Marrakech : Les Incontournables

Place Djemaa el-Fna

Profiter du spectacle permanent de la plus célèbre place de Marrakech
Voici près d'un millénaire que la place Djemaa el-Fna peut se vanter d'offrir en permanence le plus grand spectacle à ciel ouvert qui soit. Les animations et le halqa (théâtre de rue) qui s'y déroulent n'ont en effet jamais cessé depuis l'époque où cette place était utilisée pour les exécutions publiques, ce qui lui valut son nom signifiant « assemblée des morts ».
Le rideau se lève sur le premier acte vers 9h, lorsque les vendeurs de jus de fruits arrivent avec leurs charrettes chargées d'oranges, que les fabricants de potions et les tatoueurs au henné s'installent sous leur parasol et que commence le ballet des piétons tentant d'esquiver les scooters et les carrioles tirées par des ânes. Les vendeurs d'eau, reconnaissables à leur coiffe frangée, arpentent déjà la place armés de leurs récipients métalliques, posant de bonne grâce pour les photographes en échange de quelques dirhams.
Le second acte débute dans l'après-midi avec l'arrivée des artistes : les charmeurs de serpents tirent de leur flûte des sons dissonants pour l'oreille humaine mais apparemment irrésistibles pour la gent reptilienne, tandis que des acrobates enchaînent sauts périlleux et pyramides humaines sous l'œil des groupes attablés dans les cafés. Les musiciens gnaouas sont bien souvent les vedettes lorsqu'ils se lancent en faisant tourner les pompons de leur fez (chapeau) dans des chants syncopés au rythme des tambours et des castagnettes.
Au crépuscule, les conteurs tiennent le public en haleine avec le récit d'anciennes légendes arabes, racontées avec force gestes. Astrologues, guérisseurs et danseuses du ventre s'installent aux abords de la place, alors investie par une centaine d'étals de nourriture dont s'échappent d'odorantes fumées. Le tout offre un spectacle inoubliable qui a valu à la place Djemaa el-Fna d'être inscrite en 2001 au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.

Les souks

Se perdre dans le dédale des marchés de la Médina
Il n'est pas de visite de Marrakech digne de ce nom sans un passage par ces marchés labyrinthiques. Ralentissez le pas et regardez autour de vous : si les rayons de soleil perçant le toit de palme illuminent le travail d'un luthier, c'est que vous vous trouvez dans le souk Kimakhine (souk des instruments de musique). Vous apercevez des gerbes d'étincelles et des lanternes fabriquées à partir de vieux vélos ? Alors bienvenue dans le souk Haddadine (souk des ferronniers). Le souk Sebbaghine (souk des teinturiers) est certainement le plus spectaculaire, avec ses écheveaux de laine couleur safran et vermillon séchant sur fond de murs roses et de ciel bleu.
Continuez votre promenade et enfoncez-vous dans le dédale de la kissaria (marché couvert) située entre le souk Smata (souk des babouches) et le souk Semmarine (souk du cuir). Dans de minuscules ateliers, des artisans y façonnent les sacs de la saison prochaine avec un savoir-faire transmis de génération en génération. Du matin au soir, l'endroit vibre au son des outils et des cris des vendeurs interpellant les passants en plusieurs langues. Tout est ici prétexte à attribuer un surnom à ceux qui s'arrêtent. Les clients qui reviennent sont accueillis chaleureusement et se voient souvent offrir un thé.
N'hésitez jamais à faire une halte si un objet vous plaît, ou simplement pour discuter, car il y a de faibles chances que vous repassiez au même endroit. Même les habitants et les cartographes les mieux équipés se perdent dans les ruelles de la médina. Avec près de 3 000 derbs (ruelles), les souks sont un véritable défi à la planification urbaine et à la cartographie par satellite. Il est possible de louer les services d'un guide, mais beaucoup sont liés à un marchand qui leur reverse une commission. Mieux vaut donc s'y perdre seul afin de goûter aux joies d'un véritable marchandage, sans hésiter à s'avouer vaincu ou à revenir sur ses pas. Et lorsque vous émergerez finalement des souks, ébloui par le soleil sur la place Djemaa el-Fna, offrez-vous un verre de jus d'orange bien mérité après ces âpres transactions.

Médersa Ali Ben Youssef

S'extasier devant le talent des artistes Marocains
Selon les connaisseurs, la beauté des palais de Marrakech n'est rien comparée aux merveilles édifiées à la gloire d'Allah. Les mosquées et les zaouïas (sanctuaires sacrés) ne sont certes pas accessibles aux non-musulmans, mais la médersa Ali ben Youssef suffit à elle seule à justifier cette affirmation. Fondée au XIVe siècle sous la dynastie des Mérinides, cette école coranique était autrefois la plus vaste d'Afrique du Nord. Dans le couloir d'entrée, levez les yeux pour admirer les coupoles en bois de cèdre richement sculpté et les balcons en moucharabieh (grille en bois ouvragée). Dans la cour, les arcades de style hispano-mauresque sont ornées de splendides zelliges (carreaux émaillés) à cinq couleurs. Remarquez aussi les ornements calligraphiques en stuc, de style coufique irakien, aux lettres très travaillées prenant la forme de feuilles et de nœuds. De quoi rester sans voix ou s'exclamer, comme auraient pu le faire les étudiants de la médersa : Allah akbar (Allah est grand).
Les 130 chambres de l'école accueillirent jusqu'à 900 étudiants, avec alors une seule salle de sanitaires. À l'étage, une chambre de 3 m2 donnant sur la cour offre un aperçu de la manière dont ils vivaient, avec un matelas, de quoi écrire, un pupitre pour y poser le Coran et une plaque chauffante pour la cuisine. Concurrencée par les écoles coraniques de Fès, la médersa ferma ses portes en 1962.

Tombeaux saadiens

Revivre l'âge d'or de Marrakech
On dit que l'on n'emporte pas ses richesses dans sa tombe. Pourtant, le sultan saadien du XVIe siècle Ahmed el-Mansour el-Dahbi a fait mentir l'adage. Surnommé « le Victorieux », en raison de ses succès militaires contre le Portugal et le Soudan, et « le Doré » pour les richesses qu'il tirait du commerce du sucre, il fit couvrir d'or le plafond de la salle des Douze Colonnes, au somptueux décor de stuc et de marbre, afin que son futur tombeau soit digne de sa gloire.
Le sultan possédait une nombreuse famille et tenait à ce que ses innombrables femmes, enfants, proches et serviteurs l'entourent même dans la mort, d'où la présence de plus de 170 tombes dans son mausolée. Dans le jardin, les petites sépultures ornées de zelliges sont celles de ses épouses, de ses fidèles conseillers juifs et d'autres relations. Les princes saadiens les plus importants sont enterrés dans la salle des Trois Niches et dans la cour. La mère du sultan possède son propre mausolée, étroitement gardé par des chats errants.
El-Mansour mourut au milieu de ce faste en 1603. Le sultan alaouite Moulay Ismaïl décida de faire murer les tombeaux afin d'éloigner des esprits le souvenir de ses prédécesseurs. Accessibles par un petit passage depuis la mosquée de la casbah, ils tombèrent dans l'oubli avant d'être redécouverts en 1917.

Minaret de la Koutoubia

Écouter le chant mélodieux du muezzin s'élever du sommet de la Mosquée de la Koutoubia
Cinq fois par jour, une voix s'élève au-dessus du vacarme de la place Djemaa el-Fna : il s'agit de celle du muezzin, lançant depuis le minaret de la Koutoubia son adhan (appel à la prière) vers les quatre points cardinaux afin de rappeler aux fidèles l'heure des salah (prières quotidiennes). Là où d'autres sont moins ponctuels, oublient parfois une sourate (verset coranique) ou s'éclaircissent la gorge, le chant du muezzin de la Koutoubia, récité d'une traite avec une diction et une mélodie parfaites, est un modèle de maîtrise.
Symbole de Marrakech, le minaret de 70 m de haut édifié au XIIe siècle a servi de modèle architectural à la Giralda de Séville et à la tour Hassan de Rabat. Illustration monumentale du décor mauresque, il se distingue par ses proportions mathématiques, ses arcs festonnés et ses merlons (crénelures) dentelés. À l'origine, le minaret était couvert du plâtre rose typique de Marrakech. Lors de sa restauration en 1990, les spécialistes décidèrent de conserver son aspect authentique et ses pierres apparentes. La mosquée de la Koutoubia est interdite aux non-musulmans, mais il est possible de visiter ses jardins, lieu idéal pour écouter de près l'appel du muezzin.

Palais de la Bahia

Admirer les plafonds en bois décorés du palais de « La Belle »
Voici ce que l'on peut construire en s'attachant les services des meilleurs artisans marocains pendant quatorze ans. Commencée vers 1860 par le grand vizir Si Moussa, puis embellie entre 1894 et 1900 par le vizir Abu Ahmed, la décoration qui a valu son nom à la Bahia (la Belle) couvre l'intégralité de l'édifice : plafonds en bois peint, doré et marqueté, ornements en stuc astucieusement inclinés pour rencontrer le regard,… Certains observateurs pointilleux affirment que les zelliges polychromes auraient pu être ajustés avec plus de précision.
Seule une partie des huit hectares et des 150 chambres du palais est ouverte au public. Il est toutefois possible de visiter le harem, dépourvu de mobilier mais richement orné, qui abritait jadis les quatre épouses et 24 concubines d'Abu Ahmed, ainsi que la grande cour d'honneur où se pressait la foule implorant la clémence du vizir. De 1908 à 1911, le chef de guerre Madani Glaoui élut domicile à la Bahia jusqu'à ce que le protectorat français réquisitionne les lieux pour y installer ses généraux. L'endroit est toujours utilisé par le souverain actuel, Mohammed VI, pour y recevoir des invités de marque, depuis des chefs de gouvernement jusqu'au rappeur P. Diddy.

Les Hammams

Se détendre dans les vapeurs d'un hammam traditionnel
Chaleur, gommage et argile sont les ingrédients du rituel de beauté marocain traditionnel. Garder une peau souple et douce dans un climat aussi rude nécessite des soins, et les Berbères suivent cette recette quasi inchangée depuis près d'un millénaire. Une fois installé dans la salle chaude du hammam, une tebbaya (masseuse) vous enduit le corps de savon noir, fabriqué à base d'huile de palme et d'olive et enrichi d'huiles essentielles. Ce savon nettoie les pores de la peau de toutes ses impuretés. Après quelques minutes passées dans la salle la plus chaude, le résidu de savon est gommé à l'aide d'un kessa (gant rugueux) exfoliant, qui entraîne avec lui toutes les peaux mortes (les néophytes seront surpris par leur quantité). Vous voilà alors prêt pour un rhassoul (masque d'argile appliqué sur le cuir chevelu et parfois sur le corps) apaisant, avant un rinçage à l'eau de fleur d'oranger et l'application d'une huile d'argan émolliente.
L'efficacité de ce rituel ne fait plus aucun doute lorsque l'on sait qu'au VIe siècle, les califes omeyyades appréciaient tout particulièrement les femmes berbères pour leur beauté. Ils les enfermèrent d'ailleurs en nombre dans leurs harems royaux.

Jardin Majorelle

Déambuler parmi les innombrables cactus du jardin Marocain d'yves Saint Laurent
Ce splendide jardin fut créé dans les années 1920 par le peintre Jacques Majorelle. Féru de botanique, il y fit planter des centaines d'essences rares et exotiques et édifier une villa Art déco accueillant à la fois ses ateliers et sa résidence privée. En 1980, Yves Saint Laurent et son associé Pierre Bergé rachetèrent le jardin et la villa, qui abrite désormais le musée d'Art islamique.
Le jardin, bien qu'achevé en 1924, possède un aspect remarquablement moderne grâce à ses touches de couleurs vives savamment disposées. Les bougainvillées fuchsia contrastent avec le jaune éclatant de leurs cache-pots, les cactus verts se détachent telles des sculptures sur le fond bleu outremer des murs de la villa, et les poissons rouges sont autant de petits éclairs zébrant l'eau vert pâle des bassins.
Pour apprécier au mieux la réussite artistique du lieu, visitez-le à midi ou par une journée d'été éclatante, lorsqu'il ressemble à un mirage dans le désert. Les tons bleus et verts semblent étancher la soif, les buissons de bambous bruissent au moindre souffle de vent et les tortues nonchalamment installées sous les ponts invitent à la paresse.

Dar Si Saïd

S'inspirer des décorations intérieures d'un palais converti en musée
Selon la rumeur, Si Saïd, frère du grand vizir Abu Ahmed, ne brillait guère par son intelligence. Pourtant, à en juger par son palais, il était doté d'un goût très sûr. Tandis qu'Abu Ahmed pressait ses maâlems (maîtres artisans) de terminer au plus vite le palais de la Bahia, Si Saïd laissa aux siens le temps de peaufiner leur travail. Résultat, là où la Bahia brille par une luxueuse exubérance pâtissant parfois de quelques finitions trop hâtives, le Dar Si Saïd est un modèle d'élégance et de maîtrise. Les artisans se sont surpassés dans la salle nuptiale de l'étage, couvrant les murs, les balcons des musiciens et le plafond d'une joyeuse profusion d'ornements aux motifs floraux.
Le Dar Si Saïd présente aussi une collection bien entretenue d'œuvres du sud du Maroc, groupées par type d'objets. Les visiteurs peuvent ainsi apprécier l'ingéniosité des artisans marocains et les subtiles variations dans la réalisation des flacons de khôl ou des dagues ornées d'incrustations. Les portes sculptées, bien que de style similaire, se distinguent par de minutieux détails qui permettent presque d'imaginer la famille vivant derrière chacune d'elles. Les balançoires et les vieux ustensiles culinaires vous feront revoir vos principes en matière de sécurité.

Les festins Marocains

Se régaler des multiples petits plats de la diffa marocaine
La véritable diffa (festin) marocaine s'ouvre sur une entrée composée de trois à sept salades à base de légumes cuits, aubergines cuites à feu doux ou betteraves sucrées-salées, parfois suivies d'une pastilla (feuilleté au pigeon). Arrivent ensuite les viandes grillées, mijotées et/ou servies dans de délicates sauces au smen (beurre clarifié épicé), puis la semoule aérienne, parfumée au safran et accompagnée de légumes de saison. En dessert, optez pour une simple salade d'oranges à la cannelle ou une copieuse pastilla sucrée (à la crème et aux amandes).
Selon la tradition familiale, la nourriture est présentée dans des plats collectifs où chacun se sert. Dans les restaurants, lors des mariages ou des grandes fêtes familiales, discussions animées et musiciens viennent régulièrement ponctuer le défilé des plats.
Attention : certains restaurants-palais tentent parfois de détourner l'attention des clients de leur assiette remplie d'une triste tambouille de cafétéria avec des spectacles laser, des danseuses du ventre fort distrayantes et des décors surchargés tout droit sortis de la lampe d'un génie. Ne vous laissez pas berner par ces pâles imitations et sachez qu'une diffa digne de ce nom doit comprendre trois à cinq plats, tous préparés à la commande et cuits à la perfection, qu'ils soient à la carte ou inclus dans un menu.

Musée de Marrakech

Contempler les collections archéologiques et ethnographiques d'un palais Marrakchi
Si les murs de ce palais du XIXe siècle pouvaient parler, ils nous apprendraient beaucoup sur les intrigues qui se nouèrent ici pendant le règne bref et troublé du sultan Moulay Abdelaziz, de 1894 à 1908. Tandis que son ministre de la Défense, Mehdi Mnebhi, courtisait la noblesse européenne, recevant même une médaille des mains de la reine Victoria, la perfide Albion complotait avec la France pour se partager les richesses nord-africaines. Quand le sultan céda le contrôle du pays à la France et à l'Espagne, Mnebhi dut se retirer précipitamment à Tanger, laissant le pacha anglophile el-Glaoui faire main basse sur son palais. Réquisitionné par l'État après l'Indépendance, il devint en 1965 la première école pour filles de Marrakech.
Ce palais immaculé, restauré avec goût par la Fondation Omar Benjelloun, est aujourd'hui un havre de sérénité. Les arcades du patio intérieur sont flanquées par des galeries d'art traditionnel, qui accueillent des expositions temporaires (tapis du Haut Atlas et artisanat juif marocain dernièrement). Ne manquez pas le hammam d'origine, composé de plusieurs salles chauffées à différentes températures. En revanche, la charmante douira verte et blanche suscitera davantage de controverses, avec ses expositions temporaires d'art moderne au goût incertain – entre miniatures pop-art pakistanaises et portraits italiens de clowns éminemment kitsch.

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Toutes les clés pour découvrir Budapest lors d'un petit voyage