1. Accueil
  2. Magazine
  3. Reportages
  4. Le meilleur d’Israël en 4 jours : d’Eilat à Jérusalem
Reportages

Le meilleur d’Israël en 4 jours : d’Eilat à Jérusalem

Texte par

Marie Dufay

Mis à jour le : 17 janvier 2017

Carte

Malgré les conflits qui bouleversent le Proche-Orient, Israël a séduit plus de 3 millions de visiteurs en 2015. Il faut dire que ce pays grand comme la Bretagne offre une combinaison unique de sites historiques et sacrés, de plaisirs balnéaires et de paysages montagneux ou désertiques. On en revient des étoiles plein les yeux et le corps reboosté à la sortie de l’hiver !

Jour 1. Eilat : voir la vie en bleu sur les bords de la Mer Rouge

À l’extrémité sud du pays, la station balnéaire d’Eilat est nichée entre l’Egypte et la Jordanie. Outre son ensoleillement exceptionnel, elle est surtout connue pour son activité de plongée sous-marine : plus de 800 espèces de poissons évoluent parmi ses récifs coralliens dans une eau turquoise. Les non-plongeurs peuvent profiter de l’extraordinaire spectacle en pratiquant le snorkeling ou en se rendant à l’Observatoire Sous-Marin, situé à une dizaine de mètres sous le niveau de la mer. Ils pourront y observer sans se mouiller rascasses volantes et poissons perroquets. 35 aquariums abritent également tortues, raies et requins.
Ceux qui ont toujours rêvé de nager avec les dauphins se rendront au Dolphin Reef, site unique au monde qui abrite 5 individus de la famille des tursiops vivant en semi-liberté au bord de la plage, dans un espace ouvert sur le large. Très sérieusement encadrés par des moniteurs, on y approche de très près les cétacés. On ne peut cependant pas les toucher afin qu’ils continuent de venir librement à la rencontre des nageurs.

On finit la journée dans l’un des 3 bassins d’eau de mer chauffée ou d’eau douce du site, pour s’y relaxer lors d’une séance de watsu (technique de shiatsu dans l’eau, voir la vidéo ci-dessous).  

 

Jour 2. Dromadaire, jeep et trekking pour découvrir le désert du Néguev

Depuis Eilat, direction le Camel Ranch pour une balade à dos de dromadaire au pied des premiers massifs montagneux blancs, bruns et ocre de ce désert de 13.000 km2 en forme de triangle, qui occupe tout le sud du pays. Abritant d’innombrables trésors géologiques et archéologiques, il fut autrefois sillonné par les marchands qui acheminaient encens et myrrhe de l’Arabie aux rivages méditerranéens.
Lors de méharées allant de 30mn à 4h, on profite du somptueux panorama ponctué ça et là de tenaces acacias ; au retour, on goûte le thé et le pain pita que le guide bédouin prépare et cuit sous nos yeux. Puis on saute dans une indestructible Land-Rover pour partir explorer le Parc national de Timna, à 30mn de route, sur le grand rift syro-africain. Cuivre (c’est ici qu’on trouve les plus anciennes mines au monde, celles du Roi Salomon !), fer et manganèse donnent au sable et aux roches une palette de couleurs qui le rendent totalement envoûtant. Vestiges de fours de fusion datant de l’Egypte ancienne, ruines de temples et gravures rupestres, mais aussi canyons, promontoires vertigineux, énormes monolithes de grès érodés en forme de champignon, arches et piliers hauts de 50m… On y passerait des jours, tant la majesté des lieux éblouit.

Jour 3. Les 1001 vies de la Mer Morte

Point le plus bas du globe, la mer Morte se situe à -427m sous le niveau de la mer, et sa salinité est dix fois plus élevée que celle des océans : on y flotte comme dans une bouée, mais il faut prendre garde à ne pas s’y plonger si on a des plaies ou des coupures, ou si l’on s’est rasé le matin même ! Grâce à sa forte teneur en magnésium, en iode et en brome, cette eau saumâtre - mais bleu cobalt - détend les nerfs et fait une peau de bébé. On opte pour l’une des plages aménagées par les établissements thermaux d’Ein Bokek, où l’on s’enduit de boue de la Mer Morte, très riche en minéraux, pour revitaliser l’épiderme.

Tout près, le kibboutz (village collectiviste) d’Ein Gedi propose un spa très agréable : on peut y dormir, y manger, et se promener dans les profonds canyons de sa luxuriante oasis, baigné de cascades, parmi les bouquetins de Nubie.
La journée s’achève en apothéose avec l’ascension à la forteresse de Massada (les moins courageux y montent en 3mn de téléphérique), un plateau haut de 450 m célèbre pour avoir été le dernier refuge d’un millier de rebelles juifs après la conquête de Jérusalem par les Romains en 70. Assiégés pendant plusieurs mois, ils préférèrent se suicider collectivement lorsqu’une rampe de terre montée par les légionnaires permit d’ouvrir une brèche dans la forteresse. Les ruines sont aujourd’hui un symbole fort pour Israël, et figurent au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2001. 

Jour 4. Jérusalem, je t’aime

Impossible de ne pas fredonner cette chanson d’Alpha Blondy lorsqu’on découvre avec émerveillement l’étincelant dôme du Rocher émergeant des toits de la vieille ville de Jérusalem. Edifié il y a 1300 ans, ce magnifique édifice octogonal turquoise coiffé de sa coupole dorée siège sur le mont du Temple, site sacré à la fois pour le judaïsme et pour l’Islam.
Egalement sainte pour les chrétiens, Jérusalem - fondée par les Cananéens au XXème siècle avant J.C - est l’un des principaux lieux de pèlerinage au monde et vibre d’une énergie spirituelle très particulière qui permet de faire un fantastique bond dans le passé.
À quelques mètres, on trouve le mur des Lamentations - dernier vestige du temple de Salomon, reconstruit par le roi Hérode, et sans conteste le lieu le plus important d’Israël pour les juifs - et la basilique du Saint-Sépulcre, érigée sur le supposé site de la crucifixion et de l’ensevelissement de Jésus.

Où que le regard porte, du Mont Sion à celui des Oliviers, ce n’est que vénérables édifices regorgeant de reliques (mosquées, églises coptes, cathédrales et chapelles, synagogues, monastères éthiopiens…), sanctuaires construits par les califes et les rois, hospices autrefois fréquentés par les croisés, souks odorants, mais aussi des quartiers (juif, musulman, chrétien, arménien) à l’identité très forte. Un maëlstrom historique, religieux et architectural qui, loin de donner le tournis, fait immédiatement tomber amoureux de la ville ! Passionnants musées, fins restaurants, excitants lieux culturels et belles boutiques sont aussi au programme. Première destination touristique du pays, Jérusalem est un joyau brut, qui parachève en beauté ce court mais intense périple ! 


Paramètres des cookies