Slovénie : Histoire

VIe-XIVe siècles

Les premiers Slovènes sont venus s'installer dans les vallées du bassin du Danube et dans l'est des Alpes au VIe siècle. En 748, la Slovénie passe sous le contrôle de Charlemagne, qui convertit la population au christianisme, puis, au IXe siècle, elle est incorporée dans le Saint Empire romain germanique. Avec l'avènement de la monarchie austro-germanique au début du XIVe siècle, la Slovénie change une fois de plus de mains et tombe finalement sous la domination des Habsbourg. Si ces six siècles de domination ont pour effet de germaniser les classes supérieures, les paysans gardent leur identité slave (puis slovène).

1809-1945

En 1809, Napoléon Ier tente d'isoler les Habsbourg de la mer Adriatique en rattachant à l'Empire français les provinces illyriennes (Slovénie, Dalmatie et une partie de la Croatie), faisant de Ljubljana la capitale (ce qu'elle est restée aujourd'hui). L'année 1814 voit le retour des Habsbourg dans le pays, mais les réformes effectuées par les Français sur le système éducatif, la législation et l'administration publique persistent malgré tout. La révolution démocratique qui balaye l'Europe en 1848 ne manque pas d'accroître la conscience politique et nationale des Slovènes et, après la Première Guerre mondiale et la dissolution de l'Empire austro-hongrois, la Slovénie entre dans le royaume des Serbes, Croates et Slovènes, qui prend le nom de Yougoslavie en 1929. Durant la Seconde Guerre mondiale, la Slovénie est partagée entre l'Allemagne, l'Italie et la Hongrie, mais la résistance se fait entendre, combattant l'envahisseur depuis les montagnes. En 1945, la Slovénie rejoint la République socialiste fédérale de Yougoslavie, passant derrière le rideau de fer pour plus de quatre décennies.

Années 1980

La volonté affichée de la Serbie, à la fin des années 1980, d'asseoir son hégémonie économique et culturelle sur les autres républiques yougoslaves commence à inquiéter la Slovénie. À la fin de l'année 1988, la décision soudaine de Belgrade de mettre fin à l'autonomie du Kosovo fait redouter aux Slovènes qu'il ne leur arrive la même chose et les pousse à se séparer de la Yougoslavie. Les nouvelles relations qu'entretient alors la Slovénie depuis quelques années avec ses voisins capitalistes du Nord et de l'Ouest ne font qu'accentuer cette volonté d'indépendance, d'autant plus que ses liens avec le reste de la Yougoslavie, en plus d'être une menace politique, sont devenus un véritable fardeau économique.

1990-1992

Au printemps 1990, après 45 années de domination communiste, la Slovénie devient la première république yougoslave à tenir des élections libres. En décembre de la même année, l'électorat vote massivement (90%) en faveur de l'indépendance. Craignant le pire, le gouvernement slovène amasse les armes et, le 25 juin 1991, se retire de la Fédération yougoslave. Pour dramatiser son accession à l'indépendance et obtenir l'appui des puissances étrangères, la Slovénie provoque délibérément des combats avec l'armée fédérale yougoslave en tentant de prendre le contrôle de ses postes-frontières. Une guerre de dix jours s'ensuit, les Slovènes résistent bien et, aucun territoire ni aucune minorité n'étant vraiment en jeu, le gouvernement yougoslave accepte finalement une trêve diligentée par la Communauté européenne. La Slovénie se dote sur-le-champ d'une nouvelle Constitution et, le 15 janvier 1992, la Communauté européenne reconnaît officiellement le pays, qui entre aux Nations unies en mai de la même année.

2000

En octobre 2000, lors des troisièmes élections depuis l'indépendance, le parti libéral démocratique revient au pouvoir et Janez Drnovsek reprend le siège de Premier ministre qu'il avait quitté six mois plus tôt lorsque sa coalition avait perdu la majorité. Drnovsek est perçu par beaucoup comme le plus à même d'ouvrir à la Slovénie les portes de l'OTAN et de l'Union européenne, que la Slovénie intégre en mai 2004.

2004

Aux élections législatives d'octobre 2004, le fait marquant a été le net recul du parti de la Démocratie Libérale de Slovénie (LDS), principale force politique au pouvoir depuis plus de 10 ans, au profit du parti Social-Démocrate (SDS).

2006

En 2006, la Slovénie entre dans la zone euro, dont la monnaie remplace le tolar en janvier 2007.

2008

Du 1er janvier au 30 juin 2008, la Slovénie assure sa première présidence de l'Union Européenne.

2010

Le Parlement slovène ratifi e un accord d’arbitrage frontalier avec la Croatie, crucial pour la candidature de Zagreb à l’adhésion à l’UE. La Croatie devient membre trois ans plus tard.

2012

Janez Janša redevient Premier ministre après avoir été trois ans et demi dans l’opposition. Son opposant, Borut Pahor, remporte une victoire écrasante aux élections présidentielles.

2013

La coalition se disloque à cause des mesures d’austérité et des accusations de corruption. Condamné à deux ans de prison ferme, Janez Janša voit sa peine annulée deux ans plus tard.

2018

Le Premier ministre Miro Cerar démissionne, provoquant des élections anticipées en juin. Le parti de Janez Janša remporte le vote, mais n’obtient pas la majorité nécessaire pour former un gouvernement.

Mis à jour le : 20 juillet 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir la Slovénie

Paramètres des cookies