 

thailand_-_tharik_taking_a_long-tail_boat_to_his_next_assignment_in_ko_sumui_c_tharik_hussain.jpg

Tharik prend le bateau vers son prochain lieu de travail, Ko Samui, en Thaïlande

Thaïlande – le choix de Tharik Hussain

Plages de sable blanc, paisibles temples de montagne, cuisine de rue savoureuse et scène nocturne animée. Si vous devez travailler à distance, la Thaïlande est sans doute l’une des meilleures destinations possibles : les loyers sont peu onéreux, il y a des accès rapides à Internet partout et les visas touristiques sont faciles à obtenir

Sur Ko Samui, dans le golfe de Thaïlande, il n’y a rien qui ne me plairait plus que de m’installer à un bar en bord de plage pour un délicieux café sur le sable. Une fois le travail achevé, j’irais me rafraîchir en piquant une tête dans les eaux azur, puis je prendrais la direction d’un petit village comme Ban Hua Thanon pour y déguster un curry massamam, mon plat thaïlandais favori. Le week-end, je prendrais la destination des collines boisées à la recherche de temples cachés dans la jungle et de cascades idylliques.

La Thaïlande a plutôt bien réussi sa gestion de la COVID-19, notamment en fermant ses frontières aux étrangers. Malheureusement, cela implique que l’économie de Ko Samui, qui dépend beaucoup du tourisme, a été lourdement frappée. Ici, les gens peuvent vivre et se déplacer sans aucune restriction, mais tout semble horriblement calme (ce qui pourra toutefois être apprécié par certains). 

Infos pratiques
Loyer mensuel moyen (appartement une chambre): 8000 B (260 $US / 214€).
Café : 80 B (2,60 $US / 2.15€). Très aromatique et très souvent d’origine locale.
Wi-fi : Assez rapide dans la plupart des cafés. Super rapide dans les espaces de coworking.
Climat : Évitez les pluies de la mousson entre octobre et décembre. En dehors de cela, attendez-vous à du soleil toute l’année.