1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Le top des expériences à vivre au Costa Rica
Idées de voyage

Le top des expériences à vivre au Costa Rica

Mis à jour le : 2 octobre 2019

Carte

Cascade éblouissante, lac de cratère embrumé ou plage déserte avec la jungle en toile de fond : tous les sentiers du Costa Rica mènent à un coin de paradis. Qu'on la découvre à pied, à cheval, en voiture ou en kayak, cette terre d'aventure tropicale a de quoi séduire tout un chacun. On vous donne 10 bonnes raisons d'y aller. 

1. Volcán Arenal et sources chaudes

Certes, le volcan s’est assagi et on ne peut plus assister au splendide spectacle qu’offrait le rougeoiement des coulées de lave nocturnes. Mais ce géant mérite encore d’être contemplé. Il existe de magnifiques sentiers à découvrir à pied, en particulier la belle ascension du Cerro Chato, qui vous rapproche des nombreuses sources chaudes de la région. Certaines sont gratuites et les habitants seront en mesure de vous indiquer le chemin. D’autres ont été, disons, “embellies“ et équipées. Très romantiques, les Eco-Termales font une bonne entrée en la matière.

adobestock_168243431.jpeg

Volcán Arenal et sources chaudes

2. Mal País et Santa Teresa

Petites localités de surfeurs dans un coin sauvage de la côte, Mal País et Santa Teresa offrent une mer riche en poissons et des vagues idéales. Les verdoyantes collines alentour et le long littoral sont parsemés d’hébergements de charme. Et, si la route qui y mène est encore très accidentée, le village de pêcheurs de Mal País vous garantit un dépaysement complet. 

adobestock_162555088.jpeg

Santa Teresa offre une mer riche en poissons et des vagues idéales pour surfer

3. Parque Nacional Tortuguero

Parcourir en kayak les canaux du Parque Nacional Tortuguero, où la jungle épaisse vient à la rencontre de l’eau, permet de croiser des caïmans, des tortues d’eau douce, des hérons bihoreaux, des singes et des paresseux. Si la saison s’y prête, vous pourrez assister, la nuit venue, au fabuleux spectacle des tortues creusant leur nid pour la ponte sur les plages de sable noir. Niché entre de verdoyantes zones humides et la sauvage mer des Caraïbes, ce parc national est l’un des meilleurs endroits pour observer la vie sauvage.

adobestock_105136794.jpeg

Parcourir en kayak les canaux du Parque Nacional Tortuguero

4. Montezuma

Pour une ambiance “bord de mer bohème”, fréquenter les néorastas et les adeptes du yoga, ou encore lézarder sur le sable blanc, n’allez pas plus loin que Montezuma. En balade dans cette bourgade, vous ne serez jamais loin de la mer et du bruit des vagues. De là, vous accéderez facilement à la fameuse réserve de Cabo Blanco. Lorsque la faim se fera sentir, vous trouverez sur place certains des meilleurs restaurants du Costa Rica.

adobestock_125037038.jpeg

En balade dans cette bourgade, vous ne serez jamais loin de la mer et du bruit des vagues.

5. Parque Nacional Manuel Antonio

Même s’il y a foule au Parque Nacional Manuel Antonio – le parc national le plus populaire (et le plus petit) du pays –, celui-ci reste un joyau. Les capucins filent à toute allure sur des plages paradisiaques, les pélicans bruns plongent en piqué dans les eaux cristallines et les paresseux surveillent nonchalamment les sentiers, tous très accessibles. C’est l’endroit rêvé pour faire découvrir aux plus petits les merveilles de la forêt tropicale humide.

adobestock_64831277.jpeg

Le Parc national Manuel Antonio est un véritable joyau.

6. Nosara

Nosara est un cocktail étonnant : culture surf cosmopolite, microclimat de jungle et trois plages splendides reliées entre elles par un réseau de pistes accidentées qui sinuent à travers des collines. Le visiteur peut séjourner dans l’attrayante enclave dédiée au surf qu’est Playa Guiones, avec de bons restaurants et une plage magnifique, ou à Playa Pelada, romantique, sauvage et reculée. Pour l’un de ses habitants, on mène ici “une vie sophistiquée dans la jungle”. Excellent programme… 

7. Cerro Chirripó

La vue – rochers battus par les vents et lacs glaciaires – depuis le sommet déchiqueté du Cerro Chirripó, point culminant du pays (3 820 m), ne ressemble pas à l’idée que l’on se fait des paysages costaricains. Pour autant, la randonnée de deux jours qui permet de s’élever au-dessus des nuages est l’une des plus belles que l’on puisse effectuer sur place. Avant l’aube, le moment est magique : c’est l’occasion d’admirer le lever du soleil et d’embrasser du regard à la fois la côte caraïbe et la côte pacifique.

8. Playa Sámara

Certains expatriés surnomment Playa Sámara “le trou noir du bonheur”, sans doute par allusion au croissant de sable s’étendant entre deux promontoires rocheux, à l’opportunité d’apprendre le surf, de pratiquer le stand-up paddle ou de survoler les baleines en migration à bord d’un ULM, sans compter les innombrables plages et criques des environs. Tout est facile d’accès, à pied ou en transport en commun, d’où la popularité croissante du lieu auprès des familles, qui apprécient cet aspect là tout autant que la tranquillité.

adobestock_183519979.jpeg

Certains expatriés surnomment Playa Sámara “le trou noir du bonheur”

9. Plantations de café de la Vallée centrale

Sillonner les petites routes de la Vallée centrale permet de découvrir un paysage bucolique, où les flancs des collines sont couverts d’un patchwork de terres agricoles et de plantations de café. Les plus curieux visiteront une plantation afin de tout savoir sur la culture et le processus de fabrication du divin breuvage. Parmi les meilleures adresses pour une visite guidée, citons la Finca Cristina, dans le Valle de Orosi, et la Finca Café Britt, près de Barva.

adobestock_143444527.jpeg

La vallée de Orosi

10. Volcan Poas 

À une heure au nord-ouest de la capitale, Poás est une terre de montagnes verdoyantes sillonnée de routes bordées d’hortensias, entre champs de fraises et plantations de café. Le volcan lui-même est interdit d’accès depuis 2017, mais ce monstre cracheur de soufre demeure un spectacle fascinant, même vu de loin, notamment le matin, avant la venue des nuages. Aux La Paz Waterfall Gardens, les visiteurs découvrent de superbes cascades ainsi que des singes rescapés, des oiseaux et des félins sauvages… incluant trois jaguars.

adobestock_40509277.jpeg

Ce monstre cracheur de soufre demeure un spectacle fascinant

11. Parque Nacional Corcovado

Dense et foisonnante, la vaste forêt humide du Parque Nacional Corcovado, en grande partie intacte, ne se laisse pas découvrir facilement. Ici, place aux voyageurs dont l’emploi du temps est souple et qui ont envie de se lancer dans l’inconnu (ou presque) pour en ressortir avec des souvenirs inoubliables. Plus l’on s’enfonce dans la jungle, plus riche est l’expérience : les aventures les plus palpitantes vous attendent sur les sentiers très peu fréquentés de ce parc.

istock-4fr-corcovado.jpg

Parque Nacional Corcovado au Costa Rica

12. Faire du rafting

Les amateurs de sensations fortes auront tout le loisir de filer sur des kilomètres de cours d’eau en l’espace de quelques jours, car la superficie du pays est plutôt modeste. Une seule session vous suffit ? Choisissez une rivière : Pacuare, Reventazón, Sarapiquí ou Tenorio. Toutes offrent de bonnes descentes, avec des rapides de classes I à V, et toutes ont des passages plus calmes permettant d’admirer de luxuriantes forêts et les animaux qui y vivent. Il ne vous faudra qu’un casque, un gilet de sauvetage et un peu de témérité.

13. Sud de la côte caraïbe

Somnoler dans un hamac, rejoindre à vélo des plages désertes pour pratiquer le snorkeling, plonger dans les bassins naturels alimentés par des cascades ou visiter les territoires reculés de Bribrí et de Kèköldi sont autant d’activités possibles en une seule journée. Le soir, place aux saveurs caribéennes et à la musique dans les bars en plein air. Cahuita, Puerto Viejo de Talamanca et Manzanillo sont parfaits pour s’immerger dans ce mélange unique de culture afro-caribéenne, tica et indienne propre au sud de la côte caraïbe.

istock-tiago_fernandez-plage_paradisiaque_des_caraibes.jpg

Plage paradisiaque de Puerto Viejo de Talamanca

14. Observer la vie sauvage

Grâce à ses parcs nationaux, à un engagement de longue date envers la protection de l’environnement et à son exceptionnelle biodiversité, le Costa Rica recèle quantité d’espèces rares et menacées. C’est tout simplement l’un des meilleurs endroits au monde pour observer la vie sauvage, et vous aurez peu d’efforts à faire. Où que vous alliez, il suffit de lever la tête pour apercevoir des paresseux, des singes facétieux et le chatoyant spectre de couleurs des oiseaux tropicaux. Un animal manque à votre liste ? Cap sur l’un des nombreux sanctuaires du pays, tel celui du Jaguar Centro de Rescate.

istock-harry_collins-paresseux.jpg

Paresseux du Costa Rica

15. Bosque Nuboso Monteverde

Refusant de prendre part à la guerre de Corée dans les années 1950, les premiers quakers sont arrivés et ont décidé de protéger cette merveilleuse forêt de nuages de 105 km², à cheval sur la ligne de partage des eaux. La communauté vit toujours ici. La forêt de nuages de Monteverde et les trois réserves voisines constituent un monde mystérieux enveloppé de brume, tapissé de mousses, de plantes grimpantes et de bromélias, sillonné de ruisseaux et rempli d’une vie foisonnante. Non loin, la réserve Santa Elena offre un calme impressionnant.

adobestock_bosque_nuboso_monteverde.jpeg

L'impressionnante flore de la Bosque Nuboso Monteverde

16. Vallée de Sarapiquí

Sarapiquí s’est d’abord fait connaître comme principal port à l’époque où la United Fruit Company régnait sur le pays. La vallée sombra ensuite dans l’anonymat avant de se réinventer comme paradis du rafting grâce au bouillonnant Río Sarapiquí. La région s’est dotée d’excellents écolodges et de réserves forestières privées permettant de découvrir les civilisations précolombiennes, d’explorer la nature luxuriante des forêts humides et d’approcher au plus près la faune sauvage.

istock-patrick_gijsbers-rio_sarapiqui.jpg

Río Saraquipí

17. Faire du surf

Pointbreak, beachbreak, reefbreak, gauche, droite : tout cela ne vous dit rien ? Pas de souci ! La patience des moniteurs costaricains et les vagues clémentes des plages permettent aux débutants de s’initier, tandis que les surfeurs aguerris trouveront de nouveaux défis à leur taille – tels que les spots exigeants de Witch’s Rock (“rocher de la sorcière”) et d’Ollie’s Point. Nul besoin de combinaison (l’eau est chaude) et les boutiques louant planches et matériel sont légion. S’ils ont filmé Chasseurs de vagues ici, ce n’est pas pour rien !

18. Observer des quetzals

Considéré comme un dieu par les peuples précolombiens, le quetzal était très recherché pour les longues plumes vert irisé de sa queue, qui servaient à orner les couronnes des chefs. Cet oiseau suscite toujours la convoitise, mais, de nos jours, uniquement chez les ornithologues. Bien que le quetzal soit classé sur la liste des espèces en voie de disparition, on peut en voir à San Gerardo de Dota et dans des lodges comme Mirador de Quetzales, notamment durant la période de reproduction, en avril et mai.

istock-patrick_gijsbers-quetzal.jpg

Quetzals resplendissants

19. San José

Le cœur de la culture costaricaine bat à San José, où se côtoient étudiants, intellectuels et artistes. Ce n’est pas la plus belle capitale d’Amérique centrale, mais la ville possède de beaux exemples d’architectures coloniale et néoclassique, des quartiers arborés, des musées d’art précolombien, une vie nocturne qui ne se calme qu’à l’aube et des restaurants cotés. Des œuvres de street art – autorisées ou signées de la guerrilla – agrémentent le tout de notes de couleurs. “Chepe”, comme on la surnomme, séduira le voyageur chevronné.

istock-repistu-theatre_national_de_sj.jpg

Théâtre national de San José, inspiré du Palais Garnier de Paris

20. Golfo Dulce

Une sortie en kayak ou en paddle dans le Golfo Dulce permet d’approcher l’abondante faune marine de la baie – orques et baleines à bosse profitent de ses eaux calmes pour mettre bas tandis que cabriolent à la surface dauphins tachetés et tursiops. Le biome tropical, qui compte pour 3% de la masse continentale costaricaine, comprend 17 réserves et abrite près de la moitié de la flore et de la faune du pays ; en outre, on y recense 4 espèces de tortues marines. Le labyrinthe de mangroves est un monde à part peuplé de hérons, de caracaras, de serpents et de paresseux.

istock-campphoto-golfo_dulce_vu_du_ddessus.jpg

Vue panoramique sur le Golfo Dulce

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Costa Rica

Paramètres des cookies