Reykjavik : Histoire

Colonisation et sagas islandaises

Longtemps, les mythes et récits de tempêtes violentes, de vents furieux et de barbares à tête de chien gardèrent les explorateurs à distance du grand océan du Nord, l’oceanus innavigabilis. Des moines irlandais, installés aux îles Féroé en quête de solitude et d’isolement, furent probablement les premiers à fouler le sol islandais. Les papar (pères) irlandais se seraient installés en Islande autour de l’an 700, avant de fuir à l’arrivée des Vikings, au début du IXe siècle.

L’âge de la colonisation

L’âge de la colonisation s’étala entre 870 à 930, période durant laquelle des conflits politiques en Scandinavie continentale obligèrent de nombreux habitants à fuir. La majorité de ces colons étaient des Scandinaves du peuple : fermiers, éleveurs et commerçants, mariés à des Bretonnes (d’Angleterre), à des Irlandaises ou à des Écossaises. Vers 860, le Norvégien Flóki Vilgerðarson accosta au Snæland. Il navigua en suivant les corbeaux, ce qui lui valut le surnom de Hrafna-Flóki (“Flóki aux Corbeaux”). Il atteignit non sans mal le Vatnsfjörður, sur la côte ouest, et déchanta devant les icebergs qui flottaient dans le fjord. Il rebaptisa le pays Ísland (“terre de Glace”) et repartit en Norvège. Mais il finit par revenir en Islande et s’établit dans la région du Skagafjörður, sur la côte nord. Selon le Livre des Islandais (Íslendingabók), une fresque historique écrite au XIIe siècle, Ingólfur Arnarson, considéré comme le premier colon islandais, s’enfuit de Norvège avec son frère de sang Hjörleifur et débarqua à Ingólfshöfði (sud-est de l’Islande) en 871. Ingólfur fut conduit à Reykjavík par un rituel païen : à l’approche de la terre, il jeta à la mer les piliers du trône (symbole d’autorité du chef de clan), suivant une tradition viking qui voulait que l’endroit où les dieux les pousseraient serait l’emplacement de sa nouvelle demeure. Ingólfur nomma l’endroit Reykjavík (“baie des Fumées”) en référence à la vapeur de ses sources thermales. Hjörleifur s’installa à côté de l’actuelle ville de Vík.

L’âge des sagas

La fin du XIIe siècle correspondit au début de l’âge des sagas, période au cours de laquelle historiens et écrivains immortalisèrent dans des épopées en prose les vies et actes héroïques des premiers migrants, les luttes familiales, les passions amoureuses, les vengeances… Piliers de la littérature islandaise médiévale, les sagas sont des sources précieuses pour comprendre l’histoire du pays.

Mis à jour le : 30 juin 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Islande

Paramètres des cookies