1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Tel Aviv et côte méditerranéenne : le meilleur d’Israël en 4 jours
Idées de voyage

Tel Aviv et côte méditerranéenne : le meilleur d’Israël en 4 jours

Texte par

Marie Dufay (photos Marie Dufay)

Mis à jour le : 7 juillet 2017

Carte

Trendy, laïque, cosmopolite et décontractée, Tel Aviv est un musée à ciel ouvert du Mouvement Moderne et de l’école Bauhaus, inscrite depuis 2003 au Patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco. Surnommée « la ville blanche », très différente de Jérusalem, elle surprend par la vivacité de sa vie culturelle et festive, et ses plages parmi les plus courues de la planète. Aux alentours, des sites romains et médiévaux de toute beauté combleront les amoureux des vieilles pierres.

Jour 1 : le centre de Tel-Aviv

Commencez votre itinéraire avec la Tour Shalom Meir (haute de 142m, elle fut dans les années 60 la première haute tour construite en Israël, et conserva longtemps le titre de plus haute tour du Moyen-Orient), où l’on peut voir une fascinante exposition de vieilles photos permettant de comprendre comment Tel-Aviv naquit en 1909. L’une des images les plus étonnantes montre les 66 familles qui se répartirent par tirage au sort les terres nouvellement acquises dans les faubourgs de Jaffa, de plus en plus insalubre car très peuplée. Par « terres », entendez des parcelles de sable… car Tel-Aviv est construite sur des dunes ! Son développement fut spectaculaire : de 34.000 habitants en 1925, elle passa à 150.000 en 1937.

architecture_bahaus_tel-aviv.jpg

Tel-Aviv et son architecture influencée par le Bauhaus.
De nombreux architectes inspirés par le Bauhaus ou Le Corbusier y firent fleurir des édifices modernes : près de 4000 en tout, dont environ 400 récemment rénovés ponctuent les artères principales, à l’instar du fameux Boulevard Rotschild, où la jeunesse dorée aime se retrouver pour déjeuner en terrasse à l’ombre des sycomores. Au 16 rue Beit Haatzmaut, on trouve le Tel Aviv Museum dans le bâtiment où fut signé le 14 mai 1948 la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël. Concluez votre balade à pied avec le quartier yéménite, puis celui, très bohème, de Neve Tzedek : l’ancienne station ferroviaire Ha Tachana regorge de bars, restaurants, coffee shops et boutiques de créateurs.

neve_tzedek_a_tel-aviv.jpg

Quartier de Neve Tzedek, Tel-Aviv.

Jour 2 : Les plages et les quartiers pittoresques

Votre journée débute avec une agréable promenade matinale sur les belles plages de Tel-Aviv : l’occasion de se rendre compte qu’ici, on vit comme à Miami ! Surf, voile, stand-up paddle, volley, matkot (jeu de raquettes)… les Tel-Aviviens sont sportifs et croquent la vie à pleines dents. Puis direction l’ultramoderne Musée d’Art, qui abrite des Renoir, Gauguin, Matisse, Monet, Picasso... Pour le déjeuner, nous vous conseillons une pause dans l’un des restaurants de Sarona, un quartier réhabilité de façon charmante et qui abritait au XIXème siècle une colonie protestante allemande. Ensuite, poussez jusqu’au marché aux épices Levinsky, créé dans les années 20, avant de mettre le cap sur Jaffa, la vieille ville de Tel-Aviv, née il y a 4000 ans. Citée dans la Bible et dans la mythologie grecque, ses origines arabes sont encore très marquées, et sa restauration est une réussite. A la nuit tombante, flâner dans les ruelles du quartier des artistes est un régal : parmi les boutiques qui nous ont tapé dans l’œil, citons la galerie d’orfèvrerie Ben-Zion David, (3 rue Mazal Dagim) qui fabrique depuis 8 générations de sublimes bijoux yéménites, et Potter’s Shop (4 rue Mazal Kashat) où vous trouverez des souvenirs originaux à ramener. Si vous venez le week-end, ne ratez pas le célèbre marché aux puces ! Achevez votre journée avec une glace sur le vieux port de Jaffa, toujours très animé.

plage_de_tel-aviv_2.jpg

La plage à Tel-Aviv

Jour 3 : Césarée et Haïfa

C’est parti pour une exploration des sites majeurs de la côte nord. Commencez avec Césarée, qui fut l’un des grands ports antiques, rivalisant avec Alexandrie ou Carthage. Les impressionnantes ruines romaines permettent de se projeter 2000 ans en arrière : l’amphithéâtre d’Hérode où se déroulaient les combats de gladiateurs contre des animaux sauvages devant 10.000 spectateurs, les thermes aux superbes mosaïques, le palais, les vestiges du port (très sympa pour boire une bière en soirée)… ont été intelligemment restaurés et attirent beaucoup de monde.

crsarre.jpg

La ville de Césarée nous projette en Antiquité.

Puis rejoignez Haïfa, ville de taille imposante où Juifs et Arabes vivent ensemble dans un esprit d’ouverture qui surprend le visiteur. Située sur les flancs du mont Carmel, elle offre de nombreux musées et une vue saisissante sur la mer, surtout depuis ses extraordinaires jardins bahaïs, aménagés en 19 terrasses paysagées. Voici le lieu saint du bahaïsme, l’une des plus jeunes religions du monde, née en Iran au XIXème siècle et qui se veut universelle. Le mausolée du Bab, coiffé d’un dôme d’or, les parterres de fleurs, les pelouses à l’anglaise, les sculptures et les fontaines, ont été inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco en 2008.

hafa_jardins_bahai_.jpg

Ne manquez pas Haïfa et ses extraordinaires jardins bahaïs.

Jour 4 : Beit She’an et Akko

Quittez quelques heures la côte pour rejoindre le nord du Lac Tibériade… car déambuler sur le Cardo (boulevard principal) bordé de colonnes de Beit She’an, l’un des plus vastes et plus beaux sites archéologiques de l’époque romaine d’Israël, procure une sensation magique qui mérite bien le détour. Les lieux, moins connus que Césarée, sont également moins aménagés ; les rues pavées de l’ancienne cité, détruite en 749 par un tremblement de terre, semblent encore vibrer silencieusement de son agitation d’alors. Ses thermes, son théâtre de 7000 places (qui accueille aujourd’hui des concerts, comme celui de Césarée), ses magasins, ses temples… sont un émerveillement pour petits et grands.

betshean.jpg

Parmi les monuments impressionnants de Beit She’an, son théâtre romain.

Puis revenez sur le littoral, pour consacrer le reste de la journée à Saint-Jean-d’Acre (Akko en hébreu), surnommée « la Pompéi du Moyen-Age ». La vieille ville, entièrement conservée - en particulier une citadelle souterraine des Croisés - et inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, est un enchantement. Port autrefois le plus riche de l’est méditerranéen, Akko séduit quiconque y pénètre par ses mosquées et son caravansérail à colonnades, ses vastes salles voûtées où dînaient les chevaliers chrétiens, son hammam turc, son souk, ses murailles, ses églises médiévales et ses synagogues, ses musées… Clôturez votre périple par un délicieux dîner de poissons et fruits de mer chez Uri Buri, situé Place du Phare, sur le pittoresque port de pêche d’Akko (achevé en 246 avant l’ère chrétienne).

tunnels_des_templiers_a_akko.jpg

Tunnel des Templiers à Akko.
evaneos