1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. 8 aventures en Nouvelle-Zélande dont vous n’avez jamais entendu parler
Idées de voyage

8 aventures en Nouvelle-Zélande dont vous n’avez jamais entendu parler

Texte par

Tasmin Waby (traduit de l'anglais par Vincent Guilluy)

Mis à jour le : 25 juillet 2018

Carte

La Nouvelle-Zélande évoque peut-être d’abord les sports d’aventure, les paysages grandioses du Seigneur des Anneaux et le haka à donner le frisson des rugbymen des All Blacks, mais elle offre aussi de nombreuses possibilités que les voyageurs ne connaissent pas encore. Ce qui n’est pas surprenant, en réalité : ce pays éloigné, isolé dans le Pacifique Sud, a une longue histoire d’invention et d’innovation.
 

1. Admirez les garçonnes à Napier et les steampunks à Oamaru

Les amateurs d’Art déco, qui aiment l’architecture d’époque qu’on trouve à Miami ou à Mumbai peuvent aussi regarder du côté de Napier, sur l’île du Nord néo-zélandaise. Rebâti dans les années 1930 après un séisme dévastateur de magnitude 7,8, le centre-ville déborde de couleurs pastel et de bâtiments élégants au design géométrique. Chaque année, en février, le plus souvent autour de la Saint-Valentin, les habitants de Napier célèbrent en force durant tout un week-end les années trente : voitures d’époque, mode garçonne, bars clandestins de la prohibition et fanfares. À d’autres périodes de l’année, arrêtez-vous à l’Art Deco Centre du front de mer, et faites une visite guidée à pied pour apprécier en détail ce que vous ne verriez peut-être pas autrement.

Dans l’île du Sud, la ville côtière autrefois ignorée d’Oamaru a vu relativement peu de changement depuis sa grande période de prospérité économique au XIXe siècle, et gardé beaucoup de ses bâtiments victoriens. Depuis près d’une dizaine d’années, un afflux de créateurs et d’artistes a transformé la ville en “capitale steampunk du monde”. Le steampunk, ou rétrofuturisme, né d’un sous-genre de la science-fiction et qui s’étend maintenant à la mode, au cinéma et à d’autres arts, réinvente la technologie moderne dans le cadre de l’Angleterre victorienne de l’âge de la machine à vapeur. Commencez la découverte de cette sous-culture passionnante à Steampunk HQ, une galerie établie dans le Meeks Grain Elevator Building, qui date des années 1930. Le quartier victorien de la ville abrite aussi librairies anciennes, boutiques vintage et échoppes d’artisans.

lordoftherungs3-9c92517e6d8b_1.jpg

Paysages spectaculaires garantis sur la plus difficile des trois ascensions proposées par Wildwire Wanaka, l’itinéraire “Lord of the Rungs” (“Le Seigneur des barreaux”), d’une durée de sept heures

2. Escaladez une échelle unique au monde à Wanaka

Queenstown, capitale néo-zélandaise des sports d’hiver, est une halte incontournable toute l’année, mais sa voisine Wanaka devrait aussi figurer à votre programme. Parmi ses nombreux sites d’intérêt, on trouve la seule via ferrata de Nouvelle-Zélande. Wildwire Wanaka est une entreprise assez récente située sur les contreforts de la montée au parc national de Tititea/mont Aspiring, où même les plus intrépides pourront repousser leurs limites “juste en grimpant une échelle”, comme le disent les propriétaires. Mais cette échelle-là n’a rien d’ordinaire : elle grimpe le long d’une cascade spectaculaire, Twin Falls, et la vue spectaculaire (“Houlàlà, j’ai vraiment grimpé tout ça ?”) fait partie de l’aventure. Wildwire propose des excursions d’une demi-journée ou d’une journée, en fonction de votre condition physique (et de votre résistance au vertige).

gettyimages-709113869_super-c7766ac4d2a0.jpg

Admirez la vue fantastique depuis le rebord de la Sky Tower d’Auckland... mais ne regardez pas en bas !
3. Mettez vos nerfs à l’épreuve en marchant dans le ciel d’Auckland

Si votre visite en Nouvelle-Zélande est trop courte pour que vous puissiez quitter Auckland, vous pouvez quand même y faire une expérience si chargée en adrénaline que vous la raconterez à vos petits-enfants. Le plus haut bâtiment de l’hémisphère Sud, la Sky Tower avec ses 328 m, est dans le centre-ville. À 192 m, on y trouve un observatoire panoramique où les plus courageux peuvent passer de l’autre côté des vitres et “marcher dans le ciel”, sur une étroite passerelle de métal. Il y a des harnais de sécurité, bien sûr, mais pas de rambarde à laquelle s’accrocher pendant que vos jambes flageolent, ce qui rend l’aventure d’autant plus extrême. Si la hauteur vous donne le tournis, concentrez-vous sur la vue à 360 ° sur le port, mais pas sur la ville en contrebas ! Vous en voulez plus ? On peut aussi faire du saut à l’élastique depuis la tour...

gettyimages-148633440_high-3e788899c234.jpg

Pour voir les plus beaux ciels nocturnes et aurores australes, allez à l’observatoire du mont John.
4. Chasse aux aurores et aux étoiles dans l’île du Sud

Les aurores boréales sont les plus connues, mais saviez-vous qu’il existe un spectacle lumineux équivalent dans l’hémisphère Sud ? Le phénomène céleste des aurores australes peut s’observer tout en bas de l’île du Sud en Nouvelle-Zélande, surtout de mars à septembre. Allez à The Catlins, Invercargill ou à Lake Tekapo, ainsi qu’à Dunedin si vous avez de la chance, pour assister au spectacle. Il vous faudra aller dans la nature, loin de la pollution lumineuse par nuit sans lune pour augmenter vos chances. Pour les observateurs de ciels nocturnes qui auraient fait le voyage sans réussir à voir d’aurore polaire, le lac Tekapo est une des Réserves de ciel étoilé du monde, et la Nouvelle-Zélande est un des meilleurs endroits pour fouiller les galaxies des yeux. Chaque nuit, des visites organisées montent à l’observatoire du mont John et offrent une vue spectaculaire sur la Voie Lactée, grâce aux télescopes de l’université de Canterbury.

white-island-7f2599f135d2.jpg

En Nouvelle-Zélande, White Island est un des rares endroits du monde où on peut descendre dans un volcan.

5. Allez en hélicoptère jusqu’à la volcanique White Island

L’aventure n’est pas pour toutes les bourses mais elle est inoubliable : imaginez-vous sauter dans un hélicoptère à Rotorua (ville de renom, à visiter absolument quoiqu’il en soit, pour sa culture maorie et son activité géothermale) pour voler jusqu’au seul volcan en activité permanente de Nouvelle-Zélande et l’explorer à pied. Les visiteurs de White Island, située à quelques encablures de la côte est de l’île du Nord, peuvent arpenter le fond du cratère et observer les formations de soufre, les fumerolles et les sources chaudes de très près. L’île est privée, ce qui donne la sensation de pouvoir tomber sur le repaire du méchant d’un James Bond à tout moment. En prime, vous aurez droit à une vue aérienne du volcan et des lacs de Rotorua.

hells-gate-mud-pool-credit-1-183e3cc15ebe.jpg

Profitez des bienfaits de la boue sous toutes ses formes à Mudtopia, à Rotorua.
6. Couvrez-vous de boue durant Mudtopia, à Rotorua

Vous pourrez enfin satisfaire votre envie enfantine jamais assouvie de vous rouler entièrement dans de la boue épaisse si vous vous trouvez à Rotorua en décembre. Mudtopia est un festival de boue et de musique de trois jours qui se déroule dans ce haut lieu des activités de plein air de l’île du Nord. Pour les amateurs de soins du corps, on y trouve de la balnéothérapie, des massages et des masques de beauté à base de boue (celle de Rotorua est pleine de minéraux régénérants). Tous les autres pourront patauger dans des bassins de boue, faire des jeux ou une course dans la boue, et participer à une course d’obstacle – boueuse bien sûr – que les organisateurs décrivent comme “un trampoline gonflable surmultiplié couvert de boue glissante.”

gettyimages-506685316_high-2c51d102222a.jpg

Allez en excursion sur le lac Taupo voir ces figures maories hautes de 14 m gravées sur un rocher.
7. Faites vos propres sashimis de truite arc-en-ciel au lac Taupo

L’eau incroyablement transparente et étonnamment peu froide du lac Taupo, que bordent les sommets couronnés de neige du parc national de Tongariro, attire les amoureux de la nature qui y viennent randonner, faire du vélo ou du canoë. C’est aussi un paradis de la pêche à la truite, et presque tous les pêcheurs remontent au moins un poisson ou deux. Même si vous n’êtes pas pêcheur, un autre va attraper un poisson, alors pourquoi ne pas tester votre adresse couteau en main et en faire des sashimis directement sur le bateau, pour le déjeuner ? Après ce repas on ne peut plus frais, baignez-vous dans l’eau pure du lac, puis faites une excursion jusqu’aux gravures maoris des rochers de Mine Bay.

bills-shed-transport-world-567e57459146.jpg

Admirez les véhicules anciens exposés au Bill Richardson Transport World, à Invercargill.
8. Un musée pour les fous de moteurs et de mode à Invercargill

Où iriez-vous pour voir le plus grand musée privé de l’auto et du camion du monde ? En Italie ? Aux USA ? Essayez plutôt Invercargill, la ville la plus méridionale de Nouvelle-Zélande. Dans un hall de 15 000 m2, vous y trouverez le Bill Richardson Transport World, plein de véhicules restaurés allant de la Ford T au combi VW, en passant par tout le reste. Par une bizarrerie typiquement néo-zélandaise, une exposition de Wearable Art, (“art à porter” ou “vêtements d’art”) complète celle de ces machines. Si vous y passez en juin, vous pouvez réserver des billets pour le Wearable Art gala, spectacle haut en couleur et en inventivité. Bill Richardson ne néglige pas pour autant l’amateur de motos : en 2016, le musée a acquis une collection de 300 machines, certaines restaurées, d’autres non, dont la plus ancienne de 1902, et les a déplacées de Nelson vers un nouveau musée, le Classic Motorcycle Mecca, dans le centre d’Invercargill.

evaneos
Guide de voyage

Le guide Lonely Planet qui va à l’essentiel, pour découvrir le meilleur de la Nouvelle-Zélande