-->
  1. Accueil
  2. Magazine
  3. Voyage responsable
  4. 10 expériences extraordinaires de voyage durable
Voyage responsable

10 expériences extraordinaires de voyage durable

Texte par

Lonelyplanet.com (traduit de l'anglais par Géraldine Masson)

Mis à jour le : 4 novembre 2020

Carte

Choisir de voyager dans des conditions plus durables n’est pas seulement bon pour la planète : les voyages conçus pour préserver l’environnement et donner plus de responsabilités aux populations locales rendent les vacances beaucoup plus enrichissantes. Voici dix aventures durables extraordinaires dans différents pays que vous serez fiers d’avoir accomplies.
  

1. Randonner avec les habitants traditionnels de la Tasmanie, en Australie

Célèbre pour ses rochers de granite recouverts de lichen, ses plages de sable blanc et ses eaux turquoise, la Bay of Fire, au nord-est de la Tasmanie, est l’un des sites les plus étonnants d’Australie. Depuis l’ouverture de la Wukalina Walk en 2018, on peut découvrir les quelque 10 000 ans d’histoire et de culture des Aborigènes de la région avec un guide Palawa, nom des Aborigènes de Tasmanie. Le circuit de quatre jours et trois nuits, qui parcourt les régions de Larapuna (Bay of Fires) et Wukalina (Mt William), offre une véritable occasion de découvrir l’histoire des Palawa, qui peuvent parler de leur propre culture pour la première fois. Cette randonnée longue de 34 km traverse des paysages côtiers d’une beauté brute époustouflante. On passe deux nuits dans des huttes confortables et une nuit au Lighthouse Keepers Cottage, à Eddystone Point.
 

2. Soutenir les ours bruns d’Europe en Roumanie

La Roumanie comptant le plus grand nombre d’ours bruns en Europe, il n’est pas étonnant qu’elle accueille la plus importante réserve d’ours du continent. Situé près de Zărnesţi, en Transylvanie, le Libearty Bear Sanctuary offre un environnement sûr et préservé à des ours qui ont été sauvés de conditions de captivité cruelles et permet de les voir dans leur habitat naturel. La réserve s’étend sur un parc forestier de 69 hectares habité par plus de 100 plantigrades. Elle se visite avec un guide. Si vous souhaitez passer plus de temps sur place, l’organisme britannique Responsible Travel propose un programme de travail bénévole de sept jours.

nomadic-julien-56cnv5gfppk-unsplash.jpg

Au cœur de la nature en Transylvanie

3. Dormir chez l’habitant au Bhoutan

Le Bhoutan, dernier royaume bouddhiste au monde, évalue son degré de richesse non pas avec l’indicateur de « produit intérieur brut » mais avec celui du « bonheur national brut ». C’est notamment grâce à cette philosophie que le pays réussit à préserver sa culture et son environnement. Son industrie du tourisme repose sur le principe du développement durable. Les voyages s’effectuent uniquement par l’intermédiaire d’un opérateur agréé par l’État. Ils comprennent généralement la visite de temples historiques et des treks sur les pentes de l’Himalaya, où vivent tranquillement des yaks. Pour nouer contact avec les Bhoutanais, vous pouvez choisir un opérateur qui organise des séjours chez l’habitant, tels que ceux proposés dans le cadre du programme Wangchuck Centennial National Homestay, dont les recettes contribuent à compenser les dégâts causés sur les récoltes et le bétail par les animaux sauvages du parc national.
 

4. Devenir un jardinier du corail à Fidji

Quoi de mieux que de participer à leur protection pour admirer les coraux exceptionnels de Fidji ? De plus en plus de complexes hôteliers des îles du Pacifique proposent désormais à leurs clients de s’initier à la coraliculture. Cette pratique consiste à cultiver des coraux dans des nurseries, puis de les transférer dans leur milieu naturel, la plupart du temps des récifs coraliens. Parmi les établissements qui permettent d’apprendre cette activité sous-marine durable, citons le Castaway Island Fiji et le Jean-Michel Cousteau Resort sur Vanua Levu, la deuxième plus grande île de l’archipel, et le Makaira Resort sur Taveuni.

davide-dalfovo-pca9qgr4ibe-unsplash.jpg

Vous avez de grandes chances d’apercevoir des baleines ou des dauphins près de Kaikoura
5. Faire une croisière d’observation des baleines à faible impact environnemental en Nouvelle-Zélande

L’opérateur maori Whale Watch Kaikoura soutient la tribu des Ngai Tahu de Kaikoura, sur l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Il organise toute l’année des excursions en bateau pour voir des cétacés tels que cachalots, baleines à bosse ou orques selon la saison. Les bateaux restent à une distance respectueuse des animaux et les commentaires mettent l’accent sur les données culturelles et les actions de préservation. Kaikoura se situe entre Picton et Christchurch. On peut s’y rendre en environ 2 heures avec les bus locaux qui passent sur la State Highway 1.
 

6. Se relaxer dans un éco-lodge du bassin amazonien de Bolivie

Nichées dans la partie amazonienne de la Bolivie, ces cabanes sont installées au cœur de la forêt amazonienne bolivienne, sur des terres abritant 11 % de la flore et de la faune mondiales. Géré par les Quechua-Tacano locaux, le Chalalán Ecolodge consacre une partie de ses bénéfices au financement de structures sanitaires et scolaires pour cette communauté. Le matin, les voyageurs choisissent généralement d’explorer la jungle environnante en empruntant l’une des 14 pistes bien balisées qui entourent le campement, pour se prélasser tranquillement l’après-midi dans les hamacs suspendus à l’entrée des cabanes. La saison sèche, de mai à octobre, est la meilleure période pour s’y rendre. Le lodge se situe dans le Madidi National Park, à 30 km à l’ouest de Rurrenabaque.

etienne-delorieux-vfl75ea2zu0-unsplash_3.jpg

Randonnée au Parque Nacional Volcán Arenal, Costa Rica
  

7. Découvrir l’art de vivre durable au Costa Rica

On sait que le Costa Rica compte beaucoup de complexes hôteliers écologiques, mais le Rancho Margot peut se targuer d’une empreinte environnementale particulièrement faible. Idéalement situé pour explorer le Parque Nacional Volcán Arenal, qui recèle des sentiers de randonnée, des sources d’eau chaude et un lac magnifique, cet établissement coupé du monde propose aussi des formations aux pratiques durables. On peut ainsi s’initier aux modes de production autosuffisante (de l’agriculture bio à la production d’énergie verte) ou opter pour un stage d’une semaine pour découvrir des initiatives de développement durable à appliquer chez soi. Tous les séjours comprennent des cours de yoga quotidiens et les repas sont préparés à partir des produits cultivés sur place. Il est également possible de travailler comme bénévole sur une durée de quatre semaines.
 

8. Vivre avec les premiers habitants d’Afrique en Namibie

En séjournant au Tsumkwe Lodge, au nord-est de la Namibie, vous côtoyez les San (les premiers habitants d’Afrique australe, que l’on appelait les Bochimans) et partagez leurs activités quotidiennes. Les San peuplent le désert du Kalahari depuis au moins 40 000 ans et n’ont jamais cessé de vivre au plus proche de la nature. Ainsi les accompagnerez-vous sans doute pour cueillir des baies et des racines dans le désert ou observer un troupeau d’antilopes. Les réservations peuvent s’effectuer directement auprès du lodge, mais il est possible de s’y rendre également dans le cadre d’un voyage plus long avec un opérateur responsable, tel que le britannique Sunvil Africa, qui travaille en étroite collaboration avec la communauté et conseille les voyageurs individuels sur les séjours durables.
 

harshil-gudka-wfj_uabqxjo-unsplash.jpg

Rhinocéros noir dans une réserve kenyane

9. Camper dans une réserve de rhinocéros au Kenya

S’étendant du mont Kenya à la vallée du Grand Rift, l’Ol Pejeta Conservancy, gérée par des Kenyans, est la plus grande réserve de rhinocéros noirs en Afrique orientale. La possibilité d’y camper en fait l’une des options de séjour-safari les moins chères de la région. Les fonds récoltés lors d’un séjour ou d’une simple excursion à la journée contribuent à financer l’une des actions de conservation locale les plus réussies d’Afrique. Entre les safaris classiques en véhicule ou les expériences plus écologiques à pied ou à cheval, vous ne manquerez pas d’occasions d’observer les animaux et de découvrir le travail mené au sein de la réserve.
 

10. Être bénévole au service des parcs nationaux des États-Unis

S’endormir en écoutant les loups hurler et vivre à proximité des ours... Si l’expérience vous tente, vous pouvez travailler comme bénévole dans un parc national américain. Les postes, qui vont de guides à chercheurs scientifiques, offrent la possibilité de se forger une expérience unique de la nature. Les missions sont d’au moins 32 heures et leur niveau de défraiement dépend de l’organisation pour laquelle elles sont effectuées.