-->

Fès

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Maroc
  4. Fès
  5. Au cœur de la médina

Fès : Au cœur de la médina

Cet itinéraire conduit de Bab Bou Djeloud à la mosquée Karaouine, puis au nord jusqu’au Sofitel Palais Jamaï. Selon les haltes et les détours, la promenade peut durer de quelques heures à une journée entière.
Contrairement au reste des remparts et aux autres portes de la cité, Bab Bou Djeloud, l’entrée principale est un ajout récent de 1913. Dès la porte franchie, on découvre une activité trépidante. Les rabatteurs et les faux guides qui harcelaient les visiteurs ont presque tous disparu. Si vous souhaitez un moment de répit, faites halte dans l’un des cafés qui bordent la rue au tournant vers Talaa Seghira.
 
Pour la promenade, prenez la première à gauche et descendez le long de Talaa Kebira. Ce tronçon est un marché d’alimentation ; repérez les têtes de dromadaires signalant les bouchers spécialisés. Au bout du marché, la 2 médersa Bou Inania illustre à la perfection le style architectural mérinide.
En face de l’entrée de la médersa, une célèbre clepsydre du XIVe siècle fut conçue par un horloger, magicien à ses heures. Des poutres sculptées supportent des bols en cuivre dans lesquels l’eau s’écoule pour marquer les heures, mais le secret du mécanisme semble avoir disparu avec son créateur. 
Continuez de descendre et quittez un peu l’artère principale pour admirer les nombreux anciens fondouks (caravansérails) sur la gauche de Talaa Kebira. Ils accueillaient autrefois les marchands et leurs caravanes. Les salles, installées sur plusieurs niveaux autour d’une large cour, étaient assez vastes pour abriter les animaux et les biens vendus. L’un des plus intéressants est le fondouk Kaat Smen, spécialisé dans les miels de toutes sortes et le smen, le beurre rance utilisé en cuisine, vendu dans des cuves. Goûtez à une tartine de smen et de miel : c’est une expérience particulière, mais délicieuse.
 
À 400 m environ de la médersa Bou Inania, un virage en lacet offre la vue sur le joli minaret au carrelage vert de la mosquée Chrabliyine (du nom des fabricants de babouches des alentours), droit devant vous.
Continuez à descendre, passez devant des marchands de chaussures et quelques ateliers de maroquinerie, puis à 230 m de la mosquée Gazleane, repérez sur la droite le derb Fkahrine et un panneau indiquant l’entrée du 6 souk au henné, une petite place arborée ; si vous arrivez au restaurant Dar Saada, vous êtes allé trop loin. Aujourd’hui, le souk compte plus de stands de poteries bleues de Fès que de henné, utilisé par les Marocaines pour décorer leurs mains et leurs pieds lors d’événements tels que les mariages.
 
Sortez du souk au henné en revenant sur vos pas et continuez vers le sud en tournant le dos au Dar Saada. Après 50 m, tournez à droite pour rejoindre la place an-Nejjarine, dominée par l’une des plus belles fontaines de la ville et par un imposant fondouk, superbement restauré et occupé par le musée Nejjarine des arts et métiers du bois. Les ruelles immédiatement au nord du musée forment le souk an-Nejjarine (souk des charpentiers), où vous verrez des artisans fignoler des trônes scintillants utilisés pour les mariages.
De la place an-Nejjarine, continuez vers le sud et tournez presque immédiatement à gauche dans une ruelle, en passant sous la barre qui empêche le passage des mules et des ânes. Bordée d’échoppes de bougies et d’autres offrandes, la ruelle conduit à l’entrée de la zaouïa de Moulay Idriss II, dont vous distinguerez le bel intérieur carrelé, bien que l’entrée soit interdite aux non-musulmans. Hautement révéré, le sanctuaire est le cœur de la cité pour les Fassis.
 
Le plus simple consiste ensuite à revenir sur vos pas jusqu’au Dar Saada, dans Talaa Kebira. Suivez la rue vers l’est – en passant par une petite butte et des stands de mercerie –, jusqu’à un croisement en T à 100 m, où se dresse la médersa el-Attarine.
En sortant de la médersa, tournez à gauche (sud). Après la Pâtisserie Kortouba – idéale pour une pause – les boutiques laissent place aux murs de la grandiose mosquée et université Karaouine. Cette université, peut-être la plus ancienne au monde, est le premier centre d’enseignement musulman après Al-Azhar au Caire. Parmi les nombreux savants qui l’ont fréquentée figure le grand historien Ibn Khaldoun (1332-1406).
 
Longez les murs de l’université dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et laissez-vous guider par le martèlement des dinandiers pour découvrir la jolie place as-Seffarine (place des dinandiers). Remarquez les énormes casseroles et plats loués pour les banquets de mariage. Les murs de l’université et l’entrée de la bibliothèque étant sur votre gauche, vous verrez sur le côté est de la place la porte en cèdre cloutée de la petite médersa as-Seffarine. Construite en 1280, c’est la plus ancienne de la ville, malheureusement en piètre état.
Continuez à suivre l’enceinte de la mosquée Karaouine dans le même sens (maintenant vers le nord), repérez sur la droite le fondouk tétouanien du XIVe siècle et ses galeries en bois branlantes. À l’origine réservé aux commerçants de Tétouan, il a servi d’hôtel et d’entrepôt pendant des siècles aux marchands en voyage.
 
Si vous poursuivez le long de la mosquée, vous passerez par sa belle porte nord avant de revenir à votre point de départ, près de la pâtisserie. De là, vous pouvez remonter Talaa Kebira jusqu’à Bab Bou Djeloud, ou tourner au sud dans Ain Allou, qui devient Talaa Seghira, l’autre artère principale de la médina.
Sinon, revenez sur vos pas jusqu’à Dar Saada, puis tournez au nord pour rejoindre Bab Guissa, dans le nord de la médina. Restez dans les rues les plus larges et vous arriverez à une petite place, avec un cinéma à l’abandon du côté nord. Prenez la ruelle en direction du nord-ouest et continuez à monter ; vous croiserez de nombreux ânes portant des sacs de ciment du marchand local. 
 
Aux abords de Bab Guissa, vous verrez le Sofitel Palais Jamaï, un hôtel de luxe installé dans un palais du XIXe siècle construit par Sidi Mohammed ben Arib al-Jamaï, le grand vizir de Moulay el-Hassan Ier. Entouré d’un jardin luxuriant, c’est un endroit merveilleux pour se reposer et admirer la vue. De Bab Guissa, vous pouvez prendre un petit taxi.

Mis à jour le : 27 juillet 2015

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Maroc