1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. Les côtes les plus sauvages de France
France

Les côtes les plus sauvages de France

Mis à jour le : 9 janvier 2017

Carte

Le littoral français est si varié que vous avez l'embarras du choix. Mais pour apprécier la mer dans son élément le plus naturel, ces côtes indomptées offrent les cadres les plus exceptionnels pour se baigner ou se promener.
 

1. Île d'Yeu (Vendée)

C'est l'endroit rêvé pour tout citadin stressé. Au large des côtes vendéennes, l'île d'Yeu offre le calme de la nature sauvage, préservée par une circulation automobile restreinte. L'île, de 10 km de long, se parcourt idéalement à pied ou à vélo. On admire sa puissante côte sauvage en empruntant les anciens sentiers des douaniers. Ses traditions marines en font également le dernier bastion de la pêche au thon blanc. La flottille des thoniers est amarrée à Port-Joinville, une ville qui ne manque pas de charme avec ses ruelles étroites bordées de maisons blanches aux volets bleus ou verts.
L'île est accessible par bateau de Fromentine (www.compagnie-yeu-continent.fr, aller-retour 37,30 €), et par hélicoptère (02 51 59 22 22, oya-vendee-helico.com, 88 € l'aller).
 
 
 

2. Littoral landais (Landes)

De la dune du Pilat, au nord, jusqu'à l'embouchure de l'Adour, au sud, le littoral landais, bordé de dunes, constitue la plus grande plage de sable fin d'Europe. Sur plus de 100 km, le même paysage sauvage et brut : d'abord le vert profond de la forêt de pins maritimes, puis la dune blonde plantée d'oyats fragiles et enfin le bleu de l'océan Atlantique à perte de vue. Seuls quelques cours d'eau, comme le courant d'Huchet ou celui de Mimizan, arrivent à se frayer un chemin entre les dunes et viennent perturber ce subtil agencement naturel.
Des bateliers proposent des promenades en barque le long du courant d'Huchet pour découvrir cette succession de paysages (www.bateliers-courant-huchet.fr).


 
 

3. Calanques (Bouches-du-Rhône)

Entre Marseille, porte d'entrée du massif des Calanques, et Cassis, le littoral dessine un trait de côte tourmenté, formé d'imposantes masses minérales calcaires. Le décorum impressionne : vallons profonds, falaises, aiguilles, belvédères, caps comme ceux de Morgiou ou de Sormiou, grottes, criques et plages se succèdent sur une trentaine de kilomètres à un rythme étourdissant. Une aubaine pour les amateurs de randonnée amoureux de la mer qui y découvriront des itinéraires aériens balayés par les embruns.
Découvrez le tout récent parc national des Calanques sur www.gipcalanques.fr


 
 

4. Falaises de l'Esterel (Var, Alpes-Maritimes)

L'Esterel, ce massif volcanique marquant la frontière naturelle entre le Var et les Alpes-Maritimes, déroule une côte au superbe dégradé de couleurs : la roche rouge s'y marie avec le bleu de la mer et le vert de la végétation. Le long des falaises abruptes du littoral, de nombreuses criques profitent d'un cadre naturel de toute beauté. Une trentaine de plages tranquilles et sauvages s'égrènent ainsi entre Saint-Raphaël et Théoule-sur-Mer. À l'arrière, le massif de l'Esterel offre un superbe terrain de randonnée et d'escalade et, dans l'eau, un sentier de découverte sous-marin a été aménagé à côté de la pointe de l'Aiguille.
L'île d'Or, avec sa tour crénelée, en face du cap Dramont, a été immortalisée par Hergé dans L'Île Noire.


 
 

5. Camargue (Bouches-du-Rhône)

Le delta du Rhône, au relief désespérément plat, reste indompté par l'homme. Au nord du delta s'étend une Camargue « sèche », vouée à l'agriculture, notamment la riziculture. Au centre se déploient l'étang de Vaccarès et une multitude de plans d'eau appelés les étangs inférieurs. Le sud, plus sauvage, est un univers marécageux, et à l'extrême sud-est se trouve le royaume des marais salants. De magnifiques plages de sable de plusieurs kilomètres, comme celles de Beauduc ou de l'Espiguette, essaiment ce littoral parfois difficilement accessible.
Situées au centre du delta, les Saintes-Maries-de-la-Mer sont la seule ville de Camargue (www.saintesmaries.com).


 
 

6. Entre Campomoro et Tizzano (Corse-du-Sud)

Entre Campomoro, qui ferme le golfe de Valinco, et Tizzano, plus au sud, le littoral est une côte sauvage en partie propriété du Conservatoire du littoral. Depuis la magnifique tour génoise de Campomoro, prolongée par des formes oniriques découpées par la mer dans un granit tantôt gris clair tantôt rose pâle, le littoral s'élargit progressivement en une succession de pelouses, de pointes rocheuses et d'îlots sculptés par la mer et le vent. Il abrite aussi de magnifiques plages, comme celle de Cala d'Agulia, propice à la baignade.
Un sentier côtier relie la tour génoise de Campomoro à Tizzano.


 
 

7. Côte sauvage de la Forêt de La Coubre (Charente-Maritime)

Au nord de Royan, la côte sauvage déploie ses plages de sable fin sur une quinzaine de kilomètres, entre La Palmyre et Ronce-les-Bains. Un littoral océanique vierge de toute construction, que bornent la Bonne Anse et la Pointe Espagnole, au sud de l'île d'Oléron. On peut aussi s'y tenir à l'ombre de la forêt domaniale de la Coubre, qui vient fixer les dunes. Une piste cyclable longe la côte au milieu des pins et des arbousiers. À mi-chemin, à La Bouverie, la D25 permet aux voitures d'approcher du rivage mais la mer, ici, se mérite et l'on n'y accède souvent qu'après une longue marche en terrain sableux. L'occasion d'apercevoir un cerf ou un chevreuil s'enfuyant derrière les feuillages.
Munissez-vous d'eau et baignez-vous à proximité des postes de secours, à la Pointe Espagnole et à La Bouverie, car les courants peuvent vous emporter au large.
 
 

8. Cap Sizun et Pointe du Raz (Finistère)

Au bout du très sauvage cap Sizun, l'éperon granitique que forme la mythique pointe du Raz, terre d'inspiration de grands noms littéraires comme Flaubert, offre un panorama splendide sur le phare de la Vierge et son chaos marin, ainsi que sur l'île de Sein, tandis que de minuscules ports-abris se dissimulent entre les plis de la côte déchiquetée. Mais tout n'est pas que tempêtes et falaises broyées par les flots au cap Sizun : la façade sud, autour d'Audierne et de Plouhinec, présente une physionomie balnéaire.
À Plouhinec, ne manquez pas les retours de pêche à la criée de Poulgoazec. Les fileyeurs et les ligneurs sont de retour au port vers 16h.


 
 

9. Côte d'Opale (Nord, Pas-de-Calais)

C'est sans conteste l'un des sites naturels les plus beaux de France. L'image de ces plaines herbeuses se cassant net à l'aplomb de falaises d'un blanc immaculé pour plonger dans l'eau couleur opale a quelque chose de surréaliste. Le nez au vent, au départ des charmants petits ports de Wissant et d'Audresselles, des circuits pédestres d'une durée de 5 heures permettent de rejoindre les deux sites emblématiques de la Côte d'Opale : le cap Gris-Nez et le cap Blanc-Nez. Par beau temps, les côtes anglaises semblent à portée de main. Superbe et vivifiant !
Toutes les randonnées sont téléchargeables sur www.terredes2caps.fr. Le cap Blanc-Nez est un haut lieu de vol pour les planeurs radio-commandés.

10. Côte sauvage de Belle-île-en-Mer (Morbihan)

 
 
« Il y a quelque chose d'inimitable, une sorte d'équilibre de forces », a dit l'un de ses célèbres visiteurs, François Mitterrand. En effet, cette île tournée vers le large, comme offerte à la puissance de l'océan, possède une respiration sans pareil. Sa longue côte sauvage déroule, sous une lumière unique, falaises abruptes, anses étroites et plages de sable. Au détour, quelques escales de choix : les aiguilles de Port-Coton, immortalisées par Monet, la plage de Donnant, aux puissantes déferlantes, la grotte de l'Apothicairerie, marine et vertigineuse et, à l'extrémité de l'île, la pointe des Poulains, ancien refuge de Sarah Bernhardt.
Tout le long de la côte, un sentier offre de superbes promenades. Ne manquez pas le musée Sarah-Bernhardt, à la pointe des Poulains.

Paramètres des cookies