1. Accueil
  2. Magazine
  3. Épidémie de Covid-19
  4. Le trafic aérien international pourrait ne pas revenir à la normale avant 2023
Épidémie de Covid-19

Le trafic aérien international pourrait ne pas revenir à la normale avant 2023

Texte par

Andrea Smith (traduit de l'anglais par Elodie Lécadieu)

Mis à jour le : 19 mai 2020

Carte

L’association internationale du transport aérien (IATA) a publié un nouveau rapport montrant que les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur le trafic aérien se feront sentir jusqu’en 2023, les vols long-courrier étant les plus sévèrement touchés par la crise.

Quand les voyages reprendront, ce seront en premier lieu des vols intérieurs, et l’IATA estimes que le nombre de passagers n’atteindra pas le niveau d’avant-crise avant 2023. L’association s’attend à une demande en 2021 inférieure de 24% par rapport à 2019, et 32% plus basse que les prévisions d’octobre 2019. Ceci est dû à une reprise plus lente des économies locales parallèlement à une diminution des restrictions de voyage. D’autant que le confinement pourrait s’étendre au troisième trimestre 2020 si une seconde vague de virus avait lieu.

allie-qft3gp0mdki-unsplash.jpg

Nombreux sont les voyageurs qui pensent éviter de voyager si cela implique une quarantaine à l'arrivée

L’IATA pense également que les mesures de quarantaine imposées à l’arrivé dans un pays pourraient engendrer une perte de confiance pour le voyage en avion, puisque 69% des voyageurs estiment qu’ils éviteraient de voyager si cela implique une isolation de 14 jours à l’arrivée. Cela pousse les gouvernements à trouver des alternatives à ces quarantaines imposées. La mise en place globalisée de mesures de biosécurité basées sur des niveaux de risques pourrait être essentielle à la reprise des voyages en avion.

artur-tumasjan-kzsnmn4vxr8-unsplash.jpg

Les vols long courrier devraient être les plus impactés

Néanmoins, regagner la confiance des usagers va prendre du temps, affirme le directeur général et CEO de l’IATA, Alexandre de Juniac, qui considère que les voyageurs d’affaires tous comme les touristes vont gérer prudemment leurs dépenses de voyage et rester près de chez eux. « Pour permettre à l’aviation de devenir un catalyseur de la reprise économique, nous ne devons pas empirer ce pronostic en rendant les voyages compliqués à cause de mesures de quarantaine » affirme-t-il encore. « Nous avons besoin d’une solution pour proposer des voyages en toute sécurité afin de répondre à un double challenge. Celui de redonner confiance d’une part aux voyageurs sans les accabler de tracas injustifiés, d’autre part aux gouvernements, en leur assurant que cela ne va pas importer le virus dans leur pays.

Retrouvez plus d’infos sur le site d’IATA ici 


A lire aussi : 
Comment moins prendre l'avion ? 
Pourquoi ce n'est pas le bon moment pour réserver un vol ? 

Pour ne pas prendre l'avion, pensez au train de nuit ! 
 



Guide de voyage

50 microvoyages à expérimenter près de chez soi

Paramètres des cookies